PDA

Voir la version complète : Les douze mensonges du gouvernement Ahmed Ouyahia


Fouad
15/04/2012, 19h52
Les douze mensonges du gouvernement Ahmed Ouyahia

Par Le Matin DZ <http://null/author/admin/> | 14/04/2012 08:14:00 | 6946 lecture(s)

L'on assiste actuellement à une véritable cacophonie, de déclaration de responsables algériens qui ne mesurent pas la portée négative de leurs discours préjudiciables à l'image de l'Algérie. L'entropie atteint un niveau inacceptable. Jugez-en.
<http://www.*********.net/thumbnail.php?file=2012/04/ouyahia_711659597.jpg&amp;size=article_medium> Abdelaziz Bouteflika et Ahmed Ouyahia
1- Un ministre des Finances qui annonce que l'affaire Djeezy évaluée par certains bureaux d'études à plus de 6,5 milliards de dollars est réglée alors que le patron d'Orascom vient d'annoncer l'arbitrage international.
2- Un ministre de l'Investissement qui annonce la conclusion imminente d'un accord avec le groupe Renault, démenti par le patron de Renault lui-même.
3- Un ministre de l'Energie qui annonce que le cas du gazoduc Galsi est réglé, démenti par les élus de la Sardaigne et des réserves de gaz de schiste sont l'équivalent des Etats-Unis d'Amérique, démenti par le rapport de l'AIE de décembre 2011 qui annonce moins de 6500 milliards de mètres cubes gazeux. Et un règlement à l'amiable non transparent, après avoir affirmé pendant des mois que Sonatrach était dans son droit du remboursement des plus-values à certaines compagnies internationales pour éviter l'arbitrage international.
4- Un système socio-éducatif naufragé, du primaire au supérieur en passant par le secondaire et la formation professionnelle, où la quantité l'emporte sur la qualité avec des déperditions scolaires croissantes ayant plus de chance d'être chômeurs en étant diplômés, en contradiction avec les discours triomphants.
5- Un ministre de la Santé qui annonce la fin de la pénurie de médicaments et des malades qui n'arrivent pas à se soigner.
6- Un ministre du Travail qui annoncent la création d'un million d'empois en une année, et un taux de chômage inférieur à 10%, comptabilisant tous les emplois de la rente. Le tout en contradiction totale avec la réalité sur le terrain.
7- Un ministre de l'Agriculture qui nous annonce que la pénurie de la pomme de terre sera terminée après les élections du 10 mai 2012, alors qu'il annonçait entre 2010/2011 une politique appropriée de stockage, que l'agriculture s'est redressée alors que l'Algérie importe la majorité des besoins des ménages et un ministère de la Pêche où la sardine dépasse les 400/500 dinars le kilo.
8- Un ministre du Commerce qui annonçait fin 2010 l'adhésion de l'Algérie à l'Organisation mondiale du commerce, que l'accord du report du démantèlement tarifaire de trois années en 2020 avec l'Europe était réglé pour fin 2011 (pas de nouvelles réconfortant ces dires ni de l'Europe ni de l'OMC) et que l'inflation est maîtrisée, oubliant que les Algériens ne mangent pas les chiffres.
9- Un ministère de l'Aménagement du territoire et de l'environnement où les indicateurs internationaux montrent une détérioration accélérée de l'environnent en Algérie. Alger étant l'une des villes les plus polluées du monde, une urbanisation anarchique, un déséquilibre régional. Avec un ministère du Tourisme sans vision sur l'avenir ni sur l'environnement et un ministère de la Culture qui n'a de culture que le nom.
10- Un ministre chargé de la communauté émigrée qui a sillonné le monde (combien ont coûté ces voyages dans les quatre coins du monde ?) qui veut faire revenir la diaspora attentive au sort de ses collègues au niveau local, alors qu'il fallait déjà retenir le peu de cadres qui restent au pays. Ici aussi, l'exode de cerveaux (ajouté aux harragas) s'amplifie, le poste services ayant atteint pour la première fois fin 2011 environ 12 milliards de dollars.
11- Un ministre de la Prospective, précédemment à la tête des réformes pendant plus de 8 années, n'ayant rien réformé, et qui semble remettre en cause l'ensemble des indicateurs du chômage, en fait du taux de croissance réel alors que pendant des années il annonçait le contraire.
12- Un gouvernement qui annonce la lutte contre la corruption et la sphère informelle alors que la corruption s'est socialisée, touchant tous les secteurs et que la sphère informelle, produit du système bureaucratique rentier, liée à la logique rentière, est dominante, pénalisant les producteurs de richesses et son fondement le savoir.
Où est le bilan de chaque département ministériel ? Où est le bilan de la dépense publique ? 7 milliards de dollars entre 2001/2002, de 200 milliards de dollars entre 2004/2009, des 286 milliards de dollars prévus entre 2010/2013, dont 130 de restes à réaliser du programme 2004/2009, le rendement des réserves de change tenant compte des taux d'intérêts et de l'inflation mondiale, des 188 milliards de dollars dont 90% sont placés en bons de trésor américain et en obligations européennes ?
La liste est longue, très longue avec des déclarations souvent contradictoires et hélas à des intervalles réguliers, discours retransmis par la télévision publique et qui fait que la majorité de la population parabolée, désarçonnée par tant de contradictions traverse une terrible crise de confiance envers ses dirigeants. Plus personne ne croit ces déclarations lénifiantes. Au lieu de ces discours, il aurait fallu que ces responsables qui semblent ne pas maîtriser leur dossier se taisent. Y a-t-il un pilote à bord ? Pourquoi le manque de stratégie en ce monde turbulent où tortue Nation qui n'avance pas recule où l'Algérie sans les hydrocarbures comme le rappelait justement le Premier ministre Ahmed Ouyahia, serait le pays le plus pauvre en Afrique avec un impact nul au niveau des relations internationales ?
Triste spectacle de ministres qui naviguent à vue, beaucoup plus préoccupés par leur destin personnel. Ces ministres oublient que l'Algérie indépendante depuis 50 ans est dépendante à 98% des exportations d'hydrocarbures. Ce grave constat ne semble pas émouvoir grand monde en haut lieu. L'Algérie approchera dans quelques années 50 millions d'habitants, elle sera sans pétrole dans 16 ans et sans gaz conventionnel dans 25 ans tenant compte de la concurrence internationale, de la structure des coûts et la forte consommation intérieure. Qu'adviendra-t-il du pays et des Algériens alors ? Pense-t-on à notre devenir ? Manifestement non.
Si l'on veut éviter l'implosion sociale à terme, la sécurité nationale étant posée, une mutation systémique reposant sur plus de moralité avec un discours de vérité, et l'Etat de droit, des réformes touchant tant le politique, l'économique, le social et le culturel, sont urgentes et impérieuses pour le redressement de l'Algérie. Autrement...

