PDA

Voir la version complète : Benflis annoncera sa candidature dans quelques jours


katiaret
05/01/2014, 09h16
Son directeur de campagne, Abdelkader Sallat, l’a confirmé hier à Sour-El-Ghozlane :

Le comité de soutien à la candidature d’Ali Benflis poursuit son forcing au niveau de la wilaya de Bouira. Hier, et pour la deuxième fois, un autre meeting a été organisé dans la salle des fêtes de la ville de Sour-El-Ghozlane avec, cette fois-ci, un invité de marque, en l’occurrence le futur directeur de campagne d’Ali Benflis, Abdelkader Sallat.
Devant des centaines de personnes de tous âges venues des quatre coins de la région de Sour-El-Ghozlane, l’ex-ministre de la Justice sous le gouvernement d’Ali Benflis n’a pas tari d’éloges sur son compagnon de route qui ont fait ensemble leurs débuts dans le monde de la magistrature, avant de se voir confier, lorsque Ali Benflis accédera au poste de chef du gouvernement, le ministère de la Justice et de la Réforme pénitentiaire. Aussi, lors de son intervention, Abdelkader Sallat, et après avoir brossé le passé révolutionnaire de la famille des Benflis qui a perdu huit membres durant la guerre de Libération nationale dont son père et son frère, s’est attardé sur le parcours militant et politique d’Ali Benflis. «Vous savez, un homme politique est un parcours, une personnalité et un programme.
Ali Benflis est de ceux-là», dira sous des applaudissements l’orateur qui a rappelé le parcours irréprochable de Ali Benflis surtout durant toutes ces années où il a eu à exercer de hautes fonctions de l’Etat. Il est parmi les rares personnalités étatiques qui n’ont jamais accepté de demeures autres que celles qu’elles ont acquises avec leur propre sueur. Ali Benflis, même quand il était chef du gouvernement, habitait sa demeure familiale ; jamais il n’avait accepté d’habiter les villas huppées du Club-des-Pins.
Pour l'intégrité morale du futur candidat à la présidentielle, Abdelkader Sallat, qui a été à maintes reprises applaudi tellement les témoignages qu’il livrait venaient du fond de son cœur, dira qu’Ali Benflis avait démissionné de son poste de ministre de la Justice car il avait refusé de signer un décret portant création des camps d’internement de Reggane où le pouvoir de l’époque voulait mettre les militants de l’ex-FIS sans aucun jugement. Chose que refusera catégoriquement Ali Benflis qui a préféré quitter son poste que d’accepter un acte contraire à ses principes et aux principes universels de la justice qui voudraient que «toute personne est innocente jusqu’à preuve de sa culpabilité». D’autres faits marquants de la vie politique d’Ali Benflis ont été également cités comme sa participation à la création de la première Ligue algérienne des droits de l’Homme, le poste de secrétaire général du FLN qu’il a assumé avec abnégation, ou encore celui de chef du gouvernement dont il était à la hauteur, avant d’arriver aux élections présidentielles d'avril 2004 qui se sont déroulées dans les conditions que tout le monde sait, puis le silence qu’Ali Benflis s’était imposé tout en suivant de près l’évolution de la scène politique nationale et internationale. «Aujourd’hui, dira Abdelkader Sallat, c’est imprégné de toutes ses expériences que Ali Benflis, qui a diagnostiqué tous les problèmes qui rongent le pays, depuis la corruption qui le gangrène aux multiples scandales qui affectent la crédibilité de l’Etat comme Khalifa et Sonatrach, les crises multisectorielles qui touchent aussi bien la santé, que l’éducation ou encore, l’habitat, les travaux publics, l’enseignement supérieur, etc., a tracé un programme qui répond à toutes les aspirations du peuple algérien».
«Un programme dont le point nodal sera la justice, la justice ensuite la justice», dira encore Abdelkader Sallat qui précisera que ce programme sera rendu public à l’occasion de l’annonce officielle de la candidature d’Ali Benflis qui aura lieu dans les tout prochains jours, en présence de la presse nationale et internationale.
«Un programme annonciateur d’un véritable changement et qui se fera avec un homme intègre et le plus indiqué pour diriger le pays dans la situation actuelle», dira enfin l’ex-ministre de la Justice qui donnera rendez-vous aux présents le 18 avril prochain pour fêter la victoire et crier ensemble Benflis Président !»
Y. Y.
le soire dalgerie 05/01/2014

mohoo
05/01/2014, 09h22
Faire du neuf avec du vieux !
Il faut un changement radical.

