PDA

Voir la version complète : Projection documentaire aujourd'hui à l’Institut français d’Alger : Reinette l’Oranaise, le port des amours


nacer-eddine06
13/03/2013, 21h15
Écrit par Walid Bouchakour





Le documentaire Reinette l’Oranaise, le port des amours (1997) de Jaqueline Gozland sera projeté en présence de la réalisatrice demain à l’Institut français d’Alger. La documentariste française a choisi de revenir sur le parcours hors du commun de cette chanteuse incontournable de la musique arabo-andalouse et hawzi algériennes. A travers des interviews inédites, des témoignages et des extraits de son concert au New Morning à Paris, Gozland témoigne de la vie et de l’œuvre de Reinette l’Oranaise.



Née en 1915 à Tiaret, Reinette l’Oranaise, Sultana Daoud, de son vrai nom, est un véritable personnage avec ses lunettes noires et son luth. Les premières sont là pour cacher sa cécité de et le second est le fidèle compagnon de la chanteuse et compositrice. Elève de Saoud Médiouni, dit Saoud l’Oranais, Sultana fait ses preuves dans les cafés oranais en compagnie de ce chanteur virtuose du violon.

C’est d’ailleurs lui qui lui trouve le sobriquet de «Reinette». Installé en France à partir de 1938, Saoud est déporté par les nazis. C’est à Alger que la carrière de Reinette décollera. En effet, elle est programmée deux fois par semaine à Radio Alger. Elle profite des conseils d’Abderrahmane Belhocine pour améliorer sa diction en arabe. Elle introduit également le milieu du chaâbi et il lui arrive même d’accompagner El Anka en concert. A moins de trente ans, Reinette l’Oranaise figure en bonne place parmi les artistes les plus appréciés de l’époque aux côtés d’Alice Fitoussi ou de Fadéla *******.

Après 1962 et son départ d’Algérie, Reinette passe par une longue traversée du désert. Il aura fallu attendre 1995 pour qu’elle se décide enfin à remonter sur scène. Le documentaire Reinette l’Oranaise, le port des amours la montre en répétition avec Mustapha Skandrani au piano. On y trouve également des témoignages de Maurice Medioni, Safi Boutella, Mouloud Mimoun et Helene Hazera… Jaqueline Gozland réussit à capter des moments forts en compagnie de cette grande dame de la musique hawzi.
REPORTERS.DZ

Cookies