PDA

Voir la version complète : Les clés de la réussite de l'offre offshoring du Maroc


oujdi
15/07/2006, 13h20
C'est jeudi qu'a eu lieu la présentation officielle des métiers de l'offshoring et des technologies de l'information. L'établissement de l'OFPPT qui sera destiné à former ces mêmes compétences est situé à Bouskoura, non loin du projet Casashore.
L'objectif est clair : doter les futures entreprises exportatrices de services, qui s'installeront à Nearshore Park, des compétences nécessaires pour lancer leurs activités. Et ce, conformément au Programme Emergence…

C'est en effet le 22 décembre 2005 que le coup d'envoi du lancement des travaux du mégaprojet casablancais a été effectué par la plus Haute Autorité de la Nation.

Doté d'un budget d'investissement de plus de 200 millions de dollars, un tel chantier devra contribuer au PIB et à la balance commerciale à hauteur de près de 500 millions de dollars, d'ici 2015. Le choix géographique n'est pas fortuit et le parc d'affaires dédié aux activités d'offshoring, sis sur un plateau de 53 hectares, reliera la ville à l'aéroport Mohammed V. En son sein, Nearshore Park offrira des espaces de bureaux et de commerces sur une surface de 250.000 m2. Il faut dire que l'offre Maroc Offshoring constitue le moteur du Programme Emergence.

Cependant, pour attirer les investisseurs, les filières «offshorables» analysées devront être dotées des ressources humaines adéquates pour atteindre des niveaux de compétitivité défiant celle relative à d'autres pays concurrents pour ne citer que l'Inde (Hyderabad, Mumbai et New Delhi). Pour l'heure, douze niches porteuses ont été ciblées, à savoir trois filières dans le secteur banques et assurances, six ayant trait aux prestations administratives (comptabilité et finances, services clientèle au-delà du call center, gestion de paie, administration du personnel) et enfin, trois autres dans le domaine informatique (help desk, gestion d'applications et gestion d'infrastructures).

«Concrètement, la formation des compétences sise sur le nouveau site de l'OFPPT sera destinée à des profils bac +2, bac +4 avec une production annuelle de 40 à 50.000 profils cibles», annoncent les différents responsables.

Et pour inciter les entreprises à investir dans le domaine de la formation, les divers enseignements proposés par le Centre seront subventionnés à hauteur de 50.000 DH par employé, sur une période de trois années.

L'objectif étant que, d'ici 2009, le catalogue de formation national sur les métiers de l'offshoring retienne près de 20 à 25.000 formations qualifiantes.

Dans un plus court terme, il s'agira, d'ici le second semestre 2007, d'offrir les ressources humaines adéquates aux premières entreprises exportatrices désireuses de se positionner dans ces métiers. Le cabinet français Cap Gemini, qui annonçait il y a quelques jours son implantation dans ce centre d'affaires, a choisi déjà comme pied-à-terre le complexe de l'OFPPT.

En attendant son installation dans les locaux de Casa Near Shore, le célèbre bureau d'études débutera ses premières actions pour développer des prestations d'offshoring dans les secteurs bancaire et informatique.

De son côté, le gouvernement marocain signe une convention de partenariat avec le Conservatoire des Arts et Métiers (CNAM). La dimension internationale de cet établissement public français n'est plus à démontrer.

Opérant dans la formation, la recherche technologique et l'innovation et la diffusion de la culture scientifique et technique, l'opérateur de formation a noué des partenariats dans 36 pays dont le Maroc, notamment à travers l'Iscae, l'Université Hassan II, l'Université Cadi Ayyad… Dans le cadre de la formation liée à ces métiers précisément, le renforcement d'un tel partenariat est plus que bénéfique. Et pour y arriver, une représentation du CNAM au Maroc est prévue. Concrètement, les différents maîtres d'ouvrage de ce vaste projet s'engagent à former, d'ici 2015, quelque 100.000 diplômés de niveau bac +2, bac +4 et ingénieurs de grandes écoles, dont 8.000 hispanophones… L'enjeu est important. Il induit la reconversion d'une large fraction de lauréats qui n'ont pas trouvé d'emploi.

En partie, ce vaste chantier devra compenser le vide en matière d'orientation des jeunes bacheliers qui arrivent à la faculté sans idée aucune des débouchées possibles à l'issue d'un tel enseignement académique.

En d'autres termes, l'adéquation formation-emploi devra être le premier leitmotiv.

Car l'attente des investisseurs se situe également à ce niveau.
Cet ingrédient est en effet essentiel à leur compétitivité.

Et pour inciter davantage à l'investissement, des mesures incitatives ont été également mises en place. «Une fiscalité avantageuse et une aide gouvernementale devront réduire les frais de fonctionnement et offrir des coûts de sortie 50 % voire 60 % moins chers qu'en Europe», assurent encore une fois les officiels en charge d'un tel dossier.

Sur les prix du locatif et des télécoms, la politique gouvernementale mise en place vise à avantager les investisseurs qui ont décidé de s'installer au sein de ce vaste projet. Seul hic, les entrepreneurs de Sidi Maârouf ont déjà du mal à refouler leur amertume.
Leur exclusion de cette panoplie d'avantages incitatifs leur semble, à ce jour, injustifiée par rapport à leur propre contribution à la croissance économique nationale.

Le challenge à relever par l'ensemble des activités qui seront installées à Casashore est donc de taille…

Dounia Essabban
Source: Le Matin

Quasard
15/07/2006, 16h31
Que Dieu benisse les technocrates xD

Ismail2005
15/07/2006, 16h45
oui,vivement le gouvernement Jettou II.

marock27
15/07/2006, 16h50
j'ai comme l'impression que ce sont 2 futur technocrates qui parlent :lol:

non?

Quasard
15/07/2006, 16h52
A fond oui :p
Meme si je compte m'affilier à un partis pour euh la forme ^^

Cookies