PDA

Voir la version complète : MCS-USMA : Sept joueurs poignardés et évacués d’urgence à l’hôpital


Page : [1] 2

l'imprevisible
15/04/2012, 09h10
Laïfaoui, Bouchema et Charchar ont frôlé la mort
18 joueurs blessés

On n’aurait jamais imaginé qu’un jour, on en arriverait là. Lorsque le monde entier découvrait les images de Port-Saïd où pas moins de 70 personnes ont trouvé la mort, tous supporters d’Al Ahly, on était loin de penser que cela puisse arriver un jour en Algérie. Et pourtant, hier, à Saïda, on a revu les mêmes images et le drame a été évité de justesse, non pas grâce au service d’ordre, car celui-ci était passif, voire complice, mais «grâce à Dieu», comme n’ont cessé les joueurs de le répéter, eux qui se considèrent désormais comme des rescapés de l’enfer.

Le bus de l’USMA bloqué à l’entrée du stade, le cauchemar commence


Avant d’en arriver là, tout cela était prévisible. Le déplacement de l’USMA à Saïda n’allait pas être de tout repos, à l’occasion de ce match contre le MCS, surtout après que les responsables du Mouloudia de Saïda eurent refusé que la rencontre soit retransmise en direct à la télévision. Menacé par la relégation, le MCS était visiblement prêt à tout pour éviter le purgatoire, quitte à recourir à la violence et aux menaces de mort, pour intimider son adversaire du jour. Les Usmistes en ont eu vent dès leur arrivée au stade où une grande foule les attendait à l’entrée sans qu’on puisse distinguer les supporters des dirigeants ou des officiels. Le bus de l’USMA a été retardé à l’entrée du stade durant plus d’un quart d’heure où une foule déchaînée faisait usage de toutes sortes d’intimidations envers les joueurs. Pendant ce temps-là, dans une cohue indescriptible, les responsables du MCS refusaient l’accès aux vestiaires aux agents de sécurité de l’USMA, chargés d’assurer la sécurité des joueurs. Pour la délégation usmiste, il était hors de question de rentrer sans ses garde-du-corps, surtout dans de pareilles conditions. Il a fallu près de vingt minutes de négociations pour que le bus de l’équipe puisse enfin rentrer.


L’équipe de l’ENTV priée de rebrousser chemin


Comme on le sait, et comme déjà indiqué, les Saïdis ont refusé que ce match soit retransmis en direct. Ils ne se sont pas arrêtés là puisque même les caméras de la télévision, qui devaient filmer les séquences de la rencontre pour les différentes émissions qui font la rétrospective de la journée dans tous les stades, ont été empêchées d’accès au stade. Les techniciens de la télévision ont été priés de ranger leur matériel et de quitter les lieux, comme si un guet-apens se préparait au stade du 13-Avril de Saïda et ce, au vu et au su des officiels, des services de sécurité et des dirigeants du club.


Les Usmistes agressés à leur descente du bus


Dès que les joueurs de l’USMA sont descendus de leur bus, des supporters du MCS, qui avaient des dossards de stadiers, étaient là pour les accueillir avec des insultes et des menaces. Comme si cela ne suffisait pas, ils sont allés jusqu’à agresser physiquement quelques joueurs, dont Djediat qui a été la cible privilégiée de ces voyous chargés par les dirigeants de Saïda «d’assurer un bon accueil à leurs hôtes». L’intervention un peu tardive du service d’ordre a plus ou moins calmé la situation. Lorsque les joueurs de l’USMA sont ressortis du vestiaire pour aller s’échauffer, c’est autour de Lemmouchia de se faire agresser. Un supporter saïdi a surgi de nulle part pour aller lui asséner des coups. C’était rien par rapport à ce que les Usmistes vivront par la suite.


Le commentateur de la radio agressé, son matériel saccagé, l’USMA prise au piège


A la mi-temps, alors que le score était de 0 à 0, des supporters de Saïda, toujours avec des dossards de stadiers, sont montés dans la tribune de presse et sont allés agresser le commentateur de la radio qui avait signalé «quelques grabuges avant le début de la rencontre». Son matériel a été saccagé, et après avoir empêché l’équipe de la télévision d’entrer au stade, c’était silence radio au stade du 13-Avril. L’USMA est prise au piège.
Laroussi demande au délégué d’arrêter le match, mais l’arbitre s’y était opposé
Sentant le danger, et fort de sa longue expérience des terrains, le secrétaire de l’USMA, Mustapha Laroussi, a demandé au délégué d’arrêter le match, quitte à le perdre. Le délégué n’a rien voulu savoir. Le secrétaire des Rouge et Noir a alors appelé les secrétaires de la FAF et de la LFP pour les informer de la situation, mais ces derniers lui ont dit de voir avec le délégué du match. Ce dernier a alors transmis à l’arbitre Zouaoui la demande de l’USMA, mais le referee n’a pas voulu arrêter la partie. «Je lui ai demandé d’arrêter le match, avant qu’il y ait mort d’hommes, quitte à perdre la rencontre. On ne voulait plus de ces points qui allaient nous coûter la vie», nous confiait Mustapha Laroussi.


