PDA

Voir la version complète : Abdelaziz Bouteflika au Val-de-Grâce, réunion de crise de l'Armée


mohoo
14/01/2014, 20h51
Écrit par El Watan 2014

Après l'hospitalisation du président Abdelaziz Bouteflika une nouvelle fois au Val-de-Grâce à Paris, hier lundi 13 janvier, le haut-commandement de l'Armée a tenu une réunion de crise.


Le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, se trouve depuis lundi à l'hôpital Val-de-Grâce dans le cadre d'une visite médicale routinière de contrôle, indique mardi un communiqué de la présidence de la République qui affirme que son état général s'améliore "sûrement" et de "façon progressive".



Pour parachever son bilan de santé, initié à Alger, et dans le cadre d'une visite médicale routinière de contrôle, arrêtée et programmée depuis le mois de juin 2013, le président de la République séjourne à l'hôpital Val-de-Grâce, depuis lundi 13 janvier 2014 et ce, jusqu'au vendredi 17 janvier 2014", précise le communiqué. "Aucune procédure d'urgence n'a dicté ce déplacement prévu et arrêté depuis son séjour à l'institution nationale (française) des Invalides à Paris", ajoute la même source qui souligne que l'état général du président de la République s'améliore "sûrement" et de "façon progressive".



L'Armée en réunion de crise



Par ailleurs, et selon nos sources, le haut-commandement de l'ANP, comprenant les chefs des six régions militaires, a tenu une réunion de crise l'après-midi du lundi 13 janvier au siège du ministère de la Défense, à Alger. Cette réunion de crise a été provoquée par la nécessité de « réfléchir à tous les scénarios de crise », après l'évacuation du président Bouteflika au Val-de-Grâce, et les risques de voir les délais de la convocation du corps électoral non respectés. Cette éventualité est curieusement évoquée par une dépêche de l'APS quelques heures plutôt avant l'annonce du transfert du Président à Paris : "la loi organique du 12 janvier 2012 relative au régime électoral, stipule dans son article 133 que "sans préjudice des dispositions de l'article 88 de la Constitution, le corps électoral est convoqué par décret présidentiel, quatre-vingt-dix jours avant la date du scrutin"". L'article 88 de la Constitution précise les modalités de déclaration de l'état d'empêchement du chef de l'Etat.



APS et Adlène Meddi



Réctif de l'APS :

Le directeur général de l'APS, Abdelhamid Kacha, nous a aimablement contacté pour apporter ces précisions :

« Ce n'est pas l'APS qui évoque l'article 88, mais le code électoral. Le rédacteur de la dépêche aurait peut-être dû préciser qu'il s'agissait des termes de cette loi. Et concernant la mention du « cas de force majeur » citée dans la dépêche sur la convocation du corps électoral, c'est une lecture du journaliste qui n'a pas repris in extenso tous les articles de la loi tels que rédigés (sans préjudice des dispositions etc.). Dans le communiqué de la présidence (relatif à l'hospitalisation du Président) il n'est question que de l'hospitalisation pour contrôle médical. Il n'y a aucun lien entre les deux, ni "directive" comme certains peuvent le supposer. Le premier article cite à la fois la loi, le Premier ministre et le ministre de l'Intérieur. L'intérêt en réalité était de donner des indications sur le code électoral, un peu absent des articles de presse. Notamment les délais de dépôt des candidatures ».

Louny
14/01/2014, 21h06
A mon avis, le président n'est certainement pas hospitalisé pour "contrôle de routine". On ne déplace pas comme ça un malade pour ça.

Scootie
14/01/2014, 21h30
D'autant plus que l'armée ne se réunit pas d'urgence lorsque la visite "de routine" du président serait soit-disant prévue depuis juin 2013 .......... on prend vraiment les gens pour des ploucs en algérie !!!

Cookies