PDA

Voir la version complète : Business : Adieu Dubaï, bonjour Istanbul !


morjane
21/09/2012, 14h19
Quand il s’agit de transférer des devises à l’étranger, les businessmen algériens rivalisent d’ingéniosité. Grâce aux Turcs qui travaillent au développement de leurs réseaux en Algérie, les importateurs ont trouvé une nouvelle combine : produire en Turquie et exporter les biens produits vers l’Algérie via leur propre entreprise d’importation.

Rencontre avec ces nouveaux investisseurs au pays d’Attaturk.

«Le climat des affaires est tellement mauvais chez nous ! On nous encourage à importer mais pas à produire. Moi j’ai choisi de produire en Turquie et d’exporter !» Un hôtel en plein cœur d’Istanbul. Rencontre avec Kamel*, la quarantaine, père de deux enfants. Pour parler ouvertement de son business, pas de souci. Mais pas question de révéler son identité. «J’ai trop peur des représailles», confie-t-il. Ancien trabendiste dans les années 1990, Kamel devient importateur au début des années 2000. «J’importais absolument de tout de Dubaï. Les couettes, l’électroménager. J’avais même l’exclusivité d’une marque. Jusqu’à ce qu’un haut responsable, impliqué dans les réseaux d’affaires, me l’enlève, presque de force.» Après une expérience ratée dans le secteur industriel - Djilali Dahmani, avec son groupe La Belle, était un modèle. «Tout le monde voulait construire des unités de production dans l’agroalimentaire, la laiterie, l’emballage et la confection. A ce moment-là, l’Etat nous encourageait à coups de crédits bancaires et d’exonération d’impôts. Quelques années plus tard, nous nous sommes rendu compte que ce n’était qu’un mirage…» - il fait ses valises et part en Turquie.

Boom immobilier

Les Turcs, qui veulent développer les relations commerciales avec l’Algérie, ont opté pour une stratégie agressive  : c’est en draguant directement les importateurs qu’ils comptent les ramener chez eux, essentiellement en leur donnant la possibilité de racheter des entreprises turques en difficulté et en leur promettant bien des facilités. Et ça marche. Ahmed, la trentaine, a aussi investi en Turquie. De ses nombreuses transactions effectuées à Dubaï, il parvient à transférer l’argent grâce à des intermédiaires turcs. Son business : la peinture. Avec le boom de l’immobilier en Algérie, le créneau est porteur. Les entreprises turques qui décrochent des marchés dans le bâtiment, savent ensuite vers qui se tourner pour la peinture…

Ahmed a eu le déclic il y a deux ans, à l’occasion de la Foire internationale d’Alger. «L’un des émissaires de la commission chargée de l’organisation du pavillon Turquie, en mission de prospection, m’a proposé l’exclusivité d’une marque de peinture. Cela ne m’avait pas intéressé, car mon portefeuille méritait plus que cela. Puis au fur et à mesure de nos rencontres avec d’autres businessmen, il a fini par me faire une proposition plus alléchante : des facilités pour investir en Turquie et des garanties pour le transfert des fonds en toute légalité.» L’an dernier, Boualem fait la connaissance d’un intermédiaire turc installé à Dubaï. Il lui propose de reprendre une unité de fabrication de papier hygiénique en difficulté – les produits d’hygiène sont un autre créneau rémunérateur.

Surfacturation

«Il m’a payé le voyage et m’a fait visiter l’usine à Edirne. Elle était dans un bon état et le prix proposé à la reprise était correct : 20 000 euros à condition de payer à l’avance, les factures d’électricité, de téléphone et d’autres charges qui s’élevaient à 10 000 euros en plus des salaires de quelque 15 ouvriers. Soit environ 40 000 euros», révèle-t-il. De nombreuses entreprises en difficulté technique et financière ont pu ainsi trouver preneur parmi les importateurs algériens, notamment ceux installés à Dubaï. Et c’est là toute l’astuce du procédé : ces investisseurs sont tous des importateurs. Via leur entreprise d’importation, ils inondent le marché algérien de biens produits en Turquie.

Pour payer les frais de déplacement, ils importent également d’autres biens, autrefois fonds de commerce des petits trabendistes : téléphones, consoles de jeux, textile… et par la facturation – voire la surfacturation - rapatrient les devises en Turquie, dans leur propre giron. Farid nous présente cet autre «investisseur algérien» qui revient tout juste de la région de Bursa. Il n’a que 30 ans et lui aussi vient de racheter un atelier de confection de robes syriennes et turques, très prisées par les Algériennes. «Je deviens ainsi à la fois industriel en Turquie et importateur en Algérie. J’ai toujours voulu m’affirmer sur le marché, surtout face à la concurrence féroce des Syriens», nous confie-t-il. Montant de l’opération : 60 000 euros. L’argent provient de l’Algérie et c’est un «courtier» de square Port-Saïd qui s’est chargé de rapatrier les fonds.

