PDA

Voir la version complète : Algérie: Une migrante Camerounaise violée à Oran et arrêtée, le violeur relâché


maghrebin75
17/01/2014, 11h30
lemag. C'est au début de ce mois de janvier, à proximité de la cité des Amandiers à Oran, qu'une jeune Camerounaise a été violée et puis empêchée, dans un premier temps, de déposer plainte.

La jeune fille (…) s’est déplacée avec sa sœur au niveau de la sûreté pour déposer plainte. Elles ont été dirigées vers le siège de la gendarmerie de Yaghmoracène», précise, ce mercredi 15 janvier, le bureau de la Ligue algérienne pour la défense des droits de l’homme (LADDH) à Oran. Toutefois, ces deux femmes n’ont pas pu déposer la plainte. En fait, «le gendarme de permanence leur a expliqué qu’elles ne pouvaient déposer plainte puisqu’elles n’avaient pas de papiers», explique la même source rapportée par le site algérien TSA.
Néanmoins, deux jours après et accompagnées par d’autres personnes, ces deux Camerounaises ont été reçues par « un officier » et la « plainte a pu être déposée », selon la Ligue. « Le recours à l’examen du médecin légiste eut lieu le 05-01-2014 et le 06-01-2014 une confrontation entre la victime et le présumé coupable s’est déroulée dans le bureau du procureur » souligne la même source.
Mais, la victime se fera incarcérée pour "séjour illégal" et le présumé violeur qui a été appréhendé, le jour même, après avoir été reconnu par la victime, a été relâché par le procureur « faute de preuves convaincantes».
La jeune camerounaise et la LADDH ne comptent pas, pour autant, en rester là. La victime maintient toujours ses accusations et « demande que justice lui soit rendue » alors que « Le Bureau d’Oran a demandé à un avocat de défendre la victime devant la justice algérienne car notre pays a le devoir de garantir la sécurité des citoyens algériens et de ceux qui se trouvent sur le territoire même si leur séjour est illégal », conclut-il.
Il est à rappeler que ce n'est point le premier cas de viol que subissent les migrantes subsahariennes, en 2013, deux migrantes maliennes avaient été victimes de viol collectif à Oran.

barthez
17/01/2014, 11h40
« Le Bureau d’Oran a demandé à un avocat de défendre la victime devant la justice algérienne car notre pays a le devoir de garantir la sécurité des citoyens algériens et de ceux qui se trouvent sur le territoire même si leur séjour est illégal », conclut-il.

Non pas la justice qui a le devoir de garantir le droits de ce qui se trouvent dans le territoire, mais notre religion nous l'impose aussi.
cette personne peut être considérée comme " Ibn sabil"


وَآتِ ذَا الْقُرْبَىٰ حَقَّهُ وَالْمِسْكِينَ وَابْنَ السَّبِيلِ وَلَا تُبَذِّرْ تَبْذِيرًا
26 الإسراء

AARROU
17/01/2014, 13h30
Algérie: Une migrante Camerounaise violée à Oran et arrêtée, le violeur relâché
lemag du KHNEZ

Mais ca ne tourne vraiment pas rond ches le MAKHNAZIENS :60::60::60:a tfou

barthez
17/01/2014, 14h01
Arrou
l'info a été relayé par plusieurs sites algériens. Sur les réseaux sociaux (pages algériennes), tous (les algériens enfin les vrais) ont condamné cet acte, d'autres sur la justice, les autres se sont acharnés sur le pervers violeur,....(si tu veux je te file le lien pour lire les comm

http://imagizer.imageshack.us/v2/800x600q90/24/zwzd.png

absent
17/01/2014, 14h07
Sans preuve valable, tu ne peux absolument rien faire malheureusement.

Autrement dit, n'importe qui peut accuser n'importe quel autre.

Il faut qu'elle engage un avocat. Il n'y a pas 36000 chemins pour obtenir des droits.

barthez
17/01/2014, 14h10
@barthez et c est quoi ton opinion sur le commissaire de police marocain qui a violé un enfant algerien de 5 ans à SAIDIA?


Si l'histoire est vrai (et j'ai des doutes), l'acte ne peut être que condamnable et si l'auteur se trouve coupable il mérite une lourde peine.

barthez
17/01/2014, 14h13
Mais voila un autre article sur cette affaire du commissaire (qui croire????)

توصلت "كود" إلى معطيات جديدة بخصوص ادعاء عائلة جزائرية تعرض طفلها لاعتداء جنسي من طرف شرطي مغربي بمنتجع السعيدية.

