PDA

Voir la version complète : La réalisation d’universités interdisciplinaires est une grande aberration


bledna
20/05/2013, 20h58
Mahieddine Amimour à Mila

A partir du centre universitaire de Mila, où il a animé, hier, une conférence coïncidant avec la journée nationale de l’étudiant, l’ancien ministre de l’information et conseiller du défunt Houari Boumediene, a qualifié «de grave erreur la création au niveau de chaque wilaya d’une université interdisciplinaire».


Et d’ajouter : «Cette forme de parcours universitaire in situ, favorisant divers enseignements, fait naître chez l’étudiant un sentiment de régionalisme, alors qu’il (l’étudiant) est censé évoluer dans les différentes universités du pays pour parfaire son cursus». «Il faut que les générations comprennent que le 19 mai 1956 n’est pas une simple date dans l’histoire. C’est un véritable symbole qui a vu l’étudiant prendre part à la Révolution, mais bien avant son déclenchement en 1954», dira-t-il. «Pour preuve, affirme-t-il, Rachid Nedjar, étudiant natif de Grarem Gouga, a rallié la Révolution armée dès début 1955».
Sur un autre chapitre, il a exhorté les présents, dont une très forte communauté estudiantine, à faire la différence entre l’écriture de l’histoire et les témoignages de l’histoire. En ce sens, il a martelé qu’il est inconcevable que le 16 avril, date de la mort de Abdelhamid Benbadis, soit célébré comme Youm El Ilm (journée du savoir). A propos du défunt Houari Boumediene, l’orateur affirme qu’ «au début de son règne, il n’avait pas les techniques de gestion propres à un chef d’Etat. Mais, il n’a pas nommé à des postes de responsabilité des cadres de sa région (Guelma s’entend). Ses seuls critères de distribution des hautes fonctions, c’étaient les diplômes et la compétence. Le pays a certes connu de graves dérives, mais il a laissé une Algérie engagée sur la voie du salut».
Et d’enchaîner : «J’informe l’aimable assistance que le plus grand complot contre Houari Boumediene a été ourdi après sa mort». A une question sur le «controversé» projet des 1000 villages socialistes, M. Amimour a souligné qu’ «il n’y a aucune honte à calquer un programme, fut-il étranger, et le réaliser au profit de la nation». Abordant le volet international, l’ex-ministre de l’information a déclaré que «les Printemps arabes sont amplement justifiés au vu de la tyrannie exercée par les Moubarek, Ben Ali et Gueddafi. Les peuples de Libye, d’Egypte et Tunisie ne peuvent restés insensibles faces aux crimes et atrocités commis par ces dictateurs déchus».

Mahmoud Boumelih ElWatan

Cookies