PDA

Voir la version complète : Une jeune policière appelée à démissionner pour avoir dérapée sur Internet - vidéo


nassim
09/04/2013, 00h17
Après l'annonce du recrutement de la jeune fille britannique Paris Brown (17 ans) comme "jeune commissaire" (une nouveauté dans ce pays), les médias ont "googlé" la jeune fille et ont trouvé de nombreux messages racistes, homophobes et vulgaires écrits par la jeune fille sur Internet entre l'âge de 14 et 16 ans. Du coup, de nombreux britanniques, dont certains médias, appellent à sa démission en l'accusant de ne pas être un bon exemple pour les jeunes qu'elle est censée inspirer.

Mais sa "patronne" et commissaire de police du Kent Ann Barnes la défend fermement en disant que tous les jeunes écrivent des horreurs sur Internet!

Mon avis: la jeune fille devrait démissionner. Lorsqu'on est raciste, vulgaire et intolérant sur Internet, on l'est forcément dans la vie réelle à moins de souffrir du "trouble de la personnalité multiple"!

kdGM2dkAXhY

GLP
09/04/2013, 06h31
Bonjour par ici,

Moi je pense qu'on ne devrait pas mettre un tel "pouvoir" à la disposition d'un adolescent. alors là, d'attendre qu'elle assume sa responsabilité sur des faits passé (étant enfant) ou présent (étant ado) et démissionner, ce n'est pas évident du tout, le tollé que ça nourrit déjà peut même causer du tort à cette adolescente.

Dans ce cas, c'est aux vrais responsables de cette situation d'assumer les leurs, il faut rectifier la bêtise, et la licencier (gentiment bien sur).

Risk
09/04/2013, 09h27
@Nassim: encore que, il faudrait identifier les effets de l'internet (l'anonymat entre autre) sur les gens.

je ne pense pas que les raciste sur le net le soient aussi dans la réalité, l'internet comme le téléphone portable d'ailleurs ont un effet ..."contrasteur", ils font ressurgir le pire ou le meilleur de chacun d'entre nous.

les mots ne pèsent plus leur poids, les "je t'aime" deviennent des bonbons qu'on distribue dans une fête foraine, le je "te hais" aussi.

j'ignore si cette jeune fille est raciste, mais si on devait établir le casier judiciaire de chacun d'entre nous à partir du net...je n'ose même pas imaginer ce que ca donnera.

momo.05
09/04/2013, 10h00
pinaise..............ca c'est une choucroute!:mrgreen:

absente
09/04/2013, 10h05
La haine des gens est plus exprimable sur le net que dans la vrai vie. Internet offre un certain confort, il y a l'anonymat qui permet à certaines personnes d'exprimer leurs idées facilement et parfois sans aucune censure. Alors quand on est raciste, on l'est réellement avant de l'être virtuellement.

BeeHive
09/04/2013, 14h22
La haine des gens est plus exprimable sur le net que dans la vrai vie.

Pas toute a fait, certains jouent le rôle de personnage qui n'est pas leurs juste pour plaire et rentrer dans le mvt d'une discussion. D'autres se sentent protégé par un pseudo et un écran dévoilent leurs vrais nature, .... the jury is out

nassim
09/04/2013, 23h58
Dans ce cas, c'est aux vrais responsables de cette situation d'assumer les leurs, il faut rectifier la bêtise, et la licencier (gentiment bien sur).
Je pense qu'il leur sera difficile de la licencier sur la base de propos tenus sur Internet il y a plus d'un an, d'autant plus qu'elle s'est excusée et amis son erreur. La seule solution est que la jeune fille démissionne d'elle même. Et c'est ce qu'elle a fait aujourd'hui d'après la presse britannique.

je ne pense pas que les raciste sur le net le soient aussi dans la réalité
Je pense au contraire que si l'on prêt à user de propos racistes et intolérants susceptibles de blesser des gens sur Internet, on est forcément raciste et intolérant hors ligne (Je parle des adultes). Que l'on soit en ligne ou hors ligne, on est la même personne avec exactement le même cerveau réagissant nos pensées, à l'exception des gens mentalement dérangés.

Certes, l'anonymat sur Internet aura tendance à pousser certaines personnes à être moins politiquement correct sur Internet qu'elles ne le sont hors ligne, mais dans l'absolu, une personne qui est assez insensible pour tenir des propos racistes et intolérants sur Internet, a forcément un profil de raciste intolérant.

Concernant la jeune fille en question, il est difficile de la juger sévèrement dans la mesure où ses propos ont été tenus entre l'âge de 14 à 16 ans, soit un âge où elle n'est pas encore "mature".

