PDA

Voir la version complète : Addoha prépare sa conquête africaine !


chedadi
04/04/2012, 23h43
Plus de 1,8 milliard de DH de bénéfices!

Des commandes jusqu’en 2015

Des projets en Côte d’Ivoire et en Guinée


Cinq années après son introduction en Bourse (2006), Addoha affiche une force de frappe impressionante. Entre 2006 et 2011, le groupe immobilier a vu ses ventes multipliées par 5 et son chiffre d’affaires par 6, passant respectivement à 29.986 unités et à 9,3 milliards de DH. La réserve foncière a, à son tour, été élargie. Elle est passée de 400 hectares en 2006 à 5.700 hectares en 2011, soit un rapport de 13,25 fois. Ni la rentabilité ni le niveau de fonds propres ne sont en reste. Addoha a pu accroître ses bénéfices de près de 4 fois depuis 2006. Ils ont ainsi bondi à 1,84 milliard de DH. Dans ce sillage, les fonds propres consolidés ont été sextuplés pour atteindre 10,5 milliards de DH. Il faut dire que l’immobilier ne connaît pas la crise. Bien au contraire, «il faudrait 4 ou 5 Addoha pour pouvoir absorber le déficit de logements sociaux pour les années à venir», indique Anas Sefrioui, PDG du groupe, lors de la conférence de présentation des résultats annuels d’avant-hier.

Selon les chiffres du groupe, sur la base d’une production annuelle de logements d’environ 100.000, tenant compte de besoins annuels additionnels de 120.000 unités, le déficit augmenterait sur les 10 prochaines années à 1.080.000 unités. «Pour le résorber, la production nécessaire doit atteindre 190.000 unités par an, soit près du double du niveau de production actuel», fait savoir Anas Berrada, DG en charge des finances. C’est dire l’important potentiel que recèle le secteur que se soit sur le logement social ou haut standing. A ce titre, le management d’Addoha constate une demande plus importante que l’offre, en particulier pour le social. «Nous avons reçu sur nos programmes, particulièrement à Casablanca, 400.000 demandes pour un projet de seulement 15.000 unités offertes», affirme Sefrioui qui regrette d’avoir à recourir au tirage au sort pour allouer les appartements. L’engouement se manifeste également sur les autres villes (Tétouan, El Jadida…). Il confie vendre près de 150 appartement par jour en période de pointe et avoir le potentiel d’en écouler jusqu’à 200 quotidiennement. Sur ce segment, le patron d’Addoha assure pourvoir dépasser l’objectif de ventes fixé à 150.000 unités en 5 ans.

La tendance haussière est plus contenue pour le haut standing. Toutefois, Addoha, à travers sa filiale Prestigia, parvient à vendre 2.000 unités (appartements et villas) par an à Casablanca, Rabat et Marrakech. Justement, Sefrioui clame haut et fort que son groupe ne subit pas de crise particulièrement sur cette ville. «Sur 1.200 logements mis en vente, nous avons écoulé 700. Aujourd’hui notre carnet de commandes est plein jusqu’en 2014», affirme-t-il. Le secret pour ces performances vient d’un re-calibrage de l’offre et du prix par rapport à la clientèle marocaine. «Nous ne sommes plus sur de grandes surfaces et nous basons nos business plans sur des rentabilités de 20 à 25% sur Prestigia», note Jaouad Zyat, DG de la marque. A cela s’ajoutent d’importantes économies d’échelle qui ont permis de proposer des tarifs de 18.000 DH pour la première tranche du projet de Marrakech notamment. Justement, pour se projet, Addoha en est à la commercialisation de la 4e tranche. Prix d’entrée 21.000 DH le m².

En plus du Maroc, Addoha se lance, à son tour, à la conquête de l’Afrique. Selon Sefrioui, le groupe a reçu de nombreuses sollicitations de pays africains pour exporter son savoir-faire. «Nous avons accueilli des ministres de plusieurs Etats africains. Ils ont tous exprimé leur admiration face à notre guichet unique», fait-il savoir. D’ailleurs, le groupe a créé la société Addoha Afrique qui sera chargée de projets de création de 500 appartements par pays, en particuliers en Côte d’Ivoire et en Guinée équatoriale. D’autres contacts sont en cours au Burkina Faso et au Cameroun. Offensive sur le moyen standing
A l’image des mesures prises pour favoriser le logement social, les promoteurs proposent d’instaurer des incitations pour la classe moyenne. Objectif: porter la production annuelle de logements à 150.000 au lieu de 100.000 actuellement. Le secteur propose ainsi de plafonner le prix du mètre carré à 5.000 DH pour des surfaces de 100 mètres carrés. La FNPI est, d’ailleurs, en train de mener une étude sur les effets induits pour l’Etat s’il accorde des mesures incitatives pour ce type de logements destinés à la classe moyenne.
L'eco

Anis25
05/04/2012, 00h06
Ok, mais comment te dire on s'en fou ? Bah on s'en fou. :rolleyes:

overclocker
05/04/2012, 11h21
Ok, mais comment te dire on s'en fou ? Bah on s'en fou.

Ok, mais comment te dire, ca te gratte? ben ca te gratte.


tu ne t'en fous pas du tout, sinon t'aurais pas pris la peine de commenter. ;)

chedadi
05/04/2012, 12h56
Ok, mais comment te dire, ca te gratte? ben ca te gratte.:lol: lol bien renvoyé !

Addoha est un vrai mastodonte. Bon vent avec l'Afrique.

La banque, le Btp et les telecoms, bon vent pour toutes nos entreprises qui déploient leurs ailes en Afrique

Cookies