L’abitre siffle la fin, la chasse à l’homme est lancée


On jouait le temps additionnel lorsque Ouznadji égalisa de la tête (90’+8). L’arbitre avait ajouté dix minutes, car la partie s’était arrêtée environ 12 minutes après le but du MCS. Deux minutes après, l’arbitre mettra fin aux débats, et c’est l’enfer ! La chasse à l’homme est lancée ! Les supporters de Saïda, qui se sont donné le mot, envahissent le terrain, toutes sortes d’armes à la main. Les joueurs de l’USMA tentent de fuir. Sept d’entre eux n’ont pu joindre le vestiaire, ils se sont faufilés parmi leurs supporters qui les ont protégés. Ceux qui ont essayé de joindre le vestiaire sont pris au piège. Encerclés par des sauvages d’un autre âge, ils se font lyncher devant le service d’ordre passif et impuissant. Laïfaoui est poignardé au niveau de côtes, puis reçoit un coup à la tête. Il perd beaucoup de sang et tombe en perdant conscience. Le secrétaire de l’USMA, Abdellah Charchar, est atteint à la tête par une grosse pierre. Il tombe et perd conscience à son tour. Bouchema est gravement touché par un coup de couteau, il a du mal à atteindre les vestiaires. Les joueurs de l’USMA ne savent plus à quel saint se vouer. Zemmamouche est touché, Djediat aussi, c’est une boucherie, on ne sait plus ce qui se passe. Lorsqu’on a pu évacuer tout le monde dans le vestiaire, des joueurs manquaient à l’appel. Ce sont ceux qui avaient trouvé refuge chez leurs supporters. Peu de temps après, ils ont pu rejoindre leurs camarades. Une fois dans le vestiaire, on constate les dégâts. Ils sont lourds.
Gravement blessés, Laïfaoui, Bouchema et Charchar sont évacués d’urgence à l’hôpital


Les 18 joueurs sont blessés. On doit évacuer d’urgence les plus graves à l’hôpital. Laïfaoui et Abdellah Charchar, toujours inconscients et entre la vie et la mort, en plus de Bouchema, seront les premiers à être évacués par l'ambulance. Les autres reçoivent les premiers soins sur place. Le staff médical de l’USMA est dépassé et fait ce qu’il peut. Zemmamouche, Djediat, Feham et autres Hamiti se font recoudre leurs plaies dans le vestiaire. Plus tard, Hamiti, Maïga, Djediat et Feham, souffrant de différentes blessures, rejoindront les autres à l’hôpital.



19h30, Laïfaoui et Charchar reprennent conscience, Bouchema toujours choqué

Vers 19h30, et après avoir reçu les soins nécessaires, Laïfaoui et le secrétaire Abdallah Charchar sont réanimés. Leurs jours ne sont plus en danger. En revanche, Bouchema est toujours sous le choc. Même s’il est conscient, il a le regard dans le vide.


Le wali rend visite aux blessés

Le wali de Saïda, dès qu’il a eu vent de ce qui venait de se passer, s’est rendu directement à l’hôpital pour rendre visite aux Usmistes. Il a discuté avec les joueurs et s’est montré écœuré par ce qui leur est arrivé. Il a essayé de les réconforter en leur promettant de leur mettre tous les moyens dont ils auront besoin. Avant de les quitter, il a souhaité un prompt rétablissement aux blessés et leur a demandé de l’appeler en cas de besoin.



20h, les esprits se calment

Vers 20h, les esprits ont commencé à se calmer, mais les blessés étaient toujours à l’hôpital. A l’heure où nous mettons sous presse, la vie d’aucun membre de la délégation usmiste n’est en danger. A l’USMA, on n’oubliera pas de sitôt ce samedi 14 avril passé en enfer. De mémoire de footballeur, des scènes pareilles n’ont jamais été vécues lors d'un match de championnat.


Le Buteur
15/04/2012


../..

Arbefracom
15/04/2012, 10h26
La honte vraiment c'est pitoyable, bande de sauvages. En Algérie on a pas de supporters mais que des sauvages.

born_hittiste
15/04/2012, 10h31
Vers 20h, les esprits ont commencé à se calmer

le valium, diazepam, la chit... ont perdus leurs effets...

VelVet
15/04/2012, 11h24
Mon Dieu, ça fait froid dans le dos! quelle dérive :confused: ça craint :confused:

Zeste
15/04/2012, 12h23
Comment on en arrive là ??

