PDA

Voir la version complète : Le successeur de Bouteflika sera un «Président de transition»


Page : [1] 2 3

morjane
24/08/2013, 14h37
Miloud Chennoufi est professeur au Collège des forces canadiennes, à Toronto, où il enseigne le leadership, la théorie des organisations et la dynamique du Moyen-Orient. Dans cet entretien, il analyse pour nous le moment politique actuel marqué par la maladie du Président, les prémices de l’après-Bouteflika avec, en perspective, la présidentielle de 2014. Miloud Chennoufi revient également sur la situation explosive en Egypte qu’il décortique à la lumière des derniers événements qui ont ébranlé le pays du Nil.

-Mustapha Benfodil : La maladie du Président alimente toutes les conjectures sur sa succession. Les meilleurs bookmakers ne seraient pas capables de nous sortir un nom qui serait «le candidat» du système. Comment s’annonce, de votre point de vue, cette succession ?


Miloud Chennoufi : Sur le plan humain, je souhaite longue vie au président Bouteflika. Nous disparaîtrons tous un jour, mais cette disparition précisément est celle d’une génération, pas seulement celle d’un homme. Quelqu’un de sa génération aura forcément plus de 75 ans. Dans le régime actuel, il y a beaucoup de responsables qui ont aussi des soucis de santé, il n’est pas le seul. Et c’est cela le drame. Un ancien diplomate algérien a parlé de «gérontocratie». C’est la réalité, alors que les Etats sont censés être dirigés par des hommes qui ont entre 40 et 50 ans. Qu’est-ce qui arrive actuellement du point de vue analytique ? D’abord, nous avons une classe politique complètement médusée qui ne sait pas ce qui se passe à l’intérieur du système. Il y a en ce moment un débat très sérieux au sein du système, simplement, il se passe à l’abri des yeux et des oreilles de tout le monde. Pas seulement l’opinion publique, mais également la classe politique qui est là, à attendre des signaux de la part du régime, du genre voilà où on va aller. Il est absurde que huit mois avant les élections, on ne connaisse pas les candidats à la présidentielle, que personne ne fasse de la mobilisation, que personne ne travaille sur le terrain. Il y a Benbitour qui essaie. Je ne dis pas que c’est le président qu’il faut pour l’Algérie, mais c’est le seul qui agit comme un candidat aux élections dans un système électoral normal. Bref, on attend donc des signaux. Même les acteurs politiques de l’opposition ne se croient pas capables de se présenter comme une alternative.


- Est-ce parce qu’ils savent que c’est verrouillé d’avance en se disant qu’il y a des forces occultes qui décident de tout, y compris des scores et des quotas ?


«Occultes», je n’utiliserais pas le mot puisque, pour le coup, on sait qui décide dans ce pays. Là, il n’y pas de suspense. On va nous sortir de la manche un nouveau nom qui peut-être va prendre de l’importance au fur et à mesure qu’il va exercer le pouvoir. Le problème est que si cette solution est retenue, le prochain mandat du nouveau Président sera aussi une transition. Pourquoi ? Parce qu’il ne sera pas l’émanation d’un mouvement, on ne connaîtra pas sa vision. Il va passer un à deux ans juste à asseoir son pouvoir. L’état d’expectative au niveau de la population va continuer, la contestation sociale, les conflits sociaux vont certainement se poursuivre. Le scénario le plus plausible sera d’engager une nouvelle période de transition pour régler un problème de transition. C’est ça qui risque de se produire.
Il importe de souligner ici une chose : vu qu’on a besoin d’une personnalité un peu hors du commun pour occuper le poste, cela pose un problème sérieux pour la transition. Les hommes hors du commun, dans un système comme le système algérien, on ne les fabrique pas. Ils sont sortis d’une circonstance historique exceptionnelle qui est la guerre de Libération nationale. Cela ne se produit pas tout le temps. Dans les régimes démocratiques — et même dans un régime non-démocratique comme la Chine où personne ne reste plus de dix ans à la tête de l’Exécutif — cela impose au système la préparation d’une pépinière, d’un vivier de futurs grands leaders. Ce n’est pas le cas en Algérie.


- Justement, vous qui enseignez le leadership, comment se fabriquent les leaders en Algérie ?


Malheureusement, c’est l’approche la plus archaïque qui est à l’œuvre, à savoir celle qui est basée sur les attributs personnels. On l’a vu quand on était petits. Celui qui prend l’initiative pour organiser les matchs, c’est lui le chef. Le problème avec l’approche des attributs est que le glissement vers l’autoritarisme et l’égocentrisme est très rapide. C’est la raison pour laquelle il faut d’autres approches. D’abord, il faut enseigner le leadership. Il faut l’enseigner dans les écoles de gestion, dans les écoles de commerce et aussi dans les départements de sciences politiques, à l’Ecole nationale d’administration et dans les collèges militaires. Or, on ne l’enseigne pas encore en Algérie. Tout ce qu’on a réussi à former, c’est des technocrates. Certes, on a besoin de technocrates dans les entreprises, dans les administrations publiques. On a toujours besoin des technocrates pour faire tourner le pays. Mais les technocrates ne sont pas des leaders. Ils ne sont jamais porteurs de vision. Et les régimes autoritaires ou semi-autoritaires ne peuvent tolérer que des gens qui, tout en étant compétents, n’imposent aucune vision.

