PDA

Voir la version complète : La réconciliation est morte, vive l’éradication


nassim
03/10/2006, 00h06
Est-ce la fin de la récréation pour les terroristes du GSPC? En tout cas, Bouteflika a prononcé le mot cher aux "faucons algériens" en affirmant que "Les résidus du terrorisme abject sont inéluctablement voués à disparaître. Nous ne serons rassurés que lorsque nous l'aurons éradiqué à jamais dans le cadre de la légalité et de la souveraineté de la loi."

Mais comme le démontre Mustapha Hammouche ci dessous, les apparences sont trompeuses, les mots aussi...

===
La réconciliation est morte, vive l’éradication !

Des commentaires voudraient nous faire comprendre que Bouteflika aurait renoncé à proroger l’application de la loi pour la réconciliation nationale. “Les résidus du terrorisme abject sont inéluctablement voués à disparaître. Nous ne serons rassurés que lorsque nous l'aurons éradiqué à jamais dans le cadre de la légalité et de la souveraineté de la loi.” Le Président n’en a pourtant pas dit plus. Le tapis rouge a toujours été accompagné de la promesse d’une lutte sans merci contre “les égarés qui refusent de saisir la main tendue de la société”. Il n’en avait pas dit moins, non plus, en 1999, avec la sentence de “Seïf El-Hadjadj”. Mais près de sept ans plus tard, pas un terroriste n’est en prison. Aucun de ceux qui se sont rendus, ni aucun de ceux qui ont été capturés n’a été mis hors d’état de nuire.

Après janvier 2000, la loi pour la concorde civile a bien été reconduite sans que les autorités aient eu besoin de proclamer sa prorogation officielle. Avec ce précédent, et sauf suspension solennelle de la loi, le silence sur cette question signifie que les mesures prévues en faveur des terroristes qui en voudraient bien sont toujours en cours. La menace d’éradication ne s’adresserait qu’à ceux qui persistent à déconsidérer l’offre.

On voudrait que l’évocation de “résidus du terrorisme abject” suggère que la démarche de réconciliation a neutralisé l’essentiel du terrorisme et que ne subsisteraient que quelques déchets qu’il conviendrait de supprimer dans une dernière impulsion de la lutte antiterroriste. Elle suggère donc aussi l’efficacité des mesures de réconciliation. Pourquoi alors se passer d’un instrument dont l’efficacité se serait avérée ?

Dans les faits, la loi a bien continué à avoir cours au-delà du délai préliminaire. Et c’est ce qui nous vaut, entre autres réalisations, la visite de “prospection” de Rabah Kébir. Jusqu’ici, “l’éradication” était combattue comme pulsion funeste cultivée par quelques ennemis “résiduels” de la paix qui veulent éliminer des “Algériens” au lieu de les ramener à la vie normale ?
L’attitude éradicatrice serait une démarche contre la paix. Le terrorisme est, lui, convertible en paix grâce à la voie royale de l’impunité. Cette thèse, qui fonde le consensus pour la réconciliation nationale, fait des “éradicateurs” les véritables ennemis de la paix.

Ce développement, valable jusqu’à mercredi passé, s’est subitement volatilisé parce que le Président a prononcé, à son compte, le terme “éradiquer”. On a vite conclu à la défaite des “islamo-conservateurs” et d’une démarche qui n’a pourtant pas connu beaucoup de contradicteurs. Même Farouk Ksentini ferme précipitamment la porte de la réconciliation après l’avoir portée à bout de mystifications ; et Ould Kablia refuse un parti à Kébir, anticipant imprudemment sur les réelles concessions faites aux chefs résiduels du FIS.

On note déjà de rapides adaptations de ceux qui ont le réflexe de l’ajustement encore intact et quelques furtives satisfactions, bientôt déçues, de ceux qui ont rangé leurs convictions quand les vents étaient contraires et quand il fallait les opposer à la dérive.

