PDA

Voir la version complète : Le chef de la sûreté de Rabat passé à tabac par des « fils à papa » ivres


ajadjiith
23/05/2012, 21h33
Mawazine : Le chef de la sûreté de Rabat passé à tabac par des « fils à papa » ivres

Selon plusieurs sources médias, le chef de la Sûreté de Rabat, M. Mustafa Moufid, aurait été sévèrement passé à tabac alors qu’il interpellait deux jeunes totalement ivres durant l’ouverture du Festival Mawazine, Vendredi dernier. Du fait de l'intervention de quelqu'un de haut placé, les deux agresseurs n'ont pas été inquiétés.

Après avoir été copieusement insulté, le chef de la sûreté de Rabat, M. Mustafa Moufid, a été passé à tabac par deux jeunes hommes complètement ivres lors de la soirée d’ouverture du festival Mawazine Vendredi dernier à Rabat. L’incident s’est produit au pied de l’estrade officielle qui accueillait le prince héritier.

« Le chef de la sûreté de Rabat a reçu plusieurs coups avant que l’on arrête les suspects. Ils ont été conduits au poste de police mais relâchés aussitôt du fait de l’intervention d’une personne haut placée » informe le journal arabe Akhbar Alyawm.

A l’origine des faits, l’un des jeunes hommes aurait jeté un de ses mégots de cigarette sur le tapis rouge du podium accueillant les invités officiels. Le chef de la sûreté serait intervenu immédiatement auprès de lui et de son comparse pour leur demander de quitter les lieux, une injonction que les deux jeunes hommes, sous l’emprise de l’alcool, auraient sèchement refusé. S’en serait suivi un crescendo vocal aboutissant au passage à tabac du policier.

Roué de coups, M. Moufid a dû attendre l’intervention des gardes du corps du prince héritier pour être libéré de l'étreinte de ses agresseurs. Libérés aussitôt du fait de l’intervention de quelqu’un de haut placé, ces derniers ne risquent rien puisque le commissaire s’est vu dans l'obligation de renoncer à sa plainte.
Selon le quotidien arabophone, qui ne cite pas ses sources, les deux jeunes festivaliers appartiendraient aux familles Kettani et Naciri.

ya biladi

ajadjiith
23/05/2012, 21h35
à faire partagé au maximum SVP

sur Facebook , Twister , sur d'autre Forum , il faut absolument que ses types paie ce qu'ils font ...

souvenez vous de l'histoire du fils a naciri qui d'après ce que je viens de comprendre viens de frappé encore une fois !

IL FAUT QU'IL PAIE !!!

magh91
23/05/2012, 21h40
Si benfirane le veut,ce problème du fils de naciri peut être réglé en quelques minutes

okba30
23/05/2012, 22h18
C'est triste, s'attaquer à un agent de la paix c'est doublement criminel. Et la justice dans tout ça ?

ourgha
23/05/2012, 22h24
agent de la paix? Ce n'est plus le colonisateur

que des accrobaties à coté

AARROU
23/05/2012, 22h37
magh91 Si benfirane le veut,ce problème du fils de naciri peut être réglé en quelques minutes

Qu'il leur applique la CHARIA,100 coups de fouet sur la scène du festival,avant le spectacle(ou après ) de NANCY AJRAM :razz::razz::razz::razz:

massinissa
24/05/2012, 00h25
Si benfirane le veut,ce problème du fils de naciri peut être réglé en quelques minutes

Si son altesse le désire ce problème du fils de naciri peut être réglé en quelques milliardièmes de seconde.

BMW
24/05/2012, 01h32
N'oubliez pas que les flics c'est des chiens ! C'est des provocateurs bla din la mella ..... Plein da haine sans pitié ni envers les femmes ni les vieillards

Attaquer un agent de police c'est inacceptable mais l'attitude des policiers marocain est digne des grands voyous policiers russes !

nacer-eddine06
24/05/2012, 01h41
c le syndrome de kostotoz
les baouches en de beaux jours devant eux
vive le roi
oups dans ce cas precis vive le prince heritier
et pour l avocat c parcequ ils baouchisent d autres baouches qu il merite d etre baouchiser
sale baouche

jawzia
24/05/2012, 01h52
Le préfet Moufid goûte à sa propre médecine

http://www.demainonline.com/wp-content/uploads/Ali-Nassiri.jpg (http://www.demainonline.com/2012/05/23/le-prefet-moufid-goute-a-sa-propre-medecine/ali-nassiri/)

Ali Nassiri, l'un des agresseurs du préfet Moufid (Photo DR)



Rabat.- Qui vit par l’épée, meurt par l’épée, dit le dicton. Pour coller à l’actualité marocaine on pourrait dire : Qui vit par la matraque, finit un jour par l’avoir dans la gueule. C’est ce qui arrivé la semaine dernière au préfet de police de Rabat, le pauvre Mohamed Moufid.
C’était vendredi dernier, lors d’un spectacle du festival Mawazine à Rabat. Le préfet Moufid qui assurait personnellement la sécurité en raison de la présence du prince héritier Hassan s’est approché de deux jeunes hommes, en état d’ivresse qui faisaient du grabuge, histoire de les gronder et les rappeler à l’ordre.

Néanmoins, sans coup férir, les deux jeunes hommes se sont rués vers le représentant de la loi en le rouant de coups et en l’abreuvant d’injures. Arrêtés sur le champ et embarqués au commissariat dans l’attente d’être présentés devant le parquet pour violence caractérisée envers un membre des forces de l’ordre dans l’exercice de ses fonctions, quelle n’a été la surprise du pauvre préfet quand des instructions venues de très haut lui ont intimé l’ordre de relâcher les deux violents.

Sans plus attendre, Mohamed Moufid s’est exécuté, et il a non seulement libéré les deux jeunes hommes mais il a également, à son corps défendant sûrement, fait comme si de rien n’était. Comme si l’agression n’avait jamais eu lieu.

Depuis, en dépit des évidences et des témoignages, nombreux, recueillis sur place, le préfet dément s’être fait casser la gueule. Il le fait sûrement par patriotisme.

Demain a pu s’enquérir de l’identité des deux fils à papa qui ont attaqué le pauvre préfet. Et on comprend mieux maintenant pourquoi Mohamed Moufid les a libérés et mis sa dignité entre guillemets.


Les deux agresseurs sont un certain Ali Nassiri, compagnon fidèle des enfants riches et gâtés du Maroc et surtout ami de « Lalla Soukaïna », la petite-fille préférée du défunt Hassan II. Le deuxième est Driss Kettani, l’un des fils d’Azzedine Kettani, un puissant avocat de Casablanca, qui est subsidiairement professeur à l’Université de droit de la capitale économique du royaume.

Au Maroc des « Sidi » et des « Lalla », quand on veut s’en prendre à la police il vaudrait mieux s’appeler Nassiri et Kettani, et surtout pas Belghouat.

Thami Afailal

Cookies