On veut de la compétence et de la loyauté. C’est ce qu’on exige d’un technocrate. Encore une fois, c’est nécessaire. Mais parce que les transitions et le rajeunissement des élites sont importants, il faut toujours veiller à ce que, dans une entreprise, dans un club sportif, dans une association et à plus forte raison dans les rouages de l’Etat, on prépare des gens autour de la quarantaine qui puissent assumer des responsabilités stratégiques.

L’exemple que j’adore donner à ce propos est ce qui s’est passé en 2004 lors de la Convention démocrate aux Etats-Unis. John Kerry était le candidat des démocrates. Il avait des chances énormes de gagner contre Bush. Et dans la Convention, au moment où tout est concentré sur les élections qui allaient se dérouler quelques semaines plus tard, John Kerry a dû penser que c’était l’occasion de préparer le prochain candidat qui se présenterait dans huit ans. Il a ainsi accordé le «Keynote Speech» à un jeune sénateur de 42 ans, inconnu au bataillon, dont personne ne pouvait prononcer le nom. Ce jeune sénateur, c’était Barack Obama. Obama fait un discours tonitruant, devient une figure nationale, montre qu’il a du leadership. Quatre ans plus tard, il est président des Etats-Unis.


- Dans un entretien avec Mohamed Chafik Mesbah dans Le Soir d’Algérie, vous parlez de «militarisation du politique» et de «politisation du militaire». Comment voyez-vous l’évolution du couple politique/militaire depuis l’indépendance ? Que reste-t-il du fameux principe de Abane Ramdane, «primauté du politique sur le militaire» ? Pourquoi l’armée a-t-elle pris autant de place dans l’architecture du système politique algérien, selon vous ?


Je pense qu’il faut aller dans l’analyse d’une façon un peu plus profonde et évoquer deux éléments. Le premier est celui de la violence politique. A l’époque, il ne faut pas oublier que la violence a été imposée par le régime colonial. Le simple fait qu’une lutte armée soit engagée, que la violence prenne le dessus sur l’argument politique, on est déjà en train de donner plus de crédit aux militaires. C’est automatique. Deuxième élément : l’acteur politique n’est pas toujours conscient de la morale et de l’éthique politiques. Max Weber distinguait éthique de conviction et éthique de responsabilité. Le politique, généralement, se justifie en faisant toujours référence à l’éthique de conviction. Ces convictions peuvent être nationalistes, religieuses, démocratiques, libérales, tout ce qu’on veut. Pour Abane, c’était une certaine idée du gouvernement de l’Algérie indépendante : civil, moderne, en rupture avec les archaïsmes patriarcaux. C’est excellent. Mais ce qui est oublié là, c’est l’éthique de responsabilité, c’est-à-dire qu’on peut agir en fonction de nos convictions sans tenir compte des conséquences de nos actions. La réaction violente de la part des anti-Abane puise son origine dans une violence qui était dans la suprématie de l’éthique de conviction chez Abane. Et elle a été terrible.

Pour moi, ce qui a fait balancer, ces années-là, le rapport de force en faveur des militaires, c’est cette non-prise en considération de l’éthique de responsabilité. Et cela va rester comme trame de fond de l’évolution du système. Qu’est-ce qui s’est passé ? D’autres civils se sont appuyés sur des militaires pour régler des comptes avec des civils. C’est un peu comme si des civils disaient aux militaires vous êtes l’arbitre. Et les militaires ne vont pas se contenter, dans un contexte révolutionnaire, de dire on veut juste être les arbitres et vous donner le pouvoir.

Cette idée d’un pouvoir exécutif suprême s’appuyant sur une force armée date de l’indépendance. Le GPRA ne pouvait pas prendre le pouvoir parce qu’il ne pouvait pas s’appuyer sur une force armée. Après l’indépendance, si on prend trois présidents qui ont fait preuve de longévité, en l’occurrence Boumediène, Chadli et Bouteflika, on est frappé par le fait que le processus décisionnel dans le pays s’articule autour de la Présidence. Le président en Algérie, qu’il soit issu des forces armées ou non, n’a jamais été au service strict de l’armée. Ça c’est très important. Le pouvoir politique en Algérie repose sur trois piliers : la présidence de la République, le commandement militaire, c’est-à-dire l’état-major des forces armées, et les services de renseignement.

morjane
24/08/2013, 14h39
- Le FLN n’a jamais eu le moindre pouvoir ?


Ben Bella a essayé d’utiliser le FLN comme contrepoint aux forces armées. Le résultat, on le connaît. Boumediène en a fait un appareil et c’est resté un appareil. C’est un appareil dans la mesure où sa ligne n’est pas décidée à l’intérieur du parti ; elle est décidée ailleurs. On parlait donc de cette structure tripartite du pouvoir. La prise du pouvoir se fait toujours avec le soutien actif, soit du commandement militaire, soit des services de renseignement. Ce qui est frappant, c’est que le Président commence toujours à exercer ses fonctions dans un contexte où le rapport de force lui est le moins favorable. Mais au fur et à mesure qu’il s’installe dans son poste, il renforce son pouvoir et finit par dominer au moins une des deux autres composantes. Boumediène est le seul qui soit parvenu à dominer les deux.