فحسب ما أكده مصدر مطلع، ل "كود"، فإن النيابة العامة بمدينة السعيدية قررت حفظ شكاية المواطن الجزائري الذي يتهم ضابط شرطة بهتك عرض ابنه القاصر، وذلك بعدما ظهرت معطيات جديدة في البحث تدحض مزاعم وادعاءات الطرف الشاكي.

وأبرز مصدر قضائي أن الخبرة الطبية، التي أنجزتها لجنة طبية، أكدت انعدام أية اثار للممارسة الجنسية على الطفل، فضلا عن عدم وجود أي آثار أو علامات تؤشر على إيلاج جنسي، مشيرا إلى إفادات الشهود، بما فيها إفادة خادمة الطرف الشاكي، أجمعت على أن هذا الأخير هو من اختلق الشكاية في محاولة لابتزاز المشتكى به من أجل مبالغ مالية، خاصة أن هذا الأخير كان يعيش ظروف مادية صعبة.

وفي سياق متصل، أكدت الخادمة أنها عاينت المواطن الجزائري يلقن ابنه القاصر الأقوال التي يجب تقديمها للمحققين، وعندما كان يتردد الطفل كان والده يعرضه للعنف، كما أنها أوضحت أن الشاكي أخبرها أنه يبحث عن أربعة ملايين سنتيم كمقابل للتخلي عن الشكاية للسفر إلى تركيا.

يذكر أن المواطن الجزائري الشاكي كان قد اكترى شقة بمدينة السعيدية من ضابط شرطة، قبل أن يذهب الى فرنسا ويترك ثلاثة من أبنائه تحت كفالة الضابط البالغ من العمر 58 سنة وزوجته، وعند عودته سجل شكاية في حق المكري يتهمه فيها بهتك عرض ابنه، وذلك بعد ما ظهرت خلافات بينهما حول سلوك المواطن الجزائري.

houari16
17/01/2014, 14h18
@Barthez /maghrebin 75

comparer des cas isolés avec la monarchie -Thaïlande du Monde arabe que veine ..

Vous êtes en train d ouvrir la boite de Pandore ..

houari16
17/01/2014, 14h40
@talence33

Maroc = Thaïlande du monde arabe ..

icosium
17/01/2014, 14h59
Au Maroc c'est pire : une jeune Ivoirienne de 16 ans a été violée par cinq policiers marocains en plein mois de ramadan. Les viols de migrantes subsahariennes sont monnaies courantes au Maroc

Viol au Maroc : après « Danielgate », la police abuse d’une jeune Ivoirienne

Au Maroc, les affaires de pédophilie et de viol n’en finissent pas. Cette fois-ci, c’est le cas de Tina Melon, une jeune Ivoirienne de 16 ans, qui affirme avoir été violée par cinq membres des forces auxiliaires marocaines, qui suscite l’indignation.

Enième bavure sur un migrant subsaharien au Maroc. Alors que le pays baigne encore dans l’affaire « Danielgate », il attire une nouvelle fois l’attention avec cette sombre histoire de présumé viol de cinq policiers sur une jeune Ivoirienne de 16 ans. Soutenue par l’Association marocaine des Droits humains (AMDH), la jeune fille a déposé une plainte mercredi au commissariat de Tanger, pour viol collectif.

Le 1er août dernier, en plein mois de Ramadan, des policiers arrêtent Tina, alors qu’elle se dirigeait vers une pharmacie pour s’acheter des médicaments, et trois autres femmes, dont une enceinte. Dans la fourgonnette, les quatre femmes sont malmenées et les papiers en règle de l’une d’entre elles sont déchirés par les policiers, selon un témoignage. Elles finissent par être relâchées, sauf Tina et la femme enceinte avec qui elle est proche. La jeune fille aurait été emmenée dans la forêt de Tanger. Commence alors le calvaire. Une heure interminable. Un des policiers fait le guet et surveille la femme enceinte, pendant que les autres auraient obligé Tina Melon à baisser son pantalon avant de la violer à tour de rôle, la plumer de ses biens et l’abandonne dans la forêt à 17 heures, selon Lakome.com. Elle parviendra à rentrer chez elle, meurtrie, qu’après 23 heures.

