PDA

Voir la version complète : Symposium international sur les grands séismes en méditerranée


morjane
22/05/2013, 14h45
L’Algérie a-t-elle retenu la leçon ?

Le séisme du 21 mai 2003 à Boumerdès et ses enseignements ont été évoqués, hier à Alger, lors d’un symposium international sur le thème “Les grands séismes méditerranéens : du passé au présent”, organisé à l’occasion du 10e anniversaire de la catastrophe.

“Il s’agit de faire un bilan des enseignements, de l’expérience acquise et des avancées enregistrées en matière de prévention du risque sismique”, a indiqué le directeur général du Centre de recherche en astronomie, astrophysique et géophysique (Craag), Abdelkrim Yelles-Chaouch.

Ce symposium de trois jours constitue “une occasion de réunir la famille scientifique pour discuter du séisme de Boumerdès, de la sismicité et la prévention en Algérie et au niveau méditerranéen de façon générale”, a-t-il souligné.

À propos du séisme de magnitude 5,5 sur l’échelle de Richter qui a frappé la wilaya de Béjaïa, dimanche dernier, le Dr Yelles a rappelé que “l’Algérie est exposée à l’activité sismique”. “C’est un phénomène qui se produit de manière quasi permanente dans le nord du pays, avec deux à trois micro-secousses enregistrées quotidiennement et des secousses modérées de temps à autre”, a-t-il expliqué. Il a mis, à cet égard, l’accent sur “l’importance de la prévention pour réduire le risque sismique en Algérie, qui doit être à la hauteur de ce phénomène naturel, et ce, à travers la sensibilisation, l’adoption des nouvelles techniques (recherche, construction), l’aménagement, le cadre législatif... pour que cet aléa naturel ne soit plus synonyme de catastrophe”, a-t-il dit. “Cette rencontre devra nous permettre, à cet effet, de voir les avancées sur tout ce qui concerne les séismes et de discuter des enseignements et des enjeux du phénomène sismique, en général, et en Algérie, en particulier”, a ajouté le Dr Yelles.

Le séisme de Boumerdès figure parmi les catastrophes naturelles les plus douloureuses ayant frappé l’Algérie et restera parmi les plus importantes qu’a connues la région méditerranéenne, par sa magnitude de 6,8 degrés sur l’échelle ouverte de Richter, le nombre de morts (2 278) et l’ampleur des dégâts évalués à 5 milliards USD, et ayant provoqué un mini-tsunami sur les îles espagnoles des Baléares.

Une trentaine de spécialistes prennent part à ce symposium, venus de France, d’Espagne, du Portugal, d’Italie, de Serbie, de Russie, des États-Unis, d’Azerbaïdjan, d’Égypte et du Maroc. Le symposium est organisé conjointement avec la Protection civile. Une gerbe de fleurs a été déposée en hommage aux victimes de la catastrophe.

Des démonstrations de différents types d’interventions, telles que les secours lors d’un séisme, l’extinction d’incendies, l’intervention dans les accidents chimiques ont été également effectuées

Liberté/APS

Cookies