PDA

Voir la version complète : Le violeur de Chéraga arrêté


Adhrhar
06/09/2006, 13h59
Hélas, être hadj n’est pas une garantie contre le viol, la séquestration et la pédophilie. Bien sur c’est un cas non généralisable, mais ce n’est pas joli à voir.

---------------

« Hadj » Rabah T., commerçant de son état, âgé de 54 ans, figure respectée à Bouzaréah où il demeure, a été arrêté, dimanche, par les éléments de la brigade de gendarmerie de Bouchaoui, suite à un dépôt de plainte de la part des parents de trois filles habitant Chéraga.

Selon le capitaine Berrahal Abdelkader, commandant de la compagnie de Bouzaréah, lors d’un point de presse tenu hier, les parents accusent le mis en cause d’avoir séquestré leurs filles dont deux d’entre elles sont âgées de 19 ans et l’autre de 16 ans, pendant cinq jours, dans sa villa en construction et de les avoir violées. Il s’avère d’après l’officier que les victimes subissaient le viol depuis plusieurs années. Le mis en cause a nié catégoriquement avoir eu des relations sexuelles avec des mineures ou séquestré des filles et a nié, d’après le conférencier, avoir eu des relations sexuelles avec des filles mineures comme il a réfuté l’accusation de séquestration. Lors de la perquisition, des revues pornographiques, un lit de deux places ainsi que des somnifères ont été découverts sur les lieux. Quatre comprimés ont été dégotés dans la poche du pantalon de cette personne, affirme-t-on. Les filles sont transportées dans la malle du véhicule de marque Renault Mégane ou sur le siège arrière couvertes d’une couverture. Les récits des filles que nous avons rencontrées étaient des plus choquants. L’une d’elle affirme avoir été violée alors qu’elle n’avait que 14 ans. Elle déclare avoir été filmée nue par une tierce personne. « Il nous menaçait de présenter ces photos à nos parents si on le dénonçait », déclare-t-elle. Cette situation dure, d’après elle, depuis quatre ans. Une autre victime affirme avoir été violée lorsqu’elle était au CEM Les Trois situé dans la même commune. Le conférencier a précisé que les victimes ne sont pas choisies au hasard. Ce sont généralement des élèves de CEM ou des collégiennes de la localité dépourvues de la demi-pension qui sont la proie facile. Elles sont généralement issues de familles pauvres et habitant loin. Il leur remet des sommes d’argent, des téléphones portables et des cartes de recharge. Actuellement, huit victimes se sont manifestées pour déposer plainte. Les gendarmes lancent des appels aux victimes afin de se manifester et de briser le mur du silence. « Je t’épouserai, sinon on ira à l’hôpital pour que tu puisses récupérer ta virginité », aurait-il promis à l’une de ses victimes. L’accusé, père de cinq enfants, sera présenté aujourd’hui au procureur de la République près le tribunal de Bir Mourad Raïs. Il va sans dire que la responsabilité des parents ainsi que celle des chefs des établissements scolaires dans pareille situation est complète. Sinon comment expliquer qu’une jeune collégienne puisse cacher à sa propre mère un viol pendant quatre ans ? Les directeurs des établissements scolaires chargés d’assurer la sécurité des élèves sont obligés de faire appel aux parents lorsqu’il y a absence ou mauvais comportement de l’élève.

El Watan

Sami-Casa
06/09/2006, 14h01
;) que dieu nous preserves des pechés des "Hajj" !! c'est tout ce qu'il y a de pir !!

*lafille2lalune*
06/09/2006, 14h04
c'est dramatique
jai eu des frissons
poufff
on ne peut vraiment faire confiance à personne sur cette terre ?

damLaguL
06/09/2006, 14h08
Hélas, être hadj n’est pas une garantie contre le viol, la séquestration et la pédophilie. Bien sur c’est un cas non généralisable, mais ce n’est pas joli à voir

adrar ce que tu raconte est une histoire horrible franchement moi aussi j ai eu des frissons

khdiwedj
06/09/2006, 14h11
Il va sans dire que la responsabilité des parents ainsi que celle des chefs des établissements scolaires dans pareille situation est complète. Sinon comment expliquer qu’une jeune collégienne puisse cacher à sa propre mère un viol pendant quatre ans ?