- A quoi attribuez-vous l’inertie organique qui paralyse de grandes machines électorales comme le FLN et le RND ?


Parce que ce sont des appareils. Ils bougent lorsque la vision est décidée. Ils n’ont pas de vision eux-mêmes. Le drame est qu’il y a beaucoup de personnalités qui, elles, ne disent rien parce qu’elles ne veulent pas compromettre leur candidature et attendent qu’on aille les voir. Je suis certain que beaucoup de personnalités sont contactées à l’heure actuelle. L’idée est qu’une fois qu’on se met d’accord autour de quelque chose, on n’a pas à aller construire un appareil puis aller voir les gens. On met à sa disposition deux ou trois appareils avec, à la clé, le discours éculé de la «majorité présidentielle».


- Cela explique-t-il, d’après vous, cette attitude «attentiste» qu’on observe chez nombre de candidats potentiels ? Pourquoi ces personnalités ne se conduisent-elles pas en vrais professionnels de la politique au lieu d’être des «intermittents de la politique» qu’on ne voit que dans les rendez-vous électoraux ?


D’abord, les gens qui côtoient le pouvoir savent comment il est structuré et comprennent que la volonté d’un seul homme ne peut pas changer l’état des choses s’il n’y a pas derrière l’un des trois pôles. D’autre part, c’est leur culture politique. Ils sont d’accord avec cela. Le groupe te dépasse en tant qu’individu. Tu ne peux pas créer une nouvelle dynamique. Le drame est que c’est juste une génération qui n’a pas voulu préparer de nouvelles générations aux fonctions suprêmes.


- Quelle appréciation faites-vous de ce qu’on appelle les forces libérales ou modernistes ? Pourquoi ces forces n’arrivent-elles pas à fédérer leurs énergies autour d’un projet politique unifié, une stratégie électorale commune, voire une candidature commune ? Faut-il y voir une guerre de leadership ?


Absolument ! Tu peux être un grand leader, un grand homme politique et te dire : ce n’est pas mon heure. Ou : dans l’intérêt du pays, on va s’unifier derrière quelqu’un. C’est un signe de grand leadership. Le problème est que «leader» chez nous est conçu comme un patriarche qui va se comporter ensuite comme un monarque. Dans un contexte comme le nôtre, être à la tête de quelque chose, c’est imposer sa volonté à tout le monde. Donc personne ne veut être n°2. Et il est lamentable de constater que chez les progressistes, les modernistes, les libéraux et autres gens de gauche, il y a toujours ce genre de rivalités. Même les plus progressistes s’avèrent être des néo-patriarcaux. Il faut que nous ayons un peu moins de politiciens et un peu plus d’hommes d’Etat en germe. Des hommes d’Etat, on n’en a tout simplement pas.


- Et qu’en est-il du camp islamiste ?


Les islamistes algériens sont des Algériens d’abord. La facilité avec laquelle on peut les faire imploser témoigne aussi de la force de l’aspect patriarcal dans leur culture politique.

Mais en parlant des islamistes, il y a quelque chose de particulier en Algérie comparé au Maroc, à la Tunisie ou même à l’Egypte. Les Frères musulmans n’ont jamais été les plus populaires chez nous. Ils ont toujours été très élitistes. Ce sont les salafistes qui ont été les plus acclamés, et c’est notre malheur parce qu’ils sont venus avec la version la plus extrémiste du projet islamiste. Les Frères musulmans, en Algérie, ont trempé en plus dans les affaires. Le danger est qu’ils espèrent être portés par une vague extérieure. Mais après ce qui s’est passé en Libye et surtout en Syrie et en Egypte, je crois qu’ils devraient se calmer. Les islamistes ne sont pas une fatalité. L’alternative qu’ils ont prétendu être, on la voit aujourd’hui.



- Même l’exemple le plus parfait, celui de la Turquie, le glissement autoritaire s’y est manifesté de manière lamentable récemment.
A l’aune de ce qui se passe dans le Monde arabe depuis deux ans, quel impact cela pourrait-il avoir, selon vous, sur la dynamique du changement pacifique en Algérie ? La crise politique que traversent les pays dits du Printemps arabe, notamment l’Egypte, pourraient-il renforcer l’autoritarisme du régime algérien ?


J’ai écrit un papier là-dessus en réponse à une question qui m’était posée, à savoir : pourquoi il ne se passe rien en Algérie ? J’ai répondu en disant : 1) Il y a des choses qui se passent en Algérie. 2) Ce que vivent ces pays, nous l’avons vécu et ils vont échouer parce que ça va finir dans un bain de sang, donc cela crée une réalité où il en faut un peu plus pour convaincre les Algériens de sortir dans la rue et tout remettre en cause.

