PDA

Voir la version complète : MAROC :neuf projets de recherche en energies renouvellables selectionnés


haddou
11/05/2013, 07h34
Le Maroc est en train de se faire une place de choix dans le domaine de la recherche scientifique liée au secteur de l’énergie renouvelable. En effet, l’institut de recherche en énergie solaire et en énergies renouvelables (Iresen) qui a été créé dans ce but a sélectionné cette année neuf projets ambitieux de recherche dans le domaine du dessalement, de l’énergie photovoltaïque et de l’énergie éolienne.
C’est ce qui a été décidé lors de la réunion du conseil scientifique et du conseil d’administration de l’Iresen qui ont eu lieu cette semaine, selon un communiqué de cet institut. Le premier projet, qui traitera le dessalement de l’eau de mer en utilisant l’énergie solaire, est porté par l’université internationale de Rabat, l’université Abdelmalek Essadi (Tanger), l’université des sciences et technologies du Roi Abdullah (Arabie saoudite), l’OCP, Jet Alu (Maroc) et Acwa Power (Maroc). Le deuxième projet du dessalement est destiné à l’eau saumâtre en utilisant de l’énergie solaire à concentration. Ce projet sera mené par un consortium constitué du Centre national de l’énergie des sciences et des techniques nucléaires (Maroc), de l’université Hassan II, de la Faculté des sciences et des techniques (Errachidia), Université Moulay Ismail, des entreprises LSA Industrie (Maroc), Tubes et profils (Maroc) et de la Plateforme solaire d’Almeria (Espagne), ajoute le communiqué.
De plus, l’on a délibéré pour la même occasion sur les projets de recherche sélectionnés au titre des appels à projets de l’année 2013 pour la phase de validation financière. Il s’agit de sept projets, dont cinq relatifs au domaine de l’énergie photovoltaïque et deux au domaine de l’énergie éolienne. Pour contribuer à leur financement, cet institut créé en 2011 leur alloue un budget de 35 millions de DH. Ces projets de recherche visent notamment, fait-on savoir, à développer l’expertise nationale et créer de nouvelles filières et opportunités dans le secteur des énergies renouvelables. Par ailleurs, il est à noter que les deux appels à projets lancés par l’Iresen et qui ont abouti à cette sélection ont drainé un nombre impressionnant de projets.
En effet, quelque 98 universités, instituts de recherche et industriels nationaux et internationaux ont soumissionné en consortium à ces deux appels à projets qui portent sur la recherche appliquée dans les domaines du solaire photovoltaïque (InnoPV) et l’éolien (InnoWind). Objectif : renforcer l’efficience de la recherche, développer l’innovation et encourager le réseautage tout en s’alignant à la stratégie énergétique nationale, indique un communiqué de l’Institut. Ces projets devront contribuer au développement de l’expertise et du savoir-faire, à la création de nouveaux métiers à forte valeur ajoutée dans le secteur des énergies renouvelables tout en instaurant un environnement favorable à la recherche et à l’innovation, selon les responsables de l’institut.
InnoPV et InnoWind visent également à consolider les liens entre les universités, les instituts de recherche et les industriels afin de favoriser le transfert de technologie et garantir une transposition rapide des résultats de la recherche en produits innovateurs.
Les projets retenus cette année

Les projets retenus en 2013 consistent en la conception d’une éolienne de petite capacité, le développement de produits nano-lubrifiants pour les éoliennes dans des conditions climatiques désertiques et le développement d’une technologie photovoltaïque à concertation marocaine compétitive. Il s’agit également de l’intégration intelligente d’une technologie photovoltaïque au réseau de consommation domestique avec le développement d’applications spécifiques au contexte marocain, la modélisation du productible en énergie solaire photovoltaïque et la valorisation des résultats au niveau de la Centrale solaire de Kénitra. Ils comprennent aussi la conception d’un frigo solaire mobile à isolation thermique à base de bois de palmier, le développement de modèle de cartographie du productible photovoltaïque sur tout le territoire marocain.
Les porteurs de ces projets sont :


L’Université internationale de Rabat, l’Université Abdelmalek Essadi, l’Université des sciences et technologies du Roi Abdullah (Arabie Saoudite), l’OCP, Jet Alu et Acwa Power, Centre national de l’énergie des sciences et des techniques nucléaires.
Les FST d’Errachidia, de Fès et de Ben M’Sik, l’Université Moulay Ismail, des entreprises LSA industrie, Delta Holding, Tubes et profils et de la plateforme solaire d’Almeria (Espagne), en plus d’autres partenaires étrangers.
L’Université Al Alkhawayne, le Groupement des industries marocaines aéronautiques et spatiales, l’Université Mohammed Ben Abdellah, l’Université Ibn Toufail, l’École normale supérieure de l’enseignement technique de Mohammedia, l’Université Hassan II de Casablanca, l’ENSA de Kenitra
le matin ma

Cookies