Par Mustapha Hammouche - Liberté

alamut
03/10/2006, 00h16
il était temps.

double6
03/10/2006, 08h41
Je ne comprends cette approche binaire de la réconciliation et de l'eradication. La carotte et le baton ca existe depuis des lustres vous savez. Ni la réconciliation, ni l'éradication ne sont mort. Les deux se portent trés bien.

La carotte: le terroriste qui veut descendre du maquis, la reconciliation l'attend.
Le baton: Celui qui ne veut pas ce sera l'eradication qui l'attendra.

A ce qu'il parait une telle approche est contradictoire en soit. Mais je ne vois pas ou est la contradiction? La contradiction est plutot dans la séparation du baton et de la carotte. Je m'explique:

-1- Celui qui descend, tant mieux. Il ne tuera plus personne. Ca fait des vies sauvées. On va pas lui dire: "ya si mohamed! remonte! remonte!". Je penses que tout le monde s'entend sur ca. Ce que l'on fait de lui aprés qu'il soit descendu est une autre histoire: on le laisse libre, on le prive de gateau, ou bien lui donne 15.000 coups de fouets.

-2- Les critiques disent "ils ne descendront pas. Il faut donc les eradiquer!"

-3- Ok. Si ils ne descendront pas, il seront eradiquer: c'est le deal (carotte+baton). Mais si tel est vraiment le cas (qu'ils ne descendront pas), alors pourquoi tout ce boucan sur la réconciliation? Yak ils ne descendront pas?

A mon avis il est évident que la carotte et le baton vont ensemble. Le contraire serait contradictoire. Ni la réconciliation, ni l'eradication ne sont morts.

Amicalement,
66

shadok
03/10/2006, 09h56
La réconciliation illimitée présente 2 dangers :

1- Elle rend l’Etat faible et

2- Elle encourage les terroristes à commettre les crimes qu’ils veulent (tuerie, vols, viols …) puis ils savent qu’il y toujours des carottes (rénconciliation) et ils peuvent descendre à tout moment pour les consommé.

hben
03/10/2006, 23h03
Le coup du Seif El Hadjadj on nous l'a déja fait!!!Merci!

nassim
03/10/2006, 23h15
Celui qui descend, tant mieux. Il ne tuera plus personne. Ca fait des vies sauvées. On va pas lui dire: "ya si mohamed! remonte! remonte!".
C'est la fameuse formule inventée par Zerhouni. Un non-sens.
On pose le problème autrement : quel est l'intérêt de proroger indéfiniment la charte ? Aucun. On ne retrouve que des inconvenients :
- l'état continuera à subir le chantage d'une poignée de barbares
- l'état légitime les terroristes, leur crimes et leur projet
- l'état légitime l'impunité
- l'état encouragera la délinquance et la criminalité. Les jeunes se diront: pourquoi se fatiguer à gagner sa vie honnêtement alors que des tueurs s'enrichissent en toute impunité ?
- l'état humilie les victimes du terrorisme à qui il refuse de faire le deuil
- ...etc

Par éradication, il faut comprendre le retour de la justice et de l'état de droit. Une nation de 33 millions d'âmes ne peut continuer à se mettre à genoux et subir le chantage d'une poignée de terroristes (Zerhouni affirme qu'ils sont 500 terroristes dans les maquis...).

double6
04/10/2006, 05h56
Salut shadok,

1- Elle rend l’Etat faible

La carotte, qu'elle s'appelle "loi de la réconciliation", "loi de la concorde civile" ou "loi de la rahma" a existée cote à cote avec le baton depuis 1995, date à laquelle les dirigeants du FIS en prison ont définitivement refusé d'appeller les terroristes à descendre. Donc dire qu'entre 1995 et 2006 l'état s'est affaiblit à cause de cela serait une contre vérité: il suffit de faire un constat sincére. C'est le terrorisme qui a diminué et l'état qui s'est renforcé grace à une approche qui combine la carotte et le baton menée pendant plus d'une décennie.