Qui plus est, l’ouverture économique sauvage a fait en sorte que la notion d’intérêt change. Le citoyen vous dira qu’est-ce que je gagnerais là-dedans ? Il faut que j’y trouve mon intérêt et tout de suite, parce que je vois qu’il y a des multimilliardaires dans ce pays. Je ne veux pas me battre pour que d’autres continuent à faire des milliards. Sinon, pour sortir casser, c’est ce qu’on fait. Mais efficacité politique, zéro. J’ai fini l’article en disant qu’en Algérie, il se passera quelque chose si les expériences démocratiques dans les autres pays aboutissent. Et là, on a tout un éventail de possibilités. En Syrie, c’est un chaos désastreux. Un autre chaos, c’est la Libye, c’est l’Egypte.

Et puis, il y a la Tunisie. L’exemple de la Tunisie est très intéressant. Il faut être très attentif à la manière dont les choses vont évoluer dans ce pays. J’estime qu’il faut étudier ces expériences et éviter les erreurs qui y ont été commises, et qui se rapportent toujours à la dichotomie : éthique de conviction VS éthique de responsabilité.

Il faut également méditer l’action passionnante de grands hommes et de grandes femmes comme Mandela en Afrique du Sud et Ann San Suu Kyi en Birmanie, où on y va doucement, avec une vision claire de là où on va.

On a le choix entre cela ou la continuation, au mieux, de la situation de blocage dans laquelle nous sommes aujourd’hui. Le contrat social à construire dans l’avenir doit reposer sur l’idée que l’Algérie appartient à tout le monde. Le Monde arabe doit se réconcilier avec l’idée de sa propre pluralité. Ce qui empêche de voir que nous sommes différents, que nous sommes pluriels, est que chacun reste emmuré dans ses convictions et veut que tout le monde lui ressemble. Il faut un nouveau consensus qui soit basé sur la différence.

En Algérie, on a tendance à dire que si le régime tombe, ce serait le paradis le lendemain. Ce n’est pas vrai. Je n’ai pas de sympathie particulière pour le régime actuel. Je crois à la nécessité du changement, mais j’y crois à la manière de Mandela et de Ann San Suu Kyi, pas à la manière du Conseil national syrien.

Bio-express :
http://www.elwatan.com/images/2013/08/24/chenoufi_1738927_465x348.jpg
Miloud Chennoufi a fait des études d’économie à l’université d’Alger avant de s’installer au Canada en 1997. En 1999-2000, il enseigne à HEC Montréal. Parallèlement, il prépare une maîtrise en économie appliquée et en management. Son mémoire soutenu à HEC Montréal, qui s’intitule « Prolégomènes à une théorie critique des organisations », est dédié à la mémoire des journalistes algériens assassinés lors de l’attentat de la Maison de la presse le 11 février 1996. Miloud Chennoufi avait lui-même exercé comme journaliste, notamment au Soir d’Algérie, à Liberté et au quotidien La Tribune. L’invasion de l’Irak en 2003 le décide à quitter le domaine économique pour s’engager dans les sciences politiques. Il soutient une thèse de philosophie politique en janvier 2008, à l’université de Montréal, sous le titre «Herméneutique du discours savant de la guerre». Depuis 2009, Miloud Chennoufi est professeur au Collège des forces canadiennes, un collège d’état-major avec un corps professoral civil dédié à la formation d’officiers supérieurs. Il y enseigne le leadership, la théorie des organisations et la géopolitique du Monde arabe.


Mustapha Benfodil-El Watan

katiaret
24/08/2013, 15h07
ces le bon moment de passer le flombo a une perssonne du deusieme géniration

éliamine
24/08/2013, 21h04
Si le clan Bouteflika remporte le quatrième mandat, serait pire que le scénario égyptien.la situation d’aujourd’hui rappelle tragiquement celle de décembre 1991 avec, à la place des militants du FIS, un adversaire tout aussi redoutable, tout aussi pervers, peut-être plus cruel que l’islamisme : le système Bouteflika soudé autour de la prédation, bloc uni par la forfaiture.

Toute élection organisée dans les conditions actuelles, sous cet État otage des forces prédatrices, reconduirait, pour cinq autres années, corrupteurs et corrompus à la tête du pays. Les présidentielles de 2014 seraient alors les funérailles de l’Algérie. Personne ne pourra dire : "je ne savais pas" et ceux qui s'aventureraient à prendre part à cette mascarade électorale auront contribué à tenir le couteau qui égorgeait leur mère.

Il semble bien, hélas, que nous y sommes. L'imminente désignation de Saadani à la tête du FLN veut bien dire ce que nous refusons de voir en face : comme en 2004 et 2009, la décision de reconduire Bouteflika est prise par de puissants lobbys d'argent, au mépris de toute souveraineté nationale. Il est clair que ceux que l'on appelle les "décideurs", ne sont pas, ne sont plus, ceux que l'on croit. Pour asseoir son pouvoir absolu, Bouteflika a déplacé le centre de gravité du pouvoir algérien avec l'aide de groupes de pressions qui, de facto, gèrent l'Algérie à leur guise. Ce fut au prix de l’hécatombe nationale que s’est concrétisée, en toute conscience, la politique antinationale de ses trois mandats. Et c'est pour maintenir la prédation, quitte à aggraver l'hécatombe nationale que le quatrième mandat est déjà l’affaire des forces prédatrices formées par ces milliardaires de l’informel et la pègre pétrolière internationale installés au coeur de l’État et dont Saadani est le cheval
Le drame, c’est qu’il ne reste presque plus rien à voler que les os de cette pauvre Algérie.

