PDA

Voir la version complète : Blocage des visas pour le Niger


morjane
23/01/2013, 14h07
Les postulants protestent devant le consulat à Tamanrasset

Le blocage des visas pour le Niger a suscité de vives réactions chez les postulants qui se sont rassemblés, en fin de semaine, devant l’enceinte du consulat du Niger dans la wilaya de Tamanrasset pour protester contre cette décision entourée de beaucoup d’ambiguïtés.

Dès la matinée, une grappe humaine de plus de 100 personnes, venues des quatre coins du pays, s’est formée devant l’entrée principale de cette institution diplomatique en vue d’avoir “des explications claires” sur les raisons qui pourraient être à l’origine de “ce blocage” ou encore sur “le mutisme des autorités” qui n’ont pas daigné bouger le petit doigt pour résoudre ce problème qui ne fait que durer.

Les protestataires ont égrainé un chapelet noir sur la situation dans laquelle ils se sont trouvés depuis presqu’un mois suite au refus inexpliqué des autorités consulaires concernées d’accorder leur demande de visa pour le Niger.

“Ce n’est pas du tout normal. Les demandeurs de visa sont livrés à eux-mêmes dans cette wilaya du Grand-Sud à cause des brimades imposées par les employés corrompus de ce consulat. Certains sont ici depuis 20 jours et d’autres ont presqu’un mois à attendre sur la braise pour se faire délivrer un visa valide uniquement pour quelques jours. Hormis les quelques chanceux ayant obtenu leur visa en versant des pots-de-vin allant jusqu’à 20 000 DA, nos demandes semblent être classées aux oubliettes”, pestent les protestataires, quadrillés par un fort dispositif de sécurité par crainte d’affrontements ou d’échauffourées.

Les protestataires ont crié à tue-tête leur colère et tancé vertement le comportement des employés dudit consulat le fait qu’ils sont “avides des pots-de-vin et autres convenances leur permettant de faire fortune sur le dos des postulants algériens. Nous avons décidé de ne plus donner de l’argent à ces employés. Toutefois, ces corrompus n’ont pas trouvé d’autres moyens pour réagir que de nous faire attendre dans des conditions déplorables, pour en fin de compte nous accorder ce fameux visa qui n’est qu’une forme d’autorisation pour passer le poste frontalier d’Amassaka, non loin d’In Guezzam à 500 km au sud de Tamanrasset, à l’effet de finaliser entre autres, les procédures de vente relatives à l’acquisition des véhicules immatriculés à l’étranger.

Une fois arrivés sur place, les services de la Police des frontières du Niger nous somment, pis encore, de payer une taxe illégale de
4 000 DA à l’entrée et à la sortie pour apposer leur cachet sur le passeport.

Au total, nous payons jusqu’à 10 000 DA pour ces agents malveillants juste pour nous laisser passer tranquillement et pour éviter de se faire passer les menottes pour une affaire criminelle dont nous sommes innocents”, dénoncent-ils, en demandant l’intervention de l’État pour mettre un terme à ce calvaire.

Au consulat du Niger, personne n’était disposé à nous fournir des explications sur ce problème ou encore sur l’absence d'un minimum d’égard vis-à-vis des demandeurs de visa contraints d’accomplir les procédures administratives à même le sol ou sur le trottoir. Selon une source crédible, une commission a été installée à cet effet et s’est réunie récemment au siège de la wilaya pour analyser cette situation avec les services concernés.
En attendant, les prestataires semblent déterminés à faire valoir leurs droits en espérant l’intervention des hautes autorités du pays pour éviter que ce genre d’incident se reproduise dans l’avenir.

Par : RABAH KARECHE , Liberté

Cookies