PDA

Voir la version complète : Maroc : Le déficit budgétaire a triplé au 1er trimestre 2013 comparé à celui de 2012


jawzia
10/05/2013, 22h06
Publié le 25.04.2013 à 17h13 | Par Ristel Edimo

Les données statistiques du ministère des Finances sont plus qu'alarmantes. Au terme du premier trimestre 2013, le déficit budgétaire a triplé par rapport à celui enregistré sur la même période en 2012. Le Trésor marocain touche également le fond. De son côté, l'Etat veut emprunter pour financer le déficit, au moment où la dette extérieure est croissante. Selon l'économiste Najib Akesbi, la situation ira de mal en pis.

Le déficit budgétaire de l’Etat marocain est de 17,5 milliards de dirhams à fin mars 2013, contre 6,6 milliards de dirhams à la même période en 2012, d’après les résultats préliminaires d'exécution de la loi de Finances 2013 à fin mars, a annoncé mercredi 24 avril le ministère de l’Économie et des Finances, et rapporté par la MAP.

Selon la même source, ce déficit est évalué sur la base des recettes recouvrées et des charges dues au titre de l'année budgétaire. Ainsi le mauvais résultat enregistré est principalement imputable à la baisse des recettes fiscales de 5,7% (à 2,8 milliards de dirhams), ainsi qu'à la hausse des dépenses globales de 6,8%. Les dépenses d'investissement, à elles seules, ayant progressé de 47,5%.

Ce n’est pas tout, les choses s’aggravent de plus en plus au puisque le Trésor marocain touche également le fond. « La situation des charges et ressources du Trésor dégage un déficit de 22,9 milliards de dirhams à fin mars 2013, contre 2,7 milliards de dirhams un an auparavant », indique le Bulletin mensuel des statistiques des finances publiques élaboré par la Trésorerie générale du royaume (TGR).

Au terme du premier trimestre, Les disponibilités du Trésor auprès de Bank Al-Maghrib n’ont été que de 823 millions de dirhams contre 2,9 milliards de dirhams en début d’exercice, précise la même source.

Un prêt pour financer le déficit budgétaire
Actuellement, le gouvernement négocierait auprès de la Banque islamique de développement (BID) un nouveau prêt de 2,4 milliards de dollars, soit environ 20,5 milliards de dirhams. Ce prêt, qui serait débloqué en quatre tranches sur quatre ans, devrait en partie servir à financer le déficit budgétaire, selon la TGR, rapporte L’économiste.

Il faut dire que l’Etat chérifien, en grand besoin de financement, ne fait que s’endetter. Il prévoit une nouvelle sortie à l’international en juin ou juillet prochain. Ainsi, le Maroc pourrait émettre un emprunt obligataire sur le marché des sukuks, indique Reuters, citant un « fonctionnaire » au ministère de tutelle.

D’après cette source, le gouvernement essayerait de trouver « l’option la moins coûteuse ». A cette allure, on peut envisager une hausse plus importante de la dette extérieure. A fin 2012 déjà, l’encours de la dette s’est lourdement aggravé atteignant 25,4% du PIB. Il était alors de 212,7 milliards de dirhams, soit une hausse de 23,6 milliards de dirhams comparé à fin 2011.

« On peut presque écrire le prochain scénario »
Ressenti depuis plusieurs mois, la tension sur les finances de l’Etat est de plus en plus forte. Selon l’économiste Najib Akesbi, il fallait s’y attendre. « Cela ne m’étonne pas. J’ai beau donner l’impression d’être pessimiste, mais la réalité parle d’elle-même ».

L’économiste déplore, une fois de plus, la défaillance du système fiscal, les recettes étant incapables de couvrir les dépenses de l’Etat. Dans la structure de financement du budget général de 2013, les recettes fiscales ne couvrent que 60% des dépenses budgétaires. Les 40% restants devraient être financés par le recours à l'endettement. Or, « le Maroc n’étant pas un pays rentier, n’a pas beaucoup de ressources. Il devrait donc normalement couvrir 85% de ses dépenses par des recettes fiscales. Ce qui lui permettrait d'avoir une marge de manœuvre importante », explique M. Akesbi.

Cependant, les recettes n’atteignant pas les niveaux escomptés, n’arrivent même pas à couvrir les 60 % tel que prévu. Conséquence, le gouvernement est « obligé » de s'endetter.

