PDA

Voir la version complète : Yassine El Mouhtadi. Mouvement du 20 février Pourquoi pas une monnaie commune?


Neutrino
26/05/2012, 10h06
- En août prochain, cela fera 18 ans que la frontière est fermée entre nos deux pays. 18 ans, c’est long…

Dix-huit ans, c’est toute une génération. Cette fermeture incarne surtout un enjeu politique pour maintenir deux régimes en place. Au Maroc, comme en Algérie, je pense, on a beaucoup exploité cette théorie de l’ennemi extérieur qui est le voisin. On a contraint des frères à ne pas se rencontrer. A travers le Mouvement du 20 février, nous ne militons pas seulement pour l’ouverture des frontières, mais surtout pour une ouverture des esprits. Il faut créer ou renforcer une union déjà existante et imposer un partage entre les peuples. Avec nos frères algériens, nous souhaitons travailler dans le sens d’une réelle ouverture, mais également et, pourquoi pas, vers la création d’une monnaie commune ?

- Pourquoi le Maroc semble-t-il plus mobilisé pour la réouverture de cette frontière que l’Algérie qui ne cesse de répéter que «ce n’est pas à l’ordre du jour» ?

Effectivement, on a cette impression, surtout depuis le début du Printemps arabe. A travers sa voix, le Maroc veut donner l’image d’un pays plus actif que son voisin et, ces derniers temps, ces efforts sont dus à l’élection récente du PJD (Parti pour la justice et le développement, islamistes, ndlr). Seulement, ce n’est pas le gouvernement marocain qui a le dernier mot, mais tout un système, et pour le Maroc, un système hérité de l’ère Hassan II (roi de 1961 à 1999, ndlr). Nos pays ont besoin de se démocratiser davantage, car nous ne sommes pas deux peuples, mais une seule nation.

- Une réouverture de la frontière faciliterait-elle la relance de l’UMA ?

Je pense que la réouverture de la frontière nécessite avant tout une volonté et un travail communs. Au Maroc, nous ne connaissons l’Algérie qu’à travers la musique raï ! Il nous faudrait œuvrer pour une action culturelle commune contre la propagande, car tout existe pour nous rapprocher, Marocains et Algériens. Nous nous devons de relancer cette union, y compris avec nos frères tunisiens qui, maintenant, ont un nouveau chef de l’Etat élu démocratiquement, ce qui peut constituer une nette différence sur la carte de l’UMA. Je pense également à toutes ces familles séparées par cette frontière. Un désastre. Voilà pourquoi, de part et d’autre, il va falloir militer davantage pour un nouvel avenir maghrébin commun.

source: el watan

MEK
26/05/2012, 10h33
mais une seule nation.

ha ha ha

bendz
26/05/2012, 10h59
nous ne connaissons l’Algérie qu’à travers la musique raï !


:lol: ah bon elle est pas marocaine la musique rai???????

Neutrino
26/05/2012, 11h01
parler d'une seule monnaie après avoir vu dans quelle situation se trouve l'Europe. pourtant des pays développés. franchement faut être vraiment être bête pour remettre ça sur la table. si des pays développés ont du mal avec la monnaie unique, je vois vraiment pas comment ça pourrait nous réussir. de toute façon, je reste convaincu que ces histoires de monnaies communes n'a pas d'avenir. nul part! y compris pour le BRICS.

bendz
26/05/2012, 11h05
l'ouverture de la frontiere a la rigueur pour le reste .....

zen.man
26/05/2012, 12h57
Nous nous devons de relancer cette union, y compris avec nos frères tunisiens qui, maintenant, ont un nouveau chef de l’Etat élu démocratiquement, ce qui peut constituer une nette différence sur la carte de l’UMA.
Sous entendre que les Algériens sont encore gouvernés par une dictature. Si c'est ça le problème, alors pourquoi venir insister sur cette union puisque rien n'a changé du côté Algérien ?

haddou
26/05/2012, 13h21
Il a raison de parler d'ouverture d'esprit qui manque cruellement et pas d'ouverture de frontière qui reste une chimère , quand a la monnaie unique ,il faut pas en parler pour des économies dépendantes de l'extérieur
peut être parler d'une union economique pour avoir une taille de marche de 80 millions de consommateurs pour permettre l'extension des entreprises privées

massinissa
26/05/2012, 13h42
Oui nous sommes une seule nation! Notre richesse commune ce n'est pas le gaz, le phosphate ou les mines, notre richesse ce sont nos peuples, un marché de 100 millions d'habitant à satisfaire par une industrie maghrébines intégrée, essentiellement tournée vers la consommation intérieure car les besoins et les attentes sont grands.

Cookies