PDA

Voir la version complète : La domotique


katiaret
20/08/2013, 03h47
La domotique
est l’ensemble des techniques de l'électronique, de physique du bâtiment, d'automatisme, de l'informatique et des télécommunications utilisées dans les bâtiments, plus ou moins « interopérables » et permettant de centraliser le contrôle des différents systèmes et sous-systèmes de la maison et de l'entreprise (chauffage, volets roulants, porte de garage, portail d'entrée, prises électriques, etc.). La domotique vise à apporter des solutions techniques pour répondre aux besoins de confort (gestion d'énergie, optimisation de l'éclairage et du chauffage), de sécurité (alarme) et de communication (commandes à distance, signaux visuels ou sonores, etc.) que l'on peut retrouver dans les maisons, les hôtels, les lieux publics, etc

Les domaines de la domotique
Les principaux domaines dans lesquels s’appliquent les techniques de la domotique sont :

le pilotage des appareils « électrodomestiques », électroménagers par programmation d'horaires et/ou de macro (suites d'actions programmées réalisées par les appareils électroménagers) définis par l'usager. Le déclenchement des appareils peut être aussi lié à des évènements (détecteurs de mouvement, télécommandes, etc.) ;
la gestion de l'énergie, du chauffage (par exemple, il est possible de gérer les apports naturels en fonction de l'enveloppe thermique du bâtiment), de la climatisation, de la ventilation, de l'éclairage, de l’ouverture et de la fermeture des volets (en fonction de l'ensoleillement ou de l'heure de la journée, par exemple), de l'eau (le remplissage de la baignoire peut s’arrêter automatiquement grâce à un senseur, les robinets de lavabos peuvent ouvrir l’eau à l’approche des mains, etc.). Il est également possible de recharger certains appareils électriques (ordinateurs, véhicules électriques, etc.) en fonction du tarif horaire (voir Smart grid) ;
la sécurité des biens et des personnes (alarmes, détecteur de mouvement, interphone, digicode) ;
la communication entre appareil et utilisateur par le biais de la sonification (émission de signaux sous forme sonore) ;
le « confort acoustique ». Il peut provenir de l'installation d'un ensemble de haut-parleurs permettant de répartir le son et de réguler l’intensité sonore ;
la compensation des situations de handicap et de dépendance.
Dans le cadre des suites à donner au Plan bâtiment du Grenelle de l'environnement et du PREBAT, un groupe de travail ,
doit faire pour 2011 des propositions concrètes pour favoriser l'innovation (technologiques, organisationnelle, financière, législative ou commerciale, ainsi qu'en matière de mesure, vérification, énergies fatales, assurance et certification) dans le secteur du bâtiment (un rapport intermédiaire
a été rendu mi-janvier 2001, avec 18 propositions et une incitation à passer du performentiel à l'exigenciel en termes de performance globale, ce qui nécessite d'impliquer tous les acteurs sur l'énergie mais aussi la santé, le confort et l'environnement). Une Plate-forme géothermie et bâtiments intelligents se met en place avec le pôle de compétitivité S2E2, le BRGM et le Technopole d’Orléans.

