PDA

Voir la version complète : Contre la résistance bactérienne, des bons gestes à rappeler


haddou
28/04/2014, 09h15
La recherche peine à mettre au point de nouvelles familles d'antibiotiques. Une raison supplémentaire d'adopter des règles d'hygiène rigoureuses afin de limiter la propagation des germes.


«Les antibiotiques, c'est pas automatique.» La campagne lancée en France en 2002 avait eu des effets positifs, faisant perdre à la France son statut de premier consommateur européen d'antibiotiques, avec une baisse de 12,5 % de sa consommation entre 2000 et 2012. Ce chiffre est désormais reparti à la hausse, selon le dernier rapport de l'Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM): la piqûre de rappel est désormais nécessaire.
La modération est en effet l'un des piliers essentiels de la lutte contre la multiplication des résistances aux antibiotiques, et les patients eux-mêmes peuvent y jouer un rôle important en insistant pour comprendre toute prescription d'antibiotiques. Réduire l'utilisation passe aussi par un usage plus modéré pour les animaux: l'OMS estime que près de la moitié des antibiotiques utilisés dans le monde le sont dans le cadre de l'élevage intensif. Aux États-Unis, par exemple, ils sont encore autorisés comme additif dans l'alimentation des animaux pour accélérer leur croissance, un usage prohibé en Europe depuis 2006.

Le développement d'outils diagnostiques rapides permet également de prescrire les antibiotiques de façon plus ciblée. Un test instantané, auquel tous les médecins ont accès gratuitement, permet ainsi de dépister un certain type d'angine pour laquelle un antibiotique doit être prescrit. Les laboratoires d'analyses peuvent désormais identifier de plus en plus rapidement les germes responsables d'une infection et les antibiotiques auxquels ils sont sensibles, pour éviter les tâtonnements.

La recherche française particulièrement en retard

Ces progrès doivent s'associer à des mesures d'hygiène pour limiter la diffusion des bactéries résistantes. «Celles mises en place à l'hôpital pour limiter la diffusion de la résistance des staphylocoques à la méticilline ont été très efficaces», rappelle le Pr Xavier Bertrand, responsable de l'unité d'hygiène hospitalière au CHU de Besançon. «Les résistances des entérobactéries, qui se retrouvent partout dans notre environnement, nécessitent la mise en place de nouvelles stratégies, à étendre hors de l'hôpital.» Se laver systématiquement les mains en sortant des toilettes, avant de préparer le repas et avant de passer à table, doit ainsi devenir un réflexe pour tous.

À l'heure actuelle, ces précautions sont d'autant plus indispensables que la recherche peine à mettre au point de nouvelles familles d'antibiotiques. La France reste particulièrement en retard dans ce domaine, mais de nombreux programmes ont été lancés dans le monde pour favoriser la collaboration entre équipes de recherche, mais aussi soutenir les start-up qui restent majoritaires dans ce domaine. En attendant, il faut préserver les ressources antibiotiques dont nous disposons pour gagner le temps nécessaire à ces découvertes et garder ensuite une longueur d'avance sur les bactéries, qui apprendront toujours, plus ou moins rapidement, à résister aux nouvelles armes que nous leur soumettrons.

le figaro

momo84
28/04/2014, 09h16
salam
encore merci pour tes poste tres instructif :)

Cookies