PDA

Voir la version complète : ALGERIE: CONDOR-ÉLECTRONIQUE. Une nouvelle usine de panneaux solaires photovoltaïques de 50 MW en juillet


MEK
20/05/2013, 10h58
La 7ème édition du salon international des énergies renouvelables « Salon electro, automation & energy» a ouvert ses portes, aujourd’hui, à la Safex. De nombreuses entreprises algériennes, à côté de leurs homologues étrangères, sont présentes à cette rencontre pour présenter leurs innovations et solutions.

C’est le cas de Condor qui participe dans le but de faire connaitre ses futurs produits dans le photovoltaïque et de trouver des partenaires notamment les installateurs, des fabricants de batteries et d’onduleurs, a indiqué Boualem Benhammada, assistant du DG de Condor qui a répondu aux questions de L’Econews.

L’Econews : Condor est connu dans l’électronique et l’électroménager. Cette fois-ci, elle a un projet dans les énergies renouvelables. Pouvez-vous nous parler de votre projet ?

Effectivement, Condor Electronics s’est spécialisé dans le domaine de l’électronique et l’électroménager et également dans le matériel informatique. Et comme on a une opportunité pour nous lancer dans le domaine des énergies renouvelables, nous avons décidé d’investir dans l’énergie solaire photovoltaïque.

Peut-on connaitre les objectifs de votre entreprise dans ce domaine ?

L’objectif de condor est de promouvoir les énergies renouvelables pour diminuer la consommation de l’énergie du fossile, polluante et diminuer l’émission du Co2. Le deuxième objectif est de faire bénéficier notamment la région du sud d’alimentation en énergie. L’acheminement de cette dernière demande de très grand investissement. L’électricité coute cher dans le Sud algérien et l’énergie solaire va couter beaucoup moins cher.

Donc avec ce projet, Condor va augmenter sa gamme d’activité.

Cela fait partie de la stratégie de l’entreprise. Nous investissons nos bénéfices là où il y a une opportunité. Nous créons de l’emploi. Actuellement, nous avons 3700 travailleurs et avec cette usine de fabrication de panneaux solaires photovoltaïques, nous allons créer 200 autres emplois. Et nous avons d’autres projets qui sont en cours de réalisations en dehors de l’énergie solaire.

Peut-on connaitre plus de détaille sur cette usine?

L’usine est implantée à la zone industrielle de Bordj-Bouariridj. Actuellement, elle est en phase de montage des équipements et d’ici le mois de juillet, on entamera la production et les essaies en charge et tout ce qui s’ensuit avec.

Qu’en est-il de vos futurs produits dans l’énergie solaire?

Pour la production, notre usine envisage de produire 50 méga watts. La plage de la puissance sera variée de 70 W à 280 W par panneau solaire photovoltaïque en mono cristalline et en poly cristalline. Cela pour un premier temps, parce que nous ne connaissons pas vraiment le marché, vu que nous n’avons pas de données fiables sur ce marché qui est nouveau. Donc, nous allons commencer avec deux produits qui peuvent toucher toutes les applications. Nous allons commencer par les panneaux photovoltaïques de 100 w pour mono cristalline et le 235 W pour poly cristalline.

Vous êtes entrés en partenariat avec d’autres entreprises spécialisées dans le domaine des énergies renouvelables?

Pour l’instant non. L’usine est propre à Condor Electronics. Nous avons pu acquérir la technologie de l’énergie solaire photovoltaïque grâce à nos ingénieurs que nous avons formés à l’étranger. Nous avons acquis une certaine expérience mais nous aurons toujours besoin d’un partenaire étranger pour mieux nous orienter. En Algérie, nous n’avons pas trouvé de partenaire. Dommage, nous avons beaucoup d’institutions qui ont des capacités et des compétences. Je les interpelle pour faire une équipe et de développer ces énergies renouvelables.

Quel l’objectif de votre participation à ce salon?

Le but de notre participation à ce salon est de faire connaitre nos futurs produits. Et également de trouver des partenaires notamment les installateurs, des fabricants de batteries, d’onduleurs. Nous sommes très ouverts. Nous pouvons travailler avec tous à condition que la qualité de leurs produits soit respectée.


Salima Z 20/05/2013





.

bledard_for_ever
20/05/2013, 12h35
On pourrait en vendre au Maroc?

Ils n ont ni techno ni ingénieurs

On peut negocier avec les arabes du golf pour leur financer ça?

Ça fera un premier débouché pour condor

absent
20/05/2013, 12h42
vendre quoi bledar?