« Elle avait déjà été violée »

Ce drame replonge la victime deux ans en arrière, en 2011. Selon un membre de l’antenne AMDH à Tanger, Aboubakr El Khamlichi, Tina Melon, a été violée en Côte d’Ivoire, à l’âge de 14 ans, par des militaires pendant les troubles post-électorales. Le militant a tenu à accompagner Tina Melon pour déposer plainte au commissariat, de peur qu’elle soit « arrêtée et simplement mise dans une fourgonnette ou un bus à destination d’Oujda ». Le procureur a ordonné un examen médical. Aux dernières nouvelles, le Wali de Tanger a promis ce jeudi, après avoir reçu la victime, d’ouvrir une enquête et de protéger Tina contre toute agression future.

Tina Melon est originaire de Yopougon, un quartier d’Abidjan. Elle a quitté à cause des violences. « Mon père a été tué sous nos yeux, ma mère, ma petite sœur et moi », a-t-elle confié par téléphone à Lakome. « Les membres de la milice m’ont violé devant ma maman et ma petite sœur pour les tuer ensuite. Je suis restée là jusqu’à ce qu’un homme m’aide à quitter le pays vers le Mali », a-t-elle ajouté. C’est en août 2012, après un passage à Bamako comme aide-ménagère, qu’elle parvient à rejoindre le Maroc. Une vie déjà difficile au moment d’arriver au Maroc. Sauf que cela va s’empirer puisqu’elle se fera sauvagement violée par des policiers.

Après avoir mis quelques jours pour trouver la force de témoigner, elle a rendez-vous ce vendredi avec un psychiatre pour l’aider à traverser cette épreuve. Aujourd’hui, Tina ne rêve que d’une chose : « Je veux aller à l’école, c’est très important pour moi afin de mettre fin à ce climat de violence quotidienne ».

Les Subsahariens maltraités

Ce nouveau scandale remet non seulement en question le laxisme dont le Maroc fait preuve à l’égard des violeurs et des pédophiles, mais aussi le traitement qu’il réserve aux migrants subsahariens. Quelques jours plus tôt, le 24 juillet, les forces de l’ordre de Tanger procèdent à une opération « nettoyage ». La rafle de migrants dégénère. Parmi les subsahariens arrêtés, se trouvait Alex Toussaint, 40 ans, enseignant à Rabat. Ce dernier rendait une visite à des amis à Tanger. Malgré sa carte de séjour, il a été embarqué, au même titre que les migrants sans papiers. Alors que les migrants pensent être conduits au commissariat, le bus prend la direction d’Oujda, où les migrants sont abandonnés à la frontière algérienne, en plein désert. Pendant le trajet, Alex Toussaint tente de raisonner les policiers. Il est jeté hors du bus par l’un d’entre eux. Il décèdera cinq jours plus tard à l’hôpital Mohammed V de Tanger.

L’AMDH se dit scandalisée par « l’ampleur que prend la brutalité policière », devenue légion à Tanger contre les migrants subsahariens. « Les autorités agressent à l’arme blanche des émigrants sans défense et fragiles pour leur subtiliser leurs biens ! Notre collectif recense chaque jour des cas de violences graves commises contre cette population », affirme Aboubakr Khamlichi.

De son côté, le ministère de l’Intérieur avait démenti fin juillet toute infraction à la loi lors de l’arrestation et du refoulement des Subsahariens sans-papiers…

jeudi 8 août 2013 / par Fouâd Harit
AFRIK.COM

barthez
17/01/2014, 15h08
Icosium;
pourquoi tu te sens visé? t'as quelque chose a te reprocher?
Nous on discute le sort réservé par une justice à ce genre d'affaire (qu'elle soit algérienne ou marocaine) et comment nous (la société) on se comporte avec ses étrangers (avec ou sans papiers) et c'est tout...pas plus que ça!!!! donc ne te fatigue pas à jouer aux comparaisons et l'enfantillage sur les débats Maroc contre Algérie

icosium
17/01/2014, 15h15
@barthez

C’est toi qui te sens visé apparemment :lol:. J’ai répondu à ton compatriote maghzéniste75 dont je connais les intentions. Il faut balayer devant sa porte. Pourquoi vous ne commentez pas ce qui se passe chez vous dans vos forums ? Le cas de cette jeune ivoirienne est plus grave : mineur (cas de pédophilie) et violée par 5 représentants de l’ordre. Qu’a-t-elle fait la justice marocaine ?

Elysium
17/01/2014, 15h16
Il faut éviter le mensonge....... le violeur n'a pas été arrêté..... le présumé coupable a été relâché « faute de preuves convaincantes »..... le khorti makhzani n'y changera rien aux faits. :rolleyes:

absent
17/01/2014, 15h33
RAPPEL :

Sans preuve valable, tu ne peux absolument rien faire malheureusement.

