PDA

Voir la version complète : Les mendiants migrateurs de Béchar


morjane
12/10/2006, 17h29
J'Ignore si cela ne se déroule qu'a Béchar mais la période du Ramadhan semble propice à certains excès.

====

A chaque ramadan, la ville de Béchar vit un phénomène sociologique qui est devenu une science de mendicité qui se diversifie en vertu du mode de vie social qui diffère d'une région à une autre par des dimensions imaginaires. Est-ce une organisation ? Est-ce une congrégation ? C’est quoi
alors ?

Au sud du pays, la population est clémente par ses traditions religieuses durant le mois sacré du ramadan, la prière «taraouih» se prolonge jusqu'à 22h, toutes les mosquées sont assaillies de fidèles. A leur sortie, ils croisent aux alentours des petites et grandes mosquées de la ville des vagues de mendiants de tous âges. Certains d’entre eux s’y prennent avec des paroles incantatoires, d'autres exhibant de vieilles ordonnances médicales, d’autres vêtus en guenilles, ce qui permet à bon nombre d’entre eux de récolter parfois une somme qui avoisine les 1 500 dinars par jour et même plus.

Au fait, peut-être que l’étranglement social est devenu l'obligation à se créer cette activité lucrative et combattre la pauvreté qui a bien aiguisé ses armes pour conduire une certaine couche sociale vers les portes de la misère. En effet, ces mendiants ou indigents hommes, femmes et enfants, venus d'ailleurs, se rassemblent dans les marchés, dans les bousculades, les grandes affluences, notamment les mosquées. De belles jeunes femmes, assises avec leurs nourrissons, se lamentent sur les trottoirs, d'autres, accompagnées de leurs maris pour pallier à toute agression de sa protégée, d'autres avec leur regard farouche, sont habillés en fakirs.

Alors, est-ce qu'on peut appeler cela le théâtre ambulant de la mendicité pour une pitié et une piété au cours du mois sacré du ramadan où la clémence réside pendant 29 ou 30 jours dans les cœurs et les pensées des musulmans au profit des mendiants, migrateurs.

Par La Nouvelle république

walid_dz
13/10/2006, 08h10
J'Ignore si cela ne se déroule qu'a Béchar mais la période du Ramadhan semble propice à certains excès.

Non cette activité n'est pas nouvelle elle existe depuis des années et surtout depuis le choc des années 90 la mendicité réelle et commerciale se côtoient tout les jours dans les grandes artères des villes, à la sortie des mosquées, sur les tombeaux (des saints), dans les souks, à l’entré des hôpitaux, etc... Où des femmes et des hommes en guenille mendient avec leurs gosses ou avec des gosses qu’ils ou elles louent pour la journée, certains mutilés le font aussi, tout est bon apitoyer le passant, la plupart des gens vivent aussi dans la difficulté mais ils ont bon cœur. C’est vrai que beaucoup de gens n’ont plus que cela pour vivre mais il y a aussi beaucoup d’escrocs qui exploitent le filon. Des amis au bled m’expliquaient que certains vont acheter de l’alcool rouge pour les soins ou de la bétadine s’en badigeonne sur le visage ou encore mieux autour de l’œil mettent une compresse (qu’ils chiffonnent un peu pour qu’elle ai l’air un peu vieille et sale) sur leur œil et le tour est joué.

Ce qui est nouveau c’est que les journaux commencent seulement à en parler car le phénomène de mendicité réelle et commerciale prend des proportions énormes et devient de plus en plus grave.

mkh
13/10/2006, 10h37
Bechar c'est pas loin du Maroc non ?

walid_dz
13/10/2006, 10h44
Bechar c'est pas loin du Maroc non ?

:mrgreen: Je te vois venir. Oui c'est juste à côté !!!!!

mkh
13/10/2006, 10h55
Ah les questions faussement naïves...:)

walid_dz
13/10/2006, 11h05
Ah les questions faussement naïves...

Non tu as ma parole j'en étais sure à 100% que c'était une simple question sans arriére pensé !!! :mrgreen:

mkh
13/10/2006, 11h14
On m'a toujours dit en Algérie que les champions de la sorcellerie étaient à Béchar. Alors sorcellerie, mendicité, proximité avec le Maroc ça fait beaucoup de clichés non ?

walid_dz
13/10/2006, 11h31
ça fait beaucoup de clichés non ?

Ah ah ah peut être !!!! Mais dans ce cas ça devrait concerner toute la bande frontalière ouest !!!! :mrgreen:

shadok
13/10/2006, 12h21
Ce qui est nouveau c’est que les journaux commencent seulement à en parler car le phénomène de mendicité réelle et commerciale prend des proportions énormes et devient de plus en plus grave.

Qui est ce qui t’as dis que les journaux ne parlent pas de la pauvreté et de la mendicité ? Ces des phénomènes qui existent depuis toujours et dans toutes les villes.

walid_dz
13/10/2006, 12h30
Qui est ce qui t’as dis que les journaux ne parlent pas de la pauvreté et de la mendicité ? Ces des phénomènes qui existent depuis toujours et dans toutes les villes.

Je n’ai jamais dit le contraire oui le phénomène existe dans beaucoup de ville. Mais les médiats sont peu prolixe sur le sujet, il n'en parle jamais ouvertement certains médias t'affichent des chiffres à te couper le souffle genre le seuil de pauvreté national atteint à peine 6% ou des trucs dans ce genre. Pas plus tard que la semaine dernière Djamel Ould Abbas l'a rappelé sur une grande partie des médias nationaux, avec des chiffres et des déclarations plus folle les unes que les autres. Donc en parler oui mais en parler ouvertement non.

jawzia
13/10/2006, 12h43
En tapant mendicité sur le seul quotidien el watan
27 articles trouvés pour "mendicité"
http://www.elwatan.com/spip.php?page=recherche&recherche=mendicit%C3%A9
La rareté est somme toute relative.

walid_dz
13/10/2006, 12h46
La rareté est somme toute relative.

