PDA

Voir la version complète : Accession de l’Algérie à l’OMC : les conditions de l’UE et des USA


haddou
21/10/2012, 10h26
Les négociations avec une quinzaine de pays membres de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) relatives à l’accès aux marchés se poursuivent en vue de conclure des accords bilatéraux dans le cadre du processus d’adhésion de l’Algérie à l’Organisation, a affirmé, hier à Alger, le directeur du commerce extérieur au ministère du Commerce, Cherif Zaâf.
Celui-ci précise qu’avec l’UE, une des plus importantes zones commerciales du monde, qui joue un rôle essentiel dans les structures de l’OMC, les négociations en vue de conclure un autre accord plus large dans le cadre de cette Organisation semblent «bien progresser». Et d’ajouter : «Au niveau de l’UE, il y a une insistance sur l’ouverture du marché des services. Or, certains secteurs tels que la santé ou l’enseignement font partie des préoccupations sociales de l’Etat, d’où la difficulté d’accéder aux demandes d’ouverture du marché formulées par l’UE.»Par ailleurs, M. Zaâf indique qu’avec les Etats-Unis, «la démarche est différente. Ces derniers demandent des engagements par rapport à ce qu’on appelle communément au sein de l’OMC les accords 0 contre 0, c’est-à-dire l’application de la réciprocité douanière». Il a précisé, à ce titre, que l’Algérie «a pris un engagement par rapport à une liste de 200 produits chimiques».
La longue marche de l’Algérie pour son adhésion à l’OMC est expliquée par M. Zaâf par la volonté du gouvernement algérien de mener d’abord des réformes internes, de réussir la mise à niveau de certains secteurs susceptibles d’être menacés par la concurrence et d’arriver à une diversification de son économie. «Un aide-mémoire du gouvernement algérien a été envoyé aux membres de l’OMC pour revendiquer des périodes de transition afin de permettre à nos entreprises de se préparer à l’ouverture», a-t-il fait savoir. Selon M. Zaâf, des études sur les filières sensibles à protéger ont été faites dès 2002. Le 11e round de négociations, prévu pour le mois de juillet dernier, a été reporté. Le nouveau président du groupe de travail chargé de l’accession de l’Algérie à l’organisation, Alberto Dialoto, sera prochainement à Alger «pour arrêter le calendrier des prochaines étapes».
EL WATAN

haddou
21/10/2012, 11h11
C'est un leurre de croire a la mise a niveau des entreprises nationales ,pour etre pret a la date fatidique,l'evolution technologique est tellement rapide qu'on ne serait jamais capable de rattraper le retard entre les pays du maghreb et l'ue
on a vecu le meme probleme au maroc ,malgre tous les efforts consentis ,le resultat n'est pas reluisant,il faut tabler sur la disparition d'un nombre important de societes qui ne pourraient survivre apres l'ouverture de l'economie,c'est le prix a payer quelque soit la strategie adoptee, dans le cas contraire proteger son economie est aussi lourd de consequence

Cookies