Abderrahmane Mebtoul, expert international

rasibus
15/04/2012, 20h06
mebtoul expert en expertise ! (on attend toujours le CV de cette baltringue de stature internationale :lol:)


1- Un ministre des Finances qui annonce que l'affaire Djeezy évaluée par certains bureaux d'études à plus de 6,5 milliards de dollars est réglée alors que le patron d'Orascom vient d'annoncer l'arbitrage international.
Sawiris risque la prison ferme en Italie …

2- Un ministre de l'Investissement qui annonce la conclusion imminente d'un accord avec le groupe Renault, démenti par le patron de Renault lui-même.

Vues les conditions qu’exigaient terrains gratuits, pas d’imposition, subventions et prets bancaires gratuits, etc etc tout ca pour assembler des Dacia, on comprend mieux pourquoi Ouyahia a favorisé Mercedes a Tiert (4x4), et soutient le projet VW a Bellara …


3- Un ministre de l'Energie qui annonce que le cas du gazoduc Galsi est réglé, démenti par les élus de la Sardaigne et des réserves de gaz de schiste sont l'équivalent des Etats-Unis d'Amérique, démenti par le rapport de l'AIE de décembre 2011 qui annonce moins de 6500 milliards de mètres cubes gazeux. Et un règlement à l'amiable non transparent, après avoir affirmé pendant des mois que Sonatrach était dans son droit du remboursement des plus-values à certaines compagnies internationales pour éviter l'arbitrage international.

