PDA

Voir la version complète : Algeria hostage crisis could weaken veteran spymaster


Histo
30/01/2013, 08h48
Algeria hostage crisis could weaken veteran spymaster

More cock-up than dirty trick, In Amenas raises questions about competence of Tewfik Mediene and brutal security apparatus


http://static.guim.co.uk/sys-images/Guardian/About/General/2013/1/24/1359050191635/General-Mohamed-Tewfik-Me-010.jpg General Mohamed 'Tewfik' Mediene, Algeria's rarely photographer spymaster, is considered by some to be more powerful the country's president

If anyone in Algeria (http://www.guardian.co.uk/world/algeria) knows the full story of what happened at the In Amenas gas facility in the Sahara it is General Mohamed "Tewfik" Mediene. And he, characteristically, is not talking.
As the echoes of the hostage drama reverberate across north Africa (http://www.guardian.co.uk/world/africa), the mysterious head of the DRS intelligence agency is leading the effort to hunt down the jihadists who orchestrated the raid.
His deputy, General Bashir Tartag, commanded the assault that ended the most high-profile terrorist incident to take place on Algerian soil, threatening vital gas exports to the west. Tartag, known as "Le Bombardier", also has a reputation for brutality and ambition.
Mediene, 73 and in poor health, has stayed in the shadows. Described as "the God of Algiers", the spymaster is the most powerful man in the country after President Abdelaziz Bouteflika – and perhaps a candidate to succeed him; some say he is even more powerful.


"Algeria has long been governed, alternately more and less behind the scenes, by varying groups of men known collectively as 'le pouvoir' [the power]," US diplomats said in a 2007 cable released by WikiLeaks. "It has become increasingly clear that the "pouvoir" now consists primarily of Mediene and Bouteflika."


The 75-year-old president was absent throughout the crisis, undergoing medical treatment in Geneva. Mediene and the army, say well-placed sources, kept him out of the picture because they were angry that his agreement to let French planes fly over Algeria to attack Islamist rebels in Mali was leaked from Paris.
The Algerian regime is famously opaque. Photographs of Mediene are rare – duringat official ceremonies cameras systematically avoid his face. "Mediene meets other security chiefs. The French, the Americans, the Russians, probably the Saudis and maybe the Egyptians. But only the big boys," says a European analyst.


Born in Kabylie in 1939, Mediene served in the French colonial army and deserted after the start of the FLN revolt in 1954. Trained by the KGB, he was promoted after the 1988 riots and became head of the DRS in 1990 – which probably makes him the longest-serving head of any intelligence agency in the world.


Mediene was a tough and influential figure at a crucial moment in 1992 when the military cancelled elections that Islamists were poised to win, triggering a bloody civil war that claimed about 150,000 lives over the next few years. He was with the hardline "eradicateurs", not the "conciliateurs" who backed negotiations.


Under his command the DRS infiltrated armed groups and was accused of committing massacres to discredit its enemies – some of whom later morphed into al-Qaida in the Islamic Maghreb (AQIM). Allegations of torture were rife.


"Their operating manual was straight KGB," says Jeremy Keenan, an Algeria expert at London University. "That means creating your own terrorists, setting up parallel trade unions so nobody knows what's going on, and then atomise them. It's the most stunning form of control. Mediene is absolutely ruthless."
It is a backhanded tribute to Mediene's formidable reputation that some have suggested the In Amenas attack was another DRS dirty trick designed to "prove" the danger of jihadi extremism. Details about the raid remain confused and there is concern about the way that it was handled by the Algerian authorities. But there is no evidence that it was not a genuine terrorist incident. It looks much more like a cock-up than a conspiracy.


"The DRS is a powerful agency in Algeria but it is wrong to think that it can control everything," says Francis Ghiles, a Maghreb analyst at the Barcelona Centre for International Affairs. "This was a major failure for Algerian security. They would not have been complicit in something like this. Mediene's whole raison d'etre is to make Algeria secure."
In Amenas may well turn out to have weakened the veteran security chief.



"Bouteflika got rid of a lot of people who opposed him but he has not been able to stop the DRS," says George Joffe, a consultant on Algeria.
"Tartag has been rather badly damaged. The system over which he and Mediene preside has been shown to be incompetent at a time that the succession to Bouteflika has not been resolved. People know there was a level of incompetence that is frightening and a level of brutality that was probably unnecessary. That raises questions about the competence of the DRS."





