PDA

Voir la version complète : Paul Balta raconte l’échange qu’il avait eu avec Boumediene à propos de Ahmed Ben Bella


Vigilance
15/04/2012, 13h04
Le spécialiste du monde arabe, maghrébin, musulman et méditerranéen, Paul Balta, 83 ans, était cet après-midi, l’invité de marque du le 8e Salon national du livre se tenant du 12 au 21 avril 2012, au Palais des expositions des Pins maritimes, à Alger.

Paul Balta, auteur d’une bibliographie prolixe notamment des essais comme Iran-Irak, une guerre de 5000 ans, Le Grand Maghreb, des indépendances à l’an 2000, L’Algérie ou encore Islam et Coran, journaliste et correspondant entre autres du Monde, à Alger de 1973 à 1978, ayant côtoyé des présidents tels que Houari Boumédiene avec lequel il entretenait des relations cordiales, Hassan II ou Djamel Abdenasser, a animé une communication entrant dans le cadre de la célébration du cinquantenaire de l’indépendance de l’Algérie ( 5 juillet 1962).

Aussi, Paul Balta soulignera la mémoire du premier président de l’Algérie indépendante, Ahmed Ben Bella, décédé, le 11 avril 2012 à l’âge de 96 ans : « Je suis triste que la disparition de Ahmed Ben Bella coïncide avec la célébration du 50e anniversaire de l’indépendance de l’indépendance de l’Algérie. Je lui rends hommage… ».

Paul Balta a enregistré 50 heures d’entretiens en cinq ans avec le président Houari Boumédiène. Il relatera à l’auditoire l’échange qu’il avait eu avec lui, en 1974, à propos de Ahmed Ben Bella (déposé et mis en résidence surveillée, à l’issue du coup d’état du 19 juin 1965) : « Un jour, en, 1974, je lui ai posé la question qui me préoccupait depuis longtemps : ‘qu’en était-il de Ben Bella ? ». Je l’ai senti agacé, je l’ai vu se renfrogner mais il s’est vite repris : « lors du sursaut révolutionnaire, en 1965, on aurait pu liquider ou faire disparaître le chef de l’Etat (Ahmed Ben Bella). Tout le monde aurait oublié ! Ce n’est pas ma conception et faire un procès dans les moments difficiles, ce n’était pas facile. Ahmed Ben Bella n’est pas en prison, il est en résidence surveillée et correctement traité ». Et, très vite, il était passé à autre chose…Ce qui n’était pas à son avantage ( le coup d’état et la résidence surveillée de Ben Bella) ! ».

El Watan

Cookies