PDA

Voir la version complète : Plus de 38% des mariages en Algérie sont consanguins


Page : [1] 2

LIXUS
07/04/2013, 15h43
Près de la moitié des Algériens privilégie les unions maritales interfamiliales. Des traditions qui sont risquées car elles augmentent sensiblement la fréquence des maladies congénitales d’origine héréditaire.

Plus de 38% des mariages inscrits à l’état civil en Algérie sont consanguins. C’est là le résultat d’une enquête réalisée en 2007, par la Forem (Fondation nationale pour la promotion de la santé et le développement de la recherche), dans 21 communes de douze wilayas.

Pour le Pr Khiati, président de la Forem, les conclusions de cette enquête sont toujours valables, six ans après. “Le recul dans ce domaine ne peut être significatif que sur une génération”, nous a-t-il affirmé. Encore aujourd’hui, il est perplexe sur le taux relativement élevé des mariages interfamiliaux. “C’est vrai, j’étais étonné par ces résultats. Je pensais que nous obtiendrons, à l’issue de cette enquête, des chiffres inférieurs à ceux du Maroc”, a-t-il affirmé.

L’étude a révélé que les mariages consanguins sont de l’ordre de 88% à Tébessa, de 56% à Ghardaïa, 53% à Annaba, 52% à Aïn Defla, 50% à Béjaïa, 42% à Bouira et Boumerdès, 34% à Biskra, 27% à Bordj Bou-Arréridj, 25% à Alger... La plus faible proportion est enregistrée à Oran.
Elle avoisine les 18%. Au-delà de l’interprétation sociologique qu’on pourrait donner au phénomène, c’est son impact sur la santé publique qui inquiète. Les mariages entre cousins augmentent sensiblement les risques des maladies congénitales héréditaires.

À ce titre, l’Algérie fait face à une fréquence de plus en plus grande d’anémies hémolytiques (souvent toute la fratrie est atteinte par la béta thalassémie et drépanocytose), de cardiopathies congénitales, des hydrocéphalies, l’hémophilie, de surdité, des trisomies…

Il est établi, par les spécialistes algériens, que plus de 80% des pathologies neurologiques diagnostiqués dans le pays (myopathies, neuropathie, l’épilepsie, ataxie, maladie de parkinson…) sont causées par des gènes héréditaires.

Ces maladies, qui affectent souvent plusieurs membres d’une fratrie, créent de véritables drames familiaux. Au-delà de la difficulté d’accepter la maladie de son, ou de ses enfant(s), les parents sont confrontés aux aléas de la prise en charge médicale, souvent coûteuse même si les traitements sont fournis par les hôpitaux, de la scolarisation, de l’insertion sociale…

Liberté-algérie
Par : Souhila HAMMADI

MOMS13
07/04/2013, 15h45
et encore du papier colle! et au maroc c est combien?

kems
07/04/2013, 15h49
et encore du papier colle! et au maroc c est combien? je dirais du 90 % voir +


j'ai toujours trouvé bizarre les mariages entre cousins cousines

LIXUS
07/04/2013, 15h55
Pour te répondre moms13, au Maroc c'est autour de 20%, donc largement en dessous mais toujours trop à mon goût.

MOMS13
07/04/2013, 15h56
desole je ne te crois pas sur parole ! enmene du papiers colle stp:mrgreen:

LIXUS
07/04/2013, 16h04
@MOMS13,

Tiens un article qui reprend une étude de 1995 pour le Maroc, mais bon, n'essaie pas de dévier le débat, c'est ne pas la question ici.


Santé. Dangereux liens de sang

Au Maroc, un mariage sur cinq est promulgué entre cousins. Une tradition arabe et musulmane, au nom d’une sécurité financière et affective. Mais au prix de la santé des enfants, qui courent plus que d’autres le risque de maladies génétiques.

Ils auraient dû avoir quatre enfants. Najib Sabri, Marocain installé en France depuis vingt-cinq ans, n’est ni en larmes, ni inconscient mais il explique, avec lucidité, le sort qui les a touchés, sa femme Latifa et lui, dès la première grossesse. “C’était une fille, mais ses bras et ses jambes étaient trop courts, raconte-t-il avec pudeur. La deuxième fois, on a eu un fils en bonne santé. La troisième, le bébé était à nouveau malformé”. Membres atrophiés. Plus tard, leur second fils est né, sain.

