PDA

Voir la version complète : Programme de Benflis: moderniser les institutions de l'Etat et consolider l'indépendance de la justice


humani
21/03/2014, 21h40
ALGER - La réforme des institutions de l'Etat qui passe par une justice crédible et indépendante et un renforcement du pluralisme politique, constitue l'axe principal autour duquel s'articule le programme électoral du candidat Ali Benflis pour l'élection présidentielle du 17 avril prochain.
M. Benflis, qui entamera "symboliquement" sa campagne électorale à partir de Mascara, terre natale de l'Emir Abdelkader, propose dans son "projet de renouveau national" de "réformer l'Etat et ses institutions, réformer le modèle de développement économique ainsi que le modèle de développement humain et social".
Pour ce faire, il envisage la consolidation de l'indépendance de la justice par "la révision des modes d'accès à la fonction de magistrat, le renforcement des droits de la défense et le renforcement de la protection du magistrat et sa responsabilisation".
Benflis, promet également la révision du dispositif juridique relatif au Conseil supérieur de la magistrature ainsi que les statuts des différentes fonctions et professions judiciaires et parajudiciaires, de procéder à un nouveau découpage de la carte judiciaire et créer des juridictions de proximité et de juridictions spécialisées de manière à rapprocher le justiciable de la justice.
Dans le volet politique, le candidat indépendant préconise de "restaurer la norme constitutionnelle de la limitation à deux quinquennats du mandat présidentiel", engager un dialogue politique national pour approfondir et consolider la démocratie, mettre en place un Pacte national contre la corruption et la révision de loi électorale.
Pour ce qui est de la politique extérieure, il ambitionne de réviser la carte du déploiement diplomatique et consulaire en fonction des intérêts de l'Algérie ainsi que de la présence d'une communauté nationale dans le pays hôte, d'impulser la diplomatie économique et culturelle afin d'accompagner le développement économique et social.
Cet objectif nécessite la création de missions économiques et commerciales dans les principaux pays partenaires commerciaux et dans les pays qui représentent un marché porteur pour les exportations.
Pour une meilleure prise en charge de la communauté algérienne à l'étranger, il est envisagé la modernisation et la réorganisation des représentations consulaires qui seront à même d'"assurer une meilleure prise en charge de nos concitoyens résidents à l'étranger, moderniser la présence consulaire et améliorer la protection consulaire de tous les Algériens à l'étranger".
Pour une Stratégie nationale de développement
Selon son programme électoral, Benflis mènera, s'il est élu, des actions dans le cadre de la promotion et le développement des relations internationales, notamment vis-à-vis du Maghreb, de l'Afrique, et de tous les partenaires de l'Algérie.
Parachever la professionnalisation de l'ANP, réduire la durée du service national à une année et initier au plan régional la proposition d'un "système de sécurité coopérative régional", sont autant de mesures qu'il compte prendre dans le domaine de la sécurité publique et nationale.
Dans le domaine économique, il propose "une Stratégie Nationale de Développement qui se donne l'ambition d'engager un processus de renouveau économique et d'inscrire l'économie nationale dans une perspective durable de développement et de sortie de la rente".
"Durant la période 2014-2019, la transformation institutionnelle conduira à l'instauration d'un Etat stratège et régulateur, intervenant de manière intelligente pour développer sa stratégie économique", lit-on dans ce programme.
Le plan de réforme qui sera mis en place, durant les cinq prochaines années, vise, entre autres, à atteindre un taux de croissance hors hydrocarbures de 7% en moyenne à partir de 2017, à porter la part de l'industrie dans le produit intérieur brut, au minimum, à 15% à l'horizon 2019, à accroître nos exportations hors hydrocarbures afin qu'elles atteignent au minimum la barre des 5 milliards de dollars en 2019.
Le secteur informel, qui occupe une place démesurée dans l'économie, fera l'objet d'une stratégie dédiée, alliant incitations à la formalisation et mesures de lutte contre la fraude.
Des mesures dans les secteurs financiers et bancaires accompagneront ce plan.
Il s'agit de réduire la pression fiscale en ramenant le taux d'imposition des entreprises à 20% dès 2015, de supprimer progressivement la TAP à la fin 2017, le financement des collectivités locales sera alors en partie assuré par la nouvelle fiscalité locale.
Selon le document, dès 2015, les Lois de Finances seront basées sur un prix du baril de pétrole proche des prévisions internationales et une nouvelle Loi organique des lois de Finances (LOLF) sera introduite afin de mettre en place un système de programmation budgétaire pluriannuel de moyen terme.
Il sera question aussi d'assurer la dépénalisation effective de l'acte de gestion et d'inscrire au moins deux banques publiques dans un contrat de gestion avec un partenaire international reconnu.
Sur le plan social, M. Benflis propose aux Algériens de revoir les mécanismes de solidarité nationale et du filet social et la création d'un fonds, durant l'année 2015, appelé "Soundouk Enafaka", et dans le domaine de la santé il s'engage au 2e trimestre dans l'élaboration et la mise en œuvre du Programme Prioritaire de Modernisation des Structures de Santé. A la fin 2015, aura lieu la révision de la carte sanitaire et de la politique de prévention.
D'autres chantiers tels que l'éducation, l'enseignement supérieur, la formation professionnelle, l'aménagement du territoire, la culture feront l'objet également de réformes, dans le programme du candidat Benflis.
APS.DZ

l'inconnu
21/03/2014, 22h02
La réforme des institutions de l'Etat qui passe par une justice crédible et indépendante
ça ne sera que l'oeuvre de braves Hommes.