Au cours du règne despotique de Bouteflika, il a été détourné l’argent du présent et celui du futur. Les hydrocarbures ont été si outrageusement pompées qu’il ne devrait plus rien rester dans le sous-sol d’ici 2030, date à laquelle nous serions 50 millions d’Algériens, tous, théoriquement, voués à la misère et au chômage puisque Bouteflika aura épuisé les réserves pétrolières sans doter la maison Algérie d’une économie diversifiée pouvant prendre la relève du pétrole et du gaz naturel.
L’avenir, si le clan Bouteflika remporte le quatrième mandat, serait pire que le scénario égyptien.

katiaret
24/08/2013, 22h19
si le clan Bouteflika remporte le quatrième mandat, serait pire que le scénario égyptien

alah yastar

en va dir le roix boutef :evil: une vrais catastrof pour l'avenir de la démoncratie et les jeunnes géniration algeriens !

Megane
24/08/2013, 22h26
Si le clan Bouteflika remporte le quatrième mandat, serait pire que le scénario égyptien.la situation d’aujourd’hui rappelle tragiquement celle de décembre 1991

Si avec tout ce que nous avons vécu on recommence la même erreur on mériterait ce qui pourrait nous arriver :rolleyes:

ott
25/08/2013, 06h11
Un Eliamine qui élabore des scénarios politico médiatiques pour masquer les rapports de forces qui se disputent la succession, et masquer le choix malheureux des "innombrables poulains du DRS, qui n'attendent que l'approbation des puissances étrangères" dit il, avec à leur tête un Ouyahia, soldat de l'Algérie comme il aime à se présenter, mais dont le passif et même l'actif est loin de lui permettre autant d'ambitions...

Alors, qu'est ce qui se passe, la retraite tunisienne donne de la mort dans l’âme, nos anciens amis nous ont lâchés, et la "résurrection" d'un Bouteflika, qu'on avait annoncé pour mort, biologiquement puis politiquement, fait craindre des représailles après tant de dérapages!!!! Il est étonnant de voir le virage de certains, sur des sujet critiques, en à peine 3 mois. C'est une autre preuve, si besoin est, de la faible dimension politique de certains, pour ne pas dire de l'insignifiante dimension politique de spécialistes des échafaudages médiatico politiques, je préfère l'expression d'experts en pilotis logis...

A entendre certains, la libéralisation du commerce extérieur date de 1999 et pas de 1989, à entendre certains, les fortunes qui se sont constitués depuis 1989 étaient celle de grands business man, rompus à l'économie de marché, à la compétition, à la concurrence, et pas la nomenclatura politique issue de certaines corporations pré sélectionnées, et ses proximités amicales, familiales, ou plus simplement, de noms (les prêtes noms notoires) qui se sont mis ouvertement à faire du business sur le dos des milliers de morts par le terrorisme, on ne pouvait contester ces prébendes, quand l'algériens ne savait pas s'il allait rentrer sain et sauf auprès de sa famille le soir. Ces mêmes héros de la distribution des produit de base, des médicaments, à ligne de crédit inépuisables, reconvertis en capitaines d'industrie, ont encore du mal avec la concurrence, qu'elle soit économique, médiatique ou lobbyiste. Le monopole ou des oligopoles stables sont toujours plus confortables... pour ces chantres du patriotisme, sic, du patriotisme du compte en banque oui... yakhi tmaskhir....

Nuit_Bleue
25/08/2013, 07h44
Si le clan Bouteflika remporte le quatrième mandat,

2 Possibilités :

1) s'il passe c'est qu'il y a eut magouille ...:evil:
2) s'il passe par la volonté du peuple, c'est qu'on est vraiment des idiots, faudra pas venir se plaindre :twisted:

éliamine
25/08/2013, 10h47
on parle pas d'une candidature de Bouteflika, mais du passage en force d'un candidat soutenue par son clan et qu'on affublera du titre de candidat du consensus.
D que Ott est parmi nous on a droit à la théorie fumeuse du DRS omnipotent permettant ainsi à fakhamatouhou et son clan de se draper dans les habits de protecteur des droits de la veuf et de l'orphelin contre le méchant DRS assoiffé de sang. Quelle blague.

MOUVEMENT DILOMATIQUE FINALISE : le DRS tenu à l'écart de la décision

Publié le jeudi 22 août 2013 21:35
Écrit par Ali Graïchi pour www.***************.com

Un mouvement diplomatique d‘ampleur vient d’être finalisé. La liste est scrupuleusement gardée au niveau du vieux Rahal, fidèle parmi les fidèles de Bouteflika.

