PDA

Voir la version complète : L'Algérie à la recherche du THON perdu !


absent
13/11/2012, 14h45
Des Algériens à Agadir à la recherche du thon perdu !
par Merouane Korso - Le Quotidien d'Oran


A Agadir, les 48 pays chargés de gérer la pêche des thonidés se réunissent du 12 au 19 novembre, pour décider des prochains quotas de pêche de thon rouge. Les stocks en voie de rétablissement poussent les organisations de pêcheurs à demander une augmentation des quotas. Les experts appellent à la prudence. Pour la délégation algérienne, le voyage à Agadir est presque proustien : allez à la recherche du thon perdu !

On s'attend à des négociations âpres voire à des «bagarres» pour l'acquisition de nouveaux quotas de pêche au thon rouge, très prisés par les amateurs de sushis.

Ce sont surtout les organisations de pêcheurs qui veulent pousser la Cicta (Commission internationale pour la conservation des thonidés de l'Atlantique) à augmenter le quota de pêche pour 2013 après deux années de restrictions. Pour la délégation algérienne, l'enjeu est de récupérer le quota, qui lui a été retiré aux trois-quarts en 2010 et avait suscité une vive polémique dans la presse algérienne. Une forte délégation ministérielle algérienne est présente à Agadir (Maroc) à la réunion de la Commission internationale pour la conservation des thonidés de l'Atlantique (Cicta) pour arracher ce rétablissement du quota amoindri.

Mais au-delà du cas «spécifique» algérien, les enjeux des travaux portent essentiellement sur une éventuelle répartition de nouveaux quotas de pêche pour 2013, éventuellement, entre les pays membres. L'Algérie, qui s'était vue «amincir» drastiquement son quota de pêche au thon en 2010, est décidée, selon des sources au ministère de la pêche et des ressources halieutiques, à «reprendre son quota». «Il y a une forte délégation représentant le ministère à cette réunion», a précisé la même source à maghrebemergent.info, ajoutant que «nous sommes décidés à récupérer notre quota».

QUOTA PERDU AUX TROIS QUARTS ! :evil:

En 2010 lors de la réunion annuelle de la Cicta à Paris, la commission avait diminué de plus de moitié le quota qu'elle attribue annuellement à l'Algérie. De 680 tonnes, le quota de l'Algérie a été réduit à 138 tonnes. Les trois-quarts du quota algérien ont été redistribués entre la Libye, l'Egypte, le Maroc et la Croatie. A l'époque, le fait avait fait scandale, les experts et professionnels de la pêche accusant le ministère de n'avoir rien fait pour récupérer ce qui revient de droit à l'Algérie. Dans un premier temps, le ministre algérien avait regimbé, en annonçant que l'Algérie a introduit un recours pour récupérer son quota de pêche au thon. Il a fini par se rétracter et adopter un profil. C'est que de manière prosaïque, les thoniers algériens n'étaient pas en mesure de pêcher le quota attribué à l'Algérie. L'ex-ministre Abdallah M. Khanafou avait fini par reconnaitre que «même si la l'Algérie obtient gain de cause, elle n'aura pas son quota pour 2011, parce que nous ne sommes pas prêts pour pêcher le thon rouge».

CETTE ANNEE SERA LA BONNE

Cette année, l'équipe d'experts du ministère est sur place. Elle va négocier la récupération totale du quota de thon rouge de l'Algérie, c'est à dire les 680 tonnes, selon la même source au ministère. «Nous avons depuis deux ans fait des efforts colossaux pour convaincre la commission de nous restituer notre quota de thon rouge», a précisé cette source, qui a ajouté que «nous allons négocier pour reprendre notre quota». On attendra la suite pour voir si les arguments de l'Algérie ont eu de l'effet. Les pays membres vont du Cicta vont surtout essayer d'augmenter les quotas. C'est que le comité scientifique de la Cicta (Commission internationale pour la conservation des thonidés de l'Atlantique) a déjà indiqué début octobre que les stocks étaient en voie de rétablissement. Mais les scientifiques restent prudents en exprimant de fortes réserves sur la «la vitesse et l'ampleur de cette hausse».

La hausse des quotas n'est donc pas assurée. Les experts du la Commission penchent plutôt pour une reconduction des restrictions pour renforcer cette tendance à l'amélioration des stocks. Le comité scientifique de la Cicta recommande ainsi le maintien des quotas actuels: 12.900 tonnes pour la Méditerranée et 1.750 tonnes pour l'Atlantique ouest. En 2008, le quota était encore de 28.500 tonnes, puis est passé à 22.000 tonnes en 2009, à 13.500 tonnes l'année suivante, avant de descendre à 12.900 tonnes en 2011 et 2012.

Harrachi78
13/11/2012, 14h52
Y a-t-il assez d'opérateurs algériens pour exploiter tout ce quota de 680 tonnes ou je ne sais combien ?!

absent
13/11/2012, 15h01
Y a-t-il assez d'opérateurs algériens pour exploiter tout ce quota de 680 tonnes ou je ne sais combien ?!

pas besoin que les thoniers soient algériens

ahmed67
13/11/2012, 15h17
je dis cela de mémoire mais il me semble que lors de la dernière reunion en 2010 l’Algérie c'etais vu réduire son quota non parce qu'il ni as pas assez de pécheurs mais bien parce que ils ni étais pas tout simplement , le ministre avait dit pour d'excuser de ce fait qu'ils n'avait pas eu droit au visa ,non? ou je me trompe

absent
13/11/2012, 15h25
ahmed

c'est exacte mais tu as manqué la suite

cherche cet article "Comment l’Algérie a perdu son quota de thon !" sur **********

Harrachi78
13/11/2012, 15h37
pas besoin que les thoniers soient algériens.

Tu veux dire que l'on peut "vendre" ce quota à d'autres sans avoir à le pêcher ?

Massnsen
13/11/2012, 15h54
Faut dire merci au ministère MSP de la pêche qui vendait le Thon algérien aux turcs dans l'eau :) Donc les européens nous ont fait un bras d'honneur dessus parce que les turcs se sont servi plus qu'il ne le fallait ! L'Argent ? Récupéré par le mouvement des scieurs de poteaux :)
Le reste, c'est le petit fiston à Boudjerra Soltani qui se charge de le cueillir et de le vendre sans que celui-ci ne voit à quoi ressemble les quais des ports de pêche algériens. Ses Thoniers sont visibles à Zemmouri, 100% financés par la BADR ... elle n'est pas belle l'algérie ?

absent
13/11/2012, 16h08
Harrachi78

Tu veux dire que l'on peut "vendre" ce quota à d'autres sans avoir à le pêcher ?

y'a maintes formes de partenariat à l'exception des sociétés mixtes de peche qui sont interdits d'opérer dans les eaux algeriennes

Harrachi78
13/11/2012, 16h16
Concrètement, à qui appartient ce "quota" ? Est-ce à l’État algérien qui donnerait à son tour des autorisations de pêche pour tel ou tel opérateur (algérien ou étranger) ?

absent
13/11/2012, 16h23
harrachi

chez moi ça se passe exactement comme ça mais chez toi, je présume que ça doit etre la meme chose sauf que les etrangers ne peuvent etre autorisés meme chose pour les sociétés mixtes sauf si la loi algerienne est amendé

Cookies