Pangeen
05/01/2014, 11h16
Faire du neuf avec du vieux !
Il faut un changement radical.

Il n'y a aucune force bien structurée qui soit en mesure d'imposer un changement radical. Telle est la réalité du terrain.

L'option BENFLIS est à regarder avec considération pour une transition sans trop de grabuge.

Imposer un changement radical, c'était possible en 2001 malheureusement, la société n'avait pas répondu présent à l’échelle nationale. Le manque d'un engagement national avait permis au pouvoir despotique de s'offrir les services de certains délégués pour enterrer le mouvement populaire et citoyen né en Kabylie.

P.

born_hittiste
05/01/2014, 11h22
Il n'y a aucune force bien structurée qui soit en mesure d'imposer un changement radical. Telle est la réalité du terrain.

L'option BENFLIS est à regarder avec considération pour une transition sans trop de grabuge.

Imposer un changement radical, c'était possible en 2001 malheureusement, la société n'avait pas répondu présent à l’échelle nationale. Le manque d'un engagement national avait permis au pouvoir despotique de s'offrir les services de certains délégués pour enterrer le mouvement populaire et citoyen né en Kabylie.

P.

tout a fait d'accord sur l'analyse avec une petite réserve sur l'option. intellectuellement Hamrouche est plus apte pour ce poste.

BeeHive
05/01/2014, 11h26
Benflis annoncera sa candidature dans quelques joursIls ont dit la même chose en Septembre, juste après le ramadan, puis en Octobre puis le 1er Novembre, ..... La réalité est qu'il a été piégé par le président qui comme pour les élections précédentes, il ne déclarera sa candidature officiellement qu'une semaine ou deux avant la date limite.

Benflis est un mauvais choix pour l’Algérie, il passera son mandat a régler des comptes. On sent une candidature de haine et de revanche et non regroupement.

born_hittiste
05/01/2014, 11h29
La réalité est qu'il a été piégé par le président qui comme pour les élections précédentes, il ne déclarera sa candidature officiellement qu'une semaine ou deux avant la date limite.

tout le pays est piegé par ce vieux connard.

BeeHive
05/01/2014, 11h39
Les gens avec une conscience savent qu'un président malade ne peut pas gouverner et qu'ils faut donc ouvrer pour présenter ou soutenir une nouvelle candidature sans l'attendre le malade.
C'est ce que Benflis avait dit en été, qu'il sera candidat avec ou sans la candidature du président mais 5 mois après il n'a toujours pas osé faire.

Pangeen
05/01/2014, 11h39
tout a fait d'accord sur l'analyse avec une petite réserve sur l'option. intellectuellement Hamrouche est plus apte pour ce poste.

HAMROUCHE ou BENFLIS, pour moi c'est kif kif. Ils représentent tous les deux l'option pour une transition démocratique.

...
Benflis est un mauvais choix pour l’Algérie, il passera son mandat a régler des comptes. On sent une candidature de haine et de revanche et non regroupement.

BOUTESRIKA était également le mauvais choix pour 1999. Il avait aussi des comptes à régler avec ceux qui l'avaient écarté en 1979. Il avait, quand même, été choisi.

...
C'est ce que Benflis avait dit en été, qu'il sera candidat avec ou sans la candidature du président mais 5 mois après il n'a toujours pas osé faire.C'est ce que Benflis avait dit en été, qu'il sera candidat avec ou sans la candidature du président mais 5 mois après il n'a toujours pas osé faire.

Je pense qu'il finira par annoncer sa candidature. Sa décision était prise de longue date.

P.

born_hittiste
05/01/2014, 11h50
C'est ce que Benflis avait dit en été, qu'il sera candidat avec ou sans la candidature du président mais 5 mois après il n'a toujours pas osé faire.

l'experience des elections passées obligé les pretendants potentiels a etre sur la reserve...

HAMROUCHE ou BENFLIS, pour moi c'est kif kif. Ils représentent tous les deux l'option pour une transition démocratique.

P.

pas facile a benflis de gommer la dualité EST -OUEST des elections de 2004...

contrairement a hamrouche qui s'est presenté aux elections legislatives dans une ville de l'ouest ksar chellala, alors qu'il est originaire de l'est.

absente
05/01/2014, 11h59
Toujours les mêmes têtes qui tournent ....ma yat'han'w hata yakhalfou tar !!! .....rien de nouveau .... me'dib l'khouh ....
ya3tikoum kiya ncha Allah!!!