Deux raisons ont conduit au secret qui entoure l’opération. La première est que le chef de l’Etat ne veut pas provoquer le très actif syndicat des fonctionnaires des affaires étrangères qui exige une application stricte de la circulaire Sellal, interdisant toute nomination de diplomates âgés de plus de 60 ans à un poste d’ambassadeur.
La deuxième est que, pour Said Bouteflika, Rougab, secrétaire particulier du chef de l’Etat, n’est plus fiable, il faut donc que les services de la présidence soient shuntés.

Du coup, seuls Said Bouteflika, Rehal, le ministre des affaires étrangères et le chef de l’Etat sont associé à l’élaboration du mouvement.

Fait notable, le DRS, dont l’avis a toujours été déterminant dans ce genre de listing, a été éliminé de la décision. C’est la deuxième contrevenue qu’essuient les services spéciaux en une semaine après avoir été obligé de lâcher Belayat qu’ils avaient chargé de faire de l’obstruction en paralysant le comité central du FLN pour éviter le retour des pro-Bouteflika.

Ali Graïchi

voila à quoi est réduit le redoutable DRS à l'impuissance.

zaki123
25/08/2013, 12h59
le Coran l'avait déja trancher
''wa ourouhoum choura bynahoum--''

ce verset était notre base de travail avant l'arrivée chez nous des croisés qui ont chamboulé..
le coran ordonne au chef le grand président qui a acquis avec ces main la main en l'occurrence notre prophète 20 ans de guerre et lutte politique cnotre plusieurs front juif chretien salomine djinn barabre a3rabes voyou colporteur hypochlorite dans son clan, ...
le prophète ordonne a tout le monde d'appliquer la choura..allez y discuter du sujet et lorsque vs entendiez sur une solution venez me voir et on va essayer de l'appliquer..
un président d'Algérie que pourra t'il faire pour une commune perdue a 2000 mètre et enfuie entre 2 commune sur les aures ou a coté de l'atlas a coté du Maroc ou tambouctou..

moi je siégeais dans un conseil..tous des renégats hypocrite qui font la prière du vendredi et qui font tout..ya que les alcooliques et communiste que j'ai trouvé avec un petit nif et se contente de leurs salaire..
chaque fois que le vois allez courir vers la mosquée cette dernière me parait devenu une toilette publique..un sale qui entre dans une mosquée avec sa saleté intérieur..au lieu de la poser chez lui dans son appretment il va jusqu'a la mosquée descend son pantalon et la pose sans prendre la peine de jeter de l'eau derrière lui..je me demande ce qu'attend le gouvernement de fermer les toilette dans les mosquée....celui qui a aucun respect pour la moSquée comment voulez vous qu'il respecte la population et obéit au lois du gouvernements?? tfou

zen.man
25/08/2013, 13h39
L'imminente désignation de Saadani à la tête du FLN veut bien dire
C’est la deuxième contrevenue qu’essuient les services spéciaux en une semaine après avoir été obligé de lâcher Belayat
Chacun l'avait remarqué. Ca annonce en effet le déclin du DRS. Il s'est fait prendre celui qui croit prendre. Toufik a perdu le jour où il avait donné son accord pour le 3e mandat. Après avoir mis au pas l'armée, il y va de soi que Boutef se pencherait sur le DRS.

zaki123
25/08/2013, 14h00
Ni FLN NI DGSN NI ARME NI DRS

Chacun retourne a son poste de travail se contente de son salaire...

il faut activer le rôle des commune et instaurer la choura selon no tradition millénaire..les grandes villes seront partagé en petite commune. la réunion du maire sera quotidienne avec les gens de son circonscription.. bon maintenant si le FLN désire participe a ces réunions ou se négocie le budget de la commune, qu'il le fera mais sans utilisé ''je suis moujahede je suis fis du moujahide je suis le fils de betartoure l et bentratoura..tu t'assoie comme tu le monde et tu applique ce que la majorité ont décidé''si tu fais les grabuges ils appelent la gendarmerie et te font traduire devant un juge pour obstruction..

Ednom
25/08/2013, 15h31
chacun essaiera de placer le sien :razz:

on connait déjà les futurs candidats ... il reste juste le consensus :rolleyes:

faites vos jeux :)

katiaret
25/08/2013, 16h06
on connait déjà les futurs candidats ... il reste juste le consensus :rolleyes:



ce qui le plus sur se n est pas le clan de boutef, ils ont perdu la confiance du peuple

Ednom
25/08/2013, 20h44
ce qui le plus sur se n est pas le clan de boutef, ils ont perdu la confiance du peuple

les enquêtes et ce qui parait dans la presse remonte petit à petit à son frère et ça va faire grand bruit grand scandale, c'est là ou le parrainage de quelqu'n de proche de la clique intervient "SELLAL" ... pour ne pas être touché ainsi que leurs intérêts.

