PDA

Voir la version complète : FLN : une convergence anti-Belkhadem qui sent la préfabrication


Iska
12/04/2012, 15h08
FLN: une convergence anti-Belkhadem qui sent la préfabrication




http://www.lequotidien-oran.com/files/spacer.gifAvec les turbulences dont ses rangs sont la scène, l'ont voit mal le FLN préserver aux élections du 10 mai son statut de formation majoritaire dans les institutions élues du pays. Ce n'est certainement pas la réconciliation factice de ses courants sur le dos d'Abdelaziz Belkhadem qui va lui insuffler la dynamique électorale indispensable pour réaliser cette performance.

A moins d'un mois de l'échéance électorale, le spectacle grand-guignolesque dont les abords de sa direction centrale à Hydra ont été la scène dimanche passé risque d'avoir eu sur l'opinion publique l'effet contraire que ses acteurs ont pensé qu'il produirait. Les anti-Belkhadem qui se sont donné rendez-vous en ce lieu en apparence unis par le même et seul but: sauver le FLN, n'ont convaincu personne par la gesticulation orchestrée dont ils ont animé les hauteurs d'Alger. Ce à quoi ils se sont livrés n'avait rien d'une opération de sauvetage du parti. Que Belkhadem soit devenu un problème handicapant pour l'ex-parti unique, n'est pas contestable, ce qui l'est c'est la prise de conscience bien tardive qu'a eue la majorité de ceux qui ont joué aux révoltes contre lui devant le siège du parti.

Ils sont en effet la majorité de l'opposition anti-Belkhadem et n'ont réalisé la nuisance pour le FLN d'être dirigé par celui-ci que quand il les a écartés des listes du parti aux législatives. Un crime de « lèse-majesté » qui justifie à leurs yeux de faire cause commune avec le courant du parti pro-Benflis qu'ils ont évincé du contrôle du FLN ouvrant ainsi la voie à l'intronisation de Belkhadem sur le siège du secrétariat général du parti. Que les pro-Benflis aient accepté d'être rejoints par ces résistants à Belkhadem de la dernière heure, ne valorise pas le combat ouvert ou souterrain qu'ils ont mené contre celui-ci.

Personne n'est dupe de la convergence qui a réuni les courants du FLN. Elle n'a été possible que parce qu'ils ont reçu le signal que l'hallali et la curée du gibier Belkhadem sont permis. Qu'ils s'achèvent par l'éviction de ce dernier ne résoudra en rien le problème électoral du FLN. A supposer même que le départ de Belkhadem permettra à ses «tombeurs» de s'entendre sur la composante d'une nouvelle direction du parti, comment celle-ci va justifier ses appels à l'électorat à voter pour les listes du FLN présentées auparavant puis dénoncées comme peuplées de candidats dont les profils, les ambitions et les convictions sont antinomiques des valeurs et des principes du FLN.

Il se dégage l'impression, voire la certitude que le rassemblement à Hydra a été une mise en scène conçue et organisée pour discréditer et Belkhadem et ceux qui sont venus pour lui donner l'estocade. Rien ne se passe dans le FLN maison historique de l'allégeance politique au pouvoir en place sans que celui-ci en ignore ou se désintéresse. L'on ne fait pas dans l'ex-parti unique de «coup d'Etat scientifique» ou de toute autre nature sans le feu vert et l'onction de ce pouvoir. L'élan de réconciliation sur le dos de Belkhadem des courants ennemis qui se sont cristallisés dans les rangs du FLN ne doit rien à une volonté de sauver le parti.

Les acteurs qui s'y sont prêtés l'ont fait conditionnés et manipulés. Ils en retireront peut-être un bénéfice personnel, mais le FLN a lui perdu le peu de respect et de crédit qu'il conservait. Son sigle glorieux a été de nouveau terni par le lamentable spectacle de dimanche dernier. Même si l'Algérie est une «terre de miracle», en toute logique il est impensable qu'il puisse s'en produire un dans les urnes pour le FLN le 10 mai. Sauf à ce que les «faiseurs de miracles» transforment sa débandade que tout le monde constate en «triomphe électoral» envers et contre tous.


par Kharroubi Habib


Le Quotidien d'Oran

Iska
12/04/2012, 15h10
Même si l'Algérie est une «terre de miracle», en toute logique il est impensable qu'il puisse s'en produire un dans les urnes pour le FLN le 10 mai.

Il s'en est produit "un", pour le RND , trois mois uniquement aprés sa création .

Comment dirait l'autre; fumons du thé et restons eveillés .

KHORE
13/04/2012, 14h33
il n'y a qu'un seul parti en Algérie : le DRS

en ce moment, le scénério sorti contre BELKHADEM est celui utilisé contre MEHRI quand les généraux avaient décidé de compléter l'isolement de CHADLI. Le "coup" d'Etat "scientifique" qui se sert de l'organique, ou du réglement intérieur, pour demander la réunion d'un congrès extraordinaire pour retirer la confiance au Secrétaire Général, avec en tête des agitateurs des DRSistes connus pour leur grande G...

bel-court
13/04/2012, 18h31
Belkhadem serait le prochain premier ministre, et Muhend Ouyahia lui cédera sa place. C'est ça la démocratie algérienne, tantôt RND tantôt FLN.

Nazim85
13/04/2012, 23h57
Avant 1962: FLN = Front de Libération Nationale,
Après 1962: FLN = Front de Liquidation Nationale.

Salim
14/04/2012, 12h32
plus de 20 ans après l'instauration du multipartisme , Le FLN est toujours fidèle à lui-même, les mêmes vieux comportements ,les mêmes agissements à l'approche de chaque vote.

Cookies