Mais il est clair qu'au vu de ses propos sur Internet, elle n'est pas la candidate idéale pour occuper le poste de commissaire pour les jeunes qui exige un profil irréprochable. Ses propos passés allaient forcément nuire à sa capacité à faire son travail en particulier, et à l'image de la police en général.

Space
10/04/2013, 13h16
elle avait entre 14 et 16 ans quand elle a dérapé sur le net ,soit disant immature à cet age , today elle en 17 ...je pense pas qu'on devient mature en espace d'une période aussi courte , devenir mature et un long travail sur soi , c'est une transformation qui s’étale sur un temps plus au moins long
genre , à 16 ans j'etait raciste , et à 17 ans je ne le suis plus ...faut pas prendre les gens pour des imbéciles

tenebre
10/04/2013, 14h24
La haine des gens est plus exprimable sur le net que dans la vrai vie. Internet offre un certain confort, il y a l'anonymat qui permet à certaines personnes d'exprimer leurs idées facilement et parfois sans aucune censure. Alors quand on est raciste, on l'est réellement avant de l'être virtuellement.
entièrement d'accord avec toi

Risk
10/04/2013, 15h12
pour faire court cher Nassim; qu'est ce qui est vrai...un "je t'aime virtuel" ou un "je te hais réel"?

Inata
10/04/2013, 15h37
Paris Brown (17 ans) comme "jeune commissaire" (une nouveauté dans ce pays)

C'est quoi comme poste ? D'après les commentaires, vu que personne ne s'interroge, vous devez surement savoir de quoi il s'agit :rolleyes:


Elle a 17 ans la gamine, elle devrait etre à l'école ou en formation.

nassim
10/04/2013, 23h26
qu'est ce qui est vrai...un "je t'aime virtuel" ou un "je te hais réel"?
L'un comme l'autre peuvent être vrais. En dehors des cas des malades mentaux et des trolls qui se défoulent sur Internet, une personne normalement constituée a globalement les même pensées qu'elle soit en ligne ou hors ligne. Concrètement, une personne qui est "sage" hors ligne, sera certainement "sage" en ligne.

C'est quoi comme poste ?
Son rôle devait être d'améliorer les relations entre la police et les jeunes. Ces derniers étant souvent anti-poulets.
Mais comme il a été découvert qu'elle s'exprimait comme une délinquante sur Internet, il n'était plus possible pour elle s'assumer ce rôle!

Dommage pour elle car au vu des interviews qu'elle a donné aux médias, elle s'exprime très bien pour son âge et aurait pu faire un bon boulot.

Risk
11/04/2013, 02h26
@Nassim: la plus part des racistes sur le net ne le sont pas dans la réalité, ce dont je suis certain, c'est que les raciste dans la réalité le sont tous sur le net.

Space
11/04/2013, 10h31
Soit on est raciste, soit on ne l'ai pas

on peut pas etre raciste sur le net et ne pas l'etre ds le réel , les racistes sont pour la pluspart des laches , et des peureux et n'osent pas le montrer dans le réel , ils n'assument pas leurs frustractions , et seul moyens pour exprimer leur haine , c'est se défouler sur le net sous couvert d'anonymat , dans le réel ils font les canards tout gentils

nassim
11/04/2013, 14h49
la plus part des racistes sur le net ne le sont pas dans la réalité
Comme le sais-tu? Aurais-tu une étude sur le sujet à nous citer?!

Internet est au contraire un révélateur de ce qu'est réellement la personne. Hors ligne, le raciste/intolérant...etc hésitera éventuellement à afficher son racisme de peur des conséquences sur sa vie personnelle/professionnelle (se faire tabassé ou rejeté ou licencié...etc). En ligne, le raciste profitera de l'anonymat qu'offre Internet pour se lâcher et dévoiler ses pensées réelles.