ott
26/08/2013, 06h09
@Eliamine

Avec toi, on passe à indécence et l'amnésie sélective. Ce n.est pas toi qui affirmait que TSA raccontait n'importe quoi, notamment concernant l'entrevue entre Toufik et Ouyahia, ce n'est pas toi ensuite qui nous affirmais que le DRS avait sélectionné plusieurs poulains, et que seul l'habilitation des puissances étrangères manquait. Ce n'est pas ensuite toi qui saluait le limogeage de l'ambassadeur à Paris, proche de Bouteflika, au moment où son ami président était en convalescence dans cette capitale, au mépris de la constitution, et d'un minimum de respect des institutions et des hommes. Ce même poste qui constitua le point d’achoppement entre le président et Toufik, au point d'avoir une bizarrerie diplomatique, un ambassadeur officiel, et un ambassadeur officieux, en l’occurrence Bedjaoui, ancien ambassadeur officiel à Paris, et conseillé plénipotentiaire, représentant du président dans cette capitale si stratégique. Le top du mépris, fut la divulgation du plus grand mouvement diplomatique depuis l.indépendance, par voie de presse, par El Khabar, sans que les concernés eux mêmes ne soient informés, et encore moins les chancelleries internationales, au mépris de toutes les règles d'usage, pour un simple objectif, dire au monde chkoun rab edzair... Pas étonnant de lire des papiers de ce genre sur TSA après autant d'outrage.

Quant au candidat Bouteflika pour 2014, probablement Sellal, il a des chances de passer, mais la partie est loin d’être gagnée, du fait d'une élection à 2 tours, et d'un jeu d'alliances qui va etre déterminant...

éliamine
26/08/2013, 12h48
Tout d'abord la source n'est pas TSA, mais algeriexpress. Deuxièmement, l'ambassadeur à Paris n'est pas Bejaoui mais Sbih. Faire appelle au respect des institutions et de la constitution alors même que le régime despotique de fakhamatouhou est composé de gangsters sans foie ni lois ne respectant ni les institutions ni la loi. Donc pourquoi vouloir imposer à d'autre une étique et des règles, que les plus puissants des proches de fakhamatouhou ignorent. Tout le monde doit jouer avec les même règles, machi hrame 3lik et hlal 3liya
Tu fais preuves d'une telle naïveté mais est ce vraiment de la naïveté ou de la malhonnêteté intellectuelle : tu crois à un second tour pour les présidentielles, alors que tout indique que le clan de fakhamatouhou fera passé son poulain D le premier tour et ceci avec un score confortable, on ne change pas une recette qui a bien marché depuis plus de 10 ans. Vraiment arrète de intéresser à des choses qui te dépasse.

Ednom
26/08/2013, 13h56
... pour ma part je vois cette présidentielle très serrée "à deux tours", rien n'est joué vu la crise qui secoue FLN et RND..., et vu le parrainage des uns et des autres .... remaniement ministériel, changement de la constitution .... d'ici octobre tout sera visible.

absent
26/08/2013, 15h07
Et pourquoi donc, juste de transition? veulent ils la fitna et l'instabilité en Algerie?

Pangeen
26/08/2013, 15h27
Et pourquoi donc, juste de transition? veulent ils la fitna et l'instabilité en Algerie?

En théorie, un passage par une période de transition est nécessaire pour assainir le système avant toute organisation d'élection libre, démocratique et transparente.

En réalité, le système ne cherche qu'à durer en nous faisant croire qu'il y aura des changements à travers cette transition. Cette " chimère " dure depuis 1990.

P.

mister-T
26/08/2013, 15h42
je suis plutôt optimiste pour l'après 2014 non pas parce que le prochain président sera un sur-homme réformiste l'homme providentiel n'existe pas et n'existera jamais , mais bien parce que le système boutesrika qui à précipiter le pays vers le chaos tombe en ruine

Massnsen
26/08/2013, 15h54
Algérie, le pays de l'éternelle transition. Depuis 1962 on est en transitions, des gamins sont nés dans la transitions, aujourd'hui édentés et avec des cheveux blancs, ils sont toujours en transition.

Tant qu'il y aura du pétrole et du gaz, la transition continuera pour le plus grand malheur de la populace qui n'a que les dirigeants qu'elle mérite.

éliamine
26/08/2013, 16h19
pour ma part je vois cette présidentielle très serrée "à deux tours", rien n'est joué vu la crise qui secoue FLN et RND..., et vu le parrainage des uns et des autres .... remaniement ministériel, changement de la constitution .... d'ici octobre tout sera visible.

comme si les décisions se prenaient au sein du FLN et du RND. Cette soit disant crise n'est la que pour amuser la galerie, les décisions se prennent dans d'autre endroit, dans les bureaux feutrés de la présidence ou de l'administration, dans des villas cossues de Hydra et El Biare, dans les chalets huppés de la cote ouest algéroise, dans les hôtels 5 étoiles de Paris, Londres, Genève ou Washigton, mais certainement pas dans les coquilles vides que sont le FLN et le RND.

