PDA

Voir la version complète : Retard de paiement de 54 mois


zek
14/10/2006, 00h33
Comment voulez-vous que les investissements s'améliorent en Algérie, alors que l'état n'a même pas été capable de payer depuis 54 mois ses anciens employés, l'administration s'est noyé depuis longtemps dans un verre d'eau ou dans un baril de pétrole.
-------------------------------------------------------------------------

Les 26 travailleurs de l’ex-office des périmètres irrigués de Boumerdès (Opib) sont toujours sans salaire depuis plus de 54 mois. Bien que leur organisme a été dissout par délibération de l’APW, aucun liquidateur n’a encore été désigné, selon eux, pour mener à terme l’opération de dissolution. La raison pour laquelle ils s’inquiètent tout en s’interrogeant sur le retard enregistré pour le payement de leurs salaires.

“Où sont les promesses du ministère de la participation qui a affirmé que les salaires des travailleurs des entreprises dissoutes ont été pris en charge ? “, se demandent ces travailleurs réduits à faire l’aumône. Pourtant, la résolution du CPE n°4/62, datée du 17/01/2006, relative aux entreprises en voie de dissolution ou dissoute, s’applique bien à cet organisme créé par arrêté interministériel en 1989.

Cette résolution souligne, en effet, la prise en charge des volets sociaux découlant de toutes les opérations de dissolution pour lesquelles une enveloppe de plus de 25 milliards a été dégagée pour leur financement. Les 26 travailleurs de l’ex-Opib qui attendent depuis plus de cinq ans la régularisation de leurs salaires ne savent plus à quel saint se vouer.
À la veille du cinquième Aïd el Fitr qu’ils passent sans salaires, ils lancent un appel pressant au chef du gouvernement en sa qualité de président du CPE, ainsi qu’au secrétaire général de l’UGTA, M. Sidi Saïd, pour qu’ils bénéficient des avantages prévus par cette résolution au même titre que les autres entreprises déjà régularisées.

Madjid T
14 Octobre 2006 Liberté

walid_dz
14/10/2006, 11h33
Une situation classique est normale dans nos EP qui ne choc plus personne. Les salaires et les frais de fonctionnements budgétisés dans la lois de finance et en plus versé dans les caisses mais les employés ne sont jamais payés et les sociétés publiques toujours déclaré en faillite.

À la veille du cinquième Aïd el Fitr qu’ils passent sans salaires, ils lancent un appel pressant au chef du gouvernement en sa qualité de président du CPE, ainsi qu’au secrétaire général de l’UGTA, M. Sidi Saïd, pour qu’ils bénéficient des avantages prévus par cette résolution au même titre que les autres entreprises déjà régularisées.

Pressant est un faible mot !!!!!!!

PS : On peut dénommer cela comme du détournement de fond classique au niveau de la direction, ou du bénévolat pour les simples employés.

Thirga.ounevdhou
14/10/2006, 11h59
On lit tout le temps ce genre d'informations. Ils oublient que ce sont des peres de familles ayant des responsabiltés.

noubat
14/10/2006, 13h56
Le gouvernement algérien devrait rembourser sa dette au club d'Alger , maintenant qu'il en a presque fini avec le club de Paris !
54 mois de retard incroyable , on ne trouve ce genre de situation qu'en Algérie .

walid_dz
14/10/2006, 20h48
Une bonne majorité des entreprises publiques connaissent des situations de faillite chronique, les dirigeants de ces entreprises utilisent la trésorerie comme il utilisent leur porte feuille, ils ne payent pas les fournisseurs, ni les ouvriers et à la fin de l’année l’état les recapitalise, et rebelote pour l’année d’après. Et après on se retrouve avec des situations de ce genre digne de la science fiction.

noubat
15/10/2006, 21h06
IL faut vite en finir avec les entreprises publiques , je pense que la privatisation de toutes les unités apportera une meilleure gestion.

Cookies