L'équipe gouvernementale a récemment procédé à une coupe budgétaire de 15 milliards de dirhams sur l’enveloppe des investissements afin de « faire face aux répercussions de la conjoncture actuelle sur l'équilibre des finances publiques », comme signifié par Rabat. Mais, « cela risque d’être balayé du revers de la main si les cours mondiaux grimpent », avertit M. Akesbi.

En effet, ces cours sont plutôt stables en ce moment, « mais personne ne peut prédire la tendance dans les prochains mois », juge-t-il. Pour Najib Akesbi, il clair que les choses iront désormais de mal en pis.

jawzia
11/05/2013, 10h23
Un prêt pour financer le déficit budgétaire


Très mauvais signe et puis jusqu'à quand ?

ajadjiith
11/05/2013, 10h31
l'Etat prépare la vente de ses actions dans Maroc Telecom pour renflouer les caisses .

jawzia
11/05/2013, 10h33
l'Etat prépare la vente de ses actions dans Maroc Telecom pour renflouer les caisses .
C'est Vivendi qui compte se délester de ses parts dans MT.

Et puis à ce rythme, ce sera le tour de l'OCP pour dernier bijoux de famille.

ajadjiith
11/05/2013, 10h36
vivendi possède 53 % des parts et l’État 30 % moi je parlé des 30 %

pour l'OCP une privatisation partielle genre 30 % pourquoi pas du moment que l'Etat contrôlera le groupe ; mais c'est peu probable vue la sensibilité du sujet

jawzia
11/05/2013, 10h40
Le budget du Maroc est alimenté par la fiscalité. au lieu de vendre les bijoux de famille qui se tarissent vite, il y a lieu de réformer la fiscalité en s'attaquant aux niches fiscales et autres largesses accordées à quelsues nababs. C'est près de 4 milliards de dollars par an qui partent en fumée !!

bledard_for_ever
11/05/2013, 10h49
Il ne reste plus que l OCP à vendre

Et les bijoux de hmida car les marocains ils ne leur restent plus rien

Que des dettes

ajadjiith
11/05/2013, 10h55
bien sûr que tu as raison le souci est que l'Etat pour des raisons que j'ai du mal a comprendre a du mal a s'attaqué a l'informelle et a la sous déclaration voir a la non déclaration du tout .

le plus gros poids sur nos finance sont :

1-le budget de compensations .... gouffre qui ne sert a rien .

2-le budget de fonctionnement ..... il aurait fallut crée une centrale d'achat pour toutes les administrations publique pour contrôlé ce budget qui se volatilise beaucoup .

3- le budget des salaires ....... ponctionné dès qu'un fonctionnaire ne bosse pas grève ou pas . il faut payé le salarié fonctionnaire a l'heure et non au mois .

4- le budget royale doit soit disparaître soit limité a 1 milliards 200 Millions de MAD soit 100 millions / mois .

5- réduire au stricte minimum les exonérations fiscale .

6- soumettre l'agriculture comme d'autre secteur rentiers au droit d’impôt

je comprend pas leurs empressement a toujours emprunté ou privatisé sans réel vision pour soulagé les finances du pays et donc facilité et accéléré le develloppement du pays

rasselhanoute
11/05/2013, 10h56
Ils ont encore l'ONCF, qui est une entreprise très performante.
Le Maroc n'a aucune stratégie d'avenir, il mise tout sur la privatisation alors qu'a long termes les entreprises qu'il a privatisé ont rapporté très gros. la privatisation de Maroc Telecom a été une très grosse arnaque, quand on sait que ce sont les français qui ont profiter de la montée en flèche de MT et non le Maroc.

ajadjiith
11/05/2013, 10h59
j'ai l'impression que le gouvernement marocain gère les dossiers au jour le jour comme si il était là juste pour expédier les affaires courantes de l’État.

de plus le roi est de plus en plus absent sur les Ecrans depuis 2011 ....

j'ai l'impression qu'ont navigue a vue sans réel patron a bord ou du moins un patron absent ou occupé ....

danube
11/05/2013, 12h43
Je pense que le plan à la chypriote, et un gel des transfert de bénéfice pour deux ans, accompagné d'une relance de l'UMA, permettrai de relancer la machine.

Cookies