Risk
11/04/2013, 16h55
@Nassim:

je ne dispose pas d'étude pour étayer mes propos, je donne juste mon avis qui est et je n'ai jamais sous-entendu le contraire discutable.

j'ai en revanche l'avis de quelques personnes qui s'y connaissent un peu plus que moi:
Le racisme est toujours là, et plus présent que jamais, en tout cas sur Internet. L'été dernier, la plate forme de signalement des contenus illicites de l'Internet, internet-signalement.gouv.fr, indiquait que près de 8000 propors racistes et/ou xénophobes leur avaient été transmis en 2010. Un chiffre qui représente 10% de l'ensemble des contenus illicites signalés, soit une très forte hausse puisque ces types de propos ne représentaient que 4% de l'ensemble en 2009.
Il suffit de surfer quelques minutes sur les principaux réseaux sociaux pour découvrir des messages racistes. En mars dernier, un étudiant gallois, Liam Stacey, a par exemple été condamné à 56 jours de prison pour avoir envoyé des tweets racistes et injurieux après l'arrêt cardiaque dont a été victime le 17 mars Fabrice Muamba joueur de Bolton.
Toujours en mars, Lenny Kravits et Amandla Stenberg ont été attaqués sur Twitter par des fans racistes qui reprochaient aux producteurs de les avoir choisis eux, deux acteurs noirs, pour jouer deux des rôles principaux dans le film à succès Hunger Games. On peut donc lire "pourquoi les producteurs choisissent des acteurs noirs pour interpréter les meilleurs rôles", ou encore "traitez-moi de raciste mais quand j'ai appris que l'actrice incarnant le personnage de Rue était noire, la mort de son personnage ne m'a pas rendu si triste #ihatemyself ".
Certains médiats en viennent même à parler de "twatisme", contraction de Twitter et racisme. Le Guardian indiquait même que de nombreuses personnalités quittaient la plateforme de micro-blogging après l'envoi de nombreux propos racistes.
Rien de nouveau ? Bien au contraire. Sur Internet, les gens écrivent des propos ouvertement racistes, et tout le temps, alors que dans le "monde réel", de tels propos sont le plus souvent tenus aux marges de la société. Mais comment Internet est-il devenu la parfaite plateforme pour le racisme ?
Le journaliste Tony Manfred donne plusieurs pistes pour expliquer cette tendance. Tout d'abord, l'effet de groupe. Plusieurs personnes qui partagent les mêmes idées et discutant ensemble auront très vite tendance à devenir plus tranchées dans leurs opinions. Cass Sunstein, enseignant de l'université d'Harvard et salarié de la Maison Blanche, l'explique notamment dans son étude "Echo Chambers" (Les chambres à échos). Or les internautes savent où trouver les informations qui les intéressent, écrites par d'autres avec les mêmes idées. La boucle est bouclée, ils alimentent chacun leurs opinions, toujours plus loin, et le racisme explose.
Une autre raison avancée pour expliquer l'explosion du racisme sur Internet serait liée à la célébrité. La plupart des gens rêvent d'avoir leurs cinq minutes de gloire. Et quoi de plus facile sur Internet que de faire le buzz ? L'action, le canular le plus gros peut entrainer très vite être repris par les médias. On se souvient encore il y a quelques semaines de la farce de Cet américain qui prétendait que Facebook avait été inventé par Abraham Lincoln Il en est de même pour les opinions : plus les messages envoyés sont choquants, plus ils ont de chances de se répandre sur le web. Publier un commentaire raciste à la suite d'un article entraînera tellement d'autres commentaires que l'article en sera même oublié.

Mais la raison la plus logique tient aux questions d'anonymat sur le net. Les internautes pensent toujours que personne ne sait qui ils sont, et donc ils peuvent laisser libre cours à leurs opinions, dire ce qu'ils veulent, puisqu'il n'y aura aucune conséquences, contrairement à la "vie réelle". Ce n'est bien évidemment pas toujours le cas. On peut de plus en plus facilement identifier qui se cache derrière un pseudonyme. En août dernier, le New York Times révélait même que le gouvernement britannique souhaitait interdire les pseudonymes sur Twitter pour mieux contrôler les comportements criminels sur les médias sociaux. Fin totale d'un prétendu anonymat sur Internet donc. Le racisme disparaitra-t-il alors d'Internet une fois que tout anonymat sera levé sur le web ? Certainement pas, il restera toujours les racistes qui le sont ouvertement dans la "vie réelle".

Alexandre Villeneuve est Consultant en e-reputation. Il est co-auteur avec Edouard Fillias du blog E-reputation et du livre E-reputation (Ellipses - 2012).
Atlantico : Que pouvez-vous dire de ces profils de personnes susceptibles de tenir des propos racistes sur Internet ?

