PDA

Voir la version complète : JOURNÉES D'EXPRESSION FRANCOPHONE D'ALGER Le sympathique film Monsieur Lazhar ouvre le bal


Vigilance
31/03/2012, 09h22
C'est un Fellag tendre et pétri de talent que nous découvrons dans ce personnage plein d'humanité et de sincérité algérienne.

C'est avec le film Monsieur Lazhar du réalisateur canadien Philippe Falardeau dans lequel l'humoriste algérien Fellag interprète le personnage principal, qu'ont été inaugurées jeudi dernier à la salle Cosmos les Journées d'expression francophone. Présenté en avant-première nationale grâce à l'Ambassade du Canada. Ce film a pour rappel reçu il y quelque jours seulement, le prix Génie 2012 du meilleur comédien du cinéma canadien à Torento, pour son interprétation remarquable dans le rôle d'un instituteur dans ce film. Une adaptation en fait d'une pièce de théâtre d'Evelyne de la Chenelire qui date de 2004, Monsieur Lazhar qui met en image la rencontres de deux mondes et la puissance de la parole et oppose à la froideur des gens et du cadre scolaire la chaleur des sentiments et de la communicabilité et l'altérité. D'une durée de 94 minutes, le film raconte l'histoire de Lazhar Bachir, un Algérien de 55 ans, réfugié politique au Canada. Une enseignante vient de se pendre dans sa classe, les élèves sont en état de choc. Tout de suite on les fait suivre par une psychologue dans cet établissement où le moindre contact physique avec l'élève est banni, et où l'enseignant n'a pas le droit de toucher ses élèves, ni même de les prendre dans ses bras ou le consoler s'il sont mal. Cette phrase dite par ce parent d'élève dans le film est éloquente: «On vous demande d'enseigner, non pas d'éduquer notre enfant». Comment ces enfants vont-ils surmonter le choc? L'ange gardien sera Fellag qui traîne derrière lui un passé tragique en Algérie. Il y a maintenant 19 ans qu'il a quitté son pays. Sa demande d'asile politique est toujours en instance d'étude mais finit par l'avoir enfin à la fin du film alors que son passé est découvert. Il est aussi renvoyé par l'école pour avoir osé discuter de sujets qui fâchent avec les élèves, des enfants dont on sous-estime souvent le degré de maturité. Qu'importe, Monsieur Lazhar aura marqué sans doute les esprits en apportant son affection et prodiguant du bien à ces enfants en mal d'amour. Il y a 19 ans donc, en Algérie, Monsieur Lazahr a perdu sa femme et ses deux enfants dans un accident criminel. Sa femme, elle, institutrice contrairement à lui, fonctionnaire, venait d'écrire un livre qui s'opposait à la politique de réconciliation nationale. Elle a péri dans les flammes tandis que sa fille est morte en se défenestrant. Et pourtant Monsieur Lazhar stoïque, ne laisse rien apparaître. Il fera du drame de cette école sa propre thérapie. En soignant les enfants c'est lui-même qu'il aide à se reconstruire paradoxalement. Film tendre avec quelques traits de symboles faciles ceci dit, Monsieur Lazhar prône aussi le rapprochement des cultures tout en faisant l'éloge de la langue française. Si le film se laisse facilement regarder de par une trame assez simple et sincère, il évoque néanmoins de façon frontale le passé assez lourd de l'Algérie qui continue à laisser des traces et faire réfléchir... Produit en 2011, Monsieur Lazhar a décroché plusieurs prix lors de divers Festivals internationaux de cinéma, dont le Prix du public et Prix Variety du Festival du film de Locarno (Suisse, 2011), Prix spécial du jury et Prix du public au Festival international du film francophone de Namur (Belgique, 2011). Le film a représenté le Canada aux Oscars de 2012 dans la catégorie du meilleur film de langue étrangère. Les Journées d'expression francophone qui sont organisées du 29 au 31 mars à Alger par l'ambassade du Canada en Algérie comprennent un programme culturel assez varié dont un spectacle de magie de l'Algéro-Canadien Fouad Filali, fondateur de l'organisation caritative «Magiciens sans frontires», ainsi que des projections de films d'animation pour enfants.

L'Expression

Louny
31/03/2012, 13h21
Maintenant, il y a des journées d'expression francophone ? N'importe quoi.

Casanostra
31/03/2012, 14h58
Monsieur Lazhar

J'ai trouver que ce film n'etait pas du tout a la hauteur de la promo faite autour. Le debut est tres interessant, mais apres on sent que Falardeau a voulu suivre plusieur lievres a la fois sans en attraper aucun :

l'histoire de la femme de lazhar morte en algerie
Son "histoire d'amour" avec la prof
Ses peripeties a l'ecole
etc...

On se perd un peu dans toutes ses mini-intrigues et au final, la fin est tres decevante car elle laisse enormement de questions sans reponses.

Zirds
31/03/2012, 15h04
mr lazhar est un film nul, pourtant le synopsis m'a bien plu

mais bon je vais pas me plaindre c'est pas comme si j'avais acheter le film :redface:

KHORE
31/03/2012, 22h19
que d'honneur de revenir sur la journée des disciples de la parano-islmanophobie gaouria

le Pen en ce moment, réveillez-vous les 3ARBIS, prétend interdire la réunion de l'UIOF

arfa3 rassek ya ba

Cookies