Lors de sa première grossesse, Latifa Sabri avait vingt-deux ans. En pleine force de l’âge. Mais elle est aussi la fille de l’oncle maternel de Najib. En clair, les deux tourtereaux sont cousins germains, comme la majorité des couples comptés dans les statistiques des mariages consanguins. Entendez, des unions entre deux personnes ayant au moins un ancêtre commun, soit environ 20% des Marocains.

Jusque-là, pas de gros problème éthique, les mariages entre cousins plus ou moins proches n’ayant rien à voir avec l’inceste. C’est plutôt du côté des gènes que le bât blesse, et pour cause : la consanguinité a pour fâcheuse habitude d’affoler la loterie génétique en multipliant les risques de certaines maladies, appelées “autosomiques récessives”. Autrement dit, des maladies nécessitant deux gènes anormaux pour s’exprimer (homozygotie), ce qui arrive plus fréquemment chez les enfants issus d’unions consanguines.
Un risque réel et méconnu

Derrière ce langage savant, le risque est réel pour plus de six millions de Marocains. Bien que les avis des médecins divergent, les enfants issus de mariages consanguins sont deux fois plus exposés aux maladies autosomiques récessives existantes. Malformations congénitales, surdi-mutité, cécité, albinisme, myopathies, cardiopathies, encéphalopathies, insuffisances rénales chroniques, diabètes, déficits immunitaires primitifs, certaines maladies mentales ou certains types d’hémophilie, sont les cas les plus connus. Et, contrairement à une idée reçue fortement ancrée, la trisomie 21 n’en fait pas partie, “comme toutes les maladies chromosomiques”, précise le Pr. Abdelaziz Sefiani, généticien à l’Institut national d’hygiène (INH) de Rabat. Autrement dit, des cousins mariés ne sont pas condamnés, plus que d’autres, à enfanter un “mongolien”.

Pour Najib et Latifa, la loterie génétique s’est montrée particulièrement sévère : une grossesse sur deux, le fœtus était malformé. Ils auraient pu n’avoir aucun enfant malade. “D’ailleurs, ça arrive à des couples qui ne sont pas consanguins, rétorque-t-il. Moi-même, je suis issu d’une famille de onze enfants, dont trois sont morts. Mais mes parents ne sont pas cousins”. Pas de chance, conclut-il. Mais hamdoullah, il a eu deux fils. “J’ai vu des familles dont les six enfants étaient atteints de myopathie, un cas de dégénérescence musculaire pouvant être mortel, déplore le Pr. Sefiani. Le risque dépend tout de même du degré de lien entre les époux et de l’existence d’une maladie héréditaire dans la famille”. Najib et Latifa pouvaient-ils le savoir ?

Difficilement, car les maladies autosomiques récessives peuvent se transmettre “clandestinement” sur plusieurs générations avant de s’exprimer, et le conseil génétique demeure un luxe rare au Maroc.
Pourtant, le pays en aurait bien besoin. S’il demeure loin derrière certains pays comme le Pakistan, dont le taux de consanguinité avoisine les 76% dans certaines régions, le Maroc est fortement touché. Les études convergent : l’Enquête nationale de la famille 1995 estimait les mariages consanguins au Maroc à 19,9%, contre 13% en Turquie et 0,6% en France. Aujourd’hui, les données les plus récentes sont locales ou régionales. “J’avais suggéré d’introduire ce point dans le questionnaire du recensement, mais cela n’a pas retenu l’attention”, regrette le Pr Sefiani. Selon deux enquêtes menées en 2004, dans les maternités respectives des hôpitaux Souissi de Rabat et Cherif Idrissi de Kénitra, les taux sont de 20,2% et 19,8%.