Ils n ont ni techno ni ingénieurs

on a que des chameaux:mrgreen:, pourquoi acheter des des plaques ?

absent
20/05/2013, 12h48
Le marché est presque vierge en Algérie.

Je sais que nos besoins seront grands, très grands si on arrive à proposer aux algériens des solutions adaptés et à des prix raisonnables.

http://www.solarmad-nrj.com/images/IMG_4547.jpg
http://www.solarmad-nrj.com/images/IMG_4547.jpg

Memelius
20/05/2013, 13h24
Face à la concurrence chinoise ça va être très dur

absent
20/05/2013, 13h31
Memelius a dit:
Face à la concurrence chinoise ça va être très dur

Si on fait mieux que la camelotte importé de chine et vendu 3 fois son prix d'origine par certains importateurs, cette industrie ne peux que marcher !

Et puis, çà sera une occasion en or pour s'approprier cette techno d'avenir.

Memelius
20/05/2013, 13h36
Contrairement à ce que les gens pensent pour une fois c'est de très bonne qualité et à des prix défiant toute concurrence c'est pour ça qu'ils raflent tous les marchés mondiaux, donc à moins de proposer à des prix encore moins chers je vois mal comment s'imposer

absent
20/05/2013, 13h36
Pour la production, notre usine envisage de produire 50 méga watts. La plage de la puissance sera variée de 70 W à 280 W par panneau solaire photovoltaïque en mono cristalline et en poly cristalline.

c'est en tout 500 plaque à produire les gars, gallek concurence chinoise

arazigh
20/05/2013, 13h39
Ils n'ont ni techno ni ingenieurs
Voici l'index top 40 des energies renouvelables 2012 :

http://www.ey.com/Media/vwLUExtFile/Renewable_energy_attractiveness_indices_August_201 2/$FILE/p3_all_renewables_index_at_august_2012.jpg

absent
20/05/2013, 13h43
K537 a dit:
c'est en tout 500 plaque à produire les gars, gallek concurence chinoise

@K537

Il faut que tu reviennes à l'école primaire pour revoir comment se fait une division ! :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen:

absent
20/05/2013, 13h46
sidmark

je viens juste de me rendre compte de mon erreur, je reviens à l'ecole promis:mrgreen:

absent
20/05/2013, 13h51
et pour faire oublier ma bourde, j'efface la concurrence chinoise

Le géant chinois des panneaux solaires Suntech dépose le bilan
source usinenouvelle 20 mars 2013

à vous le monde:mrgreen:

Memelius
20/05/2013, 13h56
Suffit alors d'imaginer la concurrence sur les autres ...

arazigh
20/05/2013, 13h58
Le géant chinois des panneaux solaires Suntech dépose le bilan
source usinenouvelle 20 mars 2013
De toute façon le photovoltaique est, pour le moment, un accessoire vu le peu de rendement. Une nouvelle génération apparait tous les 7 ans semble-t-il. La prochaine est en expérimentation en Allemagne et au Japon.

absent
20/05/2013, 14h00
K537 a dit:

Le géant chinois des panneaux solaires Suntech dépose le bilan
source usinenouvelle 20 mars 2013
Si çà se confirme, cette compagnie a p'têtre tiré les prix et la qualité bien trop vers bas, pour qu'elle ait à déposer son bilan ?!

Il y a plus d'une année, j'ai eu discussion avec un investisseur qui commencé à faire du montage de panneau en Algérie, et d'après ses études comparatives, les produits chinois les plus chers, ont une durée de vie bien moindre que ceux européens, et donc reviendrais plus cher à la fin.

La durée de vie était de quelques années pour les meilleurs produits chinois d'entre eux, à 25 ans pour les produits en europe.

Mais, çà reste à vérifier.

Memelius
20/05/2013, 14h02
C'est le marché qui est en cause pas la qualité

absent
20/05/2013, 14h04
Maintenant, si les algériens ne veulent pas faire face à la concurrence étrangère, on n'a qu'à rester importateur à vie,

jusqu'à ce que plus aucune goutte de pétrole n'existe en Algérie !

MEK
20/05/2013, 16h51
Juin 2012

L’appel a été lancé la semaine dernière : Sonelgaz cherche un partenaire pour la réalisation d’une usine de silicium en Algérie

La Société nationale de l’électricité et du gaz (Sonelgaz), lance un nouveau chantier industriel, celui de la réalisation d’une usine de silicium. Pour cela, l’électricien national cherche un partenaire susceptible de lui apporter son savoir-faire technologique.

