PDA

Voir la version complète : Le Brésil tente de relancer une production de pétrole en déclin


nacer-eddine06
13/05/2013, 22h46
Par Claire Fages
Ce mardi 14 mai 2013 et demain, le Brésil met aux enchères près de 300 blocs pétroliers. Le géant sud-américain dispose de réserves gigantesques. Pourtant, le Brésil est devenu importateur net de pétrole.

Après cinq ans d’atermoiements sur le partage des futurs revenus pétroliers, le Brésil lance enfin son premier appel d’offres depuis 2008, l’année où l’on a découvert les immenses réserves pré-salifères en eaux très profondes. 289 blocs pétroliers vont être mis aux enchères des gisements terrestres et maritimes. Soixante-quatre compagnies pétrolières des 5 continents ont déjà manifesté leur intérêt pour ces 9 milliards de barils de pétrole potentiels.

Il était temps. Car la production de pétrole au Brésil décline. De 2,5 millions de barils en 2011, elle a chuté à moins de 2,4 millions de barils l'an dernier, et au premier trimestre 2013 le volume s’est encore réduit par rapport à l’an dernier. Les gisements du bassin de Campos dans l’Etat de Rio ne sont plus aussi productifs, ils sont dits matures. En outre, la production de la compagnie américaine Chevron y a été stoppée après la marée noire.

Avec des besoins nationaux croissants, le Brésil a dû diviser par deux ses exportations de brut au début de l’année, et il importe désormais plus de pétrole qu’il n’en exporte ! A la grande satisfaction d'ailleurs des producteurs ouest-africains qui ont toujours été les premiers fournisseurs du Brésil en brut léger, en particulier le Nigeria, et qui peuvent ainsi doper leurs exportations transatlantiques, ce qui compense la baisse des commandes des Etats-Unis de plus en plus autosuffisants.

Bien sûr, le Brésil constituera dans l'avenir une des sources importantes de pétrole supplémentaires pour le marché mondial, grâce à ses réserves pré-salifères, mais à moyen ou long terme. Dans un premier temps, la production supplémentaire alimentera avant tout les nouvelles raffineries brésiliennes. Le Brésil ne devrait pas redevenir un exportateur net de pétrole avant la prochaine décennie.
RFI

Cookies