Oui quand même le plus récent date du 28 Octobre 2004 il n’est pas de la dernière fraîcheur, et en plus si c'est un article à la sauce Djamel Ould Abbas y-a pas de quoi en parler, la quantité ne remplacera jamais la qualité !!!!

jawzia
13/10/2006, 12h50
La mise en ligne des archives en cours.
en voici un de 2005 sur le même quotidien
http://www.elwatan.com/spip.php?page=article&id_article=30289

jawzia
13/10/2006, 12h54
Jamais est un vocable clair, net et précis.

Faut juste savoir quand l'utiliser. Sur la qualité des articles d'El Watan, je reserve mon avis.

walid_dz
13/10/2006, 13h17
Jamais est un vocable clair, net et précis.

Faut juste savoir quand l'utiliser. Sur la qualité des articles d'El Watan, je reserve mon avis.

Jamais de manière honnête est clair !!!!! Les articles à la sauce Ould Abbas c'est bon y en a assez maintenant faut passer à autre chose.

jawzia
13/10/2006, 13h20
Jamais de manière honnête est clair
Mon dieu, si je me laissais aller à la tentation...
Allez allahouma Ini Saim.

mkh
13/10/2006, 14h00
J'espère que les mendiants migrateurs ne sont pas porteurs du virus H5N1...


Des fois y'a de ces titres dans la presse algérienne !

morjane
13/10/2006, 14h10
Des fois y'a de ces titres dans la presse algérienne
Je trouve que plutôt que de parler des titres de la presse algérienne, il serait plus instructif de parler de cette nouvelle mendicité qui se professionnalise et qui est aussi à l'origine de désagrément pour le citoyen qui se fait harceler par les faux mendiants alors que des vrais pauvres " existent mais par fierté n'iront jamais mendier.

Alors que faire faire à ce phenomème qui au fil des ans devient de plus en plus problèmatique et comment en est t'on arrivé là?

La presse ne fait que rapporter des faits existants et ne les inventent pas parce qu'elle s'ennuie.

jawzia
13/10/2006, 14h24
le citoyen qui se fait harceler par les faux mendiants
Un ami travaillant dans les services de la DAS, m'a rapporté les faits suivants :
Au premmiers jours du ramadhan, les services de la DAS ont initié une opération envers les mendiants et SDF ecumant la ville de constantine. Ces SDF furent transférés à Diar er rahma sise sur les hauteurs de la ville. Un sdf refusa de se doucher et surtout de mettre des habits neufs. Devant l'insistance des employés du centre, il fut trouvé dans ses vetements (aménagés de dizaines de poches) la somme de 120.000DA (douze millions - en pièces et billets).
La corrélation entre la pauvreté et la mendicité est de moins en moins evidente. La pauvreté devant être prise en charge par d'autres canaux.

tariqlr
13/10/2006, 14h31
Plus rien ne me surprend!
Les mendiants en Algérie relèvent de l'inaptitude et de la déchéance du pays.
Hier, je pensais que la mendicité en Algérie était un phénomène de curiosité.
Si c'est le cas comme vous le relater c'est que l'Algérie tourne sa "veste": vive le capitalisme sauvage et inhumain!
Je vais de ce pas demander avis à qui de droit et lancer une pétition pour exiger une allocation de revenu minimum pour les pauvres. Sinon , il ne sert à rien de claironner du matin au soir que l'Algérie a des milliards dans les caisses.
Avis aux amateurs!

morjane
13/10/2006, 15h03
Les mendiants en Algérie relèvent de l'inaptitude et de la déchéance du pays
Tout justement, il y a une différence à apporter entre les vrais mendiants et ceux qui font de la mendicité un fond de commerce.

mkh
13/10/2006, 15h16
La presse ne fait que rapporter des faits existants et ne les inventent pas parce qu'elle s'ennuie.

Qui a dit le contraire ? Il n'empêche que le titre est nul ! Employer le terme "migrateur" est péjoratif et méprisant (même si la mendicité professionnelle l'est bien plus). Dans la presse française sérieuse on n'emploierait pas ce genre de titre, on dirait plutôt "Recrudescence du phénomène de mendicité" ou un truc dans le genre.

Quand au fond du problème, les "b'ni hjars" comme il disent au pays ont toujours existé sauf que maintenant il bénéficient d'une infrastructure routière leur permettant d'aller partout rapidement.

Il y a aussi une mutation sociologique du pays liée en partie au phénomène d'exode rural, à la libéralisation de l'économie, à l'occidentalisation du mode de vie. Tout ceci fait que le tissu social traditionel (aide familiale, aide de voisinage etc) tend à reculer et que la fin (faim ici) justifie les moyens.

shadok
13/10/2006, 15h22
En Algérie, il y a beaucoup de faux pauvres qui se glissent avec les vrais nécessiteux. C’est devenu une affaire de "SKATA" et non de nécessité. Tu te fais accosté maintenant dans tous les lieux par des gens de tout age et d’allure tout a fait normal qui viennent te demander de l’argent. Personnellement, lorsque je vois une personne normal capable de travailler je ne lui donne pas sauf pour les handicapés ou les plus vieux.

Cookies