L’équipe de l’ENTV priée de rebrousser chemin
vraiment étonnant !

Arbefracom
15/04/2012, 13h25
http://www.youtube.com/v/6mDSx8dD08k?version=3&hl=fr_FR

Attention propos vulgaires.





Les joueurs blessés à l'hôpital :

http://www.youtube.com/v/6I03I-QJcj8?version=3&hl=fr_FR

acide
15/04/2012, 13h56
C'est inadmissible la fédération doit sévir une sanction exemplaire, non pas quelques matchs à huis clos ni une relégation en division inférieure, Saïda ne doit plus avoir le droit d'avoir de club pendant un temps et c'est valable pour n'importe quel club qui susciterait de tels actes. Il y a beaucoup trop de désordre dans notre championnat

tenebre
15/04/2012, 14h11
***** ***** ***** et remerde !!!!!!!
pourquoi tant de violence pour un sport aussi insignifiant que le foot !!!????

ces guguss n'ont rien d'autre à fouttre dans la vie que de suivre avec une passion paranoïaque leurs équipe de foot !! ce n'est pas en gagnant le championnat que ces pseudos supporters connaîtrons des jours meilleurs !!!

pas plutard qu'hier il y a eu aussi des actes de violences et de barbarie chez nous !!!!!


je hais le foot !! je hais ce sport qui rend beaucoup de gens comme des animaux enragé !!!!!!!!!!!!

xenon
15/04/2012, 14h14
C'est inadmissible la fédération doit sévir une sanction exemplaire, non pas quelques matchs à huis clos ni une relégation en division inférieure, Saïda ne doit plus avoir le droit d'avoir de club pendant un temps et c'est valable pour n'importe quel club qui susciterait de tels actes. Il y a beaucoup trop de désordre dans notre championnat

tout à fait d'accord..
une dissolution pure et simple du club une interdiction du stade pour de nombreuses années ,sans parler des autres poursuites..

Salim
15/04/2012, 14h21
Acide

voudrait-tu qu'on commence par Saida ,et la prend comme un exemple ?
puisque les supporters des autres clubs ,sans distinction, refont les mémes actes à chaque fois où ils trouvent devant eux un résulat défavorable et un stade peu sécurisé.

absent
15/04/2012, 14h30
C'est horrible le commentaire de celui qui filme.La violence est ancrée.

C'est le même feuilleton dans tout les pays du nord d'Afrique.

absent
15/04/2012, 14h31
C'est inadmissible la fédération doit sévir une sanction exemplaire, non pas quelques matchs à huis clos ni une relégation en division inférieure, Saïda ne doit plus avoir le droit d'avoir de club pendant un temps et c'est valable pour n'importe quel club qui susciterait de tels actes. Il y a beaucoup trop de désordre dans notre championnat

Ils vont refaire la même chose.Et je n'ai pas de solution pour cela.

orion
15/04/2012, 14h45
c'est grave !
quand on arrive au point de poignarder des joueurs ... :22::22:
je sais même pas quoi penser ...

En espérant qu'ils descendent en D2 car si il restent, l'année prochaine il y aura vengeance :22:

obladioblada
15/04/2012, 14h57
La violence se banalise, les jeunes se baladent avec toutes sortes armes, la vie humaine n'a plus de valeur:cry:

zen.man
15/04/2012, 15h18
On n’aurait jamais imaginé qu’un jour, on en arriverait là.
Qui sème le vent récolte la tempête.

Galaad
15/04/2012, 17h13
Il faut peut être radier ce club du foot. Une décision radicale s'impose.

acide
15/04/2012, 21h38
voudrait-tu qu'on commence par Saida ,et la prend comme un exemple ?
puisque les supporters des autres clubs ,sans distinction, refont les mémes actes à chaque fois où ils trouvent devant eux un résulat défavorable et un stade peu sécurisé.

Eh bien s'il faut qu'il reste 5 club en tout, ou même moins ça sera le prix à payer..... peut être que ça relèvera le niveau "en général", mais laisser les choses dans cet état n'est surement pas une solution.
De toute façon dissoudre quelques club est obligatoire ce n'est pas normal q'une ville compte 4 club ou plus et que chaque confrontation vire au cauchemar, ça ne fait que cultiver la haine entre les cartier

chegevara
15/04/2012, 22h47
http://www.casimages.com/img.php?i=120415113933321896.jpg

Laifaoui quelques instants apres l'attaque

Myst
15/04/2012, 23h11
:22::22:

@Che
Je pense qu'il serait préférable de mettre juste le lien

chegevara
15/04/2012, 23h30
c fait Myst...desolé:22:

rodmaroc
15/04/2012, 23h30
De la haine à l'état pur...c'est dégueulasse.

Arbefracom
15/04/2012, 23h34
C'est dégueulasse tout ça pour un ballon de foot... c'est pathétique et rageux à la fois.

