PDA

Voir la version complète : Laissez agir la faux du temps


stranger011
03/08/2006, 14h02
Ma jeunesse ne fut qu'un ténébreux orage, traversé çà et là par de brillants soleils… "*
Ainsi donc va la vie, jour après jour de mal en pis, mois après mois, de plus en plus d'ennuis…
Le temps qui détruit tout, la vie qui n'en vaut pas le coup, le monde qui tourne à l'envers, et les Hommes qui n'ont plus les pieds sur terre!
Dire qu'il y en a qui de tout cela sont convaincus, qui en l'amour, l'amitié, la vie ne croient plus ; qui le jour sèment de " faux " ennuis, et la nuit en récoltent des " insomnies " ; se privant de sommeil comme pour se punir, se renfermant sur eux mêmes comme pour des autres se prémunir, et se répétant comme pour s'en convaincre " que la solitude seule est la source des inspirations. " (Vigny)
Tout cela est pour le moins inhabituel, j'en conviens, et pourtant, de ces gens là nous en connaissons vous et moi, et fort bien ! nous les observons, un certain temps les côtoyons, finissant naïvement par croire que pour eux nous comptons, mais hélas, comme ils le croient si bien, tout est éphémère et rien n'est éternel, et au lieu d'être les confidents, relégués au rangs de simples " connaissances " nous nous retrouvons.
Et nous nous lançons alors dans de vaines explications, cherchant peut être à préserver ce semblant d'amitié, qui commençait tout juste à percer ; mais hélas, " leurs péchés sont têtus, et leurs repentirs sont lâches " * et à leur inébranlable refus, à leurs idées faussement reçues se heurte notre bonne volonté qui à elle seule ne suffit à percer ce gangue dont leur cœur s'est paré.
" La sottise, l'erreur, le péché, la lésine, Occupent nos esprits et travaillent nos corps, Et nous alimentons nos aimables remords, Comme les mendiants nourrissent leur vermine. "*
Alors pour quoi leur en tenir rancune ? Conscients de ce qu'ils font ? Oh oui ils le sont ! Rien ne leur échappe, et le temps un jour les rattrape ; même si la mémoire, parfois, leur fait défaut, de leurs erreurs ils gardent toujours un souvenir gravé à la faux.
Mais comme le dit si bien Sieur La Fontaine " Laissez agir la faux du temps "…


* Baudelaire

Cookies