katiaret
26/08/2013, 17h18
mais certainement pas dans les coquilles vides que sont le FLN et le RND.
il ya toujour des gens de lombre et les colis , a cette période tous le monde ce cash est atend le bon moment

ott
26/08/2013, 17h51
Tout d'abord la source n'est pas TSA, mais algeriexpress. Deuxièmement, l'ambassadeur à Paris n'est pas Bejaoui mais Sbih. Faire appelle au respect des institutions et de la constitution alors même que le régime despotique de fakhamatouhou est composé de gangsters sans foie ni lois ne respectant ni les institutions ni la loi. Donc pourquoi vouloir imposer à d'autre une étique et des règles, que les plus puissants des proches de fakhamatouhou ignorent. Tout le monde doit jouer avec les même règles, machi hrame 3lik et hlal 3liya
Tu fais preuves d'une telle naïveté mais est ce vraiment de la naïveté ou de la malhonnêteté intellectuelle : tu crois à un second tour pour les présidentielles, alors que tout indique que le clan de fakhamatouhou fera passé son poulain D le premier tour et ceci avec un score confortable, on ne change pas une recette qui a bien marché depuis plus de 10 ans. Vraiment arrète de intéresser à des choses qui te dépasse.


Normal, quand on ne publie pas les references des articles... et donc algerie express devient a tes yeux biens sur plus fiable que TSA!!!!

Quand on a la pretention de corriger les autres, il faudrait verifier un temps soit peu les informations. Je parlais bien de M. Bejaoui, qui a ete conseille plenipotentiel avec le predecesseur de M. Sbih, M. Ghoualmi, et qui etait auparavant ambassadeur a Paris, et a constitue lors du premier mandat de Bouteflika un ambassadeur bis a Paris...

Il est amusant de lire les justifications ridicules de gens qui operent hors des lois, sans s'en cacher pour autant. Ce Bouteflika, et sa clique, qui l'a ramene en 1999, puis qui l'a aide a se faire reelire en 2004, au momemt ou le consensus de 1999 etait disloque.

Depuis que je parle de 2014 dans ce forum, je confirme qu'il y aura 2 tours pour cette election. Qui vivra verra. Le reste ne merite pas plus de commentaires, si ce n'est que tes affirmations precedentes, sur les candidats du DRS, qui n'attendaient que la formalite de l'homologation internationale est du meme accabis que toutes les conneries que tu repetes a longueur de journee ici et la...

Ednom
26/08/2013, 18h45
comme si les décisions se prenaient au sein du FLN et du RND. Cette soit disant crise n'est la que pour amuser la galerie, les décisions se prennent dans d'autre endroit, dans les bureaux feutrés de la présidence ou de l'administration, dans des villas cossues de Hydra et El Biare, dans les chalets huppés de la cote ouest algéroise, dans les hôtels 5 étoiles de Paris, Londres, Genève ou Washigton, mais certainement pas dans les coquilles vides que sont le FLN et le RND.

le FLN et le RND annoncent la couleur ;) .... c'est les instruments du système et c'est par eux qu'on neutralise l'administration ... tant les élus sont pour la majorité FLN et RND :)

du coup celui qui est à la tête ou plébiscité par l'un de ces partis et spécialement le FLN aura de grande chance de l'emporté ..... c'est pour rien que BOUTEF... est président d'honneur du FLN et plébiscité par le RND.

éliamine
26/08/2013, 19h52
Quand on a la pretention de corriger les autres, il faudrait verifier un temps soit peu les informations. Je parlais bien de M. Bejaoui, qui a ete conseille plenipotentiel avec le predecesseur de M. Sbih, M. Ghoualmi, et qui etait auparavant ambassadeur a Paris, et a constitue lors du premier mandat de Bouteflika un ambassadeur bis a Paris...

Il est vrai que déformer la réalité est une seconde nature chez toi. Bejaoui donc était un ambassadeur bis à Paris pour contrer Ghoualmi. Alors que si tu étais un peu au fait des choses, tu aurais du savoir que quand, Bejaoui était ambassadeur de France pendant les années 70 son adjoint n'était autre que Ghoualmi, donc ces deux la se connaissent très bien et couvraient les frasques parisiennes de leur supérieur fakhamatouhou. Ghoualmi fait parti du clan de fakhamatouhou, il ya qu'à voir son role qu'il a joué dans la reconduction de fakhamatouhou en 2009. Enfin Bejaoui à partir de 2002, était président du conseil constitutionnelle, donc je voie pas comment il aurait pu joué un tel rôle à partir de cette date.

Hibiscus
26/08/2013, 20h31
Le successeur de Bouteflika sera un «Président de transition» (http://www.algerie-dz.com/forums/showthread.php?t=288774)Le vrai titre pourrait facilement etre:

Le successeur du président de transition sera un «Président de transition» (http://www.algerie-dz.com/forums/showthread.php?t=288774)

absent
26/08/2013, 20h44
Pangeen

Une période de transition servira à chauffer le peuple, pour qu'il se révolte, le Vide tue et tu le sais, ils veulent donner une période vide aux Algeriens pour qu'ils se révoltent
C'est un complot

Ichweiter
27/08/2013, 00h57
Si avec tout ce que nous avons vécu on recommence la même erreur on mériterait ce qui pourrait nous arriver :rolleyes:
les decideurs c'est pas vous. mais une casste militaire et clanique. désolé de le dire.

Cookies