Sécurité financière et sérénité conjugale

Certes, la consanguinité est plus fréquente en milieu rural et isolé, comme à Fritissa dans le Moyen Atlas où elle atteint, selon le Dr Hind Hami, du Laboratoire de génétique de l’Université Ibn Toufaïl à Kénitra, le taux de 30%. Pourtant, ni les villes ni les milieux sociaux ne sont épargnés. Najib, lui, vient de Fès, “d’une famille classe moyenne”. “Dans certaines villes comme Fès, Salé ou Figuig, on trouve des familles dont les membres ne se marient qu’entre cousins”, précise le Pr Abdelmajid Soulaymani, généticien au Laboratoire de génétique de Kénitra,

Les motivations varient et sont plus ou moins archaïques, mais toutes pragmatiques : renforcer la cohésion du clan familial, préserver le patrimoine, perpétuer la lignée... et s’assurer une sérénité conjugale, avec son lot d’idées reçues sur l’amour fraternel. “A trente-huit ans, je ne voulais pas risquer d’épouser une femme que je ne connaissais pas”, reconnaît lui-même Najib.
Du reste, aucune réglementation en la matière n’existe au Maroc (en Tunisie depuis 1956 et au Liban depuis 1994, une loi oblige les époux apparentés à signer un certificat médical prénuptial) hormis le Coran qui bannit les unions consanguines trop proches à caractère incestueux, mais n’interdit pas les mariages entre doubles cousins germains, pourtant très risqués. En clair c’est l’absence de conscience sociale et d’information qui prévaut. Et le seul certificat “médical” dont Najib et Latifa se souviennent, c’est celui de virginité. “Il y a une réelle carence en conseil génétique”, clament les généticiens marocains (ils sont moins de dix) à l’unisson. Aujourd’hui, seulement trois labos de génétique planchent sur la consanguinité.

Quant à la mentalité collective, elle, n’arrange en rien l’acception sociale des cas de handicaps ou les réflexes de prévention, les maux étant le plus souvent attribués à la volonté de Dieu ou au shour. Ne dit-on pas “la youâwajou wa la youqraou ila lbala almoussalit” (“ne devient boiteux et chauve que le maudit” )? Sans parler du coût exorbitant des prises en charge thérapeutiques des maladies génétiques.

Quant aux femmes qui peinent à enfanter, elles ne sont pas mieux considérées, à en croire cet adorable dicton qui veut que “khadem wallada ahsen men hourra ghir wallada” (“une esclave fertile vaut mieux qu’une femme libre mais stérile”)… Et que se serait-il passé si Najib et Latifa, qui ont pu avoir recours à l’avortement en France, étaient restés au Maroc ? “Bonne question, acquiesce le premier. Je pense qu’on n’aurait même pas su qu’il y avait malformation. De toute façon, Latifa n’aurait sûrement pas pu avorter”.
Il voit juste. Car le Code pénal marocain ne tolère l’avortement que si la grossesse met en danger la vie de la mère. Face à cet interdit très strict, les attitudes varient. “Certains couples vont à l’étranger, beaucoup le font clandestinement… et d’autres acceptent la fatalité”, explique le Pr Soulaymani. D’autres femmes encore ne sont jamais suivies, jusqu’au terme. Pourtant, il est crucial que les diagnostics établis, dans le cas de fausses couches ou de handicaps, soient très précis, pour déterminer si oui ou non la consanguinité est en cause.

On en est loin. “Cela coûte très cher. Et quand on voit que seulement 0,3% du budget national est alloué à la recherche scientifique…”, balaie, pessimiste, le Pr. Soulaymani. Najib et Latifa, eux, sont suivis en France et souhaitent un troisième enfant. “Une fille…” Le beau-frère de Najib, installé au Maroc pour sa part, s’est marié à sa cousine germaine il y a un an. Ils ont eu un enfant, sain. Et le prochain ?

Tel Quel

Corvi
07/04/2013, 16h05
Merci Lixus, incroyable les disparités d'une région à une autre.
Doit on conclure qu'a l'est on est plus conservateur des traditions?

