PDA

Voir la version complète : Site gazier d’In Amenas : controverse sur la sécurité


morjane
28/01/2013, 13h25
La sécurité du site gazier d’In Amenas, théâtre d’une sanglante prise d’otages, continue d’alimenter la controverse et la polémique autour de la sécurisation des sites aussi stratégiques que les plateformes pétrolières et gazières.

Comment les terroristes ont-ils pu arriver jusque-là ? Tiguentourine est un site gazier majeur ; sa production, destinée à l’exportation, tourne annuellement autour de 9 milliards de mètres cubes, soit l’équivalent de 3,9 milliards de dollars, selon des experts. Un site qui devait être entouré d’un maximum de sécurité puisqu’il est le cœur même de l’économie nationale. Cela ne semble pas être le cas.

Si les terroristes peuvent exploiter certaines failles dans le dispositif de surveillance de nos frontières, longues de 6000 kilomètres, comment ont-ils pu attaquer et se retrouver, aussi facilement, à l’intérieur du site gazier, sans surveillance, si ce n’était la vigilance du défunt agent de sécurité qui, dans un geste héroïque, a réussi à donner l’alerte et éviter l’irréparable ?
Même si les concernés – Sonatrach, les responsables des sociétés pétrolières opérant sur le site – n’ont pas tellement communiqué sur le sujet, l’on commence à avoir les premiers éléments de réponse. Au lendemain de la prise d’otages, un confrère avait donné une information sur l’existence d’une complicité interne au sein du site gazier. Il s’agirait de l’implication d’un employé d’une société en contrat avec British Petroleum. Selon des sources, la compagnie britannique avait même insisté pour travailler avec son partenaire malgré «les bons conseils» des Algériens.

Les dernières déclarations des responsables de cette société éclairent un peu sur certaines défaillances. Un porte-parole de BP, Robert Wine a déclaré au New York Times (déclaration reprise par TSA) : «Nous avons décidé, nous et Statoil, de ne pas avoir d’agents armés sur le site compte tenu de la forte présence militaire dans la région. Nous avons considéré que ce n’était pas nécessaire sur le site.»
Par ailleurs, pour le directeur général du groupe Stirling ayant organisé et supervisé la sécurité à l’intérieur du site de Tiguentourine, Mike Lord, cité par la même source, «avoir des agents armés sur un site gazier pouvait générer des risques» en cela que «des explosions pouvaient être causées par des balles perdues».

Ce serait donc quelques raisons qui ont amené les sociétés gazières, soucieuses de faire des économies de bouts de chandelles, en comptant sur les factions des services de sécurité très présents dans la région, de réduire ou de négliger la sécurité du site.
Qui est responsable des failles sécuritaires qui ont rendu possible l’attaque terroriste d’In Amenas ? La réponse, on ne l’a pas encore, même si certains s’interrogent toujours : comment 32 terroristes armés jusqu’aux dents ont-ils pu aisément traverser les frontières ?

Et attaquer avec une facilité déconcertante le site avant que l’Armée nationale populaire ne donne l’assaut, et finissent par sécuriser l’usine. En tout cas, la controverse est lancée.
Des pays dont sont originaires les otages décédés demandent plus d’informations sur ce qui s’est passé à In Amenas. Les autorités algériennes parent au plus pressé : la sécurité est renforcée à présent sur tous les sites pétroliers.

Said Rabia- El Watan

Histo
28/01/2013, 13h29
Les dernières déclarations des responsables de cette société éclairent un peu sur certaines défaillances. Un porte-parole de BP, Robert Wine a déclaré au New York Times (déclaration reprise par TSA) : «Nous avons décidé, nous et Statoil, de ne pas avoir d’agents armés sur le site compte tenu de la forte présence militaire dans la région. Nous avons considéré que ce n’était pas nécessaire sur le site.»

Je ne suis pas sure mais les sociétés de sécurité n'ont pas le droit de porter des armes en Algérie ... wa allaho a3lam ...

Capo
28/01/2013, 13h39
Autant la sécurités du site relève des sociétés, autant les frontières relèvent de l'état..

Comment a-t-on pu traverser la frontière ?.. alors qu'on nous disait celles-ci sous surveillance étroite ..
Comment a-t-on pu pénétrer la ville d'In Amenas, alors que les barrages routiers sont de poste en permanence ?

Une enquête a été ouverte .. le chef de la région militaire, la gendarmerie locale et la police vont passer un très sale quart d'heure !..
Je ne serai pas surpris qu'on fasse défiler tout ce beau monde devant un tribunal militaire :rolleyes:

Massnsen
28/01/2013, 14h05
Une enquête a été ouverte .. le chef de la région militaire, la gendarmerie locale et la police vont passer un très sale quart d'heure !..
Je ne serai pas surpris qu'on fasse défiler tout ce beau monde devant un tribunal militaire

Dans un pays qui se respecte, après une telle catastrophe, les démission pleuvent, mais dans notre contrée où l'impunité est érigée en étendard ce sont les rares personne qui ont accompli leurs travail avec brio qui auront du soucis à se faire !