Domotique et environnement
La domotique utilise des TIC qui peuvent être très consommatrices d'énergie et de matières rares ou précieuses. Elle peut chercher à diminuer son empreinte écologique (« éco-domotique ») et celle de ses utilisateurs par un écodesign, en facilitant une meilleure maîtrise de la consommation énergétique de l'habitat, en améliorant l'efficience énergétique des installations, ou le pilotage automatique d'installations de production d'énergie (ex : association de panneaux solaires suivant le soleil, de « petit éolien » uniquement activé (pour limiter l'usure des pièces) quand les conditions de vent sont idéales et/ou pompe à chaleur activée quand le différentiel de température est idéal, etc.).
Les nouvelles normes de construction imposent une meilleure gestion de l'énergie. Ainsi, en France, depuis 2005, il est obligatoire de couper le chauffage lorsque l’on ouvre une fenêtre.
Depuis le 1er janvier 2013 la RT 2012 (issue du Grenelle de l'environnement commence à imposer aux nouveaux permis de construire l'affichage et la mesure des consommations d'énergie pour au minimum les 5 postes suivants : ventilation, climatisation, chauffage, éclairage, et production d'eau chaude sanitaire, ceci afin d'aider à ce que la norme de "50kW/m2/an" ne soit pas dépassée.
La domotique peut - par défaut, ou sur commande - conditionner l'éclairage et le chauffage d'une pièce, ou la mise en route de certains appareils à la présence ou non d'un occupant. Un groupe japonais, le Sekisui Chemical Group, vend déjà des « logements avec zéro frais d’électricité et de chauffage ».
L'Allemagne est aussi précurseur dans ce domaine avec de nombreux modèles de maisons passives (Passivhaus) notamment dans la région de la Bavière.
Avec le temps, la domotique tend à sortir de la maison et mettre en relation des unités d'habitation entre elles, avec un gestionnaire / propriétaire et/ou d'autres entités.
Ainsi, en France, dès les années 1990, des bailleurs sociaux (organismes HLM) utilisaient des outils de veille et de gestion techniques, administrative et financière à distance, pour leurs immeubles, via des « programmes d'interface de Domotique Collective ».
Le principal frein était
le manque d'interopérabilité entre des équipements produits par des fournisseurs différents (Dans ce cas, les interfaces de programmation, les interfaces d'immeubles (IDI) doivent pouvoir communiquer avec les interfaces de logements (IDL) et bientôt avec les smartgrid et autres réseaux communicants (par exemple dans la perspective de l'« internet de l'énergie » qui fonde la Troisième révolution industrielle telle que proposée par Jeremy Rifkin. En France, France Télécom a ouvert différents réseaux (RTC, TRANSFIX, TRANSPAC, TRANSVEIL, NUMERIS éventuellement câblés) permettant cette mise en réseau « intelligente ». La ligne téléphonique, puis l'internet tendent à devenir des support privilégié d'une « méta-domotique » interconnectée. Dans ce contexte, des questions éthiques et techniques se posent quant à la protection de la vie privée et des données personnelles.
wikipédia


gNutrUaCdEY

katiaret
20/08/2013, 03h51
Cela fait 30 ans qu'on parle de la maison intelligente, où en sommes-nous ?
Est-ce une fausse bonne idée ou est-ce l'avenir ?



PKgRtRcgLxA

safir57
20/08/2013, 16h38
Ca fait 10 ans que j'ais automatisé toute ma maison. Alarme, chauffage, elclairage int et ext, energie solaire, fermeture ou ouverture des volets tv, telephone video surveillance et plein d'autres applications que je rajoute quand je découvre des nouveautées. Tout ça avec un vieux pc que j'ais recyclé et beaucoup de matériel certains special domotique. Maintenant je ne peut plus me passer de mes gadgets, même en vacance au bled chaque jour je me connectais sur internet pour surveiller ma maison et ce qui ce passait dans ma rue.Au debut tout était hors de prix, mais maintenant avec internet c'est donnée sur certain sites chinois.

absente
20/08/2013, 20h00
J ai des amis qui ont leur maison equipee en domotique aussi. Je trouve cela pratique mais risqué aussi...en canne de panne d electricité ?..

Ce qui ma bcp durprise c est la gestion des applications via des ecrans installés dans divers endroits.
Celle que je n ai pas aimé l ouverture de la porte d entrée....bizarre comme accueil....
Les couloirs snt equipés de detecteurs de mouvements qui font que la lumiere s allume tout en avancant.

katiaret
21/08/2013, 15h03
risqué aussi...en canne de panne d electricité ?..



géniralement ces systhems sont équiper d'un ondulateus ou une auto géniratice de courants en cas de panne ou shute tension électrique

reste a savoir comment en fait ... en cas entretien et réparation ?

leonidas
21/08/2013, 15h11
7YXBYrpyfR4

Smir
10/05/2016, 13h53
Sujet très intéressant!!

Je m'adresse au initiés dans le domaine (professionnel ou passionné), cette technologie existe elle en Algérie? sinon est elle accessible pour un lancement en Algérie?

Cookies