PDA

Voir la version complète : L’Inde délocalise... en Chine


zek
28/06/2006, 19h41
Bonjour, qui l'eut cru...
--------------------------------------------------------------------

L’Inde détient le plus grand vivier d’ingénieurs hautement qualifiés de l’industrie informatique dans le monde. Et pourtant, les sociétés de service informatique (SSII) indiennes, malgré leurs profits astronomiques, revoient leurs coûts de production à la baisse, comme leurs homologues du Nord. Ainsi, Tata Consultancy Services (TCS), Wipro et Infosys, les plus grosses SSII locales, figurent parmi les premières firmes indiennes à rallier le mouvement des délocalisations vers la Chine. TCS vient de s’octroyer un campus à Hangzhou alors que Wipro et Infosys sont désormais présents à Pékin et Shangai. Elles prévoient chacune une augmentation de leurs effectifs pour atteindre 6 000 personnes d’ici à quelques années.

Certes, les trois SSII emblématiques du succès planétaire de l’Inde dans le domaine des services informatiques délocalisent en Chine pour réaliser des économies. Mais aussi pour répondre aux exigences de leurs clients du nord qui veulent diversifier le risque tout en renforçant leur présence en Chine. En tout état de cause, ces délocalisations d’un genre nouveau - d’un pays émergeant vers un autre pays émergeant - vont redéfinir le paradigme de l’offshore et consacrer le caractère multidimensionnel de la mondialisation.

Comme le dit Thomas Friedman du NY Times, nous sommes entrés dans une période où le « monde est plat ». C’est-à-dire un monde globalisé et interconnecté où les produits et les services circulent en un temps record. C’est également un monde qui a vu l’offre de travail doubler en peu de temps en raison de l’arrivée des pays émergents dans la mondialisation. Résultat : tant qu’il aura dans un coin du monde quelqu’un qui sera prêt à fabriquer le même produit que votre entreprise, mais en beaucoup moins cher, il aura le marché.

Jacques Bonjawo, Ingénieur-Senior program manager Microsoft, Redmond, États-Unis. Essayiste et diplômé de MBA finance, auteur de Internet, une chance pour l’Afrique et L’Afrique du XXIe siècle (Karthala).

21 juin 2006 Economie Matin

Cookies