PDA

Voir la version complète : La bataille des tramways de Moscou se durcit pour Alstom


LIXUS
21/08/2012, 19h39
Moscou annule un appel d'offres pour 120 tramways rapide d'une valeur de 300 millions de dollars. Alstom partait grand favori. Le groupe français devra repartir à zéro avec de très sérieux concurrents : Bombardier et Siemens


L'agence fédérale antimonopole russe a annulé en fin de semaine dernière un appel d'offres qui avait présélectionné seulement deux constructeurs de tramways : le Citadis d'Alstom et « UKVZ », un obscur constructeur provincial russe. L'appel d'offres avait été présenté la 10 août par la mairie de Moscou pour 120 tramways rapides. Les partenaires industriels russes de Bombardier (UVZ) et de Siemens (Sinara) avaient protesté contre leur exclusion, soulignant que les autorités de Moscou avaient établi un cahier des charges trop vague. Ni le nombre de portes équipant chaque wagon, ni les équipements de déneigement - une prérogative pourtant indispensable en Russie - n'étaient précisés. Sinara a estimé que l'exclusion du concours était « illégale » a déposé un recours auprès de l'agence fédérale antimonopole. Cette dernière a rejeté cette demande, mais a toutefois exigé de la ville de Moscou qu'elle reformule un cahier des charges détaillé, à la suite de quoi un nouvel appel d'offres sera lancé. Signe que le lobbying intense exercé par les groupes industriels Sinara et UVZ a eu le résultat escompté.

Les délais étaient trop courts

Alstom refuse de commenter les raisons de l'échec, mais un porte-parole du groupe en Russie souligne qu'Alstom « va évidemment participer au futur appel d'offres de Moscou ». Sinara et UVZ se sont déclaré satisfaits du report, qui leur donne plus de temps pour formuler une offre. En effet, les délais posés par la mairie de Moscou étaient très courts : 24 tramways devaient être livrés dès 2013 et la totalité l'année suivante.

Alstom était depuis longtemps dans les starting-blocks avec son Citadis. Un exemplaire avait été envoyé à Moscou en février dernier pour y être présenté au maire de la capitale Sergueï Sobianine. D'autre part, Alstom est allié avec TMH, le principal constructeur russe de matériel roulant ferroviaire. Lesquels ont formé une coentreprise à parité, TramRus, pour l'occasion. La localisation d'une partie de la production est une condition primordiale pour les autorités russes.

Alstom convoite aussi Saint-Pétersbourg

Moscou exploite actuellement 970 tramways, pour la plupart obsolètes, bruyants et extrêmement lents, sur un réseau de 400km. La capitale, comme la totalité des grandes villes russes, souffre d'une congestion catastrophique des transports urbains. Alstom convoite aussi le marché de Saint-Pétersbourg, la deuxième ville du pays, où la municipalité envisage de renouveler son parc de 800 tramways.


La Tribune
Emmanuel Grynszpan

Zirds
21/08/2012, 19h56
J'ignorai que Bombardier avait la technologie nécessaire pour construire des tramways ...

LIXUS
21/08/2012, 20h11
J'ignorai que Bombardier avait la technologie nécessaire pour construire des tramways ...

Bombardier n'est pas seulement présent dans l'aéronautique mais il est également présent dans le ferroviaire. Ils fournissent déjà des rames pour les TER en France par exemple.

Cookies