PDA

Voir la version complète : Tanger: L’opération transit démarre doucement


oujdi
16/06/2006, 15h59
· La campagne RME lancée hier

· Des navires encore en cours de maintenance

· Les exportations quelque peu perturbées pendant cette période

Comme à l’accoutumée, ce n’est que timidement qu’a démarré, hier, l’opération retour. Les gros contingents sont attendus à partir du 25 juin, date des premières vacances scolaires dans certains pays, Allemagne et Pays-Bas notamment.
Aussi, l’activité au port de Tanger est tranquille. Certaines compagnies n’ont pas encore affrété leurs bateaux: c’est le cas du Rif, du Boughaz et Atlantica. «Ces derniers sont encore en cours de maintenance et ils seront prêts pour le grand rush», affirme le responsable d’une des compagnies maritimes. Le Marrakech Express, de la compagnie Comanav, qui avait été dérouté vers le port de Valence (Espagne) après une panne, n’a pas repris du service également. En attendant, il est remplacé par le Fantasia.
Cette année, ce sont pas moins de 18 bateaux qui devront assurer la campagne, dont 11 sur la seule ligne Tanger-Algésiras. Ils effectueront plus de 35 rotations par jour. Leur capacité maximale sera de 33.000 passagers et de 8.200 véhicules par jour. Sur la ligne Tanger-Sète trois ferries seront mis en place. Sur Tanger-Gênes, deux bateaux assureront la liaison.
A noter que l’opération transit, baptisée Marhaba, ne se limite pas au seul port de Tanger. Y participent aussi les ports de Sebta, Nador et dans une moindre mesure celui de Melilia.
Les statistiques officielles prévoient pas moins de 1,65 million de passagers à bord de 465.000 véhicules, soit une moyenne de 17.000 personnes/jour sur les trois mois que dure l’opération. Avec des pics d’au moins 30.000 voyageurs/jour début août et septembre.
Une situation que déplorent les exportateurs qui voient durant cette période leur activité quelque peu perturbée. En effet, comme la plupart travaille selon le principe des flux tendus avec leurs donneurs d’ordre en Europe, il y a des retards. Si pendant le mois d’août, les principales usines européennes sont en congé, le mois de juillet n’est pas un mois de repos et les commandes ne manquent pas. Aussi l’utilisation mixte, passagers-marchandises, du port de Tanger n’est pas sans créer des problèmes de fréquences et d’engorgement lors du passage du détroit. «Pendant les jours de grande affluence, les compagnies maritimes et les autorités favorisent le passage des véhicules MRE, une nécessité humanitaire et c’est les camions de marchandises qui en font les frais», souligne un opérateur.

--------------------------------------------------------------------------------


Interchangeabilité



Les autorités espagnoles sont revenues sur leur décision d’interdire l’interchangeabilité des billets. L’année dernière, le tribunal compétent en matière de concurrence avait tranché en faveur d’une interdiction de cette pratique jugée anti-commerciale. Mais lors de la campagne MRE, il s’est avéré que cette mesure a provoqué pas mal d’incidents remettant en question la fluidité du passage. Cette formule permet de faire embarquer les voitures sur les ferries selon leur ordre d’arrivée et quelle que soit la compagnie qui leur a délivré le billet. «Ce qui permet de ne gérer qu’une seule file d’attente, d’éviter d’envoyer des bateaux à moitié remplis et les retards», indique un armateur. Mais elle a le désavantage de réduire à néant le choix du consommateur.

De notre correspondant,
Ali ABJIOU
L'economiste

Cookies