PDA

Voir la version complète : Il est candidat à la présidentielle de 2014


ott
31/07/2013, 11h53
mercredi, 31 juillet 2013 09:03
Il est candidat à la présidentielle de 2014
Ahmed Benbitour malmené sur son passé au service du pouvoir


TSA - Farouk Djouadi


L’ancien chef de gouvernement, Ahmed Benbitour, a passé un mauvais quart d’heure lors de la soirée « Mille et une news », mardi 30 juillet à Alger. Invité par le quotidien Algérie News, en compagnie du docteur Ammar Belhimer, pour animer un débat sur la crise de l’élite algérienne,
le candidat à la présidentielle de 2014 a été malmené sur son passé au service du pouvoir. Les questions sur son passé de ministre dans les années quatre-vingt-dix et de chef de gouvernement au début de l’ère Bouteflika revenaient de telle sorte que Benbitour a fini par perdre son sang-froid.

« Il faut apprendre à parler avant de poser des questions », a répondu le candidat à la présidentielle d’un ton menaçant, à un jeune militant des droits de l’Homme qui lui a lancé : « quand vous étiez dans le système vous ne cessez pas de dire que tout va à merveille dans le pays et maintenant qu’on vous a éjecté vous dites que le système est pourri et corrompu ».

Benbitour a beau insisté qu’il était « au service de l’État et non pas au service du système » mais cela n’a pas empêché l’assistance, composée de journalistes, universitaires et autres intervenants, de focaliser sur son passé de commis de l’État et de ses accointances avec les islamistes.

« Manger à tous les râteliers ! »

Ahmed Benbitour a, en outre, été attaqué sur ses déclarations : « Non à un quatrième mandat. Non à la révision de la Constitution ». Un intervenant lui a demandé à juste titre : « Comment voulez-vous empêcher un quatrième mandat si la Constitution actuelle consacre des mandats ouverts ? ». M. Benbitour a répondu : « j’ai dit je suis contre un quatrième mandat. Je n’ai pas dit il faut empêcher un quatrième mandat ». Pour l’officialisation de Tamazight, le candidat à la présidentielle plaide pour l’organisation d’un référendum populaire.

Dans la salle, des personnes n’ayant pas l’occasion de prendre la parole disaient de l’ancien chef de gouvernement qu’ « il mange à tous les râteliers. Il était dans le système et maintenant qu’il est mis à la porte, il essaie de s’attirer la sympathie des opposants démocrates ou islamistes ». M. Benbitour, le front en sueur, a eu beaucoup de peine à tenir jusqu'à la fin de cette soirée ramadanesque, abritée dans une salle bondée de monde et surchauffée.

ott
31/07/2013, 11h54
Il est certes plus facile de parler de la politique et de la démocratie de salon, que de la pratiquer... Heureusement qu'il n'a pas démissionné après 8m, minutes pas mois...

Distro
31/07/2013, 12h12
Pour l’officialisation de Tamazight, le candidat à la présidentielle plaide pour l’organisation d’un référendum populaire.

c'est quoi çà un referendum populaire ?

ott
31/07/2013, 17h29
Candidat déclaré à l’élection présidentielle 2014 : le mauvais quart-d’heure d’Ahmed Benbitour

Algérie Express - Le 31 Juil 2013
Écrit par Hamid Guerni

Grisé par son ambition à briguer la magistrature suprême, Ahmed Benbitour, l’ancien chef du gouvernement, se poste en franc-tireur. Sa cible ? Les partis politiques qu’il n’hésite pas à qualifier d’inoculés parle virus du pouvoir.
Hôte dans la veillée d’hier de l’espace « Mille et une News », pour disserter sur la crise des élites algériennes, le candidat à la candidature à la présidence de la république a consacré le principal de son intervention à faire de l’autopromotion.Evidemment, cela n’a pas été du gout d’une assistance, visiblement lassée de l’entendre, pour une énième fois, répéter dans une même et immuable formule le constat d’échec de la gouvernance en Algérie. Aussi le lui a-t-elle signifié, parfois de manière crue. Les uns lui reprochèrent de vouloir bâtir une carrière d’opposant sur un seul acte, celui d’avoir démissionné du gouvernement, alors qu’il a toujours servi le système auparavant. D’autres le cinglèrent d’une estocade à propos de sa fameuse proposition de soumettre l’officialisation de la langue amazighe à référendum. Face à ses contradicteurs du jour, Ahmed Benbitour perda son sang- froid. « il faut apprendre à parler avant de poser des questions », rétorqua-t-il à un militant des droits de l’homme qui lui rappela que, quand il était de l’autre côté de la barrière, il faisait l’éloge du système qu’il qualifie aujourd’hui de corrompu. Ce même militant des droits de l’homme lui signifia aussi qu’il était dans les rouages du pouvoir quand les partis politiques étaient cibles du système et du terrorisme. Sa soirée était gâchée. Sa sortie un ratage. Invité par un autre intervenant à préciser sur quel mécanisme légal il compterait s’appuyer pour empêcher un quatrième mandat de Bouteflika tout en se déclarant contre la révision de la constitution qui stipule que la durée des mandats présidentiels est ouverte, Sur l’armée ? Ahmed Benbitour évita soigneusement d’évoquer l’armée. Il se réfugia dans le silence lorsqu’il est interpellé sur ce qu’il comptait faire du DRS s’il était élu. Pour toute réponse, il eut cette phrase : « lisez mon programme. Il est sur le net. » Ahmed Benbitour tente- t-il de vendre son profil ? Ça en a tout l’air.

