PDA

Voir la version complète : Algérie: l’industrie des hydrocarbures ciblée


Capo
30/01/2013, 20h30
A en croire un quotidien algérien, l’attaque terroriste du site gazier de Tiguentourine près d’In Aménas, exploité conjointement par British Petroleum, Statoil et Sonatrach, n’est pas une action isolée mais s’inscrit dans une nouvelle stratégie de lutte suivie par des organisations terroristes multinationales et transnationales dotées d’un matériel de communication hyper-sophistiqué et d’une logistique plus importante que celles des pays du Sahel.

La même source évoque un chiffre: 8 millions d’euros. C’est le budget dont auraient disposé les terroristes ayant mené l’attaque du site gazier algérien. Les terroristes disposaient non seulement d’un arsenal neuf, presque sous emballage, n’ayant jamais servi avant l’attaque mais également de systèmes de communication par satellite et de brouillage du signal similaires à ceux utilisés par la rébellion syrienne en guerre contre le régime du Président Bashar Al-Assad depuis mars 2011. Aucun pays africain ne possède des appareils de ce type.

Ces éléments incitent les enquêteurs algériens à croire que le groupe de Mokhtar Belmokhtar n’aurait pas agi seul et aurait sous-traité cette attaque spectaculaire à une ou plusieurs puissances étrangères. La présence d’au moins un ressortissant canadien intrigue au plus haut point, à plus forte raison qu’Ottawa refuse catégoriquement de fournir la moindre information à son sujet. Les rares rescapés du groupes terroriste anéanti par le feu de l’armée algérienne, dont un tunisien, ne le connaissent que par son nom de guerre: « Sheddad » ou « Cheddad » (référence à un patronyme arabe ou sémitique très ancien mais sans connotation religieuse musulmane, ce qui est déjà un indice).

Cependant, des libyens des brigades de Zenten, contrôlant le sud de la Tripolitaine, affirment connaître ce ressortissant canadien qui a participé à la révolte libyenne en se distinguant par ses capacités dans le tir de précision et de coordination par radio. « C’est un Sniper utilisant exclusivement des fusils de fabrication occidentale » selon un chef des Zentan qui a tenu à garder l’anonymat. Etait-ce un mercenaire de X (l’ex-Blackwater de bien sinistre mémoire en Irak)? C’est en tout cas l’avis d’un analyste tunisien.

Dimanche dernier, un groupe terroriste multinational s’est attaqué au Gazoduc Hassi R’mel situé dans le Sahara et la ville côtière de Dellys, non loin d’Alger, à hauteur de Bouira, non loin des gorges de Palestro, faisant deux morts et sept blessés parmi les agents de sécurité gardant cette portion de l’infrastructure. Le groupe terroriste a utilisé des roquettes RPG et des grenades contre les gardes.

Coïncidence ou pas, le choix de s’attaquer à cette région du pays ne semble pas être fortuit. La région de Boumerdes dont relève la ville de Dellys et la préfecture de Bouira demeurent l’unes des rares du pays à signaler une activité, faible certes, mais soutenue d’AQMI (Al-Qaïda au Maghreb Islamique). Depuis des années existe une voie directe d’acheminement d’armes, de vivres, de documents et d’hommes entre cette région et le Nord-Mali. Au point où des dizaines de sahéliens n’ayant jamais quitté le Mali ou le Niger ont pu se procurer de faux certificats attestant de la nationalité algérienne délivrées par des tribunaux de Boumerdes, en Kabylie.

C’est à cause de ses faux documents retrouvés sur des combattants touaregs du Nord-Mali combattant dans les rangs de la légion verte fait prisonniers durant la guerre de Libye (février-Octobre 2011) qu’on a injustement accusé l’Algérie de fournir des combattants à l’ex-dirigeant libyen Mouammar Gaddafi.

Dans tous les cas de figure, cette deuxième attaque en moins de vingt jours des installations stratégiques du pays confirme d’une manière définitive le changement de paradigme ayant affecté la stratégie des groupes armées et préfigure les moyens qu’ils utiliseront au cas où l’Algérie suive le chemin d’instabilité que connaissent la majorité des pays du monde dit arabe. C’est la raison pour laquelle l’armée algérienne n’a jamais été en alerte aussi élevée.

STRATEGIKA 51

Cookies