PDA

Voir la version complète : Chirac: Un rapprochement historique avec Alger.


yatomath
14/10/2006, 22h46
Le président algérien Abdelaziz Bouteflika a reçu samedi un message de son homologue français Jacques Chirac, dans lequel ce dernier réaffirme son "engagement" pour "mener à bien le rapprochement historique" entre les deux pays, rapporte samedi soir l'agence officielle algérienne APS.

Les liens qui unissent nos deux peuples sont, à bien des titres, exceptionnels. C'est pourquoi, je partage cet engagement qui est le votre de mener à bien le rapprochement historique entre nos deux pays à travers la construction d'un partenariat d'exception dans l'esprit de dialogue et de coopération qui est au coeur de notre déclaration commune signée à Alger en mars 2003", écrit le président français dans son message, selon APS.

Le président Chirac se réjouit, en outre, des "avancées" dans le dialogue mené entre l'Union européenne et l'Algérie, en particulier depuis la tenue du premier conseil d'association, selon APS. Il exprime, à cet égard, "l'appui de la France" afin de "donner toute sa vigueur au processus de Barcelone qui vise à faire de l'espace euro-méditerranéen une zone de prospérité, de sécurité et de stabilité accrues".

Le chef de l'Etat français considère que le "partenariat d'exception" entre l'Algérie et la France "doit être mis au service de la promotion de la paix, du développement et de la stabilité internationales".

Sous l'impulsion des présidents Bouteflika et Chirac, la France et l'Algérie devaient signer, avant fin 2005, un "Traité d'amitié". Une signature remise en cause après l'adoption de la loi du 23 février 2005 soulignant le "rôle positif" de la colonisation, qui avait soulevé un tollé en Algérie. Malgré l'abrogation de l'article controversé, Alger a repoussé sine die la signature du "traité d'amitié", désormais conditionnée, selon le président algérien, à des excuses officielles de la France pour les crimes commis durant les 130 années de présence en Algérie.

Sources: Associated press

shadok
14/10/2006, 22h56
Je ne sais pas quelle sera la réaction de notre président ? :confused:

yatomath
14/10/2006, 23h00
Pourvu que ce nouvel épisode soit le signe d'une décrispation des relations bilatérales...

bent-elbiar
14/10/2006, 23h04
y'aurait-il un rapport avec une eventuelle reconnaissance du genocide algerien du 8 mai 1945 ? eh maintenant qu'ils y sont autant continuer sur leur lancée et qu'il reconnaissent ce génocide serions nous moins important ou moins amicaux que les armeniens ?

yatomath
14/10/2006, 23h19
Et oui!!! paradoxe quand tu nous tiens... On inflige aux autres ce qu'on devrait à soi affliger... La politique internationale est régie par des régles à deux vitesses...

HaouchSmaîl
14/10/2006, 23h30
Et si Jacques Chirac organisait un référendum en France pour savoir ce qu'en pensent les citoyennes et citoyens français?

Et si Abdelaziz Bouteflika organisait un référendum pour savoir ce qu'en pensent les citoyennes et citoyens algériens?

Nous avons ici des questions de relations entre Etats.

Rien à voir avec les relations entre populations.

Les interpénétrations entre les populations algériennes et françaises n'ont jamais été aussi fortes et importantes qu'actuellement.

Il est possible de nier un temps les réalités, il est possible de faire prendre des vessies pour des lanternes à une partie de la population concernée, il n'est pas possible de nier partout et tout le temps les réalités de la vie.

Pour celles et ceux qui ne peuvent s'empêcher de regarder l'avenir dans un rétroviseur... c'est bien dommage.

Pour celles et ceux qui souhaiteraient vivre une utopie ou une uchronie... c'est bien dommage aussi.

La réalité c'est hic et nunc, ici et maintenant.

Que les réveurs cessent de réver.

Que les anxieux cessent d'avoir peur.

Que les réalistes s'attachent à faire ce qui peut être fait. ;)

yatomath
14/10/2006, 23h35
De tout coeur, j'éspère que l'avenir donnera raison à ton optimisme...
A+

Laari1
15/10/2006, 09h46
Les présidents font des déclarations de principe souvent destinées à voiler la réalité ou à préparer un mauvais coup. En fait celà va toujours mal entre nos deux pays, rien de concret ne va dans la bonne direction. La France continue de mener la vie dure aux demandeurs de visa, l'Algérie continue à passer ses gros contrats ailleurs et importer du contrefait, et, pendant ce temps, comme par pur hazard, El Kaïda menace la France via le GSPC algérien.

Cookies