Pangeen
05/01/2014, 12h00
pas facile a benflis de gommer la dualité EST -OUEST des elections de 2004...

contrairement a hamrouche qui s'est presenté aux elections legislatives dans une ville de l'ouest ksar chellala, alors qu'il est originaire de l'est.

Ceux et celles qui avaient truqué les élections de 2004 au profit de BOUTESRIKA doivent avoir aujourd'hui un remord. Pour se faire bonne conscience, ils vont tout faire pour élire BENFLIS en 2014. L'avenir nous le dira.

Dans la dualité EST-OUEST, c'est le centre qui fait la balance. IL me semble que les dés sont jetés.

P.

born_hittiste
05/01/2014, 12h18
Ceux et celles qui avaient truqué les élections de 2004 au profit de BOUTESRIKA doivent avoir aujourd'hui un remord. Pour se faire bonne conscience, ils vont tout faire pour élire BENFLIS en 2014. L'avenir nous le dira.

si les truqueurs d'elections avaient des remords, ils n'auraient pas placé amar saidani a la tete de la machine a gagner les elections...

Dans la dualité EST-OUEST, c'est le centre qui fait la balance. IL me semble que les dés sont jetés.

tu n'as pas pris en compte la candidature de sellal...

Pangeen
05/01/2014, 12h30
si les truqueurs d'elections avaient des remords, ils n'auraient pas placé amar saidani a la tete de la machine a gagner les elections...

Je ne pense pas que Saidani soit intronisé par ceux qui avaient truqué les élections de 2004. Je pense qu'il l'a été par ceux à qui avait bénéficié le truquage.

...
tu n'as pas pris en compte la candidature de sellal...

A mon avis, la candidature de SELLAL, si elle est confirmée, serait à voir comme une manœuvre pour torpiller un certain accord qui serait intervenu entre le centre et l'Est.

Il y a également le cas OUYAHIA qu'il ne faut pas perdre de vue.

P.

Aggour
05/01/2014, 13h07
Hamrouche est le meilleurs choix et Sellal comme vice président
Ouyahia ne se présentera pas, les Algeriens l'ont tres mal compris car il ne dit pas assez ce qu il pense
Benflis est un Amateur, il faudra qu il prouve de quoi il est capable, est il assez motivé pour affronter la maffia ? les corrompus du FLN ?, l'administation sclérosée ?

Le peuple s'il a un peu de nif doit seulement dire haut á Boutesrika et á son clan : 3 mandats Barakat. Mais pour ca il faut une petite Aide de l' armée, qu'elle cesse d'etre hypocrite et de faire senblant d'accepter une nouvelle candidature de Boutef.

Pangeen
05/01/2014, 14h49
Hamrouche est le meilleurs choix et Sellal comme vice président
Ouyahia ne se présentera pas, les Algeriens l'ont tres mal compris car il ne dit pas assez ce qu il pense
Benflis est un Amateur, il faudra qu il prouve de quoi il est capable, est il assez motivé pour affronter la maffia ? les corrompus du FLN ?, l'administation sclérosée ?
...

A mon avis, il y a pas de meilleurs choix sachant que de toute façon, ce sera une transition sous contrôle. Quelque soit l'élu, il devra se doter d'un gouvernement de transition.

Dans l'intérêt du pays, il serait plus judicieux de n'exclure aucune compétence. La transition doit être gérée en dehors de système partisan. Le gouvernement devra transcender les clivages politiques.


P.

katiaret
07/01/2014, 14h35
dIdOGnwc7ok


BtZuiclO5Wc

katiaret
07/01/2014, 14h43
9huBMCvluVI

absent
07/01/2014, 15h22
Ali benflis est l'ancien directeur de campagne de Bouteflika (1999).

Ahmed Ouyahia n'en parlons même pas.

Hamrouche est le meilleurs choix et Sellal comme vice président
Ouyahia ne se présentera pas, les Algeriens l'ont tres mal compris car il ne dit pas assez ce qu il pense
Benflis est un Amateur, il faudra qu il prouve de quoi il est capable, est il assez motivé pour affronter la maffia ? les corrompus du FLN ?, l'administation sclérosée ?intellectuellement Hamrouche est plus apte pour ce poste. Effectivement.

Hamrouche avec Benbitour, c'est les meilleurs choix qui restent pour le moment.

Cookies