PDA

Voir la version complète : Usine Renault en Algérie: la création de la société prévue en septembre ou octobre prochains (ministre)


Zirds
22/06/2012, 20h13
La création d’une société dans le cadre du projet de l’usine de fabrication de voitures Renault en Algérie est prévue en septembre ou octobre prochains, a annoncé jeudi à Alger le ministre de l’Industrie, de la PME et de la promotion de l’investissement M. Mohamed Benmeradi. "Les équipes travaillent depuis le 25 mai dernier sur la finalisation du pacte des actionnaires, qui sera probablement prêt début août, et on prévoit la création de la société en septembre ou octobre prochains, a-t-il déclaré à la presse à l’issue d’une séance plénière au Conseil de la Nation.

M. Benmeradi a affirmé également que les représentants du constructeur français n’ont pas refusé d’implanter cette usine dans la région de Bellara (Jijel) et que les négociations se poursuivent entre les deux parties pour le choix d’un site approprié.

"Le projet de l’usine Renault pourrait être implanté soit à Mostaganem, à Oran ou à Bellara", site que la partie algérienne a proposé aux représentants de Renault, a-t-il précisé.

Le constructeur automobile français et les autorités algériennes ont signé le 25 mai dernier un accord-cadre pour la réalisation d'une usine de véhicules Renault en Algérie, mais les négociations se poursuivent en vue d'un accord final, rappelle-t-on.

Des négociations entre Renault et les autorités algériennes pour la construction d’une usine automobile en Algérie ont commencé il y a environ deux ans avec pour objectif la production de 75.000 voitures par an, avant une montée progressive en cadence pour atteindre à terme 150.000 unités annuellement, dont une partie serait destinée à l’exportation.

Le premier véhicule doit sortir des chaînes de montage 18 mois après la signature de l’accord final, selon les premières indications.

L’usine produira des véhicules avec un taux d’intégration de la production nationale de 20% à 25% dans une première étape et qui pourrait passer à 60% avec l’intégration des segments pneumatique et vitrage.

le temps d’Algérie

zen.man
22/06/2012, 20h21
Usine Renault en Algérie: la création de la société prévue en septembre ou octobre prochains (ministre)
Et peut-être même novembre:lol:

On s'en fout. C'est avant tout dans l'intérêt de Renault de construire cette usine afin de booster ses ventes en Algérie. La 4ème colonne qui sert les intérêts de la France n'a plus aucun pouvoir. Des francophiles mais pas des agents infiltrés.

Zirds
22/06/2012, 20h27
Gros potentiel

Malgré les difficultés du dossier, Renault est toujours intéressé pour produire en Algérie où le potentiel de croissance est énorme : le marché automobile y a grimpé de 32% l’an dernier.

Source (http://bourse.lefigaro.fr/indices-actions/actu-conseils/renault-signe-un-accord-pour-creer-une-usine-en-algerie-216918) : le Figaro.fr

okba30
22/06/2012, 20h45
Renault s'est tiré dans les pieds en optant pour un autre pays, elle vient juste de se rendre compte que les choses ont changé en Algérie et qu'ils vont encore changer plus. Les petits cons qui lui assuraient le marché ont été écartés ... Bouteflika et Medelci les ''européens'' pro français font ce qu'ils peuvent en trainant en longueur les projets de VW et Hunday au profit des amis ''français''.
400 000 autos de moyenne et bas de gamme décidées ailleurs sont difficilement écoulables si on ne compte pas le marché algérien.

AMAR0001
22/06/2012, 22h03
vraimment les dictateurs sont des serpillères, RENAULT les prends vraimment pourdes con, Il ne monteront jammais d usine en Algerie, car trop risqué , ils ont peur d un etat islamique en Algerie.

hben
23/06/2012, 00h41
Arrêtez de rapporter ces bêtises à la fin! Renault ou qui que ce soit ne viendra que s'il compte faire des bénéfices... Il ne viendra ni pour les beaux yeux de Boutef, ni pour faire plaisir à Hollande!

Pour le moment, il est au sommet des marchands de voiture et il profite allègrement du bazar!

Aucune raison d'investir dans une usine quand on vend l'équivalent de la production d'une usine... Existante!