Autrement dit, n'importe qui peut accuser n'importe quel autre.

Il faut qu'elle engage un avocat. Il n'y a pas 36000 chemins pour obtenir des droits.

Et dans tous les états du monde c'est pareil !

houari16
17/01/2014, 17h43
posté par Barthez

Nous on discute le sors réservé par une justice à ce genre d'affaire (qu'elle soit algérienne ou marocaine) .

*Discute ce qui se passe au Maroc ( presque tous les médias européen ont sonné le signal d alarme ..tourisme sexuel ; prostitution qui dépasse la limite , meme les mineurs entrainés , pedo ...Daniel un parfait exemple , libéré et bien d autre ... meme pas arrêtè ???)

Alors ne compare-pas l incomparable , deux mondes différents

Maroc : tourisme sexuel protégé , ça brasse de l argent pour faire vivre

Algerie : combat ce fléau afin de protéger la société algérienne ...ne se reste que la propagation du Sida ..

Louny
17/01/2014, 17h49
En situation irrégulière ?

Direction le pays de naissance. Et si les gens n'ont pas de papier direction la frontière.

Les conneries ça commence à bien faire.

houari16
17/01/2014, 19h19
@Barthez

je condamne ce viol à Oran sur une étrangère .. ..

alors condamne le tourisme sexuel au Maroc et Daniel qui avait mangé cru des mineurs dont l une à 2 ans ..

N en parlant le signal d alarme émit par les européens sur la dépravation au Maroc devenu banale

AARROU
17/01/2014, 20h15
En Algerie il y a 300.000 clandestins Marocains qui sont tous en prison après avoir étaient violés .

A tfou 3ala MAKHNEZ :redface::redface::redface:

Elysium
17/01/2014, 20h34
Il n'y a pas de presse au maroc, que des torchons qui ne valent pas deux sous..... ça n'a pas été inventé, ça a été déformé pour plaire aux analphabètes makhzani qui se contentent de peu pour oublier la misère..... le violeur n'a pas été arrêté..... le présumé coupable a été relâché « faute de preuves convaincantes »..... le khorti makhzani n'y changera rien aux faits.

Elysium
17/01/2014, 20h45
Que vient foutre le Makhzen dans une affaire relevée par une ONG algérienne..?

Pour plaire aux chèvres de l'Atlas et leur faire oublier la misère, le makhzen déforme l'information........ le présumé coupable a été relâché « faute de preuves convaincantes » et non pas le violeur comme rapporté par le torchon makhzanite (destiné exclusivement aux analphabètes). ;)

AARROU
17/01/2014, 20h49
Elysium Il n'y a pas de presse au maroc, que des torchons qui ne valent pas deux sous

Une presse pour qui ??? des HMIRS hacha lhamirs :redface::redface::redface:
Un echantillon
Serpico
Voilà encore le formaté qui s'implique pour défendre son makhnez galonné !!

Elles ont été dirigées vers le siège de la gendarmerie de Yaghmoracène», précise, ce mercredi 15 janvier, le bureau de la Ligue algérienne pour la défense des droits de l’homme (LADDH) à Oran.

15 fév, 2013
Que vient foutre le Makhzen dans une affaire relevée par une ONG algérienne..?

Foutre son KHNEZ grace a ses FIDELES SERVITEURS MA. khnazis ,a le roi des faussaires ;);););)

AARROU
17/01/2014, 20h51
barthez tARROU
Skerti 3ewtani

Non, je suis allergique a la fumée de moquette que vous fumez ;););)allez du vent .

Serpico
17/01/2014, 21h42
Une presse pour qui ??? des HMIRS hacha lhamirs :redface::redface::redface:
Un echantillon
Serpico

T'AARROUHachak ya labhima dial bessah!!

Un vrai tarrou vide de l’intérieur .:mrgreen::razz:

On ne cesse de te dire que l'affaire est révélée et relevée par la ligue algérienne des droits de l'homme et tu nous soules avec ton makhzen ya ould al makhnez des généraux..