Alexandre Villeneuve : Il manque un profil à mon opinion : les gens qui tiennent des propos racistes, antisémites, sur les vieux, les handicapés (etc.) mais qui, au final, n’ont pas vraiment de fond de vérité. Pierre Desproges disait « on peut rire de tout mais pas avec n’importe qui », c’est clairement le cas ici. Sur le web, même si on a l’impression de s’exprimer avec des connaissances, au final, on s’exprime publiquement, devant tout le monde. Je pense que les nombreux propos racistes qu’on trouve sur Internet sont des blagues de potache comme on en retrouve dans n’importe quel groupe. Les gens reproduisent leur humour, même provocant, sur le net. Or les personnes qui lisent ces propos n’ont pas le contexte qui peut leur faire déduire que c’est du second degré.
Je ne suis pas sûr que tout le monde souhaite faire le « buzz » en s’exprimant de la sorte sur le web. Beaucoup veulent faire de l’humour, même si c’est parfois de très mauvais goût. C’est comme l’exemple de Louis Nicollin, président du club de football de Montpellier, qui avait traité le jouer lillois Benoît Pedretti de « tarlouze ». Dans sa bouche, cela ne signifiait pas qu’il le traitait de « gay » ou quoi que ce soit, c’était pour lui une sorte de blague potache.
Quel rôle joue l’anonymat ?

Pour les « vrais racistes » c’est un moyen de promotion de leurs opinions. Autant il est difficile, et illégal, dans la vraie vie de tenir des propos racistes. Autant sur Internet, sous la couverture de l’anonymat, ces gens-là peuvent publier à peu près partout.
Certains groupes bien organisés ont même l’habitude prendre pour cible des artistes et hommes politiques. En ce moment, la cible favorite est Christiane Taubira, la ministre de la Justice.
Existe-t-il en France une volonté de lutter contre cet anonymat pour obliger certains utilisateurs à assumer leurs propos ?

Il faut d’abord souligner que l’anonymat est très relatif. Si une personne porte plainte, la justice peut assez facilement remonter jusqu’à l’auteur des propos racistes. Ce sont généralement des personnes qui visitent plusieurs fois par jour leur compte de chez elle et qui n’utilisent pas de proxy. Il est assez aisé de retrouver leur adresse IP et de les localiser.
L’arsenal dont on dispose est suffisant et permet aux autorités de remonter facilement à la source du problème. Le problème est qu’il y a énormément de propos tendancieux sur le web et que les plaintes se font rares.
Il faut également souligner que les sites Internet sont responsables du contenu qu’ils hébergent. Une censure est censée être faite sur les réseaux sociaux et les sites d’information. Ils ont l’obligation d’effacer les propos racistes et si ces derniers deviennent récurrents par un même auteur, ils peuvent également prévenir les autorités.
Ces procédures aboutissent généralement sur la suppression du compte de l’utilisateur. Mais ce dernier peut en quelques clics en récréer un nouveau sous un autre pseudo…



Atlantico

c'est pas vraiment évident de déceler le vrai du faux sur le net, parfois la manifestation d'un malaise, d'une rancune prend l'apparence d'un racisme cristallin...

GLP
12/04/2013, 01h30
Internet est au contraire un révélateur de ce qu'est réellement la personne. Hors ligne, le raciste/intolérant...etc hésitera éventuellement à afficher son racisme de peur des conséquences sur sa vie personnelle/professionnelle (se faire tabassé ou rejeté ou licencié...etc). En ligne, le raciste profitera de l'anonymat qu'offre Internet pour se lâcher et dévoiler ses pensées réelles. c'est pourquoi j'ai toujours pensé que le meilleure moyen de réguler les ardeurs sur le net sans avoir recours à ces moyens boiteux tel HADOPI et autres censures, c'est de cultiver les citoyens à la réalité de cet anonymat très superficiel, en rendant les cours internet et plus globalement informatiques obligatoires dès le plus jeun age. que chacun comprenne qu'il n'est pas aussi anonyme qu'il pourrait le penser.

ça aura trois effets complémentaire et bénéfiques, les gens feront de plus en plus attention, car beaucoup ont tendance à sous estimer le degrés de son exposition sur le net, et d'un autre coté tout dépassement potentiel sera régulé tout comme en réalité. et enfin, une grande proportion de la société sera initié à l'informatique et l'internet.

Myst
12/04/2013, 12h14
Tant mieux.
Y a pas mieux qu'un délinquant pour comprendre les délinquants.

Inata
12/04/2013, 15h52
Bonjour nassim,
Son rôle devait être d'améliorer les relations entre la police et les jeunes. Ces derniers étant souvent anti-poulets.
Mais comme il a été découvert qu'elle s'exprimait comme une délinquante sur Internet, il n'était plus possible pour elle s'assumer ce rôle!

Dommage pour elle car au vu des interviews qu'elle a donné aux médias, elle s'exprime très bien pour son âge et aurait pu faire un bon boulot.

