PDA

Voir la version complète : Lemerre et la Fédération tunisienne de football vivement critiqués


Tizinissa
26/06/2006, 11h33
L'entraîneur de l'équipe de Tunisie, le Français Roger Lemerre, et la Fédération tunisienne de football ont été vivement critiqués après l'élimination des Aigles de Carthage à l'issue du premier tour de la Coupe du monde de football en Allemagne.

L'incapacité du onze tunisien, comme lors de ses quatre participations précédentes à un Mondial, à franchir le cap de la phase des poules en se faisant battre par l'Ukraine (0-1) vendredi, a été stigmatisée dimanche par la presse qui a adressé l'essentiel de ses reproches au technicien français.

"Finis les délais de grâce pour Lemerre", a écrit Le Quotidien, mettant l'échec de la campagne d'Allemagne sur le compte "d'un effet d'usure, un phénomène d'obsolescence", après le revers, au printemps dernier en Egypte, à la Coupe d'Afrique des nations où la Tunisie, victorieuse en 2004, était favorite.

"Indifférent aux critiques (...) notamment sur le sujet de la +ségrégation+ établie entre +pros+ d'Europe et ceux de la compétition locale, l'entraîneur national s'enfonçait dans sa logique sourde et aveugle à l'endroit de son entourage et dans ses réactions vexatoires", a écrit Le Quotidien.

L'élimination de la Tunisie est le fruit d'une "gestion inadéquate du groupe", a titré La Presse.

"Si on a pas été capables de battre l'Arabie saoudite, c'est que la préparation a raté l'objectif", a ajouté le principal quotidien francophone du pays. Ce premier match, qui s'était soldé par un résultat nul (2-2), avait été présenté comme capital pour la suite du tournoi par les dirigeants du football tunisien.

Tout en accusant Lemerre d'avoir mal préparé l'équipe, La Presse a aussi pointé la responsabilité de la Fédération tunisienne de football (FTF), "incapable de gérer une grande compétition".

Alors que nombre de commentateurs ont reproché à la FTF d'avoir renouvelé jusqu'en 2008 le contrat de Lemerre, le président de la Fédération, Hamouda Ben Ammar, de retour samedi à Tunis avec l'équipe, a justifié son choix en estimant "qu'il faut travailler dans la continuité" et "simplement positiver".

"La Tunisie, a-t-il déclaré au journal Le Temps, a désormais un fond de jeu et c'est l'une des raisons qui nous a amené à reconduire M. Lemerre dans ses fonctions", a déclaré M. Ben Ammar.

Pourtant, "il y avait moyen de passer", a titré avec regret Le Renouveau, distribuant plus largement encore ses critiques.

Soulignant qu'à l'exception de Jaziri, Ayari et Boumnijel, "les autres joueurs ont été l'ombre d'eux-mêmes, faisant fi de leurs responsabilités", le journal du parti au pouvoir a toutefois insisté sur la responsabilité de l'entraîneur français accusé de "fuite en avant".

Lemerre, qui s'est borné à déclarer qu"il "faudrait faire mieux au prochain Mondial", a accusé ce quotidien, se devait de reconnaître les erreurs commises durant le bref séjour de la sélection en Allemagne (...) afin de mettre à nu les lacunes" qui ont empêché "d'atteindre l'objectif de se qualifier pour le second tour".

"Faire son mea culpa et reconnaître ses erreurs, c'est un signe de courage seigneurial", a asséné Le Renouveau à l'adresse de Lemerre qui conduit les destinées des Aigles de Carthage depuis trois ans, après son échec comme sélectionneur de la France au Mondial 2002.

Jeune afrique

zlabiya
26/06/2006, 16h37
heureusment que je ne suis pas un entraîneur ... j aimerai pas qu'on me jette toute la misère du onde sur mes épaules :rolleyes:
je trouve que les tunisiens se sont quant mêne bien sortis
et eux au moins ils sont allées en coupe du monde
la faute ne revient pas uniquement à l'entraineur
j ai eu l'occasiond e voir le match disput. entre la Tunisie et l'Espagne et j ai vu une chose horrible, le gardien de but est sorti de sa cage et il est allé très loin, ce qui a favorisé un but pour les espagnols
je ne pense pas que l entraineur aie crié à l'oreille du gardien de s'éloigner de son but :sad:

Cookies