Capo
28/01/2013, 14h09
Dans un pays qui se respecte, après une telle catastrophe, les démission pleuvent, mais dans notre contrée où l'impunité est érigée en étendard ce sont les rares personne qui ont accompli leurs travail avec brio qui auront du soucis à se faire ! Faudra attendre la conclusion de l'enquête pour en arriver là ..

Cela dit , Le système sécuritaire du pays fonctionne ainsi !
Une fois que le doute plane.. les responsables sont cuits ;)

paris95
28/01/2013, 14h25
l’enquête révélera que BP est complice avec les terroriste en sous traitans certaine activité avec des famille de terroriste, pour avoir la tranquillité.

mertaw
28/01/2013, 14h30
Dans un pays qui se respecte, après une telle catastrophe, les démission pleuvent, mais dans notre contrée où l'impunité est érigée en étendard ce sont les rares personne qui ont accompli leurs travail avec brio qui auront du soucis à se faire !

Les fautifs seront envoyés comme ambassadeurs dans d'autres pays .

Capo
28/01/2013, 14h36
l’enquête révélera que BP est complice avec les terroriste en sous traitants certaine activité avec des famille de terroriste, pour avoir la tranquillité. Encore une fois , ça n'a rien à voir avec BP .. ou autre !
La faille se situe à 20 km d'In Amenas .. aux frontières.

Comment 40 assaillants, à bord d'un convoi de 20 pick-up , armées jusqu'aux dents, ont -ils atteints le cœur d'In Amenas ???
On nous disait que pas une mouche ne pouvait traverser la Libye pourtant .. :rolleyes:

Capo
28/01/2013, 14h43
Les fautifs seront envoyés comme ambassadeurs dans d'autres pays .

Non.. je ne pense pas !
A l'heure présente, ils sont soumis à rude interrogatoire :mrgreen:

okba30
28/01/2013, 14h49
Comment 40 assaillants, à bord d'un convoi de 20 pick-up , armées jusqu'aux dents, ont -ils atteints le cœur d'In Amenas ???
Il faut chercher du coté des responsables militaires de cette région, C'est la tache principale du DRS.

Pangeen
28/01/2013, 14h50
l’enquête révélera que BP est complice avec les terroriste en sous traitans certaine activité avec des famille de terroriste, pour avoir la tranquillité.

Il me semble que pour ces sites sensibles, il a été retenu la stratégie des trois cercles pour assurer la sécurité. Des agents de sécurité, qui ne sont d'ailleurs recrutés qu'après enquête des services pour assurer la sécurité à l'intérieur du site. La gendarmerie, pour la sécurité aux abords du site et l'armée derrière la gendarmerie.

En théorie, il est difficile d'entrer dans le périmètre protégé du site sans montrer " patte blanche ". En pratique, nous avons cette prise d’otages.

Ton accusation ridicule va pousser les anglais, comme toutes les autres nations étrangères à faire comme les américains ( exiger et obtenir la présence de leurs armées à l'intérieur de leurs concessions ).

P.

Capo
28/01/2013, 15h00
Il faut chercher du coté des responsables militaires de cette région, C'est la tache principale du DRS. Personnellement .. je pencherai vers une négligence des officiers supérieurs .. pour ne pas dire l'incompétence du commandemant de région :redface:

Complicité, s'il y a .. se situe au niveau paramilitaire !

éliamine
28/01/2013, 15h17
a lire certain on dirait des expert militaire alors que personne n'a fait son service militaire. Entre la frontière lybienne et le site gazier il y a moins de 3 heures de route. De plus personne d'entre vous ne connait la région. Perso les gendarmes ont été héroique en repoussant l'attaque contre le bus des expats et l'évacuant vers l'aeroport. 1 heure 30 après l'attaque l'unité d'élite de la gendarmerie le DSI (venue d'Alger) était sur place rejoint par le GIS du DRS 30 mn après eux. Pour contrer une attaque d'une telle envergure il faut du rensignement et pouvoir l'exploiter. Sans l'info tu ne peux agire, même les USA avec le 11/9 est arrivé à cette conclusion. Dans cette affaire les seules à blamers son les terros et le silence assourdissant du chef de l'Etat.

Capo
28/01/2013, 15h23
Entre la frontière libyenne et le site gazier il y a moins de 3 heures de routenon .. ouvre une carte .. il y a 20 km ;)

fennec68
28/01/2013, 15h47
Pour moi un t'elle site stratégique doit être sous la surveillance de l'armée
Si je crois bien c'est 60% des rentrée en devise

okba30
28/01/2013, 16h03
c'est 60% des rentrée en devise
À peine 12% ...

mkh
29/01/2013, 08h41
Manipulation

djamal 2008
29/01/2013, 10h49
C'est maintenant que nous devons rendre hommage à feu Kaddhafi!

Cookies