Qu'est ce que je lis ? :eek:

L'OISEAU BLEU
06/09/2006, 14h17
Fait divers affligeant. Je plains les victimes de ce soi-disant Hadj. Un homme de foi n'aurait jamais eu ce comportement criminel et abject.

Zacmako
06/09/2006, 15h09
Mais le fait d'être ''hadj'' n'a rien à voir là-dedans. Un obsédé sexuel l'est toujours, même s'il est hadj, de nos jours, parceque maiintenant, beaucoup (heureusement pas tous) vont à la Mecque pour acheter un titre. Sinon, quelle différence entre ce malade et cet entrepreneur Hadj 10 fois et qui donne de la ''Rachoua'' pour avoir des marchés publics et mettre 3 cm de bitume au lieu de 30 cm, moyennant un pot de vin ? Rien aucune différence dans le sens où ils ont tous deux salis la religion.
L'islam n'a rien à voir la dedans.

*lafille2lalune*
06/09/2006, 15h17
on a pas mit l'islam dedans !
on a juste dit que venant dun hadj
en qui
d'après moi
on ne peut que avoir confance
c'est surprenant et que
malheureusement
il y en a parfois
des fourbes,
des faux
des hadj en toc
des hadj "taïwan"

mais surment pas on a mit la religion en cause.

se qu il a fait c'est entre lui et dieu.

et des hadj des vrai
si je puis dire
sa existent
et d'après moi
ils en existent plus de ceux ci
que des taiwanais

Absente
06/09/2006, 15h26
Hadj ne veut pas dire pur hein !

Il va sans dire que la responsabilité des parents ainsi que celle des chefs des établissements scolaires dans pareille situation est complète. Sinon comment expliquer qu’une jeune collégienne puisse cacher à sa propre mère un viol pendant quatre ans ?

Alors ça !!!!
une jeune femme qui se fait violer se tait pour la plupart du temps non parce que ses parents ne sauront pas l'écouter ( quoi que...)ou autre mais parce qu'elle a mal, elle souffre,elle a honte, elle se sent sale et j'en passe!
LEs parents les profs n'ont rien vu dans l'attitude des personnes violées et oui on croit toujours que ca peut se ressentir dans les actes dans les mots dans les yeux...
non ca reste bien enfoui pour ressortir plus tard comme un volcan en éruption!

TouTi
06/09/2006, 15h50
Hadj ne veut pas dire saint ...

Pauvres filles, je les plainds ... leur famille aussi ...

ferouse92
06/09/2006, 17h58
Touti,
Hadj ne veut pas dire saint ...

D'accord avec toi, un homme reste avant tout un homme, s'il est fondamentalement mauvais cela ne changera rien....

elyas
06/09/2006, 19h30
Rien ne dit que c'est un vrai Hadj car chez nous on distribue très facilement cette appelation souvent par respect...

Si ça se trouve, cette personne n'a aucun lien avec la religion.

Mais bien sûr les ennemis de la religion s'empressent de raconter ce genre d'histoires pour salir la religion.

Cela dit toute personne est "fauteuse", pour dire par ailleurs que tous hadj ou pas comment bien des erreurs.

