PDA

Voir la version complète : Amar Tou «Des hôpitaux privés pour bientôt»


Thirga.ounevdhou
15/07/2006, 15h55
Le ministre de la Santé et de la Population, M.Amar Tou, a annoncé, lors de sa visite dans la wilaya de Ghardaïa, «qu´une loi sera promulguée prochainement par voie d’ordonnance pour la création d´hôpitaux privés» .
Une décision qui permettra, non seulement de pallier au manque de medecins spécialistes, notamment dans les régions enclavées, mais surtout de venir en appoint aux structures hospitalières publiques qui n’arrivent pas à répondre à la demande accrue en matière de prise en charge médicale.

D’autre part, le ministre de la Santé, a annoncé qu’en raison du manque criant de médecins spécialistes au sein des structures sanitaires relevant du secteur public, les pouvoirs publics et lui-même considèrent que le seul «remède» pour parer à cette situation déplorable, réside dans le renforcement de la coopération.
«La coopération étrangère demeure nécessaire pour couvrir le déficit en médecins spécialistes» notera en effet M.Tou lors de sa visite d’inspection effectuée ce jeudi dans la wilaya de Laghouat.

En outre, Amar Tou admet volontiers que «les régions du Sud du pays sont les plus confrontées au problème des médecins spécialistes». En effet, c’est là une réalité qui date depuis plusieurs années déjà, avant même l’accession de M.Tou au poste qu’il occupe actuellement laquelle réalité traduit la préférence de nos praticiens spécialistes à exercer leur métier uniquement dans le nord du pays.

Autrement dit, cela fait un bon moment que les régions du sud du pays sont comme «boudées», sinon privées de l’apport des médecins spécialistes, et ce, malgré les avantages et autres attributions mis en place par l’Etat.

Et voilà que sous l’égide de M.Tou, le département de la Santé, de la population et de la réforme hospitalière semble plus que jamais décidé à ne plus entendre parler de pénurie de médecins spécialistes, non seulement au sud du pays mais, à travers tout le territoire algérien et ce, en privilégiant le recours aux compétences étrangères dans ce domaine.

Et vu que dans le sud du pays, les structures sanitaires sont totalement dépourvues de médecins spécialistes, le ministre Tou a pris la décision de recourir à une mesure transitoire, en attendant l’arrivée de ces mêmes compétences sus-évoquées.

Laquelle mesure momentanée qui, selon le ministre, repose sur la mise des secteurs sanitaires du Sud du pays sous la responsabilité des centres hospitalo-universitaires (CHU) du Nord et la formation de médecins généralistes du Sud comme spécialistes pour combler les insuffisances enregistrées dans certaines spécialités, notamment la gynécologie.

Autre mesure décidée solennellement par M.Tou à partir de Laghouat, il s’agit de la création du service néo-natal au niveau de tous les hôpitaux du pays pour garantir la baisse du taux de mortalité infantile et maternelle.


L’Expression

Cookies