2- Elle encourage les terroristes à commettre les crimes qu’ils veulent (tuerie, vols, viols …) puis ils savent qu’il y toujours des carottes (rénconciliation) et ils peuvent descendre à tout moment pour les consommé.

Cet argument est fallacieux à mon avis. A l'exception des kidnappings des entrepreneurs en Kabylie peut etre, tout les actes terroristes sont loin d'etre motivés par la possibilité d'accéder à la réconciliation. Le GSPC justifie les embuscades meurtrière contre les forces de sécurité non pas parce que eventuellement il pourrait beneficier de la réconciliation mais parce qu'il refuse de s'arretter jusqu'a ce que sa doctrine et uniquement sa doctrine (c.a.d le salafisme) domine le pays. En d'autres termes: le GSPC continu de faire du terrorisme parce qu'il refuse toute réconciliation. Les manitou des tango sont inexcusables et ils n'ont aucune circonstance atténuante à mes yeux. Ce n'est ni la réconciliation, ni les résultats du chamionat d'Algérie qui les guident dans cette voie pourrie.

Amicalement,
66

double6
04/10/2006, 06h37
Salut nassim,

Zerhouni n'en est pas à sa premiére gaffe médiatique. La phrase qu'il a dit n'en demeure pas moins juste à mon avis. Il etait stupide de le dire en tant que ministre de l'Intérieur car elle n'aura aucun effet sur les terroristes, mais elle choquera le peuple Algérien qui l'écoute. Il aurait mieux fait de dire que les délais seront prolongés car l'état est en train de négocier secretement avec certains éléments du GSPC. Ceci aurait plus affecté les terroristes et peut etre miné quelque peu la confiance entre eux, tout en étant un argument à la limite acceptable pour la population.

Ceci etant dit, voici mes reflexions sur les points que tu exposes:

-1- Quel est l'interet de prolonger la charte? L'interet est tout simplement de sauver des vies. Un terroriste qui descend du maquis est un terroriste qui ne tue plus.

-2- L'état continue de subir le chantage d'une poignée de barbares. Est ce à cause de la réconciliation? Bien evidemment que non. Celui qui fait la guerre à l'etat malgré des offres de paix n'en a rien à foutre de ces offres. Donc oui l'etat continue de subir la barbarie terroriste. Mais dire que c'est à cause de la réconciliation c'est faire un bond incompréhensible dans son raisonement logique.

-3- Est ce que l'etat légitime l'impunité? L'offre de la réconciliation est faite dans un but clairement déclaré par l'etat. Celui d'épargner des vies. Il ne légitime en rien les crimes terroristes, ni leur projet politique. Il n'y aura pas de retour à 1992. Le chef de l'etat l'a dit. Et les terroristes coupables de certains crimes ne sont pas concernés par la réconciliation. Certes l'etat fait mine aujourd'hui de ne pas etre au courant de qui a commis exactement quels crimes pour des raisons claires: si tu les fout en prison à leur descente, il y en aura moins qui descendront, et d'autres beaucoup plus nombreux qui remonteront, et cela se payera en vies humaines. Mais il n'est pas impossible que demain, l'etat découvre que certains repentis ne sont en fait pas éligibles à la réconciliation nationale. L'etat légitime t'il donc l'impunité? Absolument pas. Le repenti est à l'abri dans le cas ou il n'a pas commis certains crimes (viol, depot de bombe dans les lieux publics, massacres). La loi est claire. Son application est laxiste pour l'instant pour des raisons qui devrait etre tout aussi claires à comprendre. Il n'empeche que la loi etant claire, elle peut etre appliquée dans 20 ans ou 30 ans, selon la situation à laquelle l'etat fait face.