Oummati, oummati, oummati ....

Dabachi
16/04/2012, 01h24
7 joueurs poignardés ????? :eek::eek::eek::eek:

C'est la premiére fois que j'entends ca, je crois que c'est la premiére fois que cela arrive, c'est incroyable où était le service de sécurité et la police ?

Et la télévision algerienne qui se fait jeter, c'est inédit cet histoire.

Les joueurs n'auraient jamais du accepter de disputer ce match.

Diamond
16/04/2012, 08h45
Ce qui me sidere c'est les commentaires des personnes dans la video, ils voient des gens se faire tabasser et lyncher et eux ils rigolent, ou est l'humanisme et ou sont les valeurs, je pense que c'est assez representatif de notre societe qui file droit au mur, quel dommage.

Digital
16/04/2012, 09h12
rigoler et prendre du plaisir quand on voit les gens se faire lyncher est inhumain et ce club ne mérites pas de jouer au foot tout comme ses fans qui pour certains leur place est dans une prison ,j'espere que de lourdes sanctions seront prises car il y'a urgence et la vie des joueurs est en danger,il y'a des joueurs comme laidaoui qui as eu 2 mois d'incapacitè,c assez grave
d'apres la video ,on remarque surtout l'absence des services de securitè

elfamilia
16/04/2012, 13h37
C'est très grave.
Laïfaoui et un dirigeant de l'USMA sont toujours hospitalisés.
Des mesures sérieuses doivent être prises avant qu'il ne soit trop tard.

hiemsal
16/04/2012, 20h56
Une horreur.
C'est, cependant cela la societe Algerienne de nos jours. Que voulez vous qu'il en sorte, lorsque la seule "association culturelle" qui active a proximite de cette jeunesse est celle du kif et des psychotropes ? Yaw elghachi hadak elkoul mqafal !
L'etat Algerien a abandone la societe, il intervient juste quand un mouvement politique essaie d'investir l'espace publique !
Esperons de tout coeur que les blesses s'en sortirons et retrouverons leur pleines santes! Pu....de m...quel gachis.

l'imprevisible
16/04/2012, 21h11
Personnellement ce qui me sidère (en plus de l'horreur de la situation) c'est ce silence RADIO de la part des autorités (in)compétentes !


Je ne sais pas jusqu'à quand cet immobilisme sclérosera El Mouradia et dérivées !



../..

supernova
16/04/2012, 21h30
rassurez vous ces scènes ne sont pas inédites, c'est souvent comme ça que se terminent les rencontres de football ici, sauf que cette fois il s'agit de joueurs gravement blessés et surtout de l'USMA

Serpico
16/04/2012, 23h49
Le Maroc n'a pas échappé au hooliganisme le Week-end dernier à Casablanca qui a vu la mort d'un jeune écrasé par la foule.

Les états maghrébins ,depuis le printemps arabe, et de peur de voir les choses dégénérer, lâchent prises sur le plan sécuritaire et les voyous en profitent pour tout casser.
Il y a aussi les ONG des droits de l'homme qui en rajoutent pour réclamer la libération de mineurs qui ont été emprisonnés lors de précédents matchs alors qu'ils sont la cause de dégradations et de blessures

...............................

Graves incidents à Casablanca

14/04/2012 -

La rencontre ayant opposé cet après-midi le Wydad Casablanca aux FAR de Rabat a été émaillées de graves incidents causés par les spectateurs de la rencontre.

L’un des chocs au sommet de la 25e journée de Botola Pro mettait aux prises deux escouades de référence du football marocain. Mais c’est le triste spectacle dans les grands gradins qui a défrayé la chronique. Les heurts ont éclaté à la mi-temps de la rencontre lorsque certains voyous ont commencé à jeter des projectiles et des sièges avant de détruire le grillage qui sépare les gradins de la piste d’athlétisme.

L’arbitre de la rencontre entre le WAC et les FAR a dans un premier temps été obligé de décaler le début de la seconde période de la rencontre au vu de la gravité des incidents qui ont émaillé la rencontre et qui se sont poursuivis à l’extérieur du complexe Mohammed V.

Les autorités locales n’ont pas encore donné un bilan précis des éventuels blessés victimes des écarts de conduite de personnes, qui n’ont de supporters que le nom.

La résultat de la confrontation entre le WAC et les FAR revêt un caractère anecdotique au vu de ce qui s’est passé au complexe Mohammed V. Les Casablancais l’ont emporté sur le score de deux buts à zéro sur des réalisations inscrites dans le dernier quart d’heure par Bakari Koné et Younès Houassi.

La violence dans les stades marocains prend ces derniers temps une ampleur sans précédent. Un mal endémique qui pourrait hypothéquer le devenir même du football marocain.

Eurosport -

Cookies