Elysium
17/01/2014, 21h53
Pour plaire aux chèvres de l'Atlas et leur faire oublier la misère, le makhzen déforme l'information........ le présumé coupable a été relâché « faute de preuves convaincantes » et non pas le violeur comme rapporté par le torchon makhzanite (destiné exclusivement aux analphabètes et aux chèvres au QI d’huître).

houari16
17/01/2014, 21h54
@Serpico

Ce n est pas toi qui va montrer aux algeriens ce que vaut la monarchies des alaouites

les années 88/94 , c était une opportunité au peuple algerien pour connaitre ta monarchie ...
presque tous les algeriens racontent le même topo :

Trop de mendiant , Gurebba vendeur d eau , prostitution à outrance , drogue à Chafchaoune étalée sur les comptoirs .. zid ou zid ..

houari16
17/01/2014, 21h57
@ Barthez /Serpico

ça c etait passée à Oran ..Je le confirmes ..
Tout le monde avait condamné ce geste ignoble ..

alors chez -toi quotidiennement ..devenu banal à ciel ouvert

Maroc = thailande , on vend les mineurs ( l exemple parfait : Daniel )

Alors condamner ce que le Makhzen protège

( lisez les conséquences du tourismes sexuel ) ...

Prostitution à Khénifra ( c est pour ça que cette ville devenue célèbre )

Un ancien ambassadeur d'un pays du Golfe et ses deux compagnons viennent d'être appréhendés à Khénifra, en flagrant délit de prostitution et de proxénétisme.

- des maisons sont gérées par des proxénètes exploitant la naïveté, l'échec de la scolarisation, la destruction de la cellule familiale, l'ignorance et surtout la pauvreté de certaines adolescentes, appelées filles de «joie».

Elles monnayent leur faveur en contrepartie de la possibilité de survivre. ( par la presse marocaine ) .

Elysium
17/01/2014, 22h02
Pour plaire aux chèvres de l'Atlas et leur faire oublier la misère, le makhzen déforme l'information........ le présumé coupable a été relâché « faute de preuves convaincantes » et non pas le violeur comme rapporté par le torchon makhzanite (destiné exclusivement aux analphabètes et aux chèvres au QI d’huître).

guediri
17/01/2014, 22h24
Le recours à l’examen du médecin légiste eut lieu

Si un examen médicale a eu lieu ceci explique la libération du présumé coupable.S'il avait eu pénétration le mec serait conduit devant un juge.

AARROU
17/01/2014, 22h42
Serpico T'AARROU

Hachak ya labhima dial bessah!!

Un vrai tarrou vide de l’intérieur .

QARD KADAB DU KHNEZ

Elles :rolleyes::rolleyes::rolleyes: ( LA CAMEROUNAISE et sa SERPILLIERE )ont été dirigées vers le siège de la gendarmerie de Yaghmoracène», précise, ce mercredi 15 janvier, le bureau de la Ligue algérienne pour la défense des droits de l’homme (LADDH) à Oran.


Viol de deux jeunes filles camerounaises à Oran (Coca).

JCA du KHNEZ (comme les MA.KHNAZIS )On 15 fév, 2013
Oran 13 h 11

Hier vers 20 h heures, deux jeunes filles camerounaises qui venaient d’être libérées de la prison après avoir été emprisonnées sans motifs une semaine auparavant suite à une rafle ont été agressées par une bande de jeunes à Coca Oran.
Sortant de prison, les deux jeunes filles allaient regagner leur domicile quand des assaillants les ont menacé d’armes blanches puis emmené dans une maison dans le même quartier et violé en groupe.
Vers minuit, l’une d’elle a pu s’échapper toute nue. Elle a été recueillie par une famille algérienne qui lui a offert des habits. Rameutant le quartier avec ses cris elle a pu libérer son ami vers minuit.
Ensuite, les deux victimes sont allées à la gendarmerie de Yaghmourassen pour déposer plainte mais les gendarmes ont refusé de les entendre et d’enregistrer leurs plaintes.

La ligue pour la défense des droits de l’Homme (LADDH) bureau d’Oran se rendra à la gendarmerie après la prière du vendredi pour protester et demander l’enregistrement de la plainte car les agresseurs et leur domicile étant connu.

JCA vous tiendra informés des suite de cette affaire

Et voila la réponse, pour les HMIRS hacha LHAMIRS
Les auteurs arrêtés

Les auteurs d'un viol collectif à Oran ont été arrêtés, a indiqué la cellule de communication du commandement de la Gendarmerie nationale. Il s'agit d'une bande de trois malfaiteurs qui ciblait les immigrants clandestins. Les victimes, deux jeunes Maliennes en situation irrégulière en Algérie, qui (...)


Neïla B Horizons

19 - 02 - 2013

Cookies