Al-Fares
06/09/2006, 20h00
Rien ne dit que c'est un vrai Hadj ...
Absolument....malheureusement dans plusieur cas le qualificatif HADJ ou HADJA, sert pour tromper les gens; gagner leurs confiances.

ziazia
06/09/2006, 20h05
J"espère que ces filles s'en sortiront et surtout qu'elles n'ont rien contracté comme virus ou infections...

allah y chafihoum

chouki
06/09/2006, 20h13
Il est tres fréquent( au fait , le silence est plus fréquent que la dénonciation) que les victimes de viols se taisent. Pour diverses raisons dont le chantage de la part du violeur, l'emprise qu'il prend sur sa victime, la honte, la peur de faire descendre la honte sur la famille. Beaucoup de personnes gardent le secret toute leur vie, d'autres le disent apres de nombreuses années seulement.
Ce qui est dommage dans la dénonciation, c'est que les victimes deviennent souvent les jugées .

shadok
06/09/2006, 21h59
Un psychopathe de 54 ans violait depuis 5 ans des adolescentes entre 14 et 18 ans. Ils les photographier et les menacer d’avertir leurs familles si jamais elles comptaient alerter la police. Le plus triste encore dans cette histoire est que cet homme est un HADJ (pseudo-hadj). Allay ya laanou
______________________________
IL A ABUSÉ DE HUIT ADOLESCENTES
Le violeur de Chéraga arrêté

Karim AOUDIA
L'expression
06/09/2006


Il les a photographiées toutes nues et les menaçait d’avertir leurs familles.

C’est un fait divers si particulier, pour ne pas dire unique en son genre, que celui qui vient de provoquer le drame de huit familles relevant de la localité de Chéraga, rongées par une douleur indescriptible suite au viol de leurs filles, commis dans des circonstances d’une rare cruauté.

Oui, il s’agit bien d’un récit relatant les faits d’une machination diabolique qu’on croyait jusque-là inconcevable, même dans l’imaginaire des criminels les plus redoutables. Encore plus invraisemblable lorsque l’on sait que le violeur, le dénommé L.R, n’est autre qu’un quinquagénaire (54 ans), marié et père de cinq enfants et qui, par-dessus tout, revenait des Lieux Saints, il n’y a pas si longtemps. Ce pseudo hadj, résidant à Bouzaréah, sur les hauteurs d’Alger, jouissait pourtant d’une excellente réputation parmi son voisinage. Néanmoins, il se trouve que cet énergumène a atteint un degré très avancé en termes de dangerosité vis-à-vis de la société dans son ensemble. En un mot, il s’agit d’un pervers qui s’en prenait depuis cinq ans à des adolescentes âgées de 14 à 18 ans, scolarisées, soit au niveau du lycée Issiakhem, soit au CEM III, deux établissements relevant de la circonscription de Chéraga. L.R ciblait, en effet, ses victimes -qui, pour la plupart, sont issues d’un milieu indigent- durant la pause de 12h à 14h. Durant cette période creuse où lesdites victimes cassaient la croûte aux abords de leurs établissements scolaires respectifs, le hadj indélicat trouvait toujours un moyen pour entrer en contact avec elles avant de les entraîner loin des regards indiscrets pour abuser d’elles, sexuellement.

«Les agissement de L.R. remontent à plus de cinq années. Il parvenait toujours à séduire les jeunes filles en leur offrant, soit un billet de cinq cents dinars, soit des téléphones portables ou des cartes de recharge», a déclaré, hier, le capitaine Berrahal, commandant de la compagnie de Bouzaréah de la Gendarmerie nationale, lors d’un point de presse consacré à la médiatisation de cette affaire scabreuse. Il ajoutera que ces adolescentes, une fois tombées dans le piège du psychopathe, sont, par la suite, acheminées à bord d’une Renault Mégane à l’intérieur de sa villa en cours de construction à Bouzaréah. Et c’est là, que le pseudo-hadj commettait son forfait, celui de violer de pauvres fillettes après les avoir droguées au moyen de Lexomil (un somnifère très puissant).

