PDA

Voir la version complète : Il est tombé du ciel


morjane
26/07/2006, 17h33
Il est tombé du ciel
comme une fleur de l’été
Poussée par le vent des alizés
Je n’avais rien sentis,
juste frémis

Dans le ciel de l’été
nul ne peut y aller
Sans s’y bruler

Et pourtant
une effluve familière
un regard point inconnu
Une vérité toute nue qui s’offre
à la douceur de l'été


Souffle mon bel olivier
Apres je te récolterai
Ramassant à la terre
Ce qui fait ta fierté

Je me souris de ton vent
Je repasse lentement
Un souffle d’un instant
Ciel fécond de la nuit
Chasse les ombres qui s’installent

Je souris en pensant
A ce temps tendrement
Il n’y a pas plus beau paysage
Que la pluie un soir d’été
Douce odeur de la terre
qui doucement revit.


morjane
26/07/06

Al-Fares
26/07/2006, 20h44
Bonjour Morjane, Avec ta permission....
Ton poeme et si beau, que je me suis permis de te voler quelques idées, pour en faire un essai....

Ils tombent du ciel
comme des boules de feu, en cet été
Poussées par des lance- missiles attisés
Les petits Libanais avaient bien sentis
ils sont anéantis

Dans le ciel de cet été
Nul ne peut y voir le bleu
Sans remarquer les feux

Et pourtant
Le liban est si beau
Le cedre le sait.
Courage mes chers Libanais
Votre lendemain sera meilleur

Souffre mon beau Liban
Apres la tempete il fera beau temp
Celui qui t’a imposé le vent
Ramassera les orages

Je me souviendrai de tes marthyrs
Ils reposent dans le jardin
Promis aux patients opprimés.
Ciel, répond à ma priere ;
Chasse la rancune de nos coeurs

Je souris en pensant
Que enfin la juste paix est née
Que les enfants grandiront
Que le cedre et l’olivier repoussent.
A ce temps tendrement
Il n’y a pas plus beau paysage
Que la pluie un soir d’été
Douce odeur de la terre
qui doucement revit.

Absente
27/07/2006, 12h20
Apres la tempete il fera beau temp

mais il y a des tempêtes qui durent vraiment trop longtemps .....
c'est pas juste ...

morjane
27/07/2006, 17h10
Bonjour Al Fares, Joce.

Djanoub, pour un coup d'essai c'est un coup de maître et il ne pouvait avoir meilleure reprise ou suite. C'est exactement dans l'esprit et la pensée dans lequelle j'étais. et ce que j'avais gardée pour moi est ce que tu as si bien mis en valeur. J'aime beaucoup le poème que tu as écrit, c'est le tien et il est magnifique, vraiment et merci.
N'hésites jamais à récidiver.


Joce,
"mais il y a des tempêtes qui durent vraiment trop longtemps," Oui quand elles sont aussi destructrices c'est toujours trop longtemps et dans l'absolu on aimerait qu'il n'y ai jamais de commencement. A défaut on pense à la fin et affronter le lendemain est aussi un autre combat et c'est pour ça que l'aube se lévera avec un bel éclat.

Absente
27/07/2006, 18h56
Morjane
et Al Farès

puisse le ciel vous entendre...


Morjane, on connait ses talents qu'on apprécie jour après jour,
mais Al Farès : bravo mon ami, c'est très beau, ce que tu as écrit

morjane
27/07/2006, 19h12
Tu sais, c' était vraiment une belle surprise pour moi de découvrir ce talent qu'Al Farès nous avait caché et vraiment cela me fait plaisir qu'il ait pus être inspiré à travers mes mots parce que c'est une des raisons de la naissance de la rue que chacun de nous puisse ressentir ainsi l'envie de laisser parler son coeur.

Merci Makéda et belle soirée.

Absente
27/07/2006, 19h30
au plaisir de vous relire tous les deux....

bonne soirée aussi Morjane

Al-Fares
27/07/2006, 19h52
Merci les filles, vous etes aimables....
Morjane, merci pour tes encouragements et merci surtout pour tous tes poemes.....une richesse!!!
Makéda ma grande amie, je sais que tes poemes sont beaux , mais t'es tres avare ces derniers temps....Merci à toi ma chere!

Tazerwalt
07/08/2006, 10h44
Vos mots m'ont également touchée, et j'ai voulu répondre...
à ma façon. Ce poème vient de naître...
---------------------------------------------------------------

LE CEDRE DU LIBAN


Il avait des racines immenses,
Où tout un chacun s’abritait,
Et il avait repris confiance
Au soleil du jour, renaissait…

Ses longues branches étaient superbes,
Sous son feuillage, il faisait bon
Se détendre, bien assis sur l’herbe,
De son ombre, à tous, faisait don.

Il était aussi en son âme
Arbre de concorde et de paix,
Et chacun, enfant, homme ou femme,
L’aimait, surtout le respectait.

Il avait souffert de la guerre,
Avait connu la trahison,
Mais simplement, à sa manière,
Il accordait sa protection.

Il se tenait à la lumière,
Lorsque survint à l’horizon
L’horreur d'une nouvelle guerre
Tout comme nouvelle prison.

A nouveau, la houle mauvaise
De tous les vendeurs de canons…
A nouveau, souffrance et fournaise
Sous des déluges en fusion !

Grande alors devint sa souffrance,
Son peuple était au désespoir,
Jusqu’à quand sa haute prestance
Pourrait-elle distiller l'Espoir ?


:4: Tazerwalt

sacov
03/09/2006, 01h59
Tombé du ciel vers le ciel, le râle de mon vent, le temps de mon temps et le mal de mon mal, celui connivent des fleurs de l’été, senties et frémies au seuil du printemps.
Ton ciel est pourtant effluves sentant, les yeux du mystère et, surtout repentant car, la nue-vérité n’a pas de printemps. Elle est souche d’olivier dont le souffle chantant, rythmant ton temps et…. le mien, ne saurait, fièrement donner ses vingt ans.
Souris-toi de mon vent, mon élan est certain, ma récolte est putain, mes mots un étreint et ma vie est écrin.
Il est dit que ton sourire aux pays, tes baisers et saillies, tes efforts vieillis, tes luttes…
Il est dit des chansons, des airs et des saisons, de tes plus beaux paysages, de ta terre , de la mienne,des vallées marécages, des mères de prophètes fardées de trahisons que la douceur de vivre ne vient que de la terre.

Il est dit….

sacov

stranger011
03/09/2006, 17h45
joli poeme

L'eau danse lentement
A travers ce temps.
Elle chante mélodieusement,
Autour de la nature ;
Dans cet air pur.
Elle caresse les rochers
Pendant son parcours.
Laisse une odeur,
Qui me berce le coeur.
Je lève mes yeux émerveillés ;
Et là... tout disparaît.
Autour de ce lit berçant,
Apparaît un paysage glaçant.

Cookies