PDA

Voir la version complète : Obama donne une leçon d'économie aux Européens


Neutrino
09/06/2012, 23h34
Le président américain a exhorté les Européens à «agir» au plus vite et leur a conseillé de réformer leur secteur bancaire.

Alors que la crise de la zone euro s'aggrave, le président américain Barack Obama a exhorté les Européens à «agir» au plus vite pour récapitaliser les banques espagnoles, convaincre les Grecs de rester dans la zone euro, et contrebalancer l'austérité par des mesures de croissance. Il a conseillé aux Européens de réformer leur secteur bancaire comme les États-Unis l'ont fait en 2009-2010, lorsqu'ils ont réalisé des «stress tests» sévères, et récapitalisé les banques, avec l'aide de fonds publics comme pour AIG. «L'Europe a les moyens d'agir, elle sait ce qu'elle doit faire, mais elle doit le faire vite!» a insisté Barack Obama, impatient devant la lenteur du processus de décision sur le Vieux continent.

«Ce qui se passe en Europe a un impact sur nous, car c'est notre plus grand partenaire commercial», a expliqué le président des États-Unis. «S'il y a une récession en zone euro, notre reprise sera affectée», a-t-il rappelé, exhortant le Congrès à voter le plan de relance de l'emploi retoqué à l'automne dernier. «Il ne faut pas refuser ce plan uniquement parce qu'on est en période électorale», a déclaré Barack Obama à l'intention des Républicains, majoritaires à la Chambre. «C'est une nécessité économique aujourd'hui. Si on avait appliqué ce plan il y a plusieurs mois, on aurait eu des millions d'emplois en plus, et cela aurait conforté notre reprise», a-t-il ajouté. Le président réclame la rémise au travail des milliers de fonctionnaires licenciés par les États, notamment les professeurs, remerciés du jour au lendemain pour réduire les dépenses publiques.

Il demande également le déblocage de crédits fédéraux pour engager des grands travaux -réfection des routes, des ponts, des écoles- afin de redonner du travail au millions d'ouvriers du bâtiment mis au chômage avec la crise immobilière. «Si l'on réduit trop vite trop fort les dépenses publiques, cela abouti à un chômage massif de 20% à 25%, comme dans certains pays européens, ce qui conduit à la récession, et à la hausse des taux d'intérêt sur les marchés obligataires», a résumé Barack Obama, fidèle aux thèses keynésiennes de relance par la dépense publique.

source: lefigaro.fr

nassim
09/06/2012, 23h47
Obama panique car si la crise en Europe persistait ou s'aggravait, l'économie américaine pourrait entrer en récession, ce qui signifiera une défaite d'Obama en novembre prochain.
Le comble est qu'Obama se permet de donner des leçons aux Européens, alors que lui même est absolument incapable de mettre en place la politique économique qu'il prêche aux Européens (A cause notamment de l'opposition farouche des républicains)!

Obama est terrifié à l'idée de subir le sort humiliant de son ami Sarkozy!

Neutrino
10/06/2012, 01h20
Le président américain a exhorté les Européens à «agir» au plus vite et leur a conseillé de réformer leur secteur bancaire.

c'est le grand hôpital américain qui se fout de la charité européenne! charité ordonnée commence par soi-même. faudrait commencer par réformer le secteur bancaire américain avant de critiquer les autres. quand un pays n'a pas le contrôle de l'émission de sa propre monnaie (le dollar), qui est la devise de référence dans les échanges commerciaux, une devise qui influence l'économie mondiale, quand on sait que ce sont les truands de Wall Street qui malmènent les dettes européennes, quand des agences de notation américaines s'attaquent à la dette américaine, la moindre des politesses de la part du Président des Etats Unis à l'égard des autres pays de la planète, c'est de fermer sa gueule en matière d'économie et de finances. et surtout pitié, éviter de prononcer l'expression qui fâche "bonne gouvernance."

kems
10/06/2012, 01h30
au plus vite pour récapitaliser les banques C'est a mourir de rire :lol:
ils laissent mourir les industries etc ...
mais ils aident les voleurs en l'occurrence les banques
pour se faire escroquer plus tard par ces derniers :22:

Neutrino
11/06/2012, 12h43
Obama panique car si la crise en Europe persistait ou s'aggravait, l'économie américaine pourrait entrer en récession, ce qui signifiera une défaite d'Obama en novembre prochain.