Source : guardian

Histo
30/01/2013, 08h49
Si quelqu'un en Algérie (http://translate.googleusercontent.com/translate_c?act=url&depth=1&hl=fr&ie=UTF8&prev=_t&rurl=translate.google.fr&sl=en&tl=fr&twu=1&u=http://www.guardian.co.uk/world/algeria&usg=ALkJrhi5es5UH5zOzB1MbMKoHzSy1NaHwA) connaît l'histoire complète de ce qui s'est passé lors du salon In Amenas installation de gaz dans le Sahara, il est le général Mohamed «Tewfik» Médiène. Et lui, de façon caractéristique, on ne parle pas. Comme les échos de la prise d'otages sentir dans le nord Afrique (http://translate.googleusercontent.com/translate_c?act=url&depth=1&hl=fr&ie=UTF8&prev=_t&rurl=translate.google.fr&sl=en&tl=fr&twu=1&u=http://www.guardian.co.uk/world/africa&usg=ALkJrhh_MYeQU6FHJ1UG2xbHuwy3XVp2og) , le chef mystérieux de l'agence de renseignement DRS est le premier effort pour traquer les djihadistes qui ont orchestré l'attaque.
Son adjoint, le général Bachir Tartag, ordonna l'assaut qui a pris fin l'incident le plus haut profil du terroriste qui aura lieu sur le sol algérien, menaçant les exportations de gaz vitaux à l'ouest. Tartag, dit «Le Bombardier», a également une réputation de brutalité et de l'ambition.
Mediene, 73 et en mauvaise santé, est resté dans l'ombre. Décrit comme "le Dieu d'Alger", le maître espion est l'homme le plus puissant du pays après que le président Abdelaziz Bouteflika - et peut-être un candidat pour lui succéder; certains disent qu'il est encore plus puissant.
«L'Algérie a longtemps été gouvernée alternativement plus et moins dans les coulisses, en faisant varier les groupes d'hommes connus collectivement comme« le pouvoir »[le pouvoir],« les diplomates américains dans un câble de 2007 publié par WikiLeaks. «Il est devenu de plus en plus clair que le« pouvoir »se compose désormais principalement de Mediène et Bouteflika."
Le président de 75 ans, était absent tout au long de la crise, un traitement médical à Genève. Mediene et de l'armée, selon des sources bien placées, l'a gardé hors de l'image, car ils étaient en colère que son accord pour que des avions français survolent Algérie pour attaquer les rebelles islamistes au Mali a été divulgué de Paris.
Le régime algérien est célèbre opaque. Photographies de Mediene sont rares - duringat officielles caméras cérémonies éviter systématiquement son visage. "Mediene rencontre des chefs de sécurité. Les Français, les Américains, les Russes, les Saoudiens sans doute et peut-être les Egyptiens. Mais seuls les grands garçons», explique un analyste européen.
Né en Kabylie en 1939, Mediène a servi dans l'armée coloniale française et abandonné après le début de la révolte du FLN en 1954. Formé par le KGB, il a été promu après les émeutes de 1988 et prend la tête du DRS en 1990 - ce qui en fait probablement de lui le chef le plus ancien de toute agence de renseignement dans le monde.
Mediène était une figure influente et difficile à un moment crucial en 1992, lorsque les élections annulées militaires que les islamistes étaient sur le point de gagner, déclenchant une guerre civile sanglante qui a coûté environ 150.000 vies au cours des prochaines années. Il était avec les extrémistes "éradicateurs» et non les «conciliateurs» qui ont soutenu les négociations.
Sous son commandement, le DRS infiltré des groupes armés et a été accusé d'avoir commis des massacres de discréditer ses adversaires - dont certains ont ensuite transformé en Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI). Les allégations de torture étaient monnaie courante.
«Leur mode d'emploi est directement KGB», explique Jeremy Keenan, un expert Algérie à l'Université de Londres. "Cela signifie que la création de vos propres terroristes, la mise en place des syndicats parallèles de sorte que personne ne sait ce qui se passe, et puis les atomiser. C'est la forme la plus étonnante de contrôle. Mediene est absolument impitoyable."
C'est un hommage détourné à la réputation redoutable Mediene que certains ont suggéré l'In Amenas attaque était une autre astuce DRS sale conçu pour «prouver» le danger de l'extrémisme djihadiste. Détails sur le raid restent confus et on se préoccupe de la façon dont elle a été traitée par les autorités algériennes. Mais il n'existe aucune preuve que ce n'était pas un incident réel terroriste. Il ressemble beaucoup plus à un cock-up d'une conspiration.
«Le DRS est un organisme puissant en Algérie, mais il est faux de penser qu'il peut tout contrôler», explique Francis Ghiles, un analyste du Maghreb au Centre de Barcelone pour les affaires internationales. "Ce fut un échec majeur pour la sécurité algérienne. Ils n'auraient pas été complice de quelque chose comme ça. Mediene de toute raison d'être est de faire de l'Algérie sécurisé."
In Amenas pourrait bien s'avérer avoir affaibli le chef de la sécurité de vétéran.
"Bouteflika s'est débarrassé de beaucoup de gens qui s'opposaient à lui, mais il n'a pas été en mesure d'arrêter le DRS», explique George Joffe, un consultant sur l'Algérie.
"Tartag a été plutôt mal endommagé. Le système sur lequel il préside et Mediene a été montré pour être incompétent à un moment où la succession à Bouteflika n'a pas été résolu. Les gens savent y avait un niveau d'incompétence qui est effrayant et un niveau de brutalité qui n'était probablement pas nécessaire. Cela soulève des questions sur la compétence de la DRS. "

GLP
30/01/2013, 12h05
Faut croire que chez nous aussi, ça peut titiller l'imaginaire des meilleures scénaristes de films d'espionnage ! et ce n'est pas les "bonnes sources" qui leur manqueront :lol:

Cookies