Couches bébé

L’anonymat des hommes d’affaires qui le souhaitent est assuré puisque le nom du propriétaire n’apparaît que dans l’acte d’achat. Le reste des opérations de gestion et de commerce international est assuré par un «gérant turc». Çengiz a à peine 24 ans. Il est le nouveau gérant d’une petite fabrique de couches bébé et de papier hygiénique implantée à Tuzla, dans la province d’Istanbul. La fabrique appartient à un Algérien qui rémunère Çengiz 500 euros par mois, soit un peu plus de 100 euros que le salaire minimum turc. Nous avons tenté de prendre attache avec lui. «Je n’ai rien à vous dire. Si vous voulez passer commande, négociez avec mon gérant», nous a-t-il répondu. Car dans ce beau monde, certains ont des choses à se reprocher. Abderrazak est «black listé» en Algérie. Il fait partie des 20 000 importateurs soupçonnés de transactions douteuses et ses affaires se portent très mal en Algérie. Il risque la prison. Il s’est alors orienté vers Istanbul du côté de ses anciens fournisseurs. «Je ne vous cache pas que mes amis turcs m’ont beaucoup aidé pour que je m’installe ici. Je négocie en ce moment un gros contrat avec un industriel très en vue. Nous allons d’abord commencer par écouler notre marchandise au Moyen-Orient, puis en Europe de l’Est grâce à mes connexions là-bas, puis en Algérie», ambitionne-t-il.

L’investissement dépassera largement les 7 millions d’euros. Mais la Turquie n’attire pas seulement les «petits» businessmen. Des magnats de l’import-import, pour qui l’instabilité politique conjuguée aux luttes de pouvoir fait peur, ont aussi choisi Istanbul. Un des «barons» les plus influents à Alger aurait acquis, selon nos interlocuteurs sur place, une grosse unité de production de produits hygiéniques et de vaisselle, et une autre de production d’ustensiles. Sa production étant bien sûr destinée au marché algérien. «Grâce à ses nombreuses sociétés d’importation en Algérie (registres du commerce loués) , il va inonder le marché de produits fabriqués à des prix cassés puisque les deux usines lui appartiennent», nous informe un businessman proche de ce «baron».

morjane
21/09/2012, 14h22
Bon filon

Derrière ce bon filon se cacheraient aussi des hauts responsables de l’Etat qui, selon nos interlocuteurs, encourageraient sciemment les intervenants dans l’ancien réseau Dubaï à se délocaliser en Turquie. Se réfugier chez l’«oncle Erdogan» comme le font aussi de nombreux Egyptiens, Libyens et Syriens, est devenu à la mode. «Ici, vous pouvez bénéficier de toute la protection nécessaire. Surtout lorsque vous êtes déclaré ‘investisseur étranger’, vous devenez intouchable et l’Etat turc vous défendra quoi qu’il arrive», assure un entrepreneur algérien en visite de prospection en Turquie. Djelloul, la quarantaine, est industriel et ex-négociant. «Je viens de faire une tournée dans les différents pôles industriels de Turquie et je suis subjugué par les installations et les infrastructures. Le climat des affaires et les opportunités d’expansion à l’international sont nettement plus attractifs que dans certains pays de l’Union européenne», s’enthousiasme-t-il.

En effet, en Turquie, il est possible de créer son entreprise en une journée et de bénéficier d’un package de mesures incitatives et de taxes réduites, tout cela vous est proposé. Autre avantage : la main-d’œuvre qualifiée et bon marché. Djelloul n’attend que la confirmation de son intermédiaire pour conclure son affaire. «Mes deux usines en Algérie fonctionnent très mal à cause de la concurrence déloyale des importateurs et les impôts de plus en plus contraignants. Je pense arrêter la production dans mes deux usines en attendant de leur trouver un repreneur. Ou bien réduire l’effectif et tenter de minimiser les dépenses», nous explique-t-il. Le Forum économique mondial vient de classer les pays en fonction de leur compétitivité : l’Algérie apparaît à la 100e place. Loin derrière la Turquie, en 43e position.