Ainsi, la Sonelgaz a lancé la semaine dernière un appel à manifestation d’intérêt national et international pour la création en partenariat d’une société par actions qui aura pour mission la construction d’un complexe industriel pour la fabrication du silicium grade métallurgique et solaire.Les partenaires hypothétiques auront jusqu’au 29 du mois en cours pour présenter leurs offres, lesquelles seront évaluées selon la procédure d’évaluation décrite dans les termes de référence et dont les entreprises, intéressées par l’appel de la Sonelgaz, pourront prendre connaissance au siège du groupe à Alger.

La nouvelle société à créer aura pour mission «de réaliser un complexe industriel et d’en assurer l’étude de faisabilité, l’engineering, l’acquisition, la construction et la mise en service, ainsi que la commercialisation en Algérie des produits fabriqués conformément aux lois et règlements en vigueur». Selon l’avis de la compagnie énergétique nationale, le complexe industriel sera constitué de deux usines.

La première aura une capacité de production annuelle d’environ 3000 tonnes de silicium grade métallurgique. Quant à la seconde qui sera dédiée à la fabrication du silicium grade solaire, elle bénéficiera d’une capacité annuelle d’environ 2500 tonnes. Il est utile de préciser dans ce contexte que le silicium métallurgique et solaire sont extraits du dioxyde de silicium ou de la silice ( le sable, le quartz, la cristobalite, etc.) par des procédés métallurgiques, et leur niveau de pureté dépend de leur utilisation finale.

C’est ainsi que le silicium métallurgique (pureté à 99%) va vers les alliages d’aluminium et silicones alors que le silicium solaire (SGS) (pureté à 99,999 9%) est utilisé dans la fabrication de cellules photovoltaïques.Selon les chiffres de l’Agence nationale du patrimoine minier (ANPM), 14 carrières de sable de silice pour verre et fonderie, produit de base du silicium sont actuellement en exploitation en Algérie. Actuellement, le kilogramme du SGS se négocie à des prix faramineux. En quelques mois, les cours sur le marché international ont été multipliés par 20 pour atteindre les 540 dollars.

La fabrication de silicium au niveau local devient donc une nécessité au vu de l’important programme initié par les pouvoirs publics, pour le développement des énergies renouvelables, notamment l’énergie solaire photovoltaïque, et dont la Sonelgaz, devenu groupe énergétique et industriel, constitue le fer de lance.

Cet ambitieux programme consiste à installer une puissance d’origine renouvelable de prés de 22 000 MW entre 2011 dont 12 000 MW seront destinés à couvrir la demande nationale de l’électricité et 10 000 MW à l’exportation.

D’autres projets d’une capacité de 200 MWc par an. Cet ambitieux programme devrait se mettre en place en plusieurs étapes. La première phase (2011-2013), devrait être marquée par des actions de renforcement de l’activité d’engineering et d’appui au développement de l’industrie photovoltaïque à travers la constitution d’une joint-venture qui regroupera les différents acteurs (Rouiba-Eclairage, Sonelgaz, CREDEG, CDER et UDTS) en partenariat avec des centres de recherche.

Il s’agira aussi de l’étape de réalisation d’une usine de fabrication de modules photovoltaïques d’une capacité équivalente à 120 MWc/an par le Groupe Sonelgaz à travers sa filiale Rouiba-Eclairage et dont la mise en service est prévue fin 2013, ce qui permettra d’atteindre un taux d’intégration de l’industrie algérienne de 60 %.

La réalisation de l’usine de silicium, dont le coût avoisinera les 250 millions d’euros, selon les premières estimations de l’UDTS, interviendra durant la seconde phase de mise en place du programme. L’objectif étant d’atteindre un taux d’intégration des capacités algériennes de 80%. Enfin pour la période 2021-2030, l’objectif sera d’atteindre un taux d’intégration supérieur à 80%..




.

mister-T
20/05/2013, 17h43
le modèle managérial de condor est intéressant mais risqué , il misent sur une diversification accrue ils veulent occuper un max de segments de marché , au lieu de se spécialiser et de travailler le taux d’intégration
ça leurs réussis aujourd'hui , mais dans un environnement concurrentiel ça sera difficile

anyways je suis un fan des produits condor

Cell
20/05/2013, 18h19
c'est en tout 500 plaque à produire les gars, gallek concurence chinoise

Il te manque 3 zéros a mon avis K .......????

Cookies