Par la suite, il les photographiait toutes nues, avant de les menacer d’avertir leurs familles si jamais elles comptaient alerter les services de sécurité de ces méfaits répréhensibles à plus d’un titre. Il utilisait, aussi, ces photos pornographiques comme un moyen d’attirer, de nouveau, ses victimes et abuser d’elles à plusieurs reprises. Il arrive, selon toujours le commandant Berrahal, que ces adolescentes soient transportées dans la malle du véhicule sus-évoqué, et souvent, elles sont également rouées de coups si jamais il leur arrive de crier à haute voix leur désarroi. Elles ne disaient jamais rien ni à leur familles ni à quiconque car elles pensaient que les conséquences d’une telle révélation seraient encore plus graves que ce qu’elles subissaient comme calvaire. Et c’est ainsi que L.R continuait à abuser d’elles jusqu’à ce jour du 28 août 2006 où il a décidé de séquestrer dans sa demeure, en cours de construction cinq de ses victimes. Les familles de celles -ci s’inquiétèrent dès lors et décidèrent d’alerter les gendarmes de la compagnie de Chéraga. Cinq jours plus tard, les filles disparues ont apparu comme par enchantement, et c’est suite à leurs révélations que l’arrestation de L.R. est survenue dimanche dernier.

Hier, lors du point de presse animé à l’intérieur de la brigade de Bouzaréah, quelque huit adolescences parmi les victimes de L.R, dont la présentation devant le tribunal de Bir-Mourad-Raïs devait se faire juste après ce rendez-vous avec les professionnels des médias, étaient présentes sur les lieux. L’une d’elles nous dira, sous le sceau de l’anonymat, qu’elle a dû mettre un terme à sa scolarité, en raison de la pression qu’exerçait sur elle L.R. désormais, inculpé. Cette fille, aujourd’hui âgée de 18 ans, était sûrement l’une des premières victimes, car la mésaventure qu’elle a eu à subir remonte à quatre ans. Elle devait se marier, de l’avis de sa triste mère, juste après le mois de Ramadhan, et en raison de cette histoire, elle a vu son union voler en éclats.

jossia
06/09/2006, 23h02
C'est tout à fait désolant . pourquoi toujours s'en prennent-ils aux plus vulnèrable
Pauvres petites victimes.
comment vont-elles pouvoir aborder leur vie d'adulte après cela ?
Il va leur falloir beaucoup de soutien de la part de leur famille, de leurs amies et aide psy,

Beaucoup de compréhension, de douceur, et de patience de la part de tous sera nécessaire pour les aider à se reconstruire petit à petit.

nassim
06/09/2006, 23h29
Je plains ces pauvres filles et leurs parents. Le pervers sexuel a non seulement détruit la vie des jeunes filles, mais aussi celles leur familles. Et comme si cela ne suffisait pas, en Algérie, les filles violées sont parfois -voire souvent- considérées comme les "coupables".

Une fille qui a subi ce genre d'agression sexuelle aura besoin de vrais psychothérapeutes, car reprendre goût à la vie est souvent long et douloureux dans ce genre de cas. J'espère que l'état couvrira leur prise en charge par de vrais professionnels.

Quant au pervers sexuel, il mérite la prison à vie à défaut de la peine capitale.

Absente
06/09/2006, 23h32
Elles ne disaient jamais rien ni à leur familles ni à quiconque car elles pensaient que les conséquences d’une telle révélation seraient encore plus graves que ce qu’elles subissaient comme calvaire

avaient -t-elles tort ?.

Elle devait se marier, de l’avis de sa triste mère, juste après le mois de Ramadhan, et en raison de cette histoire, elle a vu son union voler en éclats.

on ne devrait jamais en parler à des gens qu'on aime ...

ces réactions sont une double agression, probablement la plus traumatisante est celle qui vient après ..

Heliopolis
06/09/2006, 23h34
Quant au pervers sexuel, il mérite la prison à vie à défaut de la peine capitale.


Reponse:
A un voleur on aurait coupe la main. Alors un violeur on devrait le castrer au poignard.

hben
06/09/2006, 23h40
C’est un fait divers si particulier, pour ne pas dire unique en son genre

Particulier peut être, unique en son genre tu parles!!!

Cookies