danube
21/03/2014, 22h47
Ce qu'on veut c'est un programme point par point clair et précis , pas de la parlote, allez chiche 100 décisions pour relancer le pays, alors on avisera:mrgreen:

humani
21/03/2014, 22h59
La continuité, c'est à dire comme avant ....
===================

ALGER - Le candidat indépendant pour l'élection présidentielle du 17 avril 2014, Abdelaziz Bouteflika, propose dans son programme de campagne, pour laquelle il a choisi le slogan "Ensemble pour l'Algérie de demain, garantissons un avenir meilleur pour tous", un "nouveau pacte" visant à ancrer solidement les acquis liés au développement et au progrès.
Ce "nouveau pacte" se fixe pour objectifs majeurs de conforter la stabilité, d'enraciner une démocratie apaisée, de valoriser le capital humain, de bâtir une économie émergente dans le cadre d’une approche de développement durable et de renforcer les liens de solidarité sociale.
Le programme que propose le candidat Bouteflika pour le prochain quinquennat prévoit des "changements rendus nécessaires par l’évolution que notre pays a connue dans les domaines politique, économique et social".
Il propose "un renouvellement" de la démarche pour poursuivre l’œuvre de modernisation des institutions, de la société et de l'économie et se veut "le reflet des nouvelles attentes et aspirations de notre peuple d’être le véritable acteur d’un avenir de prospérité, de justice et d’équité".
La mise en œuvre de ce programme avec l’adhésion et l’effort de tous, "matérialisera la vision d’une Algérie forte, prospère et fraternelle".
Ainsi, pour conforter la stabilité du pays, le programme mise sur les efforts "soutenus et constants" qui seront menés pour "pérenniser les valeurs de la glorieuse Révolution du 1er Novembre 1954 et les acquis de la réconciliation nationale".
Dans ce cadre, l'accent sera particulièrement mis sur la promotion de l’identité nationale dans ses trois composantes (arabité, amazighité, islam), le rejet de toute forme d’exploitation politicienne de l’une ou l’autre des composantes de l’identité nationale, la promotion des préceptes de l’islam authentique et la prévention et la lutte contre toutes les formes d’extrémisme.
Il en est de même pour le renforcement de l’indépendance de la justice, la lutte implacable contre la corruption, le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme, l’encouragement de la société civile à s’organiser en tant que vecteur de prise de conscience, force de proposition et vivier des élites politiques de demain.
Bâtir une économie émergente
Au sujet des réformes politiques engagées, le programme énonce que la dynamique engagée, ces dernières années, a permis des "avancées" sur le double plan de la pratique démocratique et de l’exercice des droits et libertés.
Ces évolutions "nous placent aujourd’hui dans une situation propice à un nouveau saut qualitatif dans le renforcement des fondements républicains de notre Etat et la promotion d’une vie politique apaisée".
L’enjeu est de "transcender la diversité des courants politiques pour œuvrer à une plus grande convergence et participation, afin d’élargir le consensus national autour de la prise en charge des vrais défis présents et futurs qui se posent à la nation, notamment à travers la révision de la Constitution".
Le programme projette aussi de renforcer les institutions de gouvernance afin de "consolider l’Etat de droit et d’améliorer la transparence, la participation et la responsabilité dans la gestion des affaires publiques nationales et locales".
Dans ce cadre, l’effort portera sur "le parachèvement de la réforme de la justice et sa dotation de moyens additionnels pour renforcer son indépendance et sa crédibilité dans l’application de la loi pour la protection des droits de l’homme et des libertés fondamentales et la sécurité des personnes, des biens et des activités économiques".
Les efforts seront aussi "intensifiés" pour moderniser l’administration, changer les comportements et garantir un service public "performant et répondant aussi bien à la demande sociale qu’à celle du secteur économique à travers l’introduction de modes de gestion, de suivi, d’évaluation et de contrôle rénovés".
Au plan économique, le programme du candidat Bouteflika vise à bâtir une "économie émergente" totalement indépendante des hydrocarbures, à travers la valorisation des ressources humaines, de la connaissance et de la technologie.
Le programme accorde également une importance particulière à la promotion de la jeunesse, de la femme, de la culture et du sport, ainsi qu'à la revitalisation des espaces ruraux dans le cadre d'une approche plurisectorielle.
Au plan international, le renforcement de la coopération avec les pays du Sahel sera un des axes prioritaires de la politique extérieure en vue de mieux contribuer à la sécurité et la stabilité dans cette région.
L’Algérie poursuivra son appui au peuple du Sahara Occidental pour l’exercice de son droit inaliénable à l’autodétermination sous l’égide des Nations Unies, tout comme elle continuera à témoigner son soutien actif au peuple palestinien pour l’établissement de son Etat souverain avec El-Qods pour capitale.
Elle restera attachée à la relance du processus de construction maghrébine et impulsera le dialogue politique avec tous les pays arabes pour contribuer à revitaliser l’action commune au service des intérêts supérieurs des peuples arabes et de la sécurité arabe collective.
L’Algérie continuera à œuvrer pour faire avancer l’agenda de l’Afrique en matière de paix et de sécurité, d’amélioration de la gouvernance, d’intégration régionale et continentale, et de développement de liens de partenariat qualitatif avec ses partenaires traditionnels, ainsi qu’avec l’Asie, l’Amérique du Sud et les pays émergents.
Avec l’Union européenne, la coopération sera intensifiée, y compris à travers des interactions dans le cadre de la politique européenne de voisinage rénovée, pour aboutir, à l’horizon 2020, à la mise en œuvre de la zone de libre-échange Europe-Algérie dans des conditions d’équilibre des avantages.
APS.dz

Cookies