PDA

Voir la version complète : Le tourisme religieux en plein essor


morjane
10/10/2006, 16h12
Une nouvelle forme de tourisme est en train de se développer et rassemble de plus en plus d'adeptes c'est le tourisme religieux. Ainsi de plus en plus d'algériens se rendent en Arabie Saoudite pour accomplir la Omra.

====

Le tourisme de loisirs n’est plus le seul créneau à attirer les Algériens qui sont de plus en plus nombreux à entreprendre le tourisme religieux et particulièrement la omra (petit-pèlerinage). Qu’elle soit de ramadan, du Mawlid, d’Achoura ou encore de chaâbane, la omra enregistre chaque année un nombre un peu plus important de pèlerins algériens.

Cette année, de février jusqu’au 8 octobre, 99 564 algériens se sont déjà rendus en Arabie saoudite pour accomplir la omra dont près de 64 000 pour la seule période de chaâbane et ramadan, pour laquelle le décompte commence le 1er du mois de chaâbane.

Selon les services de l’ambassade d’Arabie saoudite à Alger, le nombre de pèlerins algériens devrait atteindre 100 000 d’ici au 15 octobre, soit une hausse de 17 % par rapport à 2005 où le chiffre avait déjà atteint un niveau élevé : 84 888.

En comparaison avec 2004, où il a été enregistré 77 621 voyageurs, une augmentation de 28 % est perçue par rapport au résultat partiel de 2006. Toujours en 2005, près de 59 000 citoyens ont accompli le petit pèlerinage pour la période du ramadan (qui englobe aussi chaâbane) contre 64 000 cette année.

Quand on sait que les pèlerins sont encore plus nombreux à se rendre à la Mecque durant les quinze derniers jours du ramadan, on peut s’attendre à ce qu’il y ait encore quelque 30 000 pèlerins, en plus des chiffres arrêtés au 8 octobre, pour atteindre le record de 130 000.Avec un chiffre supérieur à 100 000, le nombre des pèlerins algériens est le triple que celui des marocains qui sont quelque 47 000 à se rendre aux lieux saints chaque année.

C’est vraisemblablement le coût du voyage, moins cher que pour le hadj (près de 250 000 DA), qui est à l’origine de l’afflux de plus en plus important d’Algériens vers la Mecque pour accomplir la omra. Grâce à des formules diversifiées, il faut en moyenne 100 000 dinars pour effectuer une omra.

Evidemment, ce montant peut grimper facilement selon que la période choisie par le pèlerin coïncide ou non avec des dates religieuses comme le Mawlid ou l’Achoura. Mais, c’est bien entendu la période de ramadan et plus particulièrement les deux dernières semaines de ce mois sacré qui sont les plus recherchées et donc les plus chères.

Ainsi, selon les tarifs d’une agence de voyages que nous avons visitée, une omra pendant la deuxième quinzaine de ramadan coûte entre 117 000 DA (tarif standard) et 141 000 dinars (pour une chambre double), alors que pendant la première quinzaine ce coût varie entre 98 000 et 111 000 dinars.

Pour un séjour de 21 jours pendant la période de ramadan, les frais varient entre 125 000 et 155 000 DA, alors que pour un mois entier, ils varient entre 136 000 et 168 000 DA. Ces prix peuvent toutefois baisser de moitié si la période choisie par le pèlerin est en été, où le tarif standard est à 86 000 et à 94 000 dinars pour une chambre double.

Par ailleurs, les tarifs peuvent baisser jusqu’à 78 000 dinars, avec toutefois le confort en moins si le pèlerin opte pour la formule «par route». Par comparaison, une omra pour un Marocain coûte environ entre 10 000 dirhams (900 euros) et 50 000 dirhams (4 500 euros).

Au prix du billet dans lequel sont inclus les frais d’hébergement, de transport et de nourriture, il faut ajouter les montants en devises que les pèlerins emportent avec eux. Ces derniers, nous dit-on, ne se contentent plus du change bancaire (150 euros) mais s’orientent immanquablement vers le marché parallèle.

Pour attirer encore plus de touristes religieux en dehors du hadj, le gouvernement saoudien a mis en place un programme appelé «Omra-plus», qui combine le petit pèlerinage dans les lieux saints aux loisirs. La raison en est que de plus en plus de pèlerins qui vont à la Mecque pour la omra cherchent à prolonger leur séjour et à faire le tour du pays, affirment les responsables saoudiens du tourisme.

Pour l’Algérie, les chiffres du tourisme religieux ne font que confirmer la tendance générale selon laquelle les Algériens aux bourses moyennes voyagent de plus en plus à l’étranger, et plus particulièrement là où ils ne trouvent pas de difficultés pour obtenir un visa.

Le million d’entre eux qui a visité la Tunisie pendant l’été dernier est là pour en témoigner.

Par le Jeune Indépendant

jawzia
10/10/2006, 16h17
de plus en plus d'algériens se rendent en Arabie Saoudite pour accomplir la Omra
C'est aussi tres commercial comme tourisme. Un oncle à moi m'a relaté que sur les 100 personnes qui l'accompagnait, seul une vingtaine se retrouvait à la mosquée quotidiennement.
Il ne rencontrat les 80 autres qu'à l'aéroport, pour le retour, bardés de valises et cabas.

Cookies