PDA

Voir la version complète : JSM Béjaïa : Fin de mission pour Alain Michel


morjane
22/01/2013, 14h45
Le directeur général de la JSM Béjaïa, Rachid Redjradj, a animé, hier, un point de presse au siège du club pour annoncer officiellement la fin de mission de l’entraîneur de l’équipe, Alain Michel.

Lors de cette rencontre avec la presse, M. Redjradj a tenu, tout d’abord, à présenter ses excuses, au nom du club, à toute la presse locale, pour l’information parue, hier, sur deux quotidiens spécialisés, qu’il citera nommément, relative au limogeage du technicien français. « Je voue prie de bien vouloir nous excuser pour la fuite ayant trait à la divulgation de l’info car, nous avons toujours considéré les journalistes sur un même pied d’égalité, mais il se trouve qu’un ******, se prenant pour un proche du club, nous a poignardés dans le dos, après la réunion d’avant-hier entre le président du CSA, Hafidh Tiab, Alain Michel et moi-même, en balançant un scoop à ses maitres. C’est vraiment indigne de sa part, alors qu’on aurait aimé vous informer tous au même moment, c'est-à-dire aujourd’hui». Ceci, avant d’aborder le thème principal de la conférence, inhérent à la fin de mission, depuis hier, du désormais ex entraineur de la JSMB, Alain Michel. « Je tiens à vous dire que l’article 5 du contrat liant Alain Michel à la JSMB stipule clairement qu’une résiliation unilatérale peut se faire par l’une des deux parties, c’est ce que nous avons justement appliqué, en vertu de ce même article, pour le motif d’insuffisance de résultats. Toutefois, nous restons redevables de deux mensualités, en guise de préavis, et de deux primes de matchs envers cet entraîneur ». A une question relative au fait qu’Alain Michel, qui est passé hier matin au bureau du DG du club, ait refusé de recevoir la notification en question, notre interlocuteur expliquera : « Tout simplement parce qu’il croit savoir que nous lui sommes redevables d’environ trois à quatre mensualités, soit une moyenne de 8 millions de dinars, alors que c’est archi faux, puisqu’ il a été payé jusqu'au 31 janvier en cours, c'est-à-dire en surplus. En tout cas, il est libre d’aller à la FIFA s’il le souhaite ». A la question de savoir, enfin, si une relation de travail conflictuelle, ou autre, existerait entre les deux hommes, le conférencier rétorquera ce qui suit : « Il faut savoir qu’il n’existe aucun problème entre nous deux, mais simplement, il a été remercié pour insuffisance de résultats et aussi pour sa mauvaise gestion du groupe ». Pour le nom du successeur d’Alain Michel, M. Redjradj s’est contenté de dire que les pourparlers se poursuivent actuellement avec certains techniciens en vue de prendre les commandes techniques de l’équipe, avec pour objectif de la tirer vers le haut. En attendant, c’est le duo Hamouche-Sebaa qui assure, depuis hier, les entrainements de l’équipe. Sur un autre volet, et au sujet de la qualification des deux Maliens, Bangoura et Coulibaly, Redjradj s’est montré optimiste pour un dénouement heureux de leur situation, dès cette semaine.

La piste de l’Italien Solinas évoquée

On croit savoir, d’une source crédible, que la piste de l’Italien Solinas, déjà passé par l’ESS puis le CRB, serait privilégiée par la direction de la JSMB, qui aurait déjà pris attache avec lui pour succéder à Alain Michel à la barre technique de l’équipe. Cela, au moment où le DG du club a réfuté toute idée d’un quelconque contact avec le technicien Italien lors de la conférence d’hier. En tout cas, les jours, ou même les heures qui viennent, nous renseigneront davantage sur celui qui aura la charge de prendre la difficile mission de redresser la barre au sein d’une formation en déliquescence, avec une longue série de mauvais résultats.

B. Ouari- La Dépêche de Kabylie

Cookies