-4- Quand au probléme de l'interprétation de tout ceci, et le fait que cela encourage la criminalité et la délinquance. Un voleur à la sauvette, un type qui cambriole des maisons se trouvera toujours des excuses. La délinquance est liée au problémes sociaux, notamment l'exclusion scolaire et la baisse du pouvoir d'achat pendant une décennie, ainsi qu'au problémes étatiques notamment le désinvestissement de l'état dans le maintien de l'ordre pendant une décennie. En effet pendant plus de 10 ans, l'etat ne s'occupait pas de la délinquance, il etait occupé à combattre le terrorisme. Pas de prisons construites mais plutot des ponts réparés, pas d'agents de l'ordre dans les zone urbaines pour ce domaine qui ont ete formé mais plutot des gardes communaux pour les régions rurales exposées au terrorisme, pas de mise à niveau des lois concernant la déliquence, etc... Et entre temps toute une generation a poussée. D'autres part, dans le meme moment, le pouvoir d'achat a baissé sensiblement entre 1992 et 2002 et l'exclusion scolaire a augmentée. Face à un tel tableau, il ne faut pas s'etonner que le résultat c'est une augmentation de la délinquance. La réconciliation nationale vient bien loin dans la liste des causes de la délinquance à mon avis.

-5- En ce qui concerne les victimes du terrorisme, l'état s'occupent d'eux materielement. Il est malheureusement vrai que du point de vue émotionel, l'etat les a abandonné. Mais comme je l'ai deja dit, la raison de ceci est pour eviter justement que leur liste, la liste des victimes du terrorisme ne s'allonge. C'est pas beau du point de vue émotionel, mais logiquement c'est ce qui doit etre fait.

-6- Quand tu parles du retour de l'etat de droit, de la justice et donc des consequences pour les terroristes. Ca concerne non seulement les terroristes au maquis mais aussi ceux qui se sont repentis. L'eradication pour les uns, la présentation à la justice pour les autres. Et je m'excuse de te rappeller que dans ce cas là, ca ne represente pas 500 chats, mais plus de 10.000 hommes aguérris à la guerre. Cela les poussera donc à reprendre le maquis. Si chacun tue 1 Algérien innocent chaque année, ca fera 10.000 morts. Si ca prendra 10 ans pour les éradiquer ca coutera probablement dans les 50.000 morts en considérant une diminution annuelle de leurs nombres. Serait il préferrable de payer 15, 25 ou meme 40 ans de patience avant de délivrer cette justice donc, meme à titre posthume, ou serait il preferrable de payer 50.000 morts, et pas mal de stabilité nationale pour réduire et ramener le délai de livraison de cette justice à 10 ans?

Au plaisir,
66

absent
04/10/2006, 10h31
La réconcilliation avec des criminels est une insulte à l'état de droit ainsi qu'aux familles des victimes de la barbarie térriosriste. Si on laisse se promener des térroristes dans la rue, pourquoi ne pas vider les prisons et libérer les détenus de droit commun, ils sont beaucoup moin dangeureux et ils ont commis moin de crimes.

double6
04/10/2006, 21h56
Si on laisse se promener des térroristes dans la rue, pourquoi ne pas vider les prisons et libérer les détenus de droit commun, ils sont beaucoup moin dangeureux et ils ont commis moin de crimes.

Parce que le repenti s'est rendu volontairement et que le détenu de droit commun fut arretté par la force. Les délinquants n'ont qu'a se rendre volontairement et arretter leurs "activités" et la justice sera clémente avec eux. Elle l'est deja trop avec ceux qui sont arretté de force. Alors si ils fesaient leur repentir pour de bon, l'etat saura etre encore plus clément. Question de bon sens, c'est tout.

Amicalement,
66

absent
04/10/2006, 22h48
Donc, un trafiquant n'aurait qu'à ce repentir apre s'etre enrichi. Désolé, mais le modèle du pouvoir est une parodie de justice. Et les famille des victimes, vous en avez pensé.

nassim
04/10/2006, 23h05
L'interet est tout simplement de sauver des vies. Un terroriste qui descend du maquis est un terroriste qui ne tue plus.
Je ne partage pas cette approche. Si on prolonge indéfiniment la charte, il est évident qu'on légitime la lutte de ces barbares. Ces derniers ont explicitement rejetés la charte, il n'y a donc rien qui justifierait de la proroger. La prorogation de la charte est une approche purement politicienne qui vise à ne pas heurter les sensibilités des intégristes alliés de Bouteflika, qui, d'ailleurs, ne cessent de monter en puissance.