Dubaï-Istanbul : la nouvelle route des affaires

De l’Algérie. Pour se «délocaliser», le mode d’emploi est simple : trois intermédiaires interviennent, à commencer par l’émissaire turc pour les propositions de reprise ou de rachat d’entreprises en Turquie, puis le «courtier» nécessaire pour le change et le transfert d’argent et enfin l’entreprise ou société d’importation pour l’opération bancaire. Car les autorités, sous la pression de l’opinion publique mais surtout des organismes de contrôles internationaux, ont multiplié les opérations de contrôle, notamment au niveau des ports et des aéroports pour limiter le transfert illicite d’argent. Résultat : depuis quelque temps, Dubaï n’a plus la cote auprès des hommes d’affaires algériens qui, depuis que le gouvernement dubaiote s’est mis à contrôler la traçabilité de l’argent qui transite chez lui, cherchent des destinations plus tranquilles où aucun certificat d’authenticité sur la provenance des fonds n’est exigé.

De Dubaï. Le procédé est tout aussi simple : il faut un intermédiaire pour le rachat de l’entreprise en difficulté, un banquier pour transférer l’argent de Dubaï vers la Turquie, et un gérant pour dissimuler son identité aux Algériens lors des transactions d’exportation de la Turquie vers l’Algérie.

L'actu

Une délégation composée de 50 hommes d’affaires turcs a effectué une visite de trois jours cette semaine en Algérie. Mission : prospecter le marché algérien de textile, notamment le prêt-à-porter et les vêtements de sport. Des rencontres «B to B» entre industriels turcs et algériens ont été organisées en vue d’investir dans le secteur. Ce qui a abouti à des ententes de projection de coopération sur la base de transfert de technologie et de savoir-faire.

Zaki Guvercin, un des représentants de la Chambre de commerce d’Istanbul, a annoncé lors d’une conférence de presse organisée le 15 septembre que la Turquie comptait investir, dès 2014, 2,5 milliards de dollars dans le domaine du textile en Algérie. Premiers contrats réalisés : la reprise de deux complexes industriels en difficulté, dans les régions de Béjaïa et Relizane. Des contrats commerciaux ont été également signés pendant leur séjour. Le montant de ces opérations n’a pas été révélé ainsi que les chiffres précis concernant les exportations de textiles turcs vers l’Algérie, affirme Abdullah Çinar, membre du conseil exécutif de la Chambre de commerce d’Istanbul.

«Car une bonne partie de ces exportations passe par le circuit informel», explicite le responsable turc. Les Turcs plaident pour des accords de libre-échange afin de lever les barrières douanières qui, selon eux, défavorisent leurs produits face aux produits européens. Les investissements turcs en Algérie ont atteint 350 millions de dollars en 2011. Quant aux échanges commerciaux entre les deux pays, ils s’élèvent à 4 milliards de dollars.


Samir Bellal. Maître de conférences en économie, université de Guelma : une nouvelle étape dans la désindustrialisation

Cette délocalisation est une nouvelle étape dans le processus de désindustrialisation auquel nous assistons depuis plus de deux décennies. Tout est conçu pour décourager la production au profit de l’importation. Le pays est ouvert. Il n’y a quasiment pas de barrières de protection (douanières ou autres). Dans ces conditions, pourquoi un importateur investirait pour produire sur le marché local puisque rien ne l’y incite ? Cette situation d’ouverture extrême, que certains assimilent à un «désarmement économique» s’accompagne d’une politique de change qui favorise l’importation au détriment de la production.

Un dinar surévalué favorise les importateurs et décourage les producteurs locaux. Reste à aborder la question des lobbys et autres interférences politiques. Dans un régime rentier comme le nôtre, la performance économique d’une entreprise (privée ou publique) s’explique moins par la qualité de son management que par la qualité de ses relations avec le pouvoir politique et ses réseaux clientélistes. La régulation économique est conçue pour répartir la rente, et non pas pour produire.

Zouheir Aït Mouhoub , el watan

* Les prénoms ont été changés.

du31
21/09/2012, 18h39
je ne le crois pas..les asiatiques ont tout dévoré...je pense plutôt les algériens vont s’installer en chine...si la chine et l'algerie investissent dans les avions cargot pour reduire encore plus les charges du transport le reste du monde est KO technique...mais ce qui se dit c'est que l'infleunce turque ici en algerie par des réseaux d'affaire est de faire les bâtons dans les roues..mais jusqu'a quand?? Et je suis meme sure que les turques eu même vont desirer s'installer en asie pour vendre mais ils ne peuvent pas...il y a de l’animosité entre turque et Asie....Dubaï bénéficie d'un point stratégique d'un relais ou neouds central aérien

WALIS19
21/09/2012, 23h18
très très bon ça, ca m'interresse!

Pecos
22/09/2012, 11h51
...apres l'immobilier pas chere en Espagne, faire du business en Turquie est tres interessant ! merci pour l'article ;)

Cookies