Le Galsi va etre lancé, et le Nigal (Nigerie-Algerie) aussi … et Gas Natural a accepeté de ceder 3% de son capital pour faire cesser son different avec Sonatrach


4- Un système socio-éducatif naufragé, du primaire au supérieur en passant par le secondaire et la formation professionnelle, où la quantité l'emporte sur la qualité avec des déperditions scolaires croissantes ayant plus de chance d'être chômeurs en étant diplômés, en contradiction avec les discours triomphants.
Quel galimatias ! avec un chomage passé sous la barre des 10% … super credible ! Elias Adam Zerhouni doit bien rigoler !

5- Un ministre de la Santé qui annonce la fin de la pénurie de médicaments et des malades qui n'arrivent pas à se soigner.

Et 45 directeurs d’hopitaux renvoyés pour ne pas avoir remis la liste de leurs besoins en medicaments
Avec installation en Algerie de geant du medicament en Algerie, Sanofi, Astra-Zenatec, Lilly … pour y produire localement des medicaments

citoyen
15/04/2012, 20h09
13 - l'autoroute est ouest pour fin 2010 reportée à Youm El Kyama :mrgreen:.

Laghouati
15/04/2012, 20h14
14 - Depuis la salle des opérations , le 10 Mai 2012 à 23h 30, le ministre de l'intérieur annoncera dans une déclaration à la presse que le taux de participation aux élections législatives aura atteint 63% à la fermeture de l'urne.

rasibus
15/04/2012, 20h24
suite :



6- Un ministre du Travail qui annoncent la création d'un million d'empois en une année, et un taux de chômage inférieur à 10%, comptabilisant tous les emplois de la rente. Le tout en contradiction totale avec la réalité sur le terrain.
Chiffres repris et validés par le Bureau international du travail, agence onusienne très prestigieuse
Mebtoul perd la boule !


7- Un ministre de l'Agriculture qui nous annonce que la pénurie de la pomme de terre sera terminée après les élections du 10 mai 2012, alors qu'il annonçait entre 2010/2011 une politique appropriée de stockage, que l'agriculture s'est redressée alors que l'Algérie importe la majorité des besoins des ménages et un ministère de la Pêche où la sardine dépasse les 400/500 dinars le kilo.

Il n’y a pas penurie, mais speculation, maffia qui perturbe le marché
La politique de la pomme de terre algerienne est desormais complete, de la gestion du genome des pommes de terres locales, a la production de semence, jusqu'à l’aide aux agriculteurs … on est loin du fantasme de cette andouille qui confond critique avec delire haineux


8- Un ministre du Commerce qui annonçait fin 2010 l'adhésion de l'Algérie à l'Organisation mondiale du commerce, que l'accord du report du démantèlement tarifaire de trois années en 2020 avec l'Europe était réglé pour fin 2011 (pas de nouvelles réconfortant ces dires ni de l'Europe ni de l'OMC) et que l'inflation est maîtrisée, oubliant que les Algériens ne mangent pas les chiffres.

Inflation non maitrisee ! La meilleure de l’anne, surtout quand on sait que le pays a decidé de placer a l’etranger la majorité de ses avoirs justement pour eviter la surliquidité et combattre ainsi l’inflation !

Mebtoul dit n’importe quoi !

L’adhesion a l’OMC n’est pas une decision de Ouyahia, mais des membres de l’OMC a l’unanimité, et cette adhesion est tout sauf une priorité ! place au developpement industriel, ca suffit l’IMPORT-IMPORT !

9- Un ministère de l'Aménagement du territoire et de l'environnement où les indicateurs internationaux montrent une détérioration accélérée de l'environnent en Algérie. Alger étant l'une des villes les plus polluées du monde, une urbanisation anarchique, un déséquilibre régional. Avec un ministère du Tourisme sans vision sur l'avenir ni sur l'environnement et un ministère de la Culture qui n'a de culture que le nom.

Le métro, le tramway, l’aménagement de l’Oued el harrach, les stations de collecte et de retraitement des eaux usées, l’implatation des geants du tourisme Sheraton, Mariott, Hilton etc etc …
Un Cinema algerien en plein renouveau, des festivals en plein essor, des bibliotheques qui poussent un peu partout, des musees toujours mieux dotés, une scene theatrale qui produit mille fois plus !