Hidhabi
31/07/2013, 19h36
lui, au moins, il prend le risque de descendre dans l'arène, quitte à se faire malmener... ça l'aguerrira ! :razz:

Capo
31/07/2013, 19h39
il sera chanceux s'il obtient .. 2.6 % :mrgreen:

ott
31/07/2013, 19h40
En effet, à son age, et avec son passé, c'est le bon moment pour lui. La question à se poser est de savoir si c'est le bon moment pour l'Algérie, et si c'est un homme qui aura les capacités de faire quelque chose. Personnellement, j'en doute fortement, mais j'espère me tromper. En tout cas, il n'est pas candidat pour gagner mais pour empêcher d'autres de passer au deuxième tour. Wellahou yaalam...

Myst
01/08/2013, 00h02
Nesta3raf bih ! Seul contre tous
Même sur le net on ne le lâche pas

Bachi
01/08/2013, 00h13
C'est le seul candidat à qui on peut faire vraiment confiance.
Malheureusement, l'Algérie n'est pas encore prête à de tels candidats.

katiaret
01/08/2013, 00h25
C'est le seul candidat à qui on peut faire vraiment confiance.
Malheureusement, l'Algérie n'est pas encore prête à de tels candidats.
cest le seul lapin désponible a ce moment :mrgreen:

ott
01/08/2013, 09h07
Lapin, lièvre, agneau...

Histo
01/08/2013, 09h22
Le soucis c'est que tout le monde lui reproche d'être passé par le système mais ...il y a quoi d'autre ?! ils sont tous des enfants du système lui au moins il a eu le courage de démissionner.

ott
01/08/2013, 09h49
Ce n'est aps ce que je lui reproche. Sors moi une phrase de ma part dessus. Je lui reproche au contraire un manque de résistance à la pression. Et dieu sait que le poste de président est une charge et une responsabilité énorme. Autre chose que je lui reproche, c'est de parler de démocratie et de nier l'intermédiation politique, corrolaire de la démocratie. Intellectuellement, politiquement, stratégiquement, c'est une erreur fatale. Car il ne pourra rien faire, si il n'est pas soutenu par des appareils politiques. S'il croit que les quelqeus généraux qui le soutiennent, et son score à l'élection présidentielle vont suffire pour faire le poids, il se met les doigts dans l'oeil...

mekssa
01/08/2013, 10h26
y-en-a marre de ces tranches de cake de ces girrouettes insatiable ,de ces charognards qui passent d'un extreme a autre qui sont la comme des hyènes . qui peut regretter tous ces vieux coyottes ? personne .mais malheureusement il sont toujours la!! pauvre de nous .

Myst
01/08/2013, 13h58
Le soucis c'est que tout le monde lui reproche d'être passé par le système mais ...il y a quoi d'autre ?! ils sont tous des enfants du système lui au moins il a eu le courage de démissionner.

C'est ce que certains lui reprochent justement, d'avoir démissionné et refusé de servir le système, d'être le larbin de bouteflika et son clan
On lui reproche de ne pas chercher après les pourritures qui composent le paysage politique Algérien, rejetés par le peuple
On lui reproche d'être soutenu par les militaires, et quand il le dément, bah on lui reproche de ne pas vouloir être soutenu par les militaires, et quand il déclare n'accepter que le soutien à son programme, on l'accuse à nouveau d'etre soutenu par les militaires....
Et enfin, on lui reproche d'être tout simplement candidat, parce qu'il pourrait faire de l'ombre à d'autres candidats

Bref, on lui reproche d'être compétent et clean

Histo
01/08/2013, 14h10
Bref, on lui reproche d'être compétent et clean

Yeap et à défaut de lui trouver des reproches on va dire qu'il manque de charisme et qu'il refuse de jouer avec les autres.

Nomad7
01/08/2013, 14h18
Qulequ'un pourrait me dire que fait Benbitour depuis sa démission en 2000 du gouvernement?
Est-t-il prof à l'unversité ou exerce un autre métier? Parce que sur Wiki il y a deux lignes le concernant.

elbieroi
01/08/2013, 16h07
C’est plutôt ces soit disant journalistes qui ne sont pas a la hauteur du débat. Leurs langages et leurs questions laisse vraiment à désirer. On dirait des propos d’un citoyen lambda de la rue, pas ceux d’un journaliste qui a fait son enquête et qui vient avec des questions ou des reproches bien précis.

« Il faut apprendre à parler avant de poser des questions »
Et j’ajouterai , se former et s’informer. La question posée ou le commentaire émis te dresse le profile de la personne.

« quand vous étiez dans le système vous ne cessez pas de dire que tout va à merveille dans le pays et maintenant qu’on vous a éjecté vous dites que le système est pourri et corrompu »

Il n’a pas été éjecté, il a démissionné. Et c’est effectivement pas une facon de parler a un candidat a la présidence, qu’est-ce qu’elle apporte au débat cette remarque ou cette question. Elle ressemble beaucoup plus a un reproche d’un citoyen lambda qu’a une question d’un professionnel.

Cela dit, il reste que Benbitour ne semble pas être un bon orateur et peut être même un mauvais communicateur. Deux critère très important dans la course a la présidence.

Cookies