PDA

Voir la version complète : Les bleus à l 'accent espagnol !


Tullia
04/07/2006, 12h09
De Just Fontaine à Raymond Domenech, les Bleus à l'accent espagnol


AFP/Franck Fife
La France et l'Espagne, qui se sont 'affrontées en 8e de finale du Mondial-2006 de football mardi, n'ont pas que les Pyrénées en commun: de nombreux Bleus à travers l'histoire sont nés en Espagne ou en sont originaires, à commencer par le sélectionneur actuel, Raymond Domenech.


L'entraîneur de l'équipe de France porte un nom catalan et a d'ailleurs toujours "un cousin" qui habite à Rubi, près de Barcelone.



"Affectivement, par rapport à mon père cela m'a fait peut-être quelque chose de jouer contre l'Espagne, mais je fais abstraction de mes sentiments avant les matchs, assure Domenech. ça ne pèse pas dans mon analyse."


Curieusement, aucun Bleu du millésime 2006 n'est d'origine espagnole. La seule trace ibère est à chercher du côté de Zinédine Zidane, mais par alliance: son épouse Véronique Lopez est fille d'immigrés andalous d'Almeria venus travailler en France.


L'histoire du maillot frappé du coq gaulois regorge d'"hispanité". En ce 27 juin 1984 au Parc des Princes, deux Bleus ont peut-être éprouvé un sentiment particulier à l'écoute de l'hymne espagnol, avant la victoire (2-0) de la terre d'adoption sur la "mère-patrie": Manuel Amoros, né à Alicante (est), et Luis Fernandez, natif de Tarifa (près de Cadix).


L'arrière latéral et le milieu défensif font partie de cette vague d'immigration des années 1950 et 1960. C'était aussi le cas de la mère d'Alain Giresse, née à Salamanque.


Dans la même sélection, on trouvait également Daniel Bravo, Toulousain de père né à Barcelone, et le sélectionneur lui-même, au nom on ne peut plus typique: Michel Hidalgo.


Les années 1980 décidément riches en Bleus aux origines jaune et rouge, ont également connu Christian Lopez ou Jean-François Larios.


La décennie suivante a vu l'explosion d'un certain Eric Cantona, considéré comme le meilleur joueur de l'histoire de Manchester United. Le fameux N.7 des Red Devils au port altier a du sang italien côté paternel, alors que la famille de sa mère a fui la Catalogne après la guerre civile.


La France championne du monde en 1998 comptait dans ses rangs Vincent Candela ("chandelle") et Robert Pires, de père portugais et de mère asturienne.


"C'est un de mes oncles, frère de ma mère, qui m'a transmis la folie du football", se souvient Pires, qui avait fait de Michel, milieu de terrain du Real Madrid, son idole et modèle.


De manière moins flagrante, la colonie hispanique a compté un prestigieux pionnier en la personne de Just Fontaine. "Justo", son prénom à l'Etat civil, est un héritage de la langue de Cervantès qui lui vient de sa mère espagnole.


"En fait, c'est mon grand-père espagnol qui l'a choisi, raconte l'homme au record des 13 buts en une seule Coupe du monde (Suède 1958). En Espagne, ce sont les grands-parents qui sont les parrains de baptême et mon grand-père a choisi Justo. Après, mon père, français, l'a transformé en Just."

miguel
04/07/2006, 14h17
buenas tardes desde madrid!!!!
Efectivement tout ce que tu racontes est absolument vrai.
Juste une petite anecdote: lors d'un match entre la France et je ne rappelle plus contre qui, le reporter "Français" n'arretait pas de feliciter les "louanges" galloises de Amoros, mais helas vers la fin du match, emporté par les nerfs, le joueur stope d'une mauvaise maniere a un attaquant de l'equipe adverse, et au repporter de s'exclamer :"Helas, Amoros ne peut echapper a son agressivité Espagnole....."

Tizinissa
04/07/2006, 16h07
Les bleus à l 'accent espagnol !

J'en connais un(e) autre :D

Cookies