10- Un ministre chargé de la communauté émigrée qui a sillonné le monde (combien ont coûté ces voyages dans les quatre coins du monde ?) qui veut faire revenir la diaspora attentive au sort de ses collègues au niveau local, alors qu'il fallait déjà retenir le peu de cadres qui restent au pays. Ici aussi, l'exode de cerveaux (ajouté aux harragas) s'amplifie, le poste services ayant atteint pour la première fois fin 2011 environ 12 milliards de dollars.

Quel khorta, on n’y comprend absolument rien du tout !


11- Un ministre de la Prospective, précédemment à la tête des réformes pendant plus de 8 années, n'ayant rien réformé, et qui semble remettre en cause l'ensemble des indicateurs du chômage, en fait du taux de croissance réel alors que pendant des années il annonçait le contraire.

Hamid Temmar est un vrai tocard, certes, mais en comparaison de ce Mebtoul, c’est un aigle ! un prix nobel authentique !

---

quel guignol, il fait de la peine, et se trompe sur tout absolument tout, suffisance, autisme, cretinerie clinique, incluture crasse, mediocrité lugubre, haine etouffante ... au rythme ou va le pays il va bientot faire un infarctus, on ne le pleurera pas

ps : oser parler de corruption dans le torchon virtuel et electronique de Mohamed Benchicou (fraude aux Bons de caisse : 2 ans de prison ferme ensuite), ca ne manque pas de sel !

en tout cas ca situe bien le personnage !

KHORE
15/04/2012, 20h49
@ rasibus


Avec installation en Algerie de geant du medicament en Algerie, Sanofi, Astra-Zenatec, Lilly … pour y produire localement des medicaments


SANOFI est installé depuis presque vingt ans et avec cette année un chiffre d'affaire de plus un milliard et demi de dollars par an, imagine, ce qu'il a engrangé depuis sans que le labo fransaoui ne produise aucune molécule sur place. Mieux il importe pour nous ses princeps qu'il fait fabriquer en Chine

Lilly s'est installé et comme l'autre américain Pfizzer peine à se placer face à la Françalgérie...

Astra Zeneca a annoncé un investissement de 50 millions pour "produire" avec BIOPHARM un privé algérien qui jusqu'à présent fait de la mise en boite...à suivre et juger sur ce qu'il nous offrirons

La Syrie sous embargo mondial, tient le coup parceque auto suffisante pour se nourrire et se soigner.

rasibus
15/04/2012, 20h52
@Khore

l'industrie pharmaceutique algerienne se developpe a vitesse soutenue, meme toi tu en conviens volontiers !

dont acte !

Hyde
17/04/2012, 09h52
L'on assiste actuellement à une véritable cacophonie, de déclaration de responsables algériens qui ne mesurent pas la portée négative de leurs discours préjudiciables à l'image de l'Algérie.

c'est voulu. c'est le système ;)

ne le dites à personne. ça reste entre nous.

rasibus
17/04/2012, 19h22
la portée négative de leurs discours préjudiciables à l'image de l'Algérie.

tant que les loups hurlent contre nous, c'est que tout va bien

le jours ou ces chiens galeux commenceront a nous chanter des louanges, ce jour-la on pourra etre sur que le pays prend la mauvaise direction

plus ils nous vomissent, nous denigrent, nous diffament dans leur presse nostalgique et revancharde,
et plus on peut etre certains que nous suivons le bon chemin,

ces hyenes puantes et leur vice on connait deja bien ... eux et leurs zélés employés, ex-indigenes orphelins du colon, on connait aussi ...


... la caravane passe ...

citoyen
17/04/2012, 21h43
Allez Aabiwou Rasskoum avec un autre mensonge émanant cette fois-ci du président pas du gouvernement hacheh :mrgreen:.

12 mensonges c'est vraiment très peu alors que les gouvernements successifs n'ont pas arrêté de mentir : souvenez vous de la 3G, triple-play, les hôpitaux privés, passport biométrique, et j'en passe.

Des projets ratés se comptent à la pelle pas avec les doigts, alors accepter le mensonge comme mode de gouvernance aya kahiwna yerhem babekoum.

rasibus
17/04/2012, 21h47
le citoyen est de retour !

avec l'esprit civique au programme ! :rolleyes:

milkshake
17/04/2012, 22h34
Madabina keyen 12 bark, mais machekitch.

Cookies