Arrêtez de rêver!

magh91
23/06/2012, 00h54
Arrêtez de rêver!l usine renault c est a 100% pour septembre avec la visite de Francois Hollande

okba30
23/06/2012, 05h24
Renault appelle de nouveau l'État à l'aide


Le constructeur, confronté à la chute des ventes en Europe, verrait d'un bon œil le retour d'une prime à la casse pour soutenir à nouveau la demande de voitures.
Confronté à la chute des ventes en France et en Europe, Renault demande au gouvernement de soutenir à nouveau la demande de voitures. «Ce que j'appellerais de mes vœux, c'est qu'on soutienne le marché français et européen», a déclaré mardi Carlos Tavares, le patron opérationnel du constructeur. «La question qui va se poser, c'est jusqu'à quel niveau peut-on laisser tomber le marché européen», a-t-il ajouté. Toute mesure de soutien est «bonne à prendre, à partir du moment où elle stimule la demande», que ce soit «sous l'angle de l'environnement» ou sous celui «du renouvellement du parc».
Le numéro deux verrait donc avec un bon œil le retour d'une prime à la casse. Ce dispositif, instauré fin 2008, encourageait l'achat d'un véhicule neuf contre la reprise d'une voiture de plus de 10 ans. Il s'était arrêté fin 2010. La prime, qui était au départ de 1000 euros, avait diminué progressivement. Parallèlement, le système de bonus-malus écologique, favorisant l'achat des véhicules émettant le moins de CO2, encore en vigueur, est devenu nettement moins généreux.
Pour Renault, une nouvelle prime à la casse pourrait concerner des véhicules plus jeunes que précédemment. «Je ne crois pas que le système précédent ait suffisamment modernisé l'ensemble du parc roulant pour qu'il n'y ait plus de potentiel» pour remplacer de nouveaux véhicules, estime Carlos Tavares.

Le groupe «fait des efforts d'économie»

Seul hic, ce type de mesure est extrêmement coûteux. L'État français a ainsi dépensé environ 1 milliard d'euros pour la prime à la casse entre 2009 et 2010 et 1,2 milliard pour le bonus-malus entre 2008 et 2011. «J'observe que les politiques expriment un souhait de ne pas avoir d'austérité sans croissance», a souligné Carlos Tavares, dans un appel du pied au gouvernement français.
Le groupe explique que la situation actuelle est bien plus mauvaise que prévu. «On a un début d'année en France et en Europe qui est particulièrement inquiétant. À fin mai, le marché européen recule de 6% par rapport à l'an dernier et le marché français baisse de 16%, alors que nous anticipions en début d'année des baisses de 3% et 6%», pour ces deux débouchés, précise Carlos Tavares.
Pour l'heure, face à une situation difficile en Europe, le groupe «fait des efforts d'économie, dans tous les domaines», poursuit-il, en espérant que le marasme actuel ne «durera pas». Signe des temps, le patron opérationnel précise d'ailleurs qu'il a effectué son dernier déplacement à Tanger sur des compagnies low-costs. Concernant le risque de suppressions d'emplois, «il n'y a pas lieu d'en parler car nous faisons tout pour l'éviter», a indiqué le numéro deux de Renault.
«Nous sommes capables pour l'instant de maintenir le bateau à flot» grâce aux ventes à l'international, notamment en Amérique du Sud, en Russie ou dans le Maghreb, souligne Carlos Tavares. Si les volumes du groupe sont en baisse de 13,3% en Europe à fin mai, ils augmentent de 13% hors du Vieux Continent (soit un recul de 2,3% dans le monde). «En 2013, nous dépasserons les 50% de ventes hors d'Europe occidentale», prévoit-t-il, contre 43% l'an dernier.


Le Figaro
12 Juin 2012.

okba30
23/06/2012, 05h50
Les 9 millions d'euros de salaire de Ghosn, l'installation de son usine au pays de M6 et en Roumanie (qui font rager les contribuables français) ne sont pas les seules connerie des décideurs français, Peugeot aussi subit les contrecoups de certaines décisions politiques.


PSA Peugeot Citroën subit le contrecoup des sanctions contre l'Iran

Le renforcement des sanctions américaines et européennes vis-à-vis de l'Iran et la toute nouvelle alliance signée avec General Motors sont en train de jouer un vilain tour à PSA Peugeot Citroën. Déjà confronté à un marché européen déprimé, le constructeur français voit se dérober le marché iranien, son premier débouché à l'export.


Avec 458 000 véhicules écoulés - sur un total de 3,5 millions - en 2011, l'Iran est, en volume de véhicules vendus, le deuxième marché dans le monde pour la marque au lion, derrière le marché français. Le total des achats iraniens s'élève à 1,6 million de véhicules. PSA, via son partenaire local Iran Khodro, détient 30 % de ce marché. Mais tout pourrait s'arrêter cette année.
...

Le monde
30 Mars 2012

hben
23/06/2012, 19h18
l usine renault c est a 100% pour septembre avec la visite de Francois Hollande

Eh oui, ça coûte rien de le dire!... Prépare-toi à conduire une voiture made in Algéria en 2098!!!

noubat
23/06/2012, 19h23
Renault est entrain de demander des aides au gouvernement français, alors Renault Algérie, pour 98 c'est faire preuve de beaucoup d'optimisme!

Cookies