Sinon, le pouvoir est malhonnête lorsqu'il prétend que la charte ne concerne que ceux qui n'ont pas commis de crimes graves. La réalité du terrain dément totalement ce mensonge. Dieu seul sait le nombre de zombies qui circulent librement en Algérie. Normal, la justice, déjà largement corrompue, a été invité à fermer les yeux...

Aussi, Ali Tounsi avait lui même déclaré que les "repentis" sont derrière la hausse de la criminalité. A force de tolérer et de supplier les terroristes, le pouvoir a encouragé la formation et la montée en puissance de la mafia.

double6
04/10/2006, 23h09
Donc, un trafiquant n'aurait qu'à ce repentir apre s'etre enrichi. Désolé, mais le modèle du pouvoir est une parodie de justice. Et les famille des victimes, vous en avez pensé.

Quand j'ai dit qu'un délinquant se repenti ca veut dire qu'il se rend, et qu'il rend ce qu'il a pris. Un cambrioleur qui se présente à un commissariat et qui remet les objets volés beneficiera de beaucoup de largesses de la part du juge. Quand à un terroriste, une vie prise ne se rend pas malheureusement.

Amicalement,
66

double6
04/10/2006, 23h10
Salut nassim,

Je respecte ton opinion.

Au plaisir,
66

shadok
05/10/2006, 00h35
Un Etat qui supplie des terroristes à se rendre est faible. Il faut être ferme avec ces barbares qui refusent la réconciliation. On dit qu’il ne reste que 600 terroristes dans les maquis alors il faut en finir avec eux une fois pour toute. Ca devrais être fait normalement depuis longtemps surtout que l’Algérie dispose maintenant du soutien de la communauté internationale (USA) et de son aide militaire.

absente
05/10/2006, 11h28
On dit qu’il ne reste que 600 terroristes dans les maquis alors il faut en finir avec eux une fois pour toute.

On nous dit beaucoup de choses qui ne sont pas forcément exactes. La communication en temps de guerre est ce qu'elle, de la propagande.

zwina
05/10/2006, 12h00
Comment savent-ils qu'il y a 600 terroristes ??? Ils les ont compté mais pas arrêté ??? :mrgreen:

absent
05/10/2006, 12h08
Quand à un terroriste, une vie prise ne se rend pas malheureusement.
Le voila le problème.
Sinon, c'est un manque de respect total envers les familles des victimes. Les térroristes ont déclaré la guerre à la population civile algérienne, il serait temps qu'il payent.
Aussi, qui est l'état pour décider qu'un tueur est pardonné ou pas. Selon la religion musulmane, mème Dieu ne pardonne pas à la place des victimes. Si pardon doit etre envisagé, il faut d'abord que les térroristes reconnaissent leurs faits, demandent pardon aux familles, et la, c'est aux familles de décider. Et ça doit se faire au cas pas cas. Mais pour les islamistes, c'est l'état qui se repent, ils n'ont jamais demandé pardon et nient toujours leurs crimes.

absente
05/10/2006, 12h19
Ils leur ont demandé de remplir un formulaire et d'y joindre une photo et un RIB

Gironimoo
06/10/2006, 08h59
L’Armée n’éradiquera rien … ce n’est pas comme ci que c’été la première fois qu’ils disent qu’ils vont éradiqué les terroristes … et jusqu'à présent ils n’ont rien éradiqué … si sauf peu être les arbres … au vue de tout les incendies que l’Armée est en traîne d’allumer volontairement dans les foret allant d’Azzeffoun a Beni K’sila et je ne sais ou encore pour déloger des tango.

Cookies