Je comprends mieux, seulement tous les teen ne sont pas forcément faits pour ce métier. Vu son comportement, elle semble influençable, c'est pour cela que cette responsabilité semble lourde pour elle.

Est ce qu'elle a fait l'école de police ? Ou juste utilisée comme indc, car au fond que peut elle apporter de plus, elle fini par infiltrer des groupes de son âge pour indiquer leurs méfaits.

un peu comme dans 21 jump street

GLP
13/04/2013, 02h29
Y a pas mieux qu'un délinquant pour comprendre les délinquants. Je pense que ce n'est résoudre que la moitié du probleme, si ce n'est moins, généralement on a des policiers responsables, fiables et compétents mais qui comprennent mal les délinquants. là on a la compréhension mais sans la fiabilité.

Myst
13/04/2013, 11h44
Je pense que ce n'est résoudre que la moitié du probleme, si ce n'est moins, généralement on a des policiers responsables, fiables et compétents mais qui comprennent mal les délinquants. là on a la compréhension mais sans la fiabilité.

Y a pas mieux qu'un pirate pour comprendre les pirates, un voleur pour comprendre les voleurs, un criminel pour comprendre les criminels...etc.
Les petits délinquants se sentiront plus proches et mieux compris par une "ex" délinquante, qu'un policier avec un joli discours appris par coeur.

GLP
13/04/2013, 12h48
Les petits délinquants se sentiront plus proches et mieux compris par une "ex" délinquante, qu'un policier avec un joli discours appris par coeur. certainement Myst, mais tu sembles ne pas saisir mon objection, c'est le fait d'être à peine entré dans l'adolescence qui annule cet atout (compréhension).

Ce qui serait idéal par contre, c'est un policier ex-délinquant mûr.

Myst
14/04/2013, 23h28
c'est le fait d'être à peine entré dans l'adolescence qui annule cet atout (compréhension).


L'age n'est pas gage de maturité

GLP
22/04/2013, 12h23
Myst:
pourtant on admet bien un seuil d'age de responsabilisation (18 ans) par exemple ...

ça doit être une histoire de "psychologie" "statistique" "relative".
http://www.algerie-dz.com/forums/data:image/png;base64,iVBORw0KGgoAAAANSUhEUgAAABAAAAAQCAYAAAA f8/9hAAABs0lEQVQ4jY2SP4viQBiHX0UQWz/AXb+VX8Iu/YqFhdhcd5BKEOTKC9jJFYrFgo3FIjYiCRauhTCQDMp4bJFklzC uLJLOWNj8rpDMJt7u7Q08xQzze953/hAR0el4QJLw8KR4fXkE/Wtch01zjP6gmxLsd9uPJafjAf1BF82WjmZLR61eRa1eVfNmS4c MxP8JksGk6FPB6XjAii1Qq1fBBYMMBL79+InvDIrbB0CzIpSmQ HF0RnF0vkiTFxZX7A+6MOzwU0FxdEZKYJpj1fp1eO5KzF0JzYr eF/iekzr77QMUhh2q1zDsUIULPQl6fXkEFww53cWKLWCaY3DBVMua FWHuSsT7fM/5W5DTXYUMBGQgUJoCpelFst9tcc84DDuE7znQrAiFnrwIkuGY/W6rBIYdQgYC7RmHZkXwPQf3jL8JiCglISLKVCaqzfhZfc9RcMF wc/eMfGd9EWQbS+R0F9nGEtnGEpnKBJnKJFWxPNygPNygPePggqE9 42nBdTjG9xyUhxvVcqEnsWILrNjiTfCRJN9ZI99Zp8LxWsy73z tTmYCI6ObuGV/7Tym+/PqtICL6A7F/dNYyWabFAAAAAElFTkSuQmCC

Myst
22/04/2013, 12h44
pourtant on admet bien un seuil d'age de responsabilisation (18 ans) par exemple ...

Je ne sais pas qui a défini ce seuil, et selon quels critères ?
Mais ce qu'on voit en pratique, y a parfois des ados plus mûrs que certaines personnes beaucoup plus âgées. Et certaines personnes agées moins mûres que la plupart des ados.
Bref, ce n'est pas une science exacte

GLP
22/04/2013, 21h28
Bref, ce n'est pas une science exacte d'où le fait qu'il faut relativiser, et quand on prend en considération cet dimension, on voit bien que les "ados" mûrs sont rares, ce n'est pas leur trait caractéristique, au contraire des bêtisiers et autres irresponsables qui courent les rues de toutes les sociétés.

Cookies