je ne trouve pas qu'il panique. je dirais même plus il l'a l'air de s'en fiche complètement de la situation de l'économie US et surtout des finances américaines. comme tout président sortant, ce qui l'intéresse par dessus tout en ce moment c'est sa ré-élection. ce qui se passe en Europe, la crise des dettes souveraines, aurait du le faire réagir autrement. se dire que... la prochaine cible des marchés c'est peut-être les Etats Unis. les marchés sont avides et apatrides. il ne sont pas "américains". les marchés sont un instrument aux mains d'un réseau de capitalistes sans foi, ni loi, ni patrie, qui ne ratent pas la moindre occasion de se faire du fric au détriment des peuples, des Nation etc.... rien à foutre des conséquences, tout ce qui compte pour eux c'est s'en mettre plein les fouilles! telle est la devise de ces truands. parier contre la dette américaine, ça peut être très juteux. à mon avis, la zone dollar est la cible suivante des marchés. et ça a peut être déjà commencé puisque Moody's vient d'annoncer la dégradation d'un cran de la note de la dette américaine.
la leçon que les américains doivent tirée de la crise de la zone euro, c'est l'inefficacité voire la totale passivité de la BCE (Banque Centrale Européenne) à résoudre le problème. la question qui se pose pour les Etats Unis est la suivante: en cas d'attaque spéculative sur le dollar est-ce que la Réserve Fédérale (FED) sera à la hauteur ou sera-t-elle aussi inefficace et aussi passive que la BCE? je penche pour la deuxième proposition. parce que la BCE et la FED, en faisant semblant de trouver des solutions, font le jeu des marchés. tout simplement.

Cell
11/06/2012, 13h17
la leçon que les américains doivent tirée de la crise de la zone euro, c'est l'inefficacité voire la totale passivité de la BCE (Banque Centrale Européenne) à résoudre le problème. la question qui se pose pour les Etats Unis est la suivante: en cas d'attaque spéculative sur le dollar est-ce que la Réserve Fédérale (FED) sera à la hauteur ou sera-t-elle aussi inefficace et aussi passive que la BCE?

la question ne se pose meme pas ; La FED fera fonctionner la planche à billet , et le monde entier paiera pour les gâteries des americains , c'est quelques chose que les européeens ne peuvent faire pour deux raisons :

1- l'euro , meme si c'est une monnaie forte , n'est pas le DOllar.

2 - les pays de la zone euro n'ont pas de politique financiére commune , chaque pays selon ses propres réalités socio economiques préconise sa propre politique , ce qui rend toute decision de la BCE largement hasardeuse , le meilleur exemple est le blocage sur des Obligations européennes ( Euro-Bonds ) : la france , l'espagne et l'italie souhaiteraient les mettre en place , mais l'allemgane s'y refuse , et pour cause , celle ci emprunte aujourd'hui à à du 3% alors que les autres sont à 6-8% , le nivellement se fera donc vers le haut , et l'allemagne sortira perdante .

les états sont aujourd'hui victime de la voracité du secteur bancaire dont la devise a toujours été ' Plus , Plus , et encore plus' , rien qu'hier , un pret de 100 MILIARDS d'euros a été consenti à l'espagne , afin de renflouer son secteur bancaire ....... 100 Milliards de dollars !!! , pour que par aprés des CEO repartent avec des primes de 50 millions d'euros .

haddou
11/06/2012, 16h34
OBAMA s"en fout de l'EURO monnaie concurrente en déperdition ,ce qui laisse le champs libre à leur monnaie qui règne encore sur l'Économie mondiale ***** à la planche à billet,les Américains ont changé leur stratégie en se tournant vers l'Asie et se prépare à un libre échange avec l'ensemble de ces pays qui connaissent des taux de croissance rapides tirant dans leur sillage l'économie AMÉRICAINE

Neutrino
13/06/2012, 23h23
ce sont les américains qui doivent tirer les leçons de la crise de la zone euro. en particulier la perte du contrôle de l'émission de leurs monnaies par les Etats membres. les Etats Unis aussi ne contrôlent par leur monnaie. le dollar est une monnaie émise par une sorte de consortium de banques privées plus connu sous le nom de FED, appellation trompeuse qui fait croire au profane que la FED est la banque centrale des Etats Unis et qu'elle est contrôlée par l'Etat fédéral. la FED est en pratique un organisme privé qui contrôle l'émission de monnaie en prenant des décisions (taux directeurs et quantitive easing, notamment) prioritairement en faveur des marchés et des banques commerciales, probablement des filiales de ces mêmes banques regroupées sous le nom de FED. c'est un secret de polichinelle. la question qui s'impose d'elle-même dans ce contexte de crise financière est est-ce que les Etats Unis ne doivent pas se doter d'une banque centrale comme avait voulu le faire Abraham Lincoln? une banque 100% public interdite aux capitaux privés. la FED est non seulement une institution quasiment privée mais carrément ouverte à des actionnaires étrangers (faible pourcentage). le bail de 99 ans de la FED vient à expiration à la fin de cette année? ne serait-il pas judicieux pour les Etats Unis de ne pas tout simplement reconduire ce bail et se doter (enfin) d'une banque centrale.

question subsidiaire: qu'est-ce que c'est cette Constitution "sacrée" des pères fondateurs qui ne prévoit pas le contrôle de l'Etat sur sa propre monnaie? pire à l'indépendance des Etats Unis, il n'y avait pas une seule monnaie en circulation. des banques différentes pouvaient émettre leurs propres dollars valables uniquement dans leur territoire. une véritable anarchie. aujourd'hui, il y a bien une seule institution qui émet des dollars mais, c'est toujours l'anarchie.

Cookies