MOMS13
07/04/2013, 16h07
devier le debat! article de 1995!??:rolleyes::rolleyes::rolleyes:

kems
07/04/2013, 16h14
C'est bien connu
les pur sang arabes sont les + beaux :D

YSN
07/04/2013, 16h14
Pour te répondre moms13, au Maroc c'est autour de 20%, donc largement en dessous mais toujours trop à mon goût.
La réponse est dans l'article lui même (post # 1)

Plus de 38% des mariages inscrits à l’état civil en Algérie sont consanguins. C’est là le résultat d’une enquête réalisée en 2007, par la Forem (Fondation nationale pour la promotion de la santé et le développement de la recherche), dans 21 communes de douze wilayas.

Pour le Pr Khiati, président de la Forem, les conclusions de cette enquête sont toujours valables, six ans après. “Le recul dans ce domaine ne peut être significatif que sur une génération”, nous a-t-il affirmé. Encore aujourd’hui, il est perplexe sur le taux relativement élevé des mariages interfamiliaux. “C’est vrai, j’étais étonné par ces résultats. Je pensais que nous obtiendrons, à l’issue de cette enquête, des chiffres inférieurs à ceux du Maroc”, a-t-il affirmé.

Harrachi78
07/04/2013, 16h19
Le problème n'est pas dans la moyenne (20 ou 30% est chose raisonnable à mon sens) mais dans le fait qu'une région (celle de Tébéssa en l'occurence) enregistre à elle seule 88% ! Cela dénote d'un tribalisme primaire et d'une société quasi archaïque, et ça c'est inquiétant !

LIXUS
07/04/2013, 16h25
MOMS13,

On va essayer de faire simple pour que tu comprennes. L'article du topic est d'aujourd'hui (7 avril). L'article que j'ai posté ensuite où je parle de l'étude de 1995 qui parle des chiffres du Maroc, est de 2004. C'est juste pour te dire qu'en 1995, on estimait ce taux de 20% pour le Maroc, et qu'aujourd'hui il doit probablement être dans ces chiffres mais restera toujours trop haut pour moi.

traks
07/04/2013, 17h22
on ce mari entre cousin et cousine depuis plus de 2000 ans...et on est pas plus timbrer que les autres....non ?? ...ou bien si ...on est complètement "chtarbé" ...:11:

Bourguignon89
07/04/2013, 18h04
Le problème n'est pas dans la moyenne (20 ou 30% est chose raisonnable à mon sens) mais dans le fait qu'une région (celle de Tébéssa en l'occurence) enregistre à elle seule 88% ! Cela dénote d'un tribalisme primaire et d'une société quasi archaïque, et ça c'est inquiétant !

Quelle est ta solution ? Leur dire de ne plus se marier entre eux car c'est pas bien , que ça fait arriéré ?
Est-il prouvé que les gens de Tebessa souffraient plus de maladies génétiques que les autres villes/wilaya ?

Bachi
07/04/2013, 18h38
C'est surprenant que du monde pense encore que le mariage consanguin soit anodin.
Il y a un risque énormément immense d'avoir une progéniture gravement amoindrie. et ce risque est largement prouvé.

momo.05
07/04/2013, 18h51
et on est pas plus timbrer que les autres....non ??

euhhhhhhhhhhhhhhh:rolleyes:........chui pas sure!:mrgreen::mrgreen:

Nuit_Bleue
07/04/2013, 19h05
Voilà un sujet grave et intéressant Lixus, vraiment bravo !!!
Chaque années je suis témoin quand je vais au bled de mariage entre cousins cousines, et la liste longue qui m'est mise devant les yeux au cas le mariage avec le cousins X ou Y.....m'intéresserais :mrgreen:

J'ai beau leur dire ainsi que mes parents ça se fera jamais et dans la famille il y en a jamais eut, car comme tu l'a préciser le danger pour les enfants ...
Alors on va TE DIRE et les traditions ....
Ses traditions sont à bannir, car on réalise pas le danger de ses mariages, l'absurdité de continuer à les proposer...
-le risque de maladies génétiques.
etc...

Dommage que les esprits prennent pas conscience de ce que tu as poster...
Mais tant que le dernier salut d'épouser le cousin ou cousine existera, ont a pas finis de compter les résultats malheureux ça peut engendrer



merci pour ce topic, il est excellent (pour les lucides de ce phénomène là) :zen:

Tommy
07/04/2013, 19h12
Oui là t'as raison ! Le malheur est qu'on continue à le faire !!!

LIXUS
07/04/2013, 19h48
Merci, mais c'est vrai que j'ai souvent constaté ça même ici en France. Je me rappelle quand j'étais plus jeune et ma tante me lançait à chaque fois "marie-toi avec ta cousine, elle est bien, etc..."..

Moi, à chaque fois j'esquivais

absent
07/04/2013, 20h06
L’étude a révélé que les mariages consanguins sont de l’ordre de 88% à Tébessa, de 56% à Ghardaïa, 53% à Annaba, 52% à Aïn Defla, 50% à Béjaïa, 42% à Bouira et Boumerdès, 34% à Biskra, 27% à Bordj Bou-Arréridj, 25% à Alger... La plus faible proportion est enregistrée à Oran.

Oran ville des 48 wilaya d Algérie comme en l appelle :razz:

naw08
07/04/2013, 21h06
je crois pas trop a ces chiffres, la réalité autour de moi dit autre chose

mais ce que m'a étonné dernièrement est le fait de savoir que le risque des mariages consanguins est vraiment insignifiant comparant aux autres mariages, par exemple si dans un mariage ou les parents ne sont pas proche le risque d'une maladie est de 0.02 pour cent, dans un mariage consanguin est de 0.05 pour cent :rolleyes:

absent
07/04/2013, 21h14
Je doute un peu de la véracité de ses chiffres, ça me semble exagéré, je constate même qu'il y a de moins en moins de mariages au sein de la même famille. Les jeunes disposant de plus de liberté, choisissent eux même leurs conjoints(e) , et ça tombe rarement sur les cousins ou les cousines.

Pour ce qui est des maladies "trisomie, malformation..ect, il faudrait plusieurs mariages consanguins dans la même famille pour qu'il y ait un réel risque de les développer

MOMS13
07/04/2013, 21h48
c est du pipeau c est pour insulter les algeriens qui poste ce torchons!

Nuit_Bleue
07/04/2013, 21h54
c est du pipeau c est pour insulter les algeriens qui poste ce torchons!

n'importe quoi....
quand ça dérange ont devient sourds et aveugles hein ...
Il y a pas que la consanguinité Algerienne.....ce probleme se pose partout !!!!!
Mais chez nous il existe bel et bien :twisted:

MOMS13
07/04/2013, 21h57
je ne le cache pas! mais ton amie a des arriere pensee d insultes vis avis des algeriens c est mon point de vue arreter d etre naive!:mrgreen:

Nuit_Bleue
07/04/2013, 22h03
mais ton amie a des arriere pensee d insultes vis avis des algeriens c est mon point de vue arreter d etre naive!:mrgreen:

Si tu parles de Lixus c'est " AMI " , et mieux s'adresser à lui...
Pour ma part suis loin d’être naïve, mais plutôt très réalise ...



sur ce , ce topic est clos pour moi j'ai dis le vrai
Merci Lixus ;)

Néo
07/04/2013, 22h48
Exact beaucoup de gens de meme famille se marient entre eux
cousin/ cousine et le risque est grand comme le disent les anciens
le hna fi hna ;)

bsibsa
07/04/2013, 22h49
Si on parle de cousins au sens large, ces chiffres ne m'étonnent pas. En revanche, je n'ai pas l'impression qu'il y ait autant de mariages entre cousins du premier degré.
Simple impression !

Néo
07/04/2013, 22h58
Si on parle de cousins au sens large, ces chiffres ne m'étonnent pas. En revanche, je n'ai pas l'impression qu'il y ait autant de mariages entre cousins du premier degré.
Simple impression

Oui aussi il y a plus les enfants des cousins qui s'unissent
et souvent issu de mariages arrangés

absent
07/04/2013, 23h11
et souvent issu de mariages arrangés


Les mariages arrangés sont aussi fréquents que cela??
parfois j'ai comme l'impression qu'on ne parle pas de la même Algérie, à part si on fait distinction entre les grandes villes (grande densité, population moins conservatrice des traditions ) et les villages où ,effectivement, les mariages consanguins, souvent